Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la coopération entre la France et les pays de Méditerranée orientale, à Athènes le 19 novembre 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Réunion quadrilatérale Grèce - Chypre - Egypte - France

Prononcé le

Temps de lecture 4 minutes

Texte intégral

Merci de ton accueil et merci de cette initiative. Je suis le dernier à parler. Chacun d'entre vous, avant moi, a fait le point sur les dossiers qui ont été évoqués au cours de de ce long moment de travail en commun.

Comme je suis le dernier, je voudrais vous dire à tous les trois que moi, je me sens bien dans cette configuration. C'est vraiment un format utile et un format de confiance.

Un format de confiance par la convergence des positions des différents pays que nous représentons et un format de confiance entre nous quatre, puisque nous nous connaissons. Je pense que nous nous apprécions, - je suis sûr, même, que nous nous apprécions - et que nous pouvons du même coup échanger très librement. Et c'est de ce fait là, avec cette double confiance, que nous pouvons faire progresser à la fois nos intérêts de pays souverains, mais aussi nos intérêts collectifs.

Le nom de cette configuration s'appelle la réunion quadrilatérale. On pourrait trouver peut être un nom plus enthousiasmant et peut être l'appeler le quadrilatère de la confiance qui serait notre référence, en tout cas, c'est ce qui nous donne de la force et de la capacité d'initiative.

Il y a plusieurs sujets politico-économiques qui sont devant nous et qui nécessitent déjà des capacités d'initiative, que ce soit dans le domaine de l'énergie, sur lequel nous avons longuement échangé. Il y a d'énormes possibilités en Méditerranée orientale, à condition de pouvoir les explorer librement, intelligemment et collectivement ; que ce soit dans la préparation de la COP27, je voudrais saluer Sameh, à ce sujet, puisque vous avez un héritage difficile mais passionnant. Après la COP26 qui a fait des avancées néanmoins significatives, parce que le Contrat de Glasgow, ce n'est pas un contrat vide, au contraire. Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre les objectifs de limitation à 1,5 degré d'augmentation de température du globe, dans un horizon 2100. Et donc, les efforts à mobiliser seront énormes. Je fais confiance à l'Egypte pour cela et nous serons aussi au rendez-vous de cette confiance.

Et puis, le troisième sujet d'exploration commune, d'initiative commune, concerne les enjeux de santé et en particulier la lutte contre la COVID-19 mais aussi le fait que nous puissions avoir de l'acception de la santé comme un bien commun de l'humanité et de faire en sorte que l'on puisse anticiper sur d'autres menaces qui pourraient intervenir dans l'avenir.

Donc, voilà de quoi faire entre nous. Et puis, il y a nos sujets permanents de crise, d'analyse des situations. Les crises sont nombreuses. La brutalité est souvent au rendez-vous. Il y a, dans les interstices des crises, des puissances qui veulent faire valoir leurs propres intérêts plutôt que l'intérêt du territoire concerné. Que ce soit ce qui se passe au Liban - qui a été évoqué -, que ce soit ce qui se passe au Sahel, que ce soit ce qui se passe au Proche-Orient, que ce soit la crise syrienne, que ce soit la situation en Libye. Dans tous ces secteurs-là nous avons convenu, d'abord, de faire converger nos analyses : c'est le cas. Je n'ai pas constaté au cours de nos échanges, pourtant sur des crises parfois difficiles, complexes, je n'ai pas constaté de divergences. Au contraire, le fait d'échanger ensemble a permis encore d'affiner nos positions communes. Et cela permet d'agir ainsi, et puis aussi de transmettre des messages à nos partenaires dans les différents lieux en conflictualité, pour leur redonner une spirale positive et des perspectives de sortie de crise.

C'est en tout cas ce sur quoi nous travaillons ensemble, pour la stabilité régionale et pour le développement harmonieux de la Méditerranée orientale, dans une complicité totale que je tiens à saluer ici.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 22 novembre 2021