Interview de Mme Elisabeth Moreno, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, à Europe 1 le 8 octobre 2021, sur le sommet Afrique - France à Montpellier.

Texte intégral

OMBLINE ROCHE
L'un des événements du jour, c'est le Sommet Afrique - France à Montpellier. 100 chefs d'Etat africains, c'est du jamais vu. La France veut donner un coup de jeune à sa relation avec le continent africain. Comment ? Eh bien on voit ça avec Elisabeth MORENO, ministre déléguée auprès du Premier ministre.

SÉBASTIEN GUYOT
Bonjour Elisabeth MORENO.

ELISABETH MORENO
Bonjour Sébastien GUYOT.

SEBASTIEN GUYOT
Merci d'être avec nous ce matin sur Europe 1, ministre déléguée en charge de l'Egalité femmes/hommes, de la Diversité, de l'Egalité des chances. Vous participez aujourd'hui au Sommet Afrique - France à Montpellier, le 28e du nom. 3 000 participants dont un millier de jeunes issus du Continent africain. Un sommet inédit puisque pour la 1ère fois depuis 1973, depuis 48 ans donc, aucun chef d'Etat africain n'a été invité. Pour quelle raison ? Quel est le message de la France ?

ELISABETH MORENO
Eh bien simplement parce que finalement cet événement c'est une sorte de miroir du discours de Ouagadougou que le président de la République avait donné en novembre 2017, où déjà à l'époque il avait permis de placer la jeunesse au coeur du partenariat entre la France et le Continent africain, et en particulier autour des enjeux d'éducation et d'enseignement supérieur, d'entreprenariat ou d'innovation, de culture et de sport, et je pense que le président de la République dans sa volonté de vouloir créer, de vouloir construire une nouvelle histoire entre l'Afrique et la France, a souhaité que nous nous adressions particulièrement aux sociétés civiles, qui sont souvent des actrices essentielles du changement.

SEBASTIEN GUYOT
Alors, ce discours de Ouagadougou au Burkina-Faso, dont vous parlez, c'est un discours qui avait suscité beaucoup d'espoir, 4 ans plus tard ou est-ce qu'on en est de la relation de la France à l'Afrique ? On sait quand même ce sommet est organisé dans un contexte de tensions fortes avec plusieurs pays, le Mali, l'Algérie, pour ne citer qu'eux.

ELISABETH MORENO
Oui absolument, et moi je vais vous dire, on a énormément avancé, je trouve en tout cas, je pense par exemple au rapport qu'il a demandé à Benjamin STORA, qui a conduit à la reconnaissance de la responsabilité de la France sur certains sujets, comme vous le savez. On a également eu le travail de mémoire qui a été fait avec le Rwanda, qui a également été très apprécié. Le président a pris la parole il y a encore pas très longtemps pour dire qu'il était absolument nécessaire et indispensable que les pays les plus pauvres aient également accès au COVAX, et que 20 % des vaccins devraient aller vers ces pays pauvres. Donc il y a beaucoup de choses qui ont été mises en oeuvre depuis.

SEBASTIEN GUYOT
En effet, ce sont des gestes forts, on est d'accord, Madame la Ministre, mais vous ne répondez pas à ma question sur ces tensions actuelles, malgré tout, avec le Mali, avec l'Algérie, le ton est encore monté cette semaine, le ministre algérien des Affaires étrangères qui accuse Emmanuel MACRON de faillite mémorielle. Qu'est-ce que vous répondez à cela ?

ELISABETH MORENO
Alors, d'abord je préfère que ce soit le président de la République qui réponde à ce genre de question. Mais vous savez, les tensions entre Etats sont toujours présentes. Ce que je sais, c'est que le dialogue est toujours entretenu, c'est que nous n'avons absolument pas abandonné le Mali, et je rappelle quand même que c'est le Mali lui-même qui a demandé à la France de s'impliquer dans ces conflits, pour éviter justement que les tensions qui existent et le terrorisme qui s'y propage, puissent s'arrêter. Vous savez, nous avons avec l'Afrique, des relations fortes. Il n'y a que 15 km (sic) qui séparent le Continent africain de la France. Nos histoires sont liées, et par conséquent dès lors qu'il y aura toujours du dialogue et que nous continuerons d'échanger, eh bien je pense que les choses iront bien. Dans tous les couples il y a des conflits, il y a des malentendus, dès lors que ces malentendus sont clarifiés, je pense que les relations peuvent continuer plus sereinement.

SEBASTIEN GUYOT
Alors, est-ce que ce sommet peut permettre de clarifier les situations ? On sait que Achille MBEMBRE, l'intellectuel camerounais, qui est très influent en Afrique, c'est l'un des architectes de ce sommet, il a remis un rapport mardi à Emmanuel MACRON pour refonder les relations entre l'Afrique et la France. Il dit : il est temps que la France et l'Afrique se parlent sans tabou. Comment la France qu'on ne s'y prendre ?

ELISABETH MORENO
La manière dont nous pouvons nous parler sans tabou, c'est de nous adresser à la jeunesse. Il ne vous a pas échappé que la jeunesse n'a absolument aucun tabou sur quelque question que ce soit. J'ai eu la chance de rencontrer certains d'entre eux hier à l'Elysée, avec le président de la République, et je peux vous assurer qu'aucun tabou n'existera dans les conversations que nous allons avoir. La parole est complètement libre, les personnes qui ont été invitées à ce sommet sont des personnes qui s'expriment, qui sont de la société civile, qui sont dans la culture, qui sont dans le sport, qui sont dans le monde associatif, il y a des personnes avec un langage très libre, et de toute façon elles auront la possibilité d'expliquer elles-mêmes la manière dont elles ont souhaité participer à cette rencontre. Et puis je voudrais également préciser que les Africains des diasporas, donc des franco-africains, assisteront également à ce forum, et donc c'est vous dire que toutes les questions qui concernent nos relations avec le Continent africain, seront abordées, mais pas que, il y aura la parole libre pour les franco-africains, pour qu'ils puissent exprimer la manière dont ils vivent leur double culture, la manière dont ils sont intégrés dans notre pays, la manière dont ils contribuent au développement de notre pays, et donc encore une fois les discussions seront larges, elles seront ouvertes, et je souhaite qu'elles soient le plus constructives possible.

SEBASTIEN GUYOT
Une dernière question rapide, avec une réponse rapide, Madame la Ministre. La jeunesse est là, la société civile est là, lors de ce Sommet, pas les chefs d'Etat et de gouvernement, vous n'avez pas peur de les froisser ?

ELISABETH MORENO
Oh, vous savez, on ne les froid sera pas, dans la mesure où le président de la République est en relation constante et permanente avec les chefs d'Etat. Moi je sais que le président a décidé de mettre au coeur des discussions avec l'Europe, lors de notre présidence au mois de janvier, les relations avec l'Union africaine, donc je peux vous dire que les relations sont sereines et que les chefs d'Etat africains ont compris la démarche du président de la République.

SEBASTIEN GUYOT
Merci Elisabeth MORENO d'avoir été avec nous ce matin sur Europe 1. Ministre déléguée en charge de l'Egalité femmes/hommes, de la Diversité et de l'Egalité des chances. Bon Sommet à vous.

ELISABETH MORENO
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 8 octobre 2021