Communiqué des services du ministère de l'outre-mer, en date du 18 mars 2004, sur la mise en place d'une avance de trésorerie d'un montant de 21 millions d'euros pour soutenir les professionnels antillais de la filière " banane " actuellement en crise.

Intervenant(s) :

Circonstance : Mise en place d'une avance de trésorerie d'un montant de 21 millions d'euros pour soutenir les professionnels antillais de la filière " banane " actuellement en crise

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

Hervé GAYMARD, Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires Rurales, et Brigitte GIRARDIN, Ministre de l'Outre-Mer, ont proposé au Premier ministre, qui l'a accepté, la mise en place d'une avance de trésorerie d'un montant de 21 millions d'euros pour soutenir les professionnels antillais de la filière " banane " actuellement en crise.
Brigitte GIRARDIN a confirmé cette décision lors d'une réunion de travail avec les Présidents des groupements de producteurs de bananes des Antilles qui s'est tenue au Ministère de l'Outre-Mer, le jeudi 18 mars.
Cette avance exceptionnelle s'inscrit dans le cadre des mesures d'urgence annoncées lors du Salon de l'agriculture par Hervé GAYMARD et Brigitte GIRARDIN.
Les Ministres rappellent, par ailleurs, que, comme ils s'y étaient engagés, leurs collaborateurs ont rencontré les services de la Commission à Bruxelles, le 10 mars 2004, pour plaider le versement anticipé du solde de l'aide compensatoire 2003, ainsi que l'octroi d'un complément d'aide exceptionnel pour soutenir le revenu des producteurs. La Commission européenne, tout en réservant un accueil bienveillant à ces demandes, a rappelé que toute décision de versement d'aides était conditionnée par l'envoi de données chiffrées de vente (quantités et prix) des bananes antillaises. Elle s'est dite prête, une fois ces données de base en sa possession, à accélérer le calcul de l'aide compensatoire 2003, afin d'effectuer le versement du solde dans les plus brefs délais. Concernant un éventuel complément de revenu, elle a indiqué que son niveau sera effectivement proportionné à la gravité de la situation.
En outre, dans une lettre adressée le 17 mars à Monsieur Romano PRODI, Président de la Commission européenne, le Premier Ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, a notamment insisté sur l'urgence de la mise en place de ces aides.
Enfin, au-delà de ces mesures d'urgence qui s'ajoutent à toutes celles prises depuis 2 ans (mécanisme de préfinancement, facilité de trésorerie, restructuration des dettes) le gouvernement, dont la détermination à défendre ce dossier ne peut être mis en cause, rappelle qu'il a proposé le 3 mars dernier à la profession la signature d'un " contrat de progrès " doté de 25 millions d'euros sur cinq ans. Ce contrat comporte trois volets : restructuration de la mise en marché et de la commercialisation des bananes (campagne de promotion) ; restructuration de la production et du soutien aux producteurs (agriculture durable) ; mise en uvre de mesures d'aide sociale envers les exploitations en grande difficulté.
Le gouvernement invite, en conséquence, les professionnels de la filière, à répondre au plus vite à sa proposition.

(source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 19 mars 2004)