Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et les Philippines et sur l'Appel de Manille à l'action pour le climat, à Manille le 26 février 2015.

Intervenant(s) :

Circonstance : Voyage officiel en République des Philippines les 26 et 27 février- dîner d'Etat, à Manille le 26 février 2015

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président,
Madame,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,
La visite que j'effectue avec ma délégation est exceptionnelle. Exceptionnelle parce que, vous l'avez rappelé, Monsieur le Président, c'est la première fois qu'un chef d'Etat de la République française vient aux Philippines.
Il y a quelques mois, je vous accueillais moi-même à Paris et nous évoquions ce que nos deux pays ont pu avoir comme chemin commun.
D'abord, j'ai tenu à déposer une gerbe sur le monument consacré à José RIZAL, votre héros national, et une place à Paris porte son nom, car, à 35 ans, il paya de sa vie son engagement pour l'indépendance de son pays. Pour la liberté, Paris est toujours la capitale.
Je pense aussi à votre père, Benigno AQUINO, qui a combattu jusqu'à son dernier souffle pour cette même idée de liberté. Je pense à votre mère, Corazon, qui reprit à son tour le flambeau, instaura la démocratie aux Philippines, à la suite de la révolution pacifique de 1986.
Vous l'avez rappelé, François MITTERRAND l'accueillit, à Paris, à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution française.
Monsieur le Président, vous avez, avec votre pays, affronté des épreuves terribles avec ces catastrophes qui vous ont touchées. Je salue votre action pour avoir su mobiliser votre pays et faire face. Je salue aussi ce que vous faites pour renforcer l'Etat de droit, lutter contre la corruption et résoudre les conflits intérieurs.
Nous voulons, avec vous, construire un partenariat durable entre nos deux pays et notamment dans le domaine économique. C'est la raison pour laquelle nous avons créé un comité conjoint de coopération qui se réunira régulièrement, dès le mois de juin, à Paris.
Plusieurs accords importants viennent d'être signés, notamment dans le domaine des transports, des énergies renouvelables, une centaine d'entreprises françaises sont installées aux Philippines, beaucoup de chefs d'entreprise ont tenu à m'accompagner pour ce voyage, parce que nous voulons encore amplifier les réponses que nous pouvons vous donner aux nombreux projets qui existent dans votre pays pour développer la croissance verte.
Mais cette visite est exceptionnelle parce que nous avons lancé, ici, à Manille, Monsieur le Président, un appel qui -j'en suis convaincu- sera entendu bien au-delà des frontières de votre pays. Nous avons, en effet, voulu mobiliser l'opinion publique internationale et dire combien le rendez-vous de Paris est essentiel pour l'avenir de la planète.
J'ai également rappelé combien la France avait été à vos côtés au moment où vous avez fait face aux typhons et aux tsunamis et que la France serait toujours à vos côtés. J'en ferai la démonstration demain en me rendant à Guiuan et je confirmerai l'engagement français de pouvoir soutenir tous les projets que vous portez pour la préservation de la planète et l'introduction d'innovations au service du développement.
Pour donner de la force à l'Appel de Manille, j'ai voulu être accompagné par plusieurs personnalités : les représentants des Nations unies qui vont jouer un rôle déterminant dans la conclusion des Accords de Paris, madame Christiana FIGUERES, monsieur Achim STEINER, directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l'environnement, mais également la directrice exécutive du Fonds vert pour le climat, madame Hela CHEIKHROUHOU.
J'ai voulu aussi que de grandes organisations non gouvernementales puissent être avec nous pour le lancement de cet appel : madame Inger ANDERSEN, directrice générale de l'Union internationale pour la conservation de la nature, monsieur Marco LAMBERTINI, directeur général de WWF International et monsieur Jean JOUZEL, vice-président du GIEC et expert reconnu au niveau mondial,
J'ai également été très sensible à la présence du patriarche Bartholomée 1er, dont chacun connait l'engagement en faveur de la préservation de l'environnement.
Enfin, deux artistes françaises, Marion COTILLARD et Mélanie LAURENT, ont bien voulu accepter d'être avec nous pour donner encore plus de portée à l'appel que nous lançons ensemble.
Je veux également souligner le rôle de Nicolas HULOT qui a eu cette initiative, qui, je pense, sera utile, pour que Laurent FABIUS et tous les négociateurs obtiennent la conclusion de l'Accord de Paris.
Cette visite aura donc non seulement renforcé les relations entre nos deux pays, mais aura été utile au monde entier.
C'est la raison pour laquelle je lève mon verre, au nom de la planète, au nom de l'amitié entre la France et les Philippines et je vous dis « Ma bouai » !