Interview de Mme Olivia Grégoire, secrétaire d'État à l'économie sociale, solidaire et responsable, à Sud Radio le 16 mai 2022, sur la nomination du prochain Premier ministre, les élections législatives, le pouvoir d'achat et la question du burqini dans les piscines municipales.

Texte intégral

PATRICK ROGER
Bonjour Olivia GREGOIRE.

OLIVIA GREGOIRE
Bonjour.

PATRICK ROGER
Le nouveau gouvernement attendu en ce début de semaine, qui à Matignon, homme ou femme, de droite ou de gauche, la priorité du pouvoir d'achat, la surenchère sur le SMIC, 1.500 euros nets selon Jean-Luc MELENCHON, les conséquences de la guerre en Ukraine, le burqini dans les piscines, la fin du masque ; autant de questions que nous allons essayer d'aborder. Est-ce que vous attendez, d'abord, ce matin, le nom de la future personnalité à Matignon ?

OLIVIA GREGOIRE
Je l'attends posément, calmement, peut-être avec plus de calme que pas mal de monde, mais c'est une question d'heures, je crois que c'est imminent. Après, j'ai envie de dire deux petites choses, 1°) : je pense qu'il ne faut pas de précipitation dans ces moments, on est quand même dans une situation qui est assez historique, c'est la première fois – et tout le monde le sait – qu'un président est réélu sans cohabitation, qu'il prenne deux semaines, allez, pour choisir la personne qui va donner l'impulsion…

PATRICK ROGER
Trois semaines…

OLIVIA GREGOIRE
De ces cinq prochaines années, en tout cas, des prochaines années, qui va être en charge de réformes majeures au service du pouvoir d'achat, de la transformation des institutions, qu'il prenne un peu de temps me semble de bon aloi. Et je le répète, la patience pour moi est mère de sûreté, et je pense qu'on peut comprendre qu'il ait pris un petit peu de temps, le suspense s'arrête, c'est une question d'heures, je crois que c'est aujourd'hui.

PATRICK ROGER
Il a peut-être pris du temps aussi parce qu'il y en a certains ou certaines qui ont dit non.

OLIVIA GREGOIRE
Je ne sais pas, ça parle beaucoup…

PATRICK ROGER
Vous êtes bien informée…

OLIVIA GREGOIRE
Oui, mais j'écoutais Sud Radio, qui est une très bonne radio…

PATRICK ROGER
Et notamment de personnalités qui viennent de gauche…

OLIVIA GREGOIRE
Où il y avait Arlette CHABOT il y a quelques minutes, elle le rappelait à juste titre, il sait tenir un secret, c'est un homme qui sait tenir un secret, j'ai beau être membre du gouvernement, je ne suis pas dans le secret du prince, je n'ai aucune certitude, je ne sais pas du tout qui va être nommé Premier ministre aujourd'hui, ce que je sais, c'est que c'est imminent, ce que je crois, c'est qu'une première équipe gouvernementale sera nommée cette semaine, avec une douzaine de ministres importants.

PATRICK ROGER
Oui, Olivia GREGOIRE, vous venez des rangs de la gauche, donc pendant des jours et des jours, on a parlé de quelqu'un qui devait être issu aussi des rangs de la gauche, d'une femme, et là, on parle de Catherine VAUTRIN, qui vient de la droite, ça vous déçoit un petit peu ou pas ?

OLIVIA GREGOIRE
Alors, je viens plutôt… vous me connaissez un peu, Patrick ROGER, je suis directe, je viens plutôt du centre droit, moi, j'ai grandi au centre droit…

PATRICK ROGER
Oui, mais vous avez…

OLIVIA GREGOIRE
On parle de Catherine VAUTRIN, on parle d'Elisabeth BORNE, on a tout entendu et son contraire. Ce qui compte pour moi, c'est qu'il faut quelqu'un de solide, une femme, c'est un signal fort, on commente beaucoup la vie politique, on rappelle assez peu que c'est quand même En Marche qui a assumé la parité au Parlement, assumé et mis en place la parité au sein du gouvernement, il faudrait une femme, j'y suis favorable, je ne suis pas obsédée des origines politiques…

PATRICK ROGER
Mais est-ce qu'il faut une femme pour une femme ?

OLIVIA GREGOIRE
Je suis obsédée par l'efficacité. Une femme pour une femme, vous savez, c'est quelque chose qu'on entend souvent en tant que femme, il faut une femme compétente, et il y en a beaucoup. Donc on va trouver, parce qu'il y a beaucoup de femmes qui sont et femmes et compétentes.

PATRICK ROGER
Oui, et…

OLIVIA GREGOIRE
Parce que, parfois, il y a… ce n'était pas dans votre bouche, mais l'idée qu'une femme pour une femme serait antinomique de la compétence ou de l'efficacité, non, il y a des femmes compétentes, il y a des femmes engagées, qu'on ne voit pas toujours sur les plateaux télé, mais qui font énormément de travail au plan local, vous avez cité certains noms, et je pense qu'il y a beaucoup de femmes aujourd'hui qui sont en mesure d'être Premier ministre.

PATRICK ROGER
Bon, et peu importe, parce que, c'est vrai, tout à l'heure, je suis allé un peu vite, vous êtes plutôt centriste bien sûr…

OLIVIA GREGOIRE
Mais ce n'est pas grave, je suis En Marche, donc peu importe les origines…

PATRICK ROGER
Non, mais c'est vrai, c'est vrai, non, mais aujourd'hui, à la fin, on finit par confondre. Et puis…

OLIVIA GREGOIRE
Non, mais c'est intéressant, parce que, peu importe d'où on vient…

PATRICK ROGER
Non, mais c'est vrai, non, mais toutes les sensibilités…

OLIVIA GREGOIRE
Ce qui compte, c'est ce qu'on fait…

PATRICK ROGER
Est-ce qu'il faut quand même une sensibilité politique pour la personne qui va être nommée, compte tenu justement des élections, de ce qui s'est passé au second tour de la présidentielle… enfin, au premier tour de la présidentielle, et puis, des perspectives des législatives ?

OLIVIA GREGOIRE
Bien sûr qu'il faut une sensibilité politique, je vous dirais qu'il faut évidemment que la personnalité en charge d'animer le collectif gouvernemental ait plus qu'une sensibilité, je dirais, une forte identité politique. Mais vous savez, on parle beaucoup du passé, toi, tu viens de la droite, toi, tu viens de la gauche, toi, tu as voté ci, toi, tu n'as pas voté ça. Ce qui nous caractérise quand même chez En Marche, et on en parle souvent avec Stanislas GUERINI, c'est que, ce qui compte, c'est ce qu'on va faire, pas forcément d'où on vient, la datation carbone des origines politiques…

PATRICK ROGER
Eh bien, lui, il vient par exemple de la gauche, quoi, oui, voilà, c'est ça…

OLIVIA GREGOIRE
Mais voilà, et moi, je viens plutôt, voyez, de la droite, et on s'entend très bien, et on vote ensemble sur le projet qu'on veut conduire pour la France, peu importe la datation carbone de ton engagement politique.

PATRICK ROGER
Peu importe que Catherine VAUTRIN, finalement, elle, elle était plutôt contre le mariage pour tous ?

OLIVIA GREGOIRE
Ce seront des sujets qui seront à lui poser, si tant est que ce soit elle qui soit nommée, on en parle beaucoup, vous m'autoriserez à attendre la nomination définitive, parce que jeudi, il y avait d'autres noms, vendredi, il y avait d'autres noms, ça, c'était le nom de ce week-end, attendons la nomination définitive, elle est imminente…

PATRICK ROGER
Il y aura une surprise qui va sortir du chapeau, quoi, aussi…

OLIVIA GREGOIRE
Que ce soit une femme, déjà, sera… je ne sais pas si c'est une surprise, mais ça aura une affirmation extrêmement forte, vous savez comme moi, que ça fait des décennies qu'on l'attend, et que, Edith CRESSON l'a été, il est grand temps désormais d'afficher une seconde femme à Matignon.

PATRICK ROGER
Oui, un mot aussi, parce que vous avez côtoyé Jean CASTEX, là, qu'est-ce que vous retenez de votre ancien patron, puisque ça va être votre ancien patron dans quelques heures ?

OLIVIA GREGOIRE
Je retiens trois choses, qu'il a dites, avec beaucoup d'émotion lors de son dîner de départ, jeudi soir, la modestie, on est serviteur, vous savez, ministre, en latin, ministère, ça veut dire servir, ne jamais l'oublier, matin, midi et soir, servir, servir la France, servir les Français. Deuxièmement, on ne fait rien tout seul, il l'a redit, on lui a offert un maillot de rugby, ce n'est pas un hasard, le collectif, essayer de jouer son propre jeu ne sert à rien, on est là pour être au service des Français, on est là pour bosser ensemble. Troisième chose, je n'oublierai pas que c'est le Premier ministre qui s'est le plus déplacé en France, plus de 300 déplacements, sans forcément tout le temps des caméras ou de la presse quotidienne régionale, c'est quelqu'un qui est extrêmement attaché à nos territoires et qui l'a démontré, au-delà des mots, par sa présence sur le terrain, c'est un Premier ministre qui a été extrêmement présent sur le terrain.

PATRICK ROGER
C'est ça. Alors, vous êtes candidate aux législatives ?

OLIVIA GREGOIRE
Oui, à Paris.

PATRICK ROGER
Vous êtes candidate aussi pour repartir dans un gouvernement ?

OLIVIA GREGOIRE
On va faire les choses dans l'ordre, je suis d'abord candidate et j'ai passé tout le week-end sur le terrain pour regagner la 12e circonscription de Paris, 15e Nord et 7e arrondissement Sud, je dois parler avec mes concitoyens, écouter leur jugement sur mon action au sein du Parlement pendant cinq ans, ma proximité avec eux, avec leurs préoccupations, et je suis totalement concentrée là-dessus aujourd'hui, pour ces élections des 12 et 19 juin. Ensuite chaque chose en son temps, on verra, je suis être réélue et ensuite on verra si je peux être à nouveau utile au président dans un gouvernement.

PATRICK ROGER
Vous avez lu la charte justement…

OLIVIA GREGOIRE
Bien sûr, je l'ai même signée.

PATRICK ROGER
Oui, vous l'avez signée ?

OLIVIA GREGOIRE
Parfaitement.

PATRICK ROGER
Qu'est-ce que vous en pensez, parce que, quand même, dans cette charte on s'engage à propager la méthode et à encourager, lors des votes, Emmanuel MACRON, enfin je schématise mais c'est un peu ça ?

OLIVIA GREGOIRE
On s'engage à soutenir le président de la République…

PATRICK ROGER
Voilà, c'est ça.

OLIVIA GREGOIRE
Ce qui me semble être de bon aloi.

PATRICK ROGER
Voilà, quoi qu'il soit, pas quoi qu'il en coûte, mais quoi qu'il en soit quoi !

OLIVIA GREGOIRE
Oui, non pas quoi qu'il en coûte, moi j'ai passé 3,5 ans à la Commission des finances, on a beaucoup accompagné les Français, mais on a aussi, avant la crise, beaucoup stabilisé le déficit en 2018, faut-il le rappeler, nous sommes sortis, c'était important, de la procédure de déficit abusif et donc nous avons ensuite eu la crise à gérer. Moi je pense qu'on est parlementaires En Marche, enfin désormais Ensemble et Renaissance pour ce nouveau nom, et que ce qui m'importe, je vais vous dire très simplement, c'est que le pays ne soit pas bloqué dans les années qui viennent. Nous avons des circonstances économiques qui vont se tendre, il va falloir agir, il va falloir voter dès cet été ce qu'on appelle un projet de loi de finances rectificative, il faut qu'on ait une majorité, pourquoi ? Pas pour se faire plaisir, parce qu'il faut qu'on indexe les retraites sur l'inflation, parce qu'il faut qu'on mette en place le bouclier tarifaire jusqu'à la fin de l'année.

PATRICK ROGER
Mais en signant cette charte de l'éthique des candidats, est-ce que ça veut dire qu'on s'engage à refuser de critiquer éventuellement le gouvernement et Emmanuel MACRON…

OLIVIA GREGOIRE
Pas du tout, on s'engage…

PATRICK ROGER
Enfin, pas le gouvernement, mais Emmanuel MACRON ?

OLIVIA GREGOIRE
Non, non…

PATRICK ROGER
Un petit peu, non ?

OLIVIA GREGOIRE
Moi j'ai cinq ans de vie parlementaire dans les jambes, si je puis dire, on n'a jamais empêché personne de voter, notamment sur les sujets de société, en fonction…

PATRICK ROGER
Mais parce que vous n'aviez jamais signé une telle charte, si ?

OLIVIA GREGOIRE
Oui, mais vous savez, on n'est pas obligé de signer une charte pour avoir un engagement moral, moi l'engagement moral, comme nombreux de mes amis parlementaires, on l'a depuis 2017. Quand on est gêné aux entournures par un sujet, notamment un sujet de société, on n'est pas obligé de voter pour, on peut s'abstenir, cette liberté demeurera. On demande du collectif sur notamment le sujet du projet de loi de finances parce que ce sont des projets de loi majeurs et qu'il faut financer les réformes, mais cette charte ne vient qu'entériner une pratique qui est celle de la majorité, moi je trouve que c'est bien de décrire les choses, c'est plus clair et ça annonce la couleur, on est là pour agir au sein d'une majorité, pour mettre en place le projet pour lequel les Français ont voté.

PATRICK ROGER
Alors à propos d'éthique, il y a eu cette affaire Taha BOUHAFS, évidemment qui aujourd'hui n'est plus candidat, mais du côté de la France Insoumise on dit " nous on a fait le ménage alors que, par exemple, au sein de la majorité il y a des candidatures problématiques, comme celle, par exemple, de Jérôme PEYRAT qui a été condamné pour des faits de violences conjugales ", qu'est-ce que vous y répondez ?

OLIVIA GREGOIRE
J'y réponds que déjà je trouve qu'on fait beaucoup, beaucoup, beaucoup de bruit autour de ce monsieur dont les pratiques, Taha BOUHAFS, sont quand même condamnables depuis un moment, que ça occupe beaucoup de place dans l'espace médiatique et je pense que…

PATRICK ROGER
Trop à votre avis ?

OLIVIA GREGOIRE
Je ne sais pas, vous savez moi j'évite de donner des bons points, des mauvais points, j'ai vu Clémentine AUTAIN très gênée hier en plateau, expliquer qu'il avait fallu – je reprends ses mots aussi – protéger mon mouvement politique, bon, je trouve que tout ça n'est pas très clair, qu'aujourd'hui pour essayer de s'en sortir ils essayent de mettre…

PATRICK ROGER
Vous voudriez que les femmes parlent d'ailleurs, de la France Insoumise, qu'elles aillent en justice ?

OLIVIA GREGOIRE
Je ne nie rien du tout, je remarque juste qu'il a fallu plusieurs jours pour que les choses soient dites et que pour ce monsieur ne soit pas investi, je remarque, c'est tout, qu'on a essayé de gérer ça en interne, comme on dit joliment, alors même qu'on se fait parfois le chantre de la défense des violences conjugales. Que pour se défendre ils attaquent la majorité, rien de neuf sous le soleil, c'est de bonne guerre et c'est classique.

PATRICK ROGER
Oui, mais c'est vrai, Jérôme PEYRAT, ça en a choqués certains quand même.

OLIVIA GREGOIRE
Ecoutez, on va voir déjà comment s'en sort Jérôme PEYRAT, je crois que c'est en Dordogne, on va voir s'il parvient à accéder au second tour et on verra ensuite s'il est élu et si ces éléments sont de nature à mettre en cause son élection, moi je reste très calme vis-à-vis de ça. On a tous été en maternelle, on a tous été en cours de récré, moi je m'en souviens assez bien, c'était il n'y a pas si longtemps…

PATRICK ROGER
Et alors ?

OLIVIA GREGOIRE
Et alors, quand on était pris le doigt dans le pot de confiture on disait " c'est pas moi, c'est le voisin, regardez chez le voisin il mange aussi de la confiture ", ça ressemble un peu à ça ce que fait la France Insoumise ce matin.

PATRICK ROGER
Olivia GREGOIRE, il y a la priorité aussi du gouvernement et puis, pour beaucoup de Français, du pouvoir d'achat…

OLIVIA GREGOIRE
C'est plus important.

PATRICK ROGER
Sur quoi faut-il aller, est-ce qu'il faut continuer cette politique du chéquier ou alors les boucliers tarifaires, les mener en même temps, que faut-il faire, vous qui êtes justement à Bercy ?

OLIVIA GREGOIRE
Oui, et qui a beaucoup appris aux côtés de Bruno LE MAIRE. Déjà je vais reprendre, et vous m'y autoriserez, la politique du chéquier. J'étais hier encore sur le marché de Grenelle, quand je parle aux artisans, au boulanger, ou au boucher, le long du marché aérien dans Paris, on ne me dit pas qu'on a eu la politique du chéquier, on me dit plutôt " merci madame, parce qu'accessoirement le fonds de solidarité, ou le prêt garanti d'Etat, ou le chômage partiel, m'ont permis de maintenir mon activité… "

PATRICK ROGER
Pendant le Covid ça.

OLIVIA GREGOIRE
Bah oui, mais, il ne faut pas refaire les matchs.

PATRICK ROGER
Bien sûr…

OLIVIA GREGOIRE
Donc, c'était indispensable, et je suis fière que ce gouvernement l'ait fait, le cas échéant on n'en serait pas là au niveau économique, premièrement, donc oui on a soutenu, et le " quoi qu'il en coûte " n'est pas éternel, on l'a dit, on y a mis fin. Désormais ce qu'il faut, et ce qu'on a commencé à faire, c'est une politique économique qui est très ciblée pour aider ceux qui sont le plus frappés par la hausse des prix, bien évidemment nos concitoyens qui représentent les catégories les plus populaires et qui font, par exemple beaucoup de route, qui se déplacent beaucoup, et qui ont aujourd'hui deux problématiques lourdes, l'essence, le gasoil, et aujourd'hui l'énergie, le chauffage à la maison. On a mis en place un bouclier tarifaire, dès que la majorité, et c'est pour ça qu'il est important que nous l'ayons, sera en mesure d'agir après les élections législatives, il y aura dès le mois de juillet, pas en septembre, ce qu'on appelle un PLFR, projet de loi de finances rectificative, pour prolonger le bouclier tarifaire jusqu'à la fin de l'année 2022, confirmer la baisse de 18 centimes par litre et peut-être en faire un peu plus pour ceux qui en ont un peu plus besoin, désormais il faut cibler, ce n'est pas qu'on change de pied, c'est qu'on a accompagné tout le monde pendant la crise et que désormais il faut désormais cibler mieux pour éviter de dépenser bêtement pour des gens qui n'en n'auraient pas besoin.

PATRICK ROGER
Ben oui, parce que là évidemment c'était indifférent en fonction de…

OLIVIA GREGOIRE
Pendant la crise, oui, désormais, il va nous falloir cibler pour que la dépense publique soit plus efficace, nous ferons aussi dès l'été – il faut le dire aux Français, l'indexation des retraites en milieu d'année sur l'inflation, la suppression de la redevance audiovisuelle, et la mise en place de deux dispositifs majeurs pour les travailleurs, la prime Macron défiscalisée, désocialisée, et la baisse des charges pour les indépendants, 550 euros d'économie par an, pour un indépendant, au niveau du SMIC, ça n'est pas anodin.

PATRICK ROGER
Olivia GREGOIRE, il nous reste une minute trente, sur le burqini, avec le Conseil municipal de Grenoble qui va débattre aujourd'hui de ça, le burqini dans les piscines municipales, votre position ?

OLIVIA GREGOIRE
Ma position est très claire, et elle est très cohérente avec celle du préfet, qui s'est exprimé hier, déjà, rappeler qu'Eric PIOLLE prend cette décision contre l'avis de 40 élus de sa majorité au sein même de la métropole, c'est une façon aussi de démontrer que l'alliance de gauche Nupes est plutôt une alliance pour avoir des sièges plutôt qu'une alliance d'idées, puisqu'ils ne sont pas d'accord, nous avons 40 élus de la majorité d'Eric PIOLLE qui sont contre cette disposition votée à 15h, si elle était votée, le préfet informerait monsieur PIOLLE et prendrait les mesures nécessaires, pour rappeler que c'est une mesure qui met directement en danger la laïcité, et moi, je suis extrêmement claire…

PATRICK ROGER
Mais ça existe à Rennes depuis quelques années déjà…

OLIVIA GREGOIRE
On parle, ici, de Grenoble et de l'instrumentalisation d'Eric PIOLLE sur ces enjeux qui sont des enjeux communautaires, et sur cette même radio, Sud Radio, ce matin, j'entendais Sarah qui disait, d'Alliance Citoyenne, je crois que ça n'est pas la priorité des Français, elle l'a dit bien mieux que moi, et je suis totalement d'accord avec son propos.

PATRICK ROGER
Oui, merci Olivia GREGOIRE…

OLIVIA GREGOIRE
Merci à vous…

PATRICK ROGER
La fin du masque obligatoire, vous continuerez quand même de le prendre, vous, dans les transports ou pas ?

OLIVIA GREGOIRE
Moi, je le prends assez souvent, mais c'est plutôt parce que je suis une jeune maman d'un tout petit bout, et j'essaie de faire attention, mais je pense que beaucoup de Français font comme moi, de façon libre…

PATRICK ROGER
Non, mais c'est ça, vous dites que…

OLIVIA GREGOIRE
Chacun fait ce qu'il veut, du bon sens…

PATRICK ROGER
Du bon sens et des précautions…

OLIVIA GREGOIRE
Du bon sens, et puis, le sens du collectif.

PATRICK ROGER
Merci Olivia GREGOIRE, secrétaire d'Etat, en charge de l'Economie sociale solidaire et responsable…

OLIVIA GREGOIRE
Merci à vous.

PATRICK ROGER
Bon, eh bien, il y en a encore pour quelques heures…


source : Service d'information du Gouvernement, le 17 mai 2022