Déclaration à la presse de M. François Hollande, Président de la République, sur la France dans l'OTAN et la politique de défense, à Varsovie le 8 juillet 2016.

Texte intégral


Journaliste: Vous venez donc pour ce Sommet de l'OTAN. Il y a des projets qui inquiètent beaucoup la Russie, notamment ce projet de défense antimissiles. Pourquoi et comment la France soutient-elle ce projet ?
LE PRESIDENT : La France est dans l'OTAN pour assurer la sécurité du continent européen et aussi pour faire en sorte que nous puissions conjurer des menaces qui existent autour de nous et je pense notamment à celles du Moyen-Orient. L'OTAN n'a pas du tout vocation à peser sur les relations que l'Europe doit avoir avec la Russie et pour la France, la Russie n'est pas un adversaire, n'est pas une menace. La Russie est un partenaire qui, c'est vrai, peut parfois, on l'a vu en Ukraine, utiliser la force et nous l'avons condamné lorsqu'il s'est agi de la Crimée ; et nous cherchions encore récemment avec madame MERKEL à trouver une solution pour la sortie de la crise en Ukraine. Mais cette défense antimissiles est faite pour protéger l'Europe par rapport à d'autres menaces, pas celles que certains laisseraient penser venant de la Russie.
Journaliste : Monsieur le Président, vous pouvez nous dire un petit mot sur le match de dimanche et ce que vous allez dire à madame MERKEL sur la défaite de l'Allemagne ce soir ?
LE PRESIDENT: Madame MERKEL a eu la délicatesse de m'adresser ses félicitations tard dans la soirée pour me dire qu'elle avait suivi le match, que l'équipe de France avait gagné et que c'était la meilleure qui l'avait emporté. Ensuite, les joueurs allemands ont eu un comportement tout à fait admirable, les supporters aussi ont admis la défaite, ils ont été d'un calme exemplaire. Et je sais qu'il y a des joueurs allemands qui se sont exprimés, notamment ÖZIL, avec beaucoup d'élégance.
Moi, je veux saluer l'organisation de l'Euro, je veux saluer l'ambiance qui y règne et puis bien sûr la France qui a joué tout son rôle. Je parle de la grande équipe de France, c'est-à-dire celle qui a organisé l'Euro et puis l'équipe de France, celle qui nous a donné cette joie hier soir. Mais enfin, il y a encore une finale ! Il ne faut pas essayer de brûler les étapes. Il y a une dernière étape, j'ai dit que nous avions fait le plus difficile et que le plus dur reste à venir : gagner le championnat d'Europe. Mais vraiment, madame MERKEL d'ailleurs comme tous les chefs de gouvernement et chefs d'Etat qui ont eu l'occasion de venir ou de suivre l'Euro ont tous salué les comportements qui ont eu lieu et la bonne organisation de la France pour cet Euro. Nous en sommes très fiers.
Question en anglais
LE PRESIDENT : Si, c'est très important de renforcer l'OTAN au sens de lui permettre d'avoir une capacité, une crédibilité et notamment pour l'effort de défense.
La France fait un effort de défense très important. Et encore récemment pour le budget de l'année prochaine, j'ai annoncé compte tenu des menaces que nous connaissons, augmenter le budget de la défense. Mais la France ne peut pas participer à l'effort de défense sans que d'autres pays le fassent également ou prennent leur part de ce que doit être cet investissement.
Je considère donc que l'OTAN doit montrer à tous les pays qui sont protégés par l'Alliance qu'ils doivent faire davantage pour l'effort de défense. En tout cas,la France fera ce qu'elle doit mais pas davantage et donc c'est aux autres d'assurer cette sécurité. Lorsque l'on regarde les chiffres budgétaires, cela peut arriver, au sein de la zone euro, on dit que « la France dépense quelquefois davantage ». Elle dépense davantage parce qu'elle intervient en matière de défense. Et encore récemment pour le budget de 2017, c'était mon engagement d'ailleurs au congrès de Versailles après les attentats à Paris et à Saint-Denis, j'ai fait valoir que nous devions augmenter encore notre budget de la défense. Ce sera fait mais il faut que les autres fassent un effort équivalent.
Merci.