Déclaration de Mme Christine Lagarde, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, sur le plan d'assistance à l'Irlande, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2010.

Texte intégral

Vingt-cinq milliards seront mis en réserve et cinquante autres milliards seront destinés à soutenir l'Irlande dans ce chemin de redressement des finances publiques qui est la contrepartie des engagements pris par l'ensemble des Européens, à concurrence de 44,5 milliards d'euros ; par le Fonds monétaire international, pour 22,5 milliards d'euros ; et par l'Irlande elle-même, pour 17 milliards d'euros. Il s'agit donc d'un cofinancement et d'emplois ciblés, en contrepartie desquels l'Irlande s'astreint d'une part à un programme de restructuration de son secteur bancaire, d'autre part à des mesures budgétaires très rigoureuses qui l'amènent à revenir sous la barre des 3 % de déficit en 2015. Tout autre objectif, plus rapproché, n'aurait pas été crédible du point de vue de la soutenabilité de la dette de ce pays.
Par ailleurs, les ministres de l'Economie et des Finances de l'Union européenne ont également approuvé, dimanche soir, un mécanisme permanent de résolution de crise. C'est une étape fondamentale pour assurer la pérennité du Fonds de stabilité mis en place, dans l'urgence, à l'occasion de la crise grecque. Ce mécanisme permanent est l'affirmation de la solidarité européenne pour faire front et pour défendre chacun des Etats de la zone euro qui serait mis en difficulté.
Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 2 décembre 2010