Communiqué de presse de la Présidence de la République, en date du 29 août 2022, concernant le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Texte intégral

La 10ème conférence d'examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires s'est achevée vendredi 26 août à New York.

Malgré d'intenses consultations, la conférence n'a pu aboutir à l'adoption d'un document final consensuel. Un seul Etat porte toute la responsabilité du blocage, la Russie, qui ne voulait pas voir la situation des installations nucléaires ukrainiennes qu'elle occupe évoquée par les Etats parties au TNP. Le Président de la République le déplore et se félicite dans ce contexte que la France ait prononcé à cette occasion, au nom de 55 Etats et de l'Union européenne, une déclaration forte qui rappelle notre soutien aux autorités légitimes et souveraines de l'Ukraine et qui condamne l'attitude russe.

Les Etats dotés de l'arme nucléaire doivent se distinguer par l'adoption d'une approche responsable. Le Président de la République l'a souligné dès février 2020, "la détention de l'arme nucléaire confère aux responsables des pays concernés des responsabilités d'une ampleur morale sans précédent dans l'histoire". C'est dans cet esprit qu'avec les autres chefs d'Etat et de gouvernement du P5, le Président de la République a adopté le 3 janvier dernier une déclaration sur la prévention de la guerre nucléaire qui affirme qu'une "guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée" et qui rappelle que les armes nucléaires, tant qu'elles existent, ne doivent servir qu'à des fins défensives, de dissuasion et de prévention de la guerre, et non comme des outils d'intimidation ou de coercition. Toute dérogation à ces principes ne peut que conduire à une mise à l'écart de la communauté des puissances nucléaires responsables. La France pour sa part assume bien entendu sa responsabilité et réaffirme sans réserve l'importance qu'elle attache à ces engagements.

La France respecte et continuera de respecter pleinement ses obligations au titre du TNP. Elle a pris pour cela des mesures unilatérales considérables en matière de désarmement, dans le cadre d'une approche progressive et crédible, dont le contexte stratégique actuel confirme la pertinence. Le Président de la République souhaite redire ici l'opposition de la France au Traité d'interdiction des armes nucléaires.

La France demeure également pleinement mobilisée pour trouver une solution diplomatique aux crises de prolifération nucléaires, qui constituent une menace grave pour la paix et la sécurité internationales. Enfin, elle poursuit son effort pour la promotion des usages pacifiques de l'énergie nucléaire qui revêt une importance particulière face aux défis posés par le changement climatique et les tensions actuelles sur les approvisionnements énergétiques.

Telle est l'approche de la France. Ses partenaires peuvent compter sur elle au cours des prochaines années pour continuer à travailler en ce sens au renforcement constant du TNP qui est et demeure depuis un demi-siècle l'élément fondamental et inaltérable de notre architecture de sécurité.