Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la décision des autorités égyptiennes de remettre Ramy Shaath en liberté, à l'Assemblée nationale le 11 janvier 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Texte intégral

Madame la Députée,


Nous sommes aussi réjouis, comme vous, je pense comme l'ensemble des parlementaires de la décision des autorités égyptiennes de remettre Ramy Shaath en liberté. Vous l'avez rappelé, nous avons fait pression depuis longtemps pour que Ramy Shaath soit remis en liberté ; pression au plus haut de l'Etat, puisque le Président de la République s'en est occupé personnellement. Moi-même, je suis intervenu à plusieurs reprises auprès de mon homologue égyptien. Il y avait derrière cette libération un mouvement qui s'est manifesté et que vous avez tout à l'heure rappelé.

Sans détailler les conditions de sa remise en liberté, je voudrais saluer tous ceux qui ont contribué à cette heureuse issue, et en particulier les diplomates français qui ont oeuvré à ce dénouement en coordination étroite et régulière avec son épouse, Mme Céline Lebrun, qu'il vient de retrouver à Paris. Je voudrais aussi préciser que la situation de M. Shaath est pour nous une question relevant des droits de l'Homme, et nous l'avons traitée comme telle, indépendamment et de manière totalement distincte de ses engagements partisans. Et comme vous le savez, nous avons avec l'Egypte sur tous ces sujets un dialogue constant, un dialogue franc, un dialogue exigeant.

L'Egypte est un grand partenaire de la France, notamment sur les crises régionales, que ce soit sur la Libye, la question israélo-palestinienne, en particulier, mais le fait d'avoir ce partenariat n'a jamais signifié un blanc-seing sur les droits de l'Homme. C'est précisément parce que nous avons une relation de confiance que nous pouvons conduire un dialogue exigeant et régulier sur ces sujets. C'est une première libération. Je souhaite comme vous qu'il y en ait d'autres.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 12 janvier 2022

 

Thématiques :