Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur les relations entre la France et l'Algérie, à l'Assemblée nationale le 16 novembre 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Temps de lecture 2 minutes

Texte intégral

Madame la Députée,


La France et l'Algérie sont unies par des liens ancrés dans l'Histoire, y compris des histoires personnelles, telles que celles que vous venez d'évoquer. La France et l'Algérie sont unies par un partenariat qui est indispensable pour la stabilité de l'espace méditerranéen. Et nous sommes convaincus de l'intérêt de nos deux pays à travailler ensemble dans tous les secteurs. Nous avons pour la relation entre nos deux pays, entre nos deux peuples, pour l'avenir du partenariat franco-algérien, vraiment, une ambition forte, exprimée à plusieurs reprises par le Président de la République. Et nous avons le plus profond respect pour la nation algérienne et pour la souveraineté de l'Algérie.

Cette vision des relations franco-algériennes, je sais qu'elle est partagée par des responsables algériens avec qui j'ai eu l'occasion de travailler de manière approfondie sur de nombreuses questions d'intérêt commun, et avec lesquels nous avons toujours trouvé des solutions aux problèmes, lorsqu'ils sont survenus, parce que lorsque des difficultés se présentent, et c'est inévitable dans une relation aussi marquée par les blessures de l'Histoire que la relation franco-algérienne, il faut en parler, il faut les partager, et il faut travailler ensemble pour les dépasser.

Nous y sommes toujours parvenus et c'est la voie que nous entendons privilégier pour l'avenir. Nous regrettons un certain nombre de malentendus récents, parce que cette situation ne correspond pas à l'importance que nous attachons aux relations entre nos deux pays. Et je vous le dis en votre qualité de présidente du groupe d'amitié. Nous avons engagé des efforts visant à rétablir les conditions d'une relation apaisée avec l'Algérie. Nous voulons y travailler avec sérieux dans le respect mutuel et dans le respect réciproque de la souveraineté de chaque pays. Et c'est sur cette base que nous entendons poursuivre notre action.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 22 novembre 2021
 

Thématiques :