Interview de M. Olivier Klein, ministre chargé de la ville et du logement, à LCI le 20 septembre 2022, sur la réforme des retraites, le bouclier tarifaire et les locataires de HLM, les économies d'énergie, la rénovation thermique et l'hébergement d'urgence.

Texte intégral


ADRIEN GINDRE
Bonjour Olivier KLEIN.

OLIVIER KLEIN
Bonjour.

ADRIEN GINDRE
Avant de parler logement, un mot des retraites puisque votre allié du MoDem, François BAYROU ce week-end s’est exprimé assez durement, il ne veut pas du projet de réforme de retraite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, pour lui ce serait une méthode brutale, un passage en force, est-ce qu'il a tort ?

OLIVIER KLEIN
D’abord sur le fond qu'il y ait une réforme des retraites.

ADRIEN GINDRE
… parce qu’il ne conteste pas le fait qu’il y ait une réforme des retraites, il conteste la méthode.

OLIVIER KLEIN
Ensuite moi sur la forme je suis favorable évidemment à la concertation, à la concertation avec les partenaires sociaux. Olivier DUSSOPT hier les a rencontrés, je ne doute pas qu'il va les rencontrer encore, je ne crois pas que dans l'esprit du président de la République et du gouvernement il y ait une idée de passer en force, c'est pas la méthode annoncée par le président de la République et la Première ministre et la méthode qui est la nôtre sur tous les sujets, c'est la concertation, le travail collectif pour aller vers une réforme qui doit être juste et nécessaire parce qu’on commence pour un certain nombre à travailler plus tard, que la vie s'allonge. Mais cette réforme bien évidemment elle doit être concertée et juste.

ADRIEN GINDRE
Donc il faut écouter ce que dit François BAYROU.

OLIVIER KLEIN
Il faut trouver la bonne voie pour aboutir à une réforme juste et concertée.

ADRIEN GINDRE
Vous dites la concertation, vous hier vous avez reçu le secrétaire général de la CFDT, Laurent BERGER, derrière vous avez publié un tweet en disant nous avons besoin de toutes les forces du pays pour redonner du pouvoir d'achat, du pouvoir de vivre aux habitants des quartiers populaires en particulier, c'est ce qui vous tient à coeur, ça veut dire aussi qu'il faut pouvoir concertée et avancer avec la CFDT.

OLIVIER KLEIN
Bien évidemment enfin le principe du gouvernement et le mien c'est de concerter avec tout le monde, rencontrer Laurent BERGER, rencontrer Bruno ARCADIPANE, le président du MEDEF, c'est ma méthode et c'est normal quand on est ministre du Logement, on doit travailler avec l'ensemble des partenaires sociaux qui participe avec Action logement à la vie du logement…

ADRIEN GINDRE
Mais là encore quand Laurent BERGER dit s’il y a un passage en force dans le projet de loi de Sécu, on se retire du Conseil national de la refondation, on arrête les autres concertations, pareil vous dites faut écouter.

OLIVIER KLEIN
D'abord le Conseil national de la refondation, il est le lieu de la concertation, de l'échange et de travailler autrement et donc évidemment on ne peut pas apprécier le lancement du CNR et se dire on va s'en retirer et ne pas se donner les moyens que ça dure. Donc moi ma position c'est qu’évidemment il faut travailler avec l'ensemble des partenaires sociaux, réfléchir avec eux à cette réforme et ensuite la conduire au Parlement au bon moment.

ADRIEN GINDRE
Donc oui à la concertation et le Parlement au bon moment on a noté votre réponse, c'est important de l'entendre. Le gouvernement annonçait la semaine dernière sur un sujet qui vous concerne un peu plus directement le prolongement du bouclier tarifaire pour tous les ménages, pour le gaz et l'électricité mais est-ce que tous les locataires de HLM vont bénéficier Olivier KLEIN, que ce soit sur le gaz comme sur l’électricité puisqu'il y a des inquiétudes ?

OLIVIER KLEIN
Oui les inquiétudes sont légitimes pour les bailleurs, pour les locataires mais le gouvernement a vraiment pris ce sujet à bras-le-corps. D’abord la règle générale c'est que le bouclier tel qu'il existe s'applique individuellement ou collectivement. Il y a en effet…

ADRIEN GINDRE
Le problème c’est les grands ensembles HLM par exemple qu'ils n'en bénéficient pas sur l’électricité parce qu’ils sont considérés comme des entreprises.

OLIVIER KLEIN
Voilà il y a problème qu'on a repéré et sur lequel on travaille, la Première ministre s'est engagée pour que là où il y a un chauffage collectif électrique et une problématique sur les parties communes, eh bien là le bouclier tarifaire ne s'appliquait pas, c'est une petite niche malheureusement qui avait été un peu oubliée mais la Première ministre et l'ensemble du gouvernement travaillent pour que cet oubli soit réparé très rapidement.

ADRIEN GINDRE
Quand vous dites on travaille, ça veut dire que vous n'avez pas encore trouvé le mécanisme ou l'astuce pour faire en sorte…

OLIVIER KLEIN
Il va falloir élargir le bouclier à ces tarifs jaunes qui sont aujourd'hui les abonnements sur les parties communes et pour un certain nombre de chauffage électrique collectif, ce qui est assez rare a au final que ce soit pour les logements sociaux, que pour les copropriétés, on trouve, on va trouver une solution pour protéger l'ensemble des Français et c'est l'objectif de la Première ministre et du gouvernement de protéger tous les Français, ce qu'on a fait aussi avec la loi pouvoir d'achat. Vous savez lorsqu'on a augmenté les APL, lorsqu'on donne le chèque énergie, on veut protéger, donc là où il y a un oubli on le répare.

ADRIEN GINDRE
A partir de quand parce que les prolongations du bouclier tarifaire c'est à partir du 1er janvier, or l'oubli il existe déjà aujourd'hui pour les catégories qu’on vient d’évoquer.

OLIVIER KLEIN
Oui après les organismes HLM ne doutent pas qu'on est en train de travailler, donc il y a un certain nombre d'appels de charges qui ont déjà été envoyés, de régularisation de charges qui ont été envoyées, les choses vont s'organiser. Les bailleurs savent que le bouclier s'applique, vous savez même pour ceux qui sont au chauffage gaz…

ADRIEN GINDRE
Mais il sera rétroactif sur 2022 ou on parle de 2023 ?

OLIVIER KLEIN
Non le bouclier va s'appliquer sur le chauffage électrique collective de la même manière qu’il s'applique sur le chauffage collectif au gaz et il prendra en compte la période passée et la période à venir.

ADRIEN GINDRE
Ça c'est très important. Comment vous vérifiez d'ailleurs que les bailleurs sociaux répercutent bien ce bouclier tarifaire parce que dans de nombreuses configurations en fait ces locataires-là ne payent pas à EDF, par exemple mais dans les charges au bailleur social.

OLIVIER KLEIN
Bien sûr. D’abord il y a la confiance, les bailleurs c'est des organismes sérieux qui ont à coeur de protéger leurs locataires. Ensuite vous savez comment ça marche, il y a les appels de charges qui sont des provisions et les régulations de charge, donc même avec les boucliers il y a des effets de petite augmentation même si le gouvernement a protégé l'ensemble des Français, donc dans les régulations il peut y avoir une demande supplémentaire. Et puis il y avait les provisions qui commencent à arriver pour l'année suivante, donc l'annonce de la Première ministre de dire que de boucliers continue est extrêmement importante et tout ça évidemment il faut faire confiance. Mais je le dis, il faut être prudent pour les locataires qu'ils soient dans le logement social ou dans les copropriétés où pour les résidents en général et il faut faire attention dans cette période à la reprise de nouveaux abonnements.

ADRIEN GINDRE
A ne pas prendre d’engagement au prix fort.

OLIVIER KLEIN
D’engagement au prix fort actuellement sur des durées trop longues qui seraient dangereuses…

ADRIEN GINDRE
Sur ce que vous venez de nous annoncer, l'engagement de protéger vraiment tous les locataires, est-ce que vous avez déjà chiffré le surcoût que ça va représenter, parce qu'il y avait un trou dans la raquette, il va falloir combler ce trou, c'est quel montant en plus ?

OLIVIER KLEIN
C’est plusieurs centaines de millions d'euros.

ADRIEN GINDRE
Pour 2022 ou pour 2023 ou pour l’ensemble ?

OLIVIER KLEIN
Pour l'ensemble.

ADRIEN GINDRE
Et combien de centaines ?

OLIVIER KLEIN
Entre 900 et un milliard, je pense, on est en train de travailler.

ADRIEN GINDRE
C’est quand même un gros trou dans la raquette. On va rester sur la question de la sobriété énergétique, on l'a traité tout à l'heure dans les journaux la fac de Strasbourg en raison des prix de l'énergie a annoncé une 3e semaine de congés pour Noël, une semaine complète de cours en distanciel en février, est-ce que c'est votre idée de la sobriété énergétique, est ce que c’est ce qu’il faut faire ?

OLIVIER KLEIN
Non je ne crois pas, vous savez les étudiants ont déjà beaucoup souffert pendant la période Covid. Moi j'ai vu ma fille faire des cours à la maison, à un moment les étudiants ils ont besoin d'étudier à la fac avec leurs camarades de classe et d'études. Donc il faut regarder, moi je ne connais pas le détail mais je crois vraiment que la sobriété, oui évidemment et on doit tous prendre cette responsabilité mais d'abord le droit à l'éducation, c'est pour moi ma priorité, donc je laisse ma collègue, ministre de l'Enseignement supérieur regarder, mais ce n’est pas la consigne qui est donnée par le gouvernement aujourd'hui de réduire le temps d'études.

ADRIEN GINDRE
Mais par exemple, quand un président de fac dit : ça me coûte trop cher, qu’est-ce qu’il a, lui, comme mécanisme pour l’aider à payer sa facture aujourd’hui ?

OLIVIER KLEIN
Eh bien, là encore, d'abord, on verra plus tard, et il faut travailler sur les économies d'énergie, les enveloppes, comment les bâtiments…

ADRIEN GINDRE
Oui, et les factures, c’est maintenant pour le coup…

OLIVIER KLEIN
Et les factures, c’est maintenant, mais…

ADRIEN GINDRE
On va revenir…

OLIVIER KLEIN
Il n’y a rien qui exclut les établissements de forme de bouclier ou d'accompagnement, le gouvernement devra regarder cette situation particulière.

ADRIEN GINDRE
Il y a une question que vous venez d'évoquer, c'est la rénovation des bâtiments publics, on a entendu encore hier soir au 20h de TF1, des collectivités locales dire : nous, on a des difficultés parce qu'on a des bâtiments qu'on doit rénover, mais ça nous coûte trop cher, on avait par exemple un élu qui parlait…

OLIVIER KLEIN
D’un gymnase…

ADRIEN GINDRE
D’un gymnase, exactement, vous avez vu le reportage, c'est bien, vous suivez avec beaucoup d'attention les journaux de TF1, qu'est-ce que vous dites à ces élus-là, quelles solutions ils ont, pour là, très vite, pouvoir financer les travaux qui sont très lourds ?

OLIVIER KLEIN
Alors très vite, le maire n'a pas découvert son gymnase hier soir…

ADRIEN GINDRE
Non, et la hausse des prix, c'est quand même un nouveau contexte…

OLIVIER KLEIN
Oui, oui, bien sûr, mais d’abord, la sobriété, dans un gymnase, en particulier, moi, j'ai décidé comme encore maire pour quelques semaines de Clichy-sous-Bois, de baisser la température dans les gymnases, parce que sur une activité physique, on peut baisser les températures…

ADRIEN GINDRE
A combien ?

OLIVIER KLEIN
Sur les gymnases, 16. Mais après, il y a, ce que la Première ministre a annoncé, le fonds vert, 1,5 milliard d'euros, qui doit accompagner les collectivités locales, et c'est vraiment un outil à disposition des élus et des collectivités locales pour la renaturation, pour les friches, mais aussi pour les bâtiments publics qui doivent être améliorés, plus sobres énergiquement, bien évidemment, et puis, pour... je ne me rappelle plus où c'était, mais il y a aussi l'Agence nationale pour la rénovation urbaine qui accompagne aussi dans la rénovation des gymnases, dans les quartiers populaires, le gouvernement a déjà été présent, il le sera encore, aux côtés des collectivités locales, bien évidemment.

ADRIEN GINDRE
Il y a une question d'exemplarité aussi, Olivier KLEIN, la Première ministre elle-même en souriait, il y a quelques jours, en disant à Matignon : on a changé les fenêtres, le fait est qu'on sait que les palais de la République sont des passoires thermiques, que ce soit l'Elysée, Matignon, les ministères, bien souvent, ce sont des vieux bâtiments qui parfois sont classés, est-ce que c'est quand même des bâtiments que vous allez pouvoir et que vous allez rénover, et comment ?

OLIVIER KLEIN
Alors, je ne vais pas vous répondre précisément, parce que je n’ai pas la réponse, mais bien évidemment, l'exemplarité doit être celle des membres du gouvernement et des bâtiments publics, évidemment, il y a des sujets de classement, on ne peut pas faire n'importe quoi. La Première ministre le dit en permanence à ses ministres, au début de chaque réunion, les lumières sont éteintes dans nos salles de réunions…

ADRIEN GINDRE
Mais quand on dit, juste qu’on comprenne bien, quand vous dites : on ne peut pas faire n’importe quoi, c'est-à-dire que des bâtiments classés, aujourd'hui, on ne peut pas les rénover ?

OLIVIER KLEIN
Alors, alors bien évidemment, on ne va pas faire une isolation par l'extérieur sur un bâtiment classé ou dans du bâtiment haussmannien, comme on le voit derrière nous, la sobriété, les économies d'énergie doivent aussi se faire avec la réalité des bâtiments ; on peut passer en double vitrage, ça, c'est possible, et il le faut, et d'ailleurs, à Matignon, de mémoire, il y a un grand chantier sur les fenêtres en ce moment, donc, oui, tout ce qui est possible de faire, il faut le faire. Et évidemment, éteindre les lumières, ne pas chauffer les bureaux quand ils sont vides, prévoir l'inertie, et remettre en route le chauffage au bon moment et pas plusieurs heures avant l'arrivée et des personnels et des membres du gouvernement, tout ça, c'est le rôle de tout un chacun, on ne peut pas prôner la sobriété et ne pas se l'appliquer à nous-mêmes.

ADRIEN GINDRE
Alors venons-en justement aux questions de rénovation, puisqu'on l'évoquait, le gouvernement a mis, depuis un long moment déjà, en place MaPrimeRénov’, c’était même avant votre arrivée, c'était le gouvernement précédent. Mais il y a une critique principale qui est faite au mécanisme, c'est trop d'argent dépensé, pas assez d'efficacité. La Cour des comptes a pointé, a donné un chiffre dans un de ses rapports en disant qu'en 2021...

OLIVIER KLEIN
2.500…

ADRIEN GINDRE
2.500 logements ont changé de performance énergétique, alors que l'objectif était de 80.000, déjà, c'est un chiffre que vous confirmez ?

OLIVIER KLEIN
Eh bien, ce chiffre, il est réel, mais ce chiffre, il correspond à un type de travaux très spécifiques, qui donnait droit à un bonus supplémentaire, c'est un chiffre qui correspond à 2.500 logements qui ont eu la totalité de la rénovation, et donc les personnes qui ont fait ça ont eu un bonus supplémentaire, mais ça, c'est évidemment nécessaire, il faut massifier et il faut améliorer la performance énergétique…

ADRIEN GINDRE
C’est des logements qui ont changé de performance énergétique pour lesquels…

OLIVIER KLEIN
Mais tous ont changé…

ADRIEN GINDRE
La rénovation a vraiment servi…

OLIVIER KLEIN
Tous ont changé, un chiffre, c'est 1,5 million de projets qui ont été accompagnés par MaPrimeRénov’, c'est 2 milliards d'euros d’aide de l'Etat à travers l’ANAH, c'est à peu près 14 milliards de dépenses. La réalité, c'est que si on additionne toutes les dépenses, toutes les moindres consommations énergétiques depuis MaPrimeRénov’, on économise par an la consommation d'énergie de la ville de Lyon. Donc la réussite, elle est là ! Le 1,5 million de travaux représente à peu près une économie d'énergie de la consommation de la ville de Lyon…

ADRIEN GINDRE
Donc il n’y a pas d'insuffisance de votre point de vue aujourd’hui ?

OLIVIER KLEIN
Si, il y a des insuffisances, parce qu’on massifie, et c'est bien, il faut faire de plus en plus d'actes chez les logements de nos concitoyens, mais il faut aller plus loin sur la recherche de performances, c'est pour ça qu’on travaille sur un guichet unique, France Rénov, des personnes, des conseillers qui accompagnent la personne dans l'ensemble de sa réflexion, et puis, la mise en place des accompagnateurs Rénov’, qui vont regarder vraiment avec le particulier quels sont les travaux nécessaires, et pour chaque travaux, pour chaque geste, quel effet ça a. Et après…

ADRIEN GINDRE
C’est gratuit d’ailleurs ou payant d'avoir un accompagnateur Rénov’ quand on veut…

OLIVIER KLEIN
Alors, le conseiller est gratuit, l'accompagnateur Rénov’, il peut être payant, mais financé dans le cadre des aides de France Rénov’, de MaPrimeRénov’.

ADRIEN GINDRE
Alors, juste sur l'objectif, vous dites : bon, il y a des insuffisances, mais ça a quand même servi à quelque chose. Emmanuel MACRON, pendant la campagne a fixé l'objectif de rénover 700.000 logements par an, pendant 5 ans, ce n'est pas un chiffre pour dans 5 ans, c'est pendant 5 ans, est-ce que cette année, on aura 700.000 rénovations de logements avec une efficacité énergétique, un changement de niveau de...

OLIVIER KLEIN
Un passage de F à…

ADRIEN GINDRE
De niveau, de performance énergétique, voilà, c’est le mot que je cherchais…

OLIVIER KLEIN
De E à D, etc. Non, non, mais, évidemment, j'ai annoncé tout à l'heure qu'on vient d'atteindre le chiffre de 1,5 million de chantiers, donc 700.000, 700.000, on a un peu dépassé les objectifs, et bien évidemment, on a mis 2,1 milliards en 2022, on a rajouté, donc, on est à 2,4 milliards pour cette année, donc on est vraiment sur un effort. Eh oui, il faut continuer à chercher la performance, mais…

ADRIEN GINDRE
Mais quand on dit : chercher la performance, je m’arrête pour qu’on comprenne bien, ça veut dire qu’on cible par exemple les rénovations qui permettent de changer intégralement la qualité du logement, de faire une passoire thermique qui devient un logement parfaitement rénové, ou ça veut dire qu'on peut faire, comme aujourd'hui, parfois, juste changer les fenêtres, l'exemple de Matignon, si on change juste les fenêtres ?

OLIVIER KLEIN
Oui, il peut y avoir…

ADRIEN GINDRE
Est-ce que vous allez cibler, pour redire les choses différemment…

OLIVIER KLEIN
Il y a les deux…

ADRIEN GINDRE
Cibler certaines catégories de rénovations, certains types de rénovations comme d’autres ?

OLIVIER KLEIN
D'abord, on va aider les plus fragiles, d'abord, avec MaPrimeRénov’ et MaPrimeRénov’ Sérénité, l'objectif, c'est d'aider le plus ceux qui en ont le plus besoin, parce que ceux qui en ont le plus besoin sont souvent dans ces logements qui sont des passoires, et parce qu’ils n’ont pas les capacités financières à faire les travaux…

ADRIEN GINDRE
Ça veut dire qu'on aidera plus que ceux-là…

OLIVIER KLEIN
Non, on aidera…

ADRIEN GINDRE
On aidera un peu plus ceux-là…

OLIVIER KLEIN
On aidera plus ceux qui en ont le plus besoin, à travers MaPrimeRénov’ Sérénité, et on aidera à tous ceux qui feront des travaux, oui, il y a parfois des gestes qui sont suffisants, et parfois, des gestes qui ne permettent pas le saut d'une catégorie à une autre. Mais ce n'est pas pour ça qu'il ne faut pas les faire, donc c'est pour ça que l'accompagnateur, le conseiller de France Rénov’ et l'accompagnateur doivent aider en toute neutralité le particulier à faire les choix.

ADRIEN GINDRE
Et ça veut dire avec un budget, vous disiez 2 milliards cette année, moi, j’ai lu que le budget allait augmenter à 2,6 milliards, c’est le cas, dans le budget 2023 ?

OLIVIER KLEIN
Oui, absolument. Absolument.

ADRIEN GINDRE
Est-ce qu’on va pouvoir faire malgré tout, des économies, parce que dans le même temps, on sait que le gouvernement cherche où faire des économies, le logement est réputé malgré tout, j’explique pour nos téléspectateurs, comme un secteur où parfois on dépense plus que la moyenne européenne, même 2 fois plus, avec un résultat qui n’est pas forcément moins bon, donc, il y a peut-être des choses qui sont très positives, la rénovation, on vient de l'évoquer, mais est-ce qu'il y a par exemple d'autres endroits où on peut ponctionner, il paraît que le gouvernement réfléchit à ponctionner 350 millions dans les caisses d'Action Logement, qui est le premier bailleur social, est-ce que vous confirmez ?

OLIVIER KLEIN
D’abord, sur la rénovation thermique et des copropriétés et du logement social, c'est une source d'économies, d'abord, une source d'économies pour les Français et pour leur portefeuille, donc ça, c'est une économie importante, et c’est…

ADRIEN GINDRE
Dans la consommation énergétique…

OLIVIER KLEIN
Ensuite…

ADRIEN GINDRE
C’est une dépense…

OLIVIER KLEIN
Mettre de l'argent dans le logement, et dans le logement social en particulier, c'est une chance pour ce pays, aujourd'hui, il y a 2,2 millions de Français qui attendent un logement social…

ADRIEN GINDRE
Donc vous dites non, il ne faut pas faire d'économies dans le secteur du logement ?

OLIVIER KLEIN
Il faut bien dépenser l'argent, et bien dépenser l'argent, c'est bon pour ce pays, c'est bon pour les Français, donc oui, avec Action Logement, on travaille, Action Logement, c'est un partenaire essentiel du monde du logement, c'est 9 milliards d'euros, de mémoire, qu'Action Logement mais dans l'Agence nationale de rénovation urbaine…

ADRIEN GINDRE
Donc ponctionner 350 millions d'euros, ça peut être une piste ?

OLIVIER KLEIN
Ce n’est pas une ponction, c'est une participation, aujourd'hui, on travaille avec Action Logement, non mais, c'est pour l’aide à la pierre…

ADRIEN GINDRE
Ce n’est pas une ponction, c’est une participation, mais vous l’appelez comme vous voulez…

OLIVIER KLEIN
Non, mais, aujourd'hui, sur le budget 2022, Action Logement a mis 300 déjà, million d'euros, à l'aide à la pierre, ce n'est pas de l'argent pour mettre de l'argent, c'est de l'argent pour accompagner les bailleurs sociaux à réaliser leurs projets. Aujourd'hui, avec Action Logement, on travaille, à l'avenir, c'est ce qu'on appelle le nouveau plan quinquennal, je ne sais pas ce que sera l’effet des concertations, on parlait tout à l'heure de consultation et de concertation, ma méthode, c'est de consulter, de concerter et de construire un projet utile aux Français et respectueux des finances des bailleurs et d'Action Logement.

ADRIEN GINDRE
Dans les économies possibles, on cite souvent également la question des nuitées d'hôtel, de l'hébergement, etc, est-ce que ce sont, là, des pistes pour vous, de réductions de dépenses ?

OLIVIER KLEIN
Vous parlez de l'hébergement d'urgence, les hôtels sociaux…

ADRIEN GINDRE
Oui, tout à fait.

OLIVIER KLEIN
Moi, vous vous en doutez, compte tenu de ma personnalité et de mon parcours, je suis très attaché à la mise à l'abri, et je n'accepte pas la présence de plusieurs centaines de personnes dans les rues…

ADRIEN GINDRE
Mais on ne peut pas faire aussi bien avec moins d'argent…

OLIVIER KLEIN
Si, si, c'est l’objectif que l'on se fixe avec les préfets, il faut tout à la fois mettre à l'abri, respecter ces familles ou ces personnes seules qui sont dans des situations..., regarder avec les hôteliers pour que les prix soient les plus bas possibles, mais vous savez, la mise à l'abri, ce n'est pas seulement trouver un toit, c'est aussi faire un accompagnement social de cette personne, regarder sa situation, parce que le président de la République l'avait très bien dit dans le programme Logement d'abord, la priorité du gouvernement, c'est une mise à l'abri qui dure, et donc le programme Logement d'abord qui permet de retourner vers le logement, c'est ça notre priorité, construire plus de pensions de famille, augmenter le nombre de places d'hébergement, en oubliant le mot urgence.

ADRIEN GINDRE
Vous disiez à l'instant : concertation, discussion, etc, il y a un sujet sur lequel les collectivités sont vent debout, c'est la suppression de la CVAE, la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, annoncée sur ce plateau par Bruno LE MAIRE. Les associations d'élus vous demandent de la conserver, pas simplement d'étaler la suppression dans le temps, ce qui a été annoncé, mais de la conserver pour maintenir un lien entre les collectivités locales, un lien financier, et les entreprises, ça ne compte pas dans un cas comme ça la parole des élus pour le coup, quand là, ils vous demandent de maintenir cette contribution, vous leur dites non ?

OLIVIER KLEIN
D'abord, les élus le savent, c'est une contribution qui sera compensée à l'euro près par le gouvernement, ce n'est pas une perte de recettes…

ADRIEN GINDRE
Après, ils s’inquiètent sur l’année de référence, ils disent : si on prend comme référence l’année 2022, c’est une mauvaise année pour nous…

OLIVIER KLEIN
Oui, mais vous savez, les gouvernements précédents, lorsqu’ils ont supprimé la taxe professionnelle, ces inquiétudes, on les a toujours connues, comme élu local…

ADRIEN GINDRE
Elles sont injustifiées ?

OLIVIER KLEIN
Non, il faut garder le lien avec les entreprises, quand on est élu local, président d'une intercommunalité, d'une métropole, évidemment, on a besoin de garder ce lien avec les entreprises, mais je peux assurer les élus locaux, je les ai rencontrés hier, moi, pour parler logement, l'ensemble des associations d'élus, oui, la méthode, c'est la concertation, c'est l'échange ; et protéger les collectivités locales fait partie des priorités du gouvernement, bien évidemment.

ADRIEN GINDRE
Un petit mot sur les sujets politiques du moment, Olivier KLEIN, la députée écologiste Sandrine ROUSSEAU a indiqué hier soir avoir reçu chez elle très longuement une ex-compagne du député Julien BAYOU dans un état très déprimé dit-elle, qui a d'ailleurs fait une tentative de suicide quelques semaines après, dans le même temps, le coordinateur national de La France Insoumise, Adrien QUATENNENS s'est mis en retrait de son poste après une main courante déposée par son épouse, il a reconnu l'avoir giflée. Est-ce que l'un comme l'autre doivent de votre point de vue démissionner de leur poste, de leur fonction, de leur mandat, ils sont tous les deux députés ?

OLIVIER KLEIN
Ecoutez, ce sont des fautes insupportables, donc après, chacun... ils doivent prendre leurs responsabilités, c'est évidemment insupportable d'entendre ça de personnalités politiques, moi, je découvre ce que vous dites sur Julien BAYOU, ce qu'a rapporté Sandrine ROUSSEAU. Ce qui est un peu... enfin, l’exemplarité…

ADRIEN GINDRE
... Il y a deux questions, il y a la justice qui fait son travail, et il y a la politique…

OLIVIER KLEIN
La justice doit faire son travail, j'ai lu le communiqué d'Adrien QUATENNENS avant-hier qui disait qu'il se mettait en retrait de ses responsabilités dans son parti, c'est sa responsabilité individuelle…

ADRIEN GINDRE
Mais démissionner du mandat de député, vous considérez que c’est un acte qu’ils doivent faire…

OLIVIER KLEIN
Ce n’est pas à moi de prendre cette décision, c'est à lui de le faire, et à son mouvement de prendre les décisions qui leur paraissent justes, mais en tout cas, pour ma part, je trouve que c'est insupportable, enfin, d'envisager, 1°) : ce geste, et je veux dire toute ma compassion aux femmes, en général, j'étais avec Isabelle ROME voir des femmes victimes de violences, et on a entendu, écouté, et comme ministre de l'Hébergement, on a aussi cette question…

ADRIEN GINDRE
Mais pas de consigne de votre part, vous considérez que c’est un cas de conscience personnelle…

OLIVIER KLEIN
Absolument.

ADRIEN GINDRE
Merci beaucoup Olivier KLEIN d'avoir été notre invité ce matin.

OLIVIER KLEIN
Merci.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 23 septembre 2022