Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur la stratégie européenne antidrogue pour 2013-2020, à l'Assemblée nationale le 16 mars 2016.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement sur des sujets européens posée par M. Gabriel Serville, député (GDR) de Guyane, à l'Assemblée nationale le 16 mars 2016

Prononcé le

Texte intégral

Il y a effectivement en Guyane, Monsieur le Député, pour des raisons qui tiennent à la géographie - ce département est proche de territoires où sévit le trafic de drogue -, une augmentation du trafic et de la présence de passeurs qui utilisent soit des colis postaux, soit l'incorporation de ces substances, lesquelles sont destinées à la métropole à 85%.
La gravité de cette situation, que je reconnais bien volontiers, a conduit mon ministère à prendre des dispositions très fortes.
Tout d'abord, nous avons mis en place une antenne de police judiciaire qui emploie, quasiment à temps plein, seize fonctionnaires pour faire face à ce trafic de drogue. J'ai renforcé de douze fonctionnaires les effectifs de la gendarmerie à Saint-Laurent-du-Maroni, afin, là aussi, de lutter plus efficacement contre le trafic.
Par ailleurs, nous mettons en oeuvre les dispositions du programme européen contre la drogue. Vous avez mentionné dans votre question la stratégie européenne antidrogue pour 2013-2020. Celle-ci a pour but de répondre aux nouvelles évolutions du trafic, de tenir compte des retours d'expérience en matière de conduite des enquêtes, de connaissance des réseaux ou d'extension de la place de l'internet dans le développement du trafic, et d'élaborer des stratégies de lutte contre les addictions. La France l'a appliquée en totalité.
Deux plans d'action, couvrant chacun une période de quatre ans, déclinent cette stratégie européenne et feront l'objet d'évaluations externe menées par la Commission européenne, l'une à mi-parcours en 2016, l'autre, conclusive, en 2020. C'est dans ce cadre que s'inscrit la consultation politique lancée du 15 février au 9 mai 2016, en vue de l'évaluation du plan antidrogue pour la période 2013-2016. Nous disposerons donc très prochainement des résultats de cette stratégie, dont je rendrai compte en Guyane.
Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 21 mars 2016

Thématiques :