Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, en réponse à une question sur le tourisme en France, à l'Assemblée nationale le 9 novembre 2021.

Intervenant(s) :

  • Jean-Baptiste Lemoyne - Secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie

Circonstance : Question au Gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Député,


Le tourisme, très clairement, le Président de la République, le Premier ministre l'ont érigé en priorité nationale. Priorité nationale, cela veut dire, dans un premier temps, un soutien à hauteur de 38 milliards d'euros pour faire face à la crise, à ses effets ; et c'était nécessaire, avant de penser l'avenir du tourisme, eh bien, d'ores et déjà, d'être présent, au rendez-vous dans cette crise sanitaire. Priorité nationale, vous l'avez signalé, avec ce Sommet "Destination France", que le Président de la République a ouvert. C'était une première, que le Président de la République reçoive ainsi les acteurs du tourisme, national comme international, une première et, mon petit doigt me dit, peut-être pas une dernière.

Maintenant, après le soutien et l'urgence, il faut travailler naturellement à la relance. Et après un été indien, si je puis dire, des vacances de la Toussaint qui se sont bien déroulées, de très bonnes statistiques de fréquentation, cap sur la saison d'hiver, naturellement, avec l'augmentation de nos budgets de promotion pour valoriser la montagne française. Et vous l'avez dit, le Premier ministre, samedi dernier, en Haute-Savoie, a fixé les règles, les modalités, qui vont permettre de faire une belle saison. Et je sais que le président Castaner, comme tous les élus de la montagne, y sont attachés.

Et puis, après le très court terme, il y a effectivement la reconquête, à moyen terme, à long terme. Et cela passe par ce plan de reconquête du tourisme, que nous travaillons avec les acteurs, que le Premier ministre présentera d'ici la fin du mois de novembre, pour toujours plus attirer dans les métiers, fidéliser dans ces métiers si importants, pour également s'emparer de la dimension digitale au profit des acteurs et des acteurs nationaux ; faire en sorte que du coup les activités loisirs soient plus visibles, soient mieux mises en valeur. Et puis, cela passe aussi par des efforts en termes d'investissements.

Nous voulons très clairement retrouver plus que les niveaux d'avant crise. Le tourisme tricolore, nous l'avons sauvé et nous souhaitons maintenant le faire rebondir vite et fort.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 17 novembre 2021