Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur les tensions entre l'Ukraine et la Russie, à l'Assemblée nationale le 11 janvier 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Texte intégral


Monsieur le Député,


Il a dû vous échapper que tout à l'heure le président ukrainien, M. Zelensky, venait de demander une réunion en format Normandie au plus haut niveau. Cette initiative, qui n'est pas secondaire, est liée aux initiatives que nous avons prises avec nos amis allemands, les jours derniers, cette semaine même, à Kiev et à Moscou, pour permettre que l'on puisse aborder la crise ukrainienne à ce niveau. Et à ma connaissance, Monsieur le Député, et l'Allemagne, et la France sont en responsabilité européenne. Parce que c'est bien dans ce cadre que doit se prolonger le processus de Normandie qui est plus que jamais d'actualité, avec les paramètres que vous connaissez, c'est-à-dire la nécessité de préserver l'intégrité de l'Ukraine, la nécessité de mettre en garde la Russie sur les conséquences massives qu'entraînerait une initiative d'agression contre l'Ukraine et aussi d'engager le processus en fonction des Accords de Minsk. C'est ce qui va se passer.

Et vous faites une confusion - excusez-moi de vous le dire amicalement - entre ce qui se passe à Genève et le format Normandie. Parce qu'à Genève s'est ouvert - et tant mieux - un dialogue stratégique entre la Russie et les Etats-Unis d'Amérique, sur quel sujet ? Sur la réactualisation du traité Start qui est un traité d'équilibre stratégique qui a été repoussé pour cinq ans et qui nécessite une réactualisation. Et pour la préparation de cet entretien, nous avons eu la consultation nécessaire auprès des autorités américaines avant que ne commence cette rencontre de Genève.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 12 janvier 2022

 

Thématiques :