Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur les incendies d'églises en Seine-et-Marne et la protection des lieux de culte, à l'Assemblée nationale le 12 janvier 2016.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement posée par Mme Valérie Lacroute, députée (Les Républicains) de Seine-et-Marne, à l'Assemblée nationale le 12 janvier 2016

Prononcé le

Texte intégral

Madame la Députée, nous étions hier soir ensemble à Fontainebleau, avec les représentants des forces de sécurité, les élus, et le représentant du procureur de la République. Vous insistez sur la nécessité d'assurer la protection des lieux de culte. Je veux ici rendre hommage aux dizaines de milliers de policiers et de gendarmes qui, depuis le mois de janvier dernier, par des gardes statiques et dynamiques, assurent la protection de l'ensemble de ces lieux en France.
Comme vous étiez en ma compagnie hier soir à Fontainebleau, vous avez, comme moi, entendu l'évêque et le prêtre de la paroisse de Saint-Louis remercier chaleureusement l'État et les forces de sécurité pour le travail accompli depuis des mois, et notamment pour leur engagement au moment de Noël, qui a permis aux messes de se dérouler dans un climat de sécurité absolue.
Si la laïcité est la possibilité de croire et de ne pas croire, elle offre aussi à ceux qui ont fait le choix, par l'exercice de leur libre arbitre, d'une religion, la liberté de la pratiquer.
Il n'y a donc pas lieu, Madame la Députée - et je me réjouis que cela n'ait pas été le cas hier soir au moment de ma visite - de polémiquer sur ce sujet. Tous les lieux de culte sont protégés, soit, en permanence, plus de 2.000 églises, près de 800 mosquées et un très grand nombre de synagogues.
En effet, l'État a une responsabilité particulière, qu'il assume par l'engagement des forces de l'ordre : assurer la protection de tous les lieux de culte.
Vous indiquez que notre réaction a été tardive : je rappelle que les faits ont eu lieu le matin, et qu'il a fallu, pour des raisons tenant aux particularités de l'enquête, obtenir des informations, que j'ai communiquées dès le dimanche.
Je me suis rendu hier sur place ; nous y étions ensemble. Lorsque l'essentiel est en jeu, nous devons laisser les polémiques de côté.
Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 18 janvier 2016