Interview de Mme Élisabeth Borne, ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion, à France Bleu Orléans le 13 janvier 2022, sur les initiatives pour la lutte contre le chômage de longue durée et le télétravail.

Texte intégral

ANNE OGER
Bonjour Elisabeth BORNE.

ELISABETH BORNE
Bonjour.

ANNE OGER
Merci de nous accorder quelques minutes ce matin sur France Bleu Orléans avant votre venue ici à Orléans, autour d'une de vos priorités, le retour vers l'emploi des chômeurs de longue durée, vous avez mis en place des actions, on va en parler, mais d'abord un mot quand même, d'abord sur la grève aujourd'hui dans l'Education nationale pour dire qu'il y a eu trop de protocoles, trop d'ajustements, trop de flou finalement dans la gestion de l'épidémie. Est-ce que la fatigue, l'épuisement, dont témoignent les enseignants et les chefs d'établissement, vous font réfléchir, vous, en tant que membre du gouvernement ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, je pense qu'il y a de la fatigue chez les enseignants, qu'il y a de la fatigue de façon générale chez beaucoup de Français, avec une épidémie qui dure depuis maintenant près de 2 ans, donc évidemment on va être très à l'écoute des difficultés qui sont exprimées par les enseignants. En même temps l'épidémie elle est bien là, avec à la fois le variant Delta qui est toujours là, ce variant Omicron dont on sait qu'il est très contagieux, donc il faut arriver à trouver des mesures, évidemment, avec les enseignants qui sont en première ligne aussi face à cette crise sanitaire.

ANNE OGER
Et du côté de ce qui relève directement de votre ministère dans la gestion de cette crise sanitaire, un mot sur le télétravail, avec l'obligation remise, depuis la rentrée de janvier, pour les entreprises, d'imposer au moins 3 jours télétravail par semaine à leurs salariés. Il y a une étude, que vous aviez commandée, qui a été dévoilée hier, et qui montrait que 60 % seulement, visiblement, des salariés, qui peuvent l'être, sont effectivement actuellement en télétravail. Là aussi c'est le signe d'une forme d'épuisement ?

ELISABETH BORNE
Alors, effectivement, comme vous l'avez dit on a mis en place une obligation de 3 jours de télétravail, pour les postes naturellement pour lesquels c'est possible, depuis début janvier, et ce qu'on voit c'est que les chiffres stagnent, on a à peu près 60 % des salariés qui peuvent facilement télétravailler, qui le font, je rappelle qu'au printemps 2021…

ANNE OGER
C'est beaucoup moins qu'au printemps dernier.

ELISABETH BORNE
Absolument, on était à près de 80 %, c'est préoccupant parce que, vous savez, on a une vague épidémique qui est très forte, avec près de 300.000 cas par jour en moyenne, donc ça montre que toutes les entreprises ne se sont pas mobilisées, et bien évidemment moi j'appelle tous ceux qui le peuvent à télétravailler, c'est une arme, aussi, pour lutter contre la propagation du virus.

ANNE OGER
Alors justement vous aviez mis du coup vous dans le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire en débat en ce moment au Parlement, le principe de sanctions administratives pour les entreprises jusqu'à 1000 euros par salarié, les entreprises qui ne protégeraient pas leurs salariés en recourant pas au télétravail, c'est un principe qui vient d'être rejeté au Sénat dans le texte qu'il a adopté la cette nuit. Il va y avoir maintenant de nouvelles discussions en commission paritaire, vous allez de nouveau essayer de les convaincre les sénateurs pour les réintroduire ces sanctions ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, vous savez on ne peut pas transiger avec la santé des salariés, c'est vrai pour le télétravail et puis c'est vrai pour toutes les règles qui s'appliquent en entreprise, le port du masque, la désinfection des outils de travail, c'est pour ça que moi j'avais souhaité instaurer une sanction administrative pour les entreprises qui n'appliquent pas les règles qui donc mettent en danger leurs salariés. Cette sanction serait plus efficace et plus dissuasive que ce qui existe aujourd'hui, en effet les sénateurs ont décidé de supprimer cette sanction sans proposer d'alternative, moi je le déplore surtout aux vues des chiffres qu'on vient d'évoquer sur la mise en oeuvre de l'obligation de télétravail. Donc les discussions vont se poursuivre entre l'Assemblée et le Sénat, ce que je peux vous dire c'est que quoi qu'il arrive l'inspection du travail restera mobilisée pour accompagner les entreprises et assurer la protection des salariés.

JOURNALISTE
La ministre du Travail Elisabeth BORNE est l'invitée de France Bleu Orléans ce matin, elle est notre témoin de l'actualité avant sa visite à Orléans aujourd'hui.

ANNE OGER
Une visite, Elisabeth BORNE, sur le thème de la lutte contre le chômage de longue durée, objet d'un plan que vous aviez présenté à l'automne dernier, car autant il y a des secteurs qui peinent à recruter en ce moment, autant le taux de chômage est à la baisse, autant la problématique des personnes éloignées de l'emploi depuis plus d'un an, voire plus, elle est toujours là, même si les chiffres ont eu tendance à baisser en fin d'année 2021, c'est toujours une vraie problématique.

ELISABETH BORNE
Alors effectivement, les chiffres du chômage n'ont jamais été aussi bas depuis 15 ans, mais malgré la bonne reprise économique nous avons encore des demandeurs d'emploi qui ne retrouvent pas de travail, et puis beaucoup d'entreprises qui ont du mal à recruter, c'est pour ça qu'avec le Premier ministre, fin septembre dernier, on avait annoncé des financements supplémentaires pour l'accompagnement et la formation des demandeurs d'emploi, moi j'avais lancé, j'avais demandé à Pôle emploi de lancer un challenge interne pour faire remonter des projets innovants, avec un objectif, accélérer le retour à l'emploi des demandeurs de d'emploi de longue durée. 106 projets ont été retenus, ils vont bénéficier d'un soutien financier exceptionnel de mon ministère…

ANNE OGER
C'est des projets que vous allez annoncer, enfin vous allez annoncer les lauréats justement aujourd'hui à Orléans, c'est ça ?

ELISABETH BORNE
Absolument, absolument, et pour la région Centre-Val de Loire il y a sept projets qui seront financés, évidemment je ne vais pas vous les détailler ce matin, mais ça peut être par exemple l'accompagnement de personnes en situation de handicap, en luttant contre des préjugés, ou bien aussi pour redonner confiance à des personnes qui n'ont pas travaillé depuis longtemps, de leur permettre de faire des immersions en entreprise pour retrouver le monde du travail.

ANNE OGER
Parce que la problématique, évidemment, c'est qu'on ne met pas en face des secteurs qui peinent à recruter, en face d'un poste qui peine à être pourvu, des gens qui parfois sont éloignés de l'emploi depuis très longtemps, ce n'est pas aussi simple mathématiquement.

ELISABETH BORNE
Alors, ce n'est pas simple effectivement de permettre à des demandeurs d'emploi, de façon générale, de répondre aux besoins des entreprises, il faut les former, et on fait un effort considérable depuis le début du quinquennat, et on a encore accentué cet effort avec le plan annoncé fin septembre, et puis il peut aussi y avoir des gens qui ont perdu un peu l'habitude d'aller au travail, qui ont besoin de retrouver les codes de l'entreprise, et c'est pour ça qu'il faut innover, trouver la bonne façon de les ramener vers l'emploi.

ANNE OGER
Merci beaucoup Elisabeth BORNE, la ministre du Travail, merci de nous avoir accordé cet entretien ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 14 janvier 2022