Déclaration de M. Jean-Marie Le Pen, président du Front national, sur les résultats des élections européennes, le 7 juin 2009.

Texte intégral

Les résultats de l'élection européenne d'aujourd'hui font apparaître un niveau historique d'abstention, en France bien sûr mais plus généralement dans l'Europe entière, qui marque clairement la condamnation de l'Union européenne et de l'euromondialisme. Les peuples condamnent ce que les mafias parlementaires approuvent, et ils condamnent d'abord parce qu'ils subissent la crise économique issue de la disparition des protections nationales, ils subissent le déferlement migratoire et l'explosion de l'insécurité issues du laxisme des gouvernements successifs, la réduction du pouvoir d'achat en raison de l'euro, la montée du chômage à cause du libre-échangisme européiste.
Oui, les peuples condamnent, parce qu'ils voient bien que tout est fait pour étouffer le débat sur l'Europe, pour anesthésier la campagne et empêcher la libre expression des courants d'opinion.
Le Front National a été délibérément tenu à l'écart de cette campagne, bien moins invité que ses concurrents, toujours caricaturé, mais en son absence bien sûr, c'est plus facile. L'injustice médiatique a démobilisé les électeurs, comme d'ailleurs la pipolisation de la campagne, qui pendant de longues semaines, s'est réduite à l'opposition de Martine et de Ségolène, de François Bayrou et de Sarkozy, puis de Bayrou et de Cohn Ben dit.
Les Français sont, de toute évidence, plus soucieux de leurs difficultés quotidiennes qu'attentifs aux délices de jeux parlementaires stériles. Je crains que leur abstention ne leur soit pas profitable, puisqu'elle confère un blanc seing aux partis mondialistes, l'UMP, le PS, Le MODEM, Europe Ecologie et le Parti de Gauche, qui sont fondés à poursuivre la politique qui nous a plongé dans l'ornière dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.
Je donne rendez-vous au corps électoral en septembre pour le lancement de la campagne des élections régionales de 2010, en rappelant que contrairement à ce qui était annoncé, le Front National est toujours debout. Redressons notre drapeau, armons nous de courage et en avant !
Source http://www.frontnational.com, le 8 juin 2009