Déclaration de Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, sur la proposition de résolution affirmant le soutien de l’Assemblée nationale à l’Ukraine et condamnant la guerre menée par la Fédération de Russie, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2022.

Intervenant(s) :

  • Chrysoula Zacharopoulou - secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux

Circonstance : Discussion à l'Assemblée nationale d’une proposition de résolution

Prononcé le

Texte intégral

Mme la présidente.
L’ordre du jour appelle la discussion, en application de l’article 34-1 de la Constitution, de la proposition de résolution affirmant le soutien de l’Assemblée nationale à l’Ukraine et condamnant la guerre menée par la Fédération de Russie (no 390).
Avant de commencer la discussion, je tiens à saluer la présence de M. Vadym Omelchenko, ambassadeur d’Ukraine en France. (Mmes et MM. les députés se lèvent et applaudissent.)

(…)

Mme la présidente.
La parole est à Mme la secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux.

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux.
La proposition de résolution dont nous débattons aujourd’hui porte sur un enjeu crucial pour la France, pour l’avenir du continent européen et pour la stabilité du monde. Je réaffirme devant vous le soutien indéfectible de la France à l’Ukraine. (Applaudissements sur les bancs des groupes RE, LR, Dem, HOR et sur plusieurs bancs du groupe GDR-NUPES.)
L’agression russe en Ukraine, déclenchée le 24 février dernier, a marqué le retour de la guerre sur le continent européen ; de plus, il s’agit d’une guerre impliquant un État doté de l’arme nucléaire. Par cet acte gravissime, la Russie viole délibérément les règles fondamentales du droit international (Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE) , notamment les principes fondateurs de la Charte des Nations unies que sont la souveraineté des États et le respect de leur intégrité territoriale. Cette invasion et ses objectifs portent directement atteinte à l’existence de l’Ukraine en tant que nation indépendante libre de choisir son destin.

Mme la présidente.
Mes chers collègues, je vous demande d’écouter Mme la secrétaire d’État. (Applaudissements sur les bancs du groupe RE et sur quelques bancs des groupes Dem, SOC et HOR.)

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
L’annexion illégale de quatre régions ukrainiennes début octobre, à l’issue de simulacres de référendum, n’a fait qu’aggraver cette situation. Elle démontre et confirme le mépris de la Russie pour l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine.
Mais, dans cet acte d’agression, la Russie a connu une série de revers. La succession d’échecs russes a mis en lumière les limites de son appareil militaire : l’armée russe s’est montrée incapable de prendre Kiev et s’est retirée du nord du pays en avril ; elle est toujours incapable de s’emparer de l’ensemble du Donbass, malgré le caractère prioritaire de cet objectif pour l’armée russe et ses supplétifs ; en septembre, la contre-offensive ukrainienne a repoussé la Russie de la région de Kharkiv ; enfin, face à la résilience ukrainienne, l’armée russe a dû se retirer de Kherson mi-novembre. Cette dernière défaite est majeure, sur le plan militaire comme politique : la Russie perd ainsi l’unique capitale régionale conquise, puis prétendument annexée depuis février. L’Ukraine a montré qu’elle pouvait reprendre l’ascendant face à l’envahisseur russe. Elle l’a fait en s’appuyant sur la résilience exceptionnelle de son peuple, sur la bravoure et la détermination de ses soldats et sur les équipements sophistiqués que nous lui avons livrés avec nos alliés.

M. Stéphane Peu.
Et la stratégie ? Vous pourriez nous en parler !

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
Depuis que l’Ukraine a repris l’ascendant militaire, la Russie a opté pour une stratégie lâche et cynique, la fuite en avant, qui vise à semer la terreur, à mettre l’Ukraine à genoux, à faire de la souffrance du peuple ukrainien une arme de guerre. Pour cela, la Russie vise systématiquement les infrastructures critiques, pour les détruire et mettre en péril la population ukrainienne.

M. Stéphane Peu.
Quelle est la vision de la France ? Vous ne faites que décrire la situation ! (« Chut ! » sur plusieurs bancs du groupe RE.)

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
À chaque victoire de l’Ukraine, la Russie réplique par de nouveaux bombardements ciblant spécifiquement des infrastructures critiques. Ces frappes n’ont qu’un but : priver la population ukrainienne d’électricité, de chauffage et même d’eau – cela en plein hiver. Toutes ces infrastructures sont indispensables à la survie de la population civile pendant l’hiver. (« Et oui ! » sur les bancs du groupe RE.)
Ces frappes de représailles visant délibérément les civils sont intolérables. Nous le redisons : la Russie ne parviendra pas à briser la résistance du peuple ukrainien. Celui-ci se bat pour sa liberté.
Dans cette lutte, l’Ukraine n’est pas seule. Nous nous tenons à ses côtés et continuerons de le faire. Dès le début de cette agression, que nous avons cherché à éviter jusqu’au dernier moment, la France s’est placée du côté du respect du droit. Nous soutenons pleinement l’Ukraine et l’exercice de sa légitime défense. Nous lui avons livré des équipements militaires qui jouent un rôle majeur pour appuyer sa contre-offensive. Je pense notamment aux dix-huit canons Caesar, mais aussi aux lance-roquettes unitaires qui ont été livrés hier.

M. Sylvain Maillard.
Très bien !

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
Nous continuerons cet effort, en particulier dans le domaine antiaérien, essentiel pour protéger la population des frappes russes. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes RE et Dem.) Des systèmes Crotale seront livrés dans les tout prochains jours. Nous avons aussi contribué au lancement de la mission d’assistance militaire de l’Union européenne en soutien à l’Ukraine. Le ministre des armées, Sébastien Lecornu, a annoncé que nous allions former 2 000 soldats ukrainiens.

M. Stéphane Peu.
Pour un pays comme la France, c’est à pleurer ! Vous nous lisez les pages du Monde . Où est la stratégie de la France ?

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
Nous sommes également l’un des plus importants contributeurs à la Facilité européenne pour la paix, qui apporte un soutien en équipement militaire létal inédit au niveau européen. Nous pouvons donc être fiers de notre soutien militaire à l’Ukraine (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes RE, Dem et HOR) ; les Ukrainiens nous en sont d’ailleurs très reconnaissants. Mais notre aide ne se limite évidemment pas au domaine militaire.
Notre soutien est aussi civil et humanitaire, pour faire face à l’urgence et préparer la reconstruction. Nous consacrons un total de 2 milliards d’euros d’aide civile et humanitaire bilatérale à l’Ukraine. Dans le secteur humanitaire, nous avons consacré 200 millions d’euros pour financer des actions en Ukraine et dans les pays limitrophes. La semaine dernière encore, nous avons accueilli à Paris, sous l’égide du Président de la République, une nouvelle conférence de soutien à la Moldavie, qui se trouve en première ligne. (M. Jean-Charles Larsonneur applaudit.)
Le Centre de crise et de soutien a mené une trentaine d’opérations qui ont permis d’acheminer près de 2 400 tonnes d’aide, dont 1 000 tonnes pour la seule opération « Un bateau pour l’Ukraine » ; ce sont chaque fois des équipements indispensables en matière de sécurité civile, d’aide médicale et alimentaire ou de réhabilitation d’urgence, notamment des ponts mobiles pour la région de Tchernihiv. Enfin, face aux frappes actuelles, nous répondons aux besoins urgents de l’Ukraine pour passer l’hiver. C’est pour cela que nous venons d’envoyer 100 générateurs électriques sur place.

M. Stéphane Peu.
Nous allons voter pour la résolution, mais franchement… Heureusement que nous avions pris notre décision avant d’écouter la secrétaire d’État !

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
Au-delà de l’effort humanitaire, nous avons également octroyé des prêts de 400 millions d’euros via l’Agence française de développement et fléché 1,2 milliard d’euros vers des garanties à l’export bénéficiant à un large spectre de projets essentiels à la reconstruction de l’Ukraine. En parallèle, nous mobilisons, avec nos partenaires européens et internationaux, nos principaux instruments multilatéraux, à la fois pour répondre à l’urgence et pour préparer la reconstruction. Afin de poursuivre ces efforts et de mieux les coordonner au niveau international, le Président de la République accueillera le 13 décembre prochain, avec le président Zelensky, une conférence sur la résilience civile de l’Ukraine.

M. Benjamin Haddad.
Très bonne initiative !

Mme Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État.
Une paix durable ne sera pas obtenue si la justice n’est pas rendue, et la France apporte un soutien précieux aux autorités ukrainiennes dans leur lutte contre l’impunité. Nous soutenons les enquêtes de l’Ukraine, de la Cour pénale internationale et d’Eurojust afin de contribuer à la collecte des preuves de crime de guerre : nous avons envoyé trois équipes de médecins légistes et gendarmes à Boutcha en avril, à Kiev fin juin, et dans la région de Kharkiv fin septembre, et nous entendons poursuivre ces missions. Nous avons également fourni deux laboratoires d’analyse ADN, dont le second sera transféré en Ukraine dans les prochains mois.
Mesdames et messieurs les députés, soyez assurés du soutien indéfectible que continuera d’apporter la France à l’Ukraine dans tous les domaines, aussi longtemps qu’il le faudra. (Mmes et MM. les députés des groupes RE, Dem et HOR, ainsi que plusieurs membres des groupes SOC et Écolo-NUPES se lèvent et applaudissent. – Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LR.)


source https://www.assemblee-nationale.fr, le 2 décembre 2022

Thématiques :