Interview de M. Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports à LCI le 3 juin 2016, sur la préparation de l'Euro et la prévention des violences liées aux compétitions sportives.

Texte intégral


ARLETTE CHABOT
Bonjour Thierry BRAILLARD…
THIERRY BRAILLARD
Bonjour.
ARLETTE CHABOT
En charge des Sports. Si on met tout bout à bout : la menace terroriste, les mouvements sociaux, les inondations, la polémique lancée par Karim BENZEMA, franchement est-ce que l'Euro peut être une fête ?
THIERRY BRAILLARD
Il va l'être, il va l'être.
ARLETTE CHABOT
Vous êtes absolument optimiste ?
THIERRY BRAILLARD
Oui, il va l'être parce que c'est une compétition extraordinaire, la troisième au monde - après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football – et vraiment notre pays a fait tout ce qu'il fallait pour accueillir le monde et je crois que nos concitoyens ont envie vraiment de s'extérioriser et vivre pleinement cette compétition, donc il va l'être.
ARLETTE CHABOT
Inondations, montée de la Seine à Paris, ça peut avoir une influence sur l'organisation de l'Euro, des fans zones au pied de la Tour Eiffel ou vous pensez que la décrue sera déjà là ?
THIERRY BRAILLARD
Ah ! Je veux le croire, en ayant lu les derniers commentaires que la décrue sera là lorsque l'Euro débutera le 10 juin et c'est vrai que les fortes pluies ont impacté cette année le tournoi de Roland Garros et, malgré un changement de programme où invite les joueurs à jouer tous les jours ¼ de finale, ½ finale et finale, le calendrier sera respecté.
ARLETTE CHABOT
C'est-à-dire que la finale de Roland Garros, les finales auront lieu dimanche, peut-être plus tôt pour les finales ?
THIERRY BRAILLARD
Samedi pour la finale femmes et dimanche pour les hommes.
ARLETTE CHABOT
A propos, puisqu'on parle de Roland Garros, il y aura un toit un jour sur le court central pour éviter de tels retards et de telles difficultés ?
THIERRY BRAILLARD
Le toit est prévu dans les travaux d'extension de Roland Garros qui sont nécessaires pour diverses raisons, des recours en justice font que déjà plus d'un an et demi a été perdu et donc il faudra bien qu'un jour ces travaux puissent se faire et que ce toit puisse exister.
ARLETTE CHABOT
Deuxième problème, le conflit social évidemment, est-ce que parmi tous ceux qui viennent, les délégations, on s'interroge et on dit : « mais est-ce qu'on va pouvoir venir, est-ce qu'on va pouvoir circuler, est-ce que vous avez des questions au fond ?
THIERRY BRAILLARD
Evidemment, évidemment. Je crois que toutes les personnes voient les conflits, voient surtout la dureté de ces conflits, voient ces bagarres, cet irrespect vis-à-vis des forces de l'ordre et c'est vrai qu'il va falloir quand même que chacun prenne ses responsabilités car c'est l'image de notre pays qui peut être entachée, j'en appelle aux syndicalistes, toutes… j'allais dire revendications peut être légitimes, le droit de manifester on le connait est un droit constitutionnel. Maintenant il ne faut pas tout mélanger, l'Euro doit être une fête, notre pays accueille le monde, le pays a fait de gros efforts pour cela et il ne faudrait pas que cette fête gâchée, donc j'en appelle vraiment à la responsabilité des uns et des autres.
ARLETTE CHABOT
C'est à dire qu'au fond l'Euro peut être utilisé pour mettre un terme aux conflits sociaux, c'est ça qu'on nous dit ?
THIERRY BRAILLARD
Ce n'est pas ce que je veux dire, je veux simplement en appeler à la responsabilité, qu'on n'appelle pas à la grève le jour où par exemple il y a un match dans une ville - comme ça avait été le cas où un préavis été lancé à Toulouse récemment le jour du match - je crois qu'l ne faut pas tout mélanger.
ARLETTE CHABOT
Donc, il n'y a pas d'annulation, il n'y a pas d'inquiétude, c'est juste l'image de la France qui risque effectivement d'être abimée ?
THIERRY BRAILLARD
Des millions de personnes vont venir, puisque c'est la première fois que cet Euro…
ARLETTE CHABOT
Combien au total vont venir, on dit un million, deux millions…
THIERRY BRAILLARD
Deux millions…
ARLETTE CHABOT
Deux millions cinq ?
THIERRY BRAILLARD
Deux millions – deux millions et demi. Parce que c'est la première fois que l'Euro se passe à 24 équipes, avant il n'y avait que 16 équipes, donc ça va être encore plus énorme que la Coupe du Monde de 1998 – pour ceux qui veulent faire des comparaisons et qui ont vécu l'évènement – donc vous imaginez toutes ces personnes si elles ne peuvent se déplacer dans notre pays s'il y a autant de problèmes, ça ne peut pas être ce qu'on souhaite lorsqu'on veut avoir l'Euro.
ARLETTE CHABOT
Donc, il faut espérer qu'au moins on pourra circuler en France. Il reste la grève des pilotes d'AIR FRANCE, c'est comme en 98, il y avait la même menace ?
THIERRY BRAILLARD
Il y avait les mêmes menaces et je crois même qu'elles avaient même débuté en 1998. Vous savez une fois que la compétition va débuter il y a un tel entrain, un tel élan de populaire dernière notre équipe – vous avez vu l'autre jour à Nantes on a vu tous ces spectateurs qui étaient là heureux, heureux de voir les Bleus – je crois que quand la compétition va débuter les conflits pourront rester et les revendications pourront rester, il ne faut pas en tout cas que ça entache l'image que l'on va donner de cette compétition.
ARLETTE CHABOT
Donc commencent à arriver les délégations en France et les équipes aussi ?
THIERRY BRAILLARD
Oui, bien sûr.
ARLETTE CHABOT
Quand, elles arrivent cette semaine ?
THIERRY BRAILLARD
Oui, cette semaine il va y avoir beaucoup d'arrivées d'équipes sur les 24 sites qui ont été réservés et vraiment la compétition… on est à cinq jours du début de la compétition, donc on est maintenant vraiment dans les starting-blocks comme on dit.
ARLETTE CHABOT
On aborde le problème des polémiques, c'est toujours autour des fans zones, notamment la fan zone de Paris au pied de la Tour Eiffel, vous maintenant cette fan zone envers et contre tout ?
THIERRY BRAILLARD
Ce n'est pas envers et contre tout ! On maintient cette fan zone. Je crois que Bernard CAZENEUVE, le ministre de l'Intérieur, a été très clair, les efforts consentis là aussi, 70.000 personnes, de forces de l'ordre vont être mobilisées pendant l'Euro, on a bien sûr… on le sait que beaucoup de policiers sont fatigués, sont tendus avec tout ce qui vient de se passer, des efforts colossaux donc ont été faits pour que ça se passe bien et les fans zones sont essentielles. Je le redis, mieux vaut un site sécurisé, où il y aura de la vidéo-protection, des palpations à l'entrée, qui est au lieu de fête mais sécurisé, qu'aucun lieu et qu'on laisse tous ces visiteurs – on parlait de millions de visiteurs – venir par exemple à Paris et se rassembler de façon éparse, de façon désorganisée et là pour les forces de l'ordre toute sécurisation est impossible parce qu'on ne peut pas savoir où auront lieu les différents rassemblements, c'est pour cela que la fan zone est essentielle pour sécuriser l'Euro et les supporters qui voudront vivre cet Euro.
ARLETTE CHABOT
Qui sécurise au fond ces fans zones, il y a les forces de police…
THIERRY BRAILLARD
Donc à l'intérieur de la fan zone il est de la responsabilité du maire, donc qui va prendre des officiers de police, de sociétés de sécurité privée, c'est le cas par exemple de Paris, dans d'autres villes de province il y a aussi des agents de sécurité privée mais également des agents de police municipale qui peuvent faire la sécurité à l'intérieur du site – bien sûr que les forces de l'ordre auront aussi un regard avisé sur ce qui se passera à l'intérieur – mais à l'extérieur c'est les forces de police bien sûr.
ARLETTE CHABOT
Oui. David DOUILLET, qui est un grand champion olympique…
THIERRY BRAILLARD
Oui.
ARLETTE CHABOT
Qui est aussi un élu Républicain aujourd'hui, dit qu'au fond la fan zone de Paris au pied de la Tour Eiffel qui est un symbole c'est comme si on désignait une cible pour Daesh ?
THIERRY BRAILLARD
Oui, mais ses propos sont dangereux, parce que j'allais dire ils sont anxiogènes. Je crois qu'il faut faire confiance aux forces de police, il faut faire confiance au travail qui a été fait entre le ministère de l'Intérieur, le Comité de l'organisation, le Club des villes présidé par Alain JUPPE, j'espère d'ailleurs que toutes ces petites remarques qu'on entend n'a rien à voir avec ce fait-là car c'est vrai qu'Alain JUPPE s'est beaucoup impliqué pour que tout se passe bien dans les 10 villes hôtes en matière de fans zones et de sécurité.
ARLETTE CHABOT
Quand vous faites une allusion à la campagne, c'est possible, Nicolas SARKOZY comme François FILLON d'ailleurs disent qu'il vaudrait mieux en tout cas renoncer à cette fan zone à Paris ?
THIERRY BRAILLARD
Je n'ose pas penser que c'est un sujet qui pourrait être un enjeu de leur future primaire, je crois qu'il faut dire simplement à tous les téléspectateurs de LCI que tout a été fait pour que tout soit sécurisé et que cet Euro soit une fête.
ARLETTE CHABOT
Oui. Alors la sécurité, on l'a bien compris, à l'intérieur des fans zones ça relève effectivement des villes, des municipalités, à l'extérieur il y a la police, il y aura des palpations. Il faudra arriver très, très tôt, très en avance pour assister aux matches dans ces fans zones ?
THIERRY BRAILLARD
Pour les stades on a fait en sorte en tout cas que la durée pour pouvoir pénétrer dans le stade soit allongée pour laisser le temps à ce que tous les contrôles soient faits car il y aura un double contrôle, il y aura une première délimitation et une seconde délimitation - mais tout est parfaitement organisé - et là aussi il faut faire confiance au Comité d'organisation, à Jacques LAMBERT qui a déjà organisé dans notre pays…
ARLETTE CHABOT
Tout à fait ! Oui.
THIERRY BRAILLARD
La Coupe du Monde de 1998 qui s'était magnifiquement bien passée, il y a un moment donné là aussi… j'allais dire il y a des choses qui ont été rodées, il y a des compétences et il faut faire confiance.
ARLETTE CHABOT
Oui, parce qu'il y avait eu un raté avec le match au Stade de France…
THIERRY BRAILLARD
Oui, mais le raté est dû au fait que la…
ARLETTE CHABOT
Donc, c'est corrigé ?
THIERRY BRAILLARD
Oui, mais complètement, parce que c'était organisé par la Fédération française de football sur une configuration Euro qui débutait, donc tout a été corrigé.
ARLETTE CHABOT
Autre polémique lancée par…
THIERRY BRAILLARD
Il y en a des polémiques !
ARLETTE CHABOT
Eh oui c'est la France, Monsieur le Ministre, celle lancée par Karim BENZEMA. Vous avez eu Didier DESCHAMPS au téléphone, est-ce que ça a perturbé au fond l'équipe de France.
THIERRY BRAILLARD
Sincèrement je n'ai pas voulu déranger Didier DESCHAMPS, je crois qu'il a d'autres choses plus importantes à régler. Je me suis exprimé, c'est-à-dire que c'est des propos qui sont injustifiés, à aucun moment on peut dire que dans le football et dans le sport, et dans les sélections françaises, un autre critère que le critère sportif est choisi pour sélectionner une équipe de France.
ARLETTE CHABOT
Et ça perturbe un peu l'équipe qui était un peu au vert, en Autriche, avant de jouer demain contre l'Ecosse ?
THIERRY BRAILLARD
Ces propos sont devenus inacceptables parce qu'on est à une semaine du début de la compétition, je crois que maintenant il faut une sorte d'union derrière notre équipe, j'aime beaucoup le slogan de TF1 « Nous avons une seule couleur, le bleu », je pense qu'il faut que tous les Français se disent : « on a tous une seule couleur maintenant, c'est le bleu, tous derrière notre équipe, arrêtons ces polémiques, soutenons l'équipe de France ».
ARLETTE CHABOT
Et est-ce que ça ne révèle pas quand même - parce qu'au fond il y avait eu Eric CANTONA, il y a Jamel DEBBOUZE qui d'ailleurs dit aujourd'hui qu'il soutient l'équipe de France mais qui avait dit : « ce n'est pas un bon signe envoyé aux quartiers parce que ces gens des quartiers, les jeunes des quartiers, n'auront pas leurs joueurs » - est-ce que ça ne révèle pas un gros malaise français quand même ?
THIERRY BRAILLARD
Mais je veux dire il y avait l'autre jour Anthony MARTIAL et Patrice EVRA qui, avant de rejoindre l'équipe de France, sont passés dans leur club formateur aux Ulys, il y a énormément de joueurs de l'équipe de France qui sont issus de quartiers populaires, donc on ne peut pas dire ça, le football, le sport en général est un formidable vecteur de lien social et que quand on est fort dans un sport – et notamment en foot – très rapidement on peut monter et être en équipe de France d'où qu'on vienne, quelle que soit la couleur de notre peau, il n'y a vraiment pas ces données, on est sur le plan sportif et c'est d'ailleurs ce qui fait la richesse du sport.
ARLETTE CHABOT
Ca veut dire que les racistes sont plutôt parmi les spectateurs parfois et jamais sur les stades évidemment ?
THIERRY BRAILLARD
Ah ! Il y a des comportements qui sont inacceptables et sur lesquels il faut être intraitable, quand il y a des spectateurs qui ont eu à insulter des joueurs sur leur couleur de peau j'allais dire ces gens-là n'ont rien à faire dans un stade de football.
ARLETTE CHABOT
Le président de la République va voir les joueurs à Clairefontaine dimanche, vous y allez, c'est une délégation politique, ministérielle, gouvernementale…
THIERRY BRAILLARD
Non, je pense que…
ARLETTE CHABOT
Qui va voir les joueurs ?
THIERRY BRAILLARD
Non, non, on ne va pas y aller en grand barnum, je crois qu'il y va seul et en toute discrétion, simplement pour partager un moment avec les joueurs comme il avait eu l'occasion de le faire lors de la Coupe du Monde de Football de 2014.
ARLETTE CHABOT
Certains mauvais esprits se disent, comme il distribue un peu en ce moment je ne vais pas dire les cadeaux - parce que ça le fâcherait et vous aussi – vous m'expliquez que ce n'est pas le cas, il va leur promettre des choses aux joueurs ou il va juste leur dire qu'il est avec eux, qu'il les soutient ?
THIERRY BRAILLARD
Non, je pense qu'il va simplement leur dire que la France accueille l'Euro, que la France est derrière cette équipe et qu'ils aient le meilleur comportement et qu'on souhaite qu'ils aillent le plus loin possible dans la compétition. Si on pouvait les avoir en finale le 10 juillet, ça serait formidable.
ARLETTE CHABOT
Oui. Donc, si je vous comprends bien, le seul vrai problème qui reste c'est constituer une vraie défense de l'équipe de France parce qu'il y eu beaucoup de forfaits dus à des blessures et c'est ça qui peut aujourd'hui selon vous – parce que vous avez décidé d'être optimiste – nous inquiéter plus que le reste ?
THIERRY BRAILLARD
Et c'est là où il faut faire confiance à Didier DESCHAMPS qui est un formidable sélectionneur et qui je crois sera trouver les bonnes formules pour que même la défense soit de fer pour cette équipe de France.
ARLETTE CHABOT
Vous pensez que la France, on l'avait vu en 98 finalement les Français avaient mis du temps avant de soutenir leur équipe, ils ne croyaient pas tellement en leur chance, là vous avez l'impression qu'au fond on va pouvoir créer ce mouvement derrière les Bleus ?
THIERRY BRAILLARD
Je le pressentais et j'ai été très enthousiasmé par ce que j'ai vu à Nantes et on sent que notre pays, après ce qu'il a subi, que les Françaises et les Français ont envie de s'extérioriser, ont envie un peu de faire la fête, d'être un peu plus positifs de tout ce qu'on a vécu et cette accumulation et c'est vrai que cette semaine à Paris – quand on voit le temps ou ce genre de choses – ça ne donne pas très envie et l'Euro arrive à point nommé pour qu'il y ait cet élan populaire dont je parlais et je crois que ça va être une belle fête, j'en ai quasiment la certitude.
ARLETTE CHABOT
Merci beaucoup Thierry BRAILLARD.
THIERRY BRAILLARD
Merci à vous.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 6 juin 2016