Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur les relations franco-marocaines, à Paris le 12 octobre 2016.

Texte intégral


Altesse,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Monsieur l'Ambassadeur de Sa Majesté le Roi,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis de la France et du Maroc,
Je suis très heureux d'être parmi vous en ce lieu symbolique et imprégné d'histoire qu'est le musée de l'Ordre de la Libération.
Il y a près d'un an, le 10 novembre 2015, Son Altesse Royale était à Paris pour célébrer avec mon prédécesseur et de nombreuses personnalités françaises et marocaines le soixantième anniversaire de la Déclaration de La Celle Saint-Cloud, qui a ouvert la voie à l'Indépendance du Maroc et à une amitié renouvelée entre nos deux pays.
Ici, au musée de l'Ordre de la Libération, la France rend hommage aux combattants de la France libre, à leur parcours héroïque et à leur oeuvre de résistance face à l'oppression nazie. Au nom du président de la République et de l'ensemble du gouvernement français, je vous serais reconnaissant, Altesse, de transmettre à Sa Majesté le Roi Mohammed VI notre plus vive reconnaissance pour avoir accordé son Haut Patronage à cette exposition.
Français et Marocains, l'histoire a fait de nous des frères d'armes. Plus de 70.000 Marocains se sont battus dans l'armée française de la Libération de 1939 à 1945.
Ils ont joué un rôle décisif dans les avancées militaires des Alliés. Goumiers, tabors, tirailleurs marocains ont participé à la libération de la Corse, comme ils ont participé à la très dure campagne d'Italie et au débarquement en Provence.
En reconnaissance des sacrifices des Marocains pour soutenir l'effort de guerre, le Sultan Mohammed V a été élevé au rang de Compagnon de la Libération par le Général de Gaulle, le 18 juin 1945 à Paris. Plus de soixante ans après, l'Ordre de la Libération, la Fondation Charles de Gaulle et la direction marocaine des Archives Royales ont travaillé ensemble pour faire découvrir la profondeur historique de l'amitié franco-marocaine et pour imaginer l'avenir de ce partenariat d'exception.
Parmi les objets de grande valeur exposés ici réside la force de liens humains, diplomatiques et culturels entre nos deux pays. Je veux rendre un hommage particulier à Madame Bahija Simou, directrice des Archives Royales, pour ce travail magistral de recensement et de mise en valeur.
La relation entre la France et le Maroc est d'une richesse exceptionnelle, en particulier en matière culturelle. Face au développement des extrémismes et à la tentation du repli identitaire, nous sommes unis pour promouvoir à travers l'art les mêmes valeurs humanistes.
Au printemps 2016, Rabat a accueilli, sous le Haut Patronage du président de la République et de Sa Majesté le Roi du Maroc, une rétrospective inédite consacrée au sculpteur contemporain Alberto Giacometti. Cette exposition a placé le Maroc sur les grands circuits de l'art. 2017 s'annonce à présent sous les meilleurs auspices en matière de coopération artistique entre nos deux pays, avec la grande exposition Picasso prévue au printemps au Musée Mohammed VI de Rabat et la programmation exceptionnelle de l'Institut français du Maroc dans les différentes villes du Royaume.
Altesse, Chers Amis,
À Tanger, en septembre 2015, le président de la République et Sa Majesté le Roi Mohammed VI ont donné un nouvel élan à la relation bilatérale franco-marocaine. Nos deux pays ont décidé de répondre ensemble aux grands enjeux de stabilité de la planète, qu'il s'agisse de la lutte contre le changement climatique ou du combat contre le terrorisme.
Dans moins d'un mois, Marrakech accueillera la COP22, un évènement d'importance planétaire que le Maroc a placé sous le signe de l'action et de l'innovation et qui doit permettre des avancées nouvelles dans la lignée de l'accord de Paris. Nos chefs d'État seront côte à côte pour appeler à la mise en oeuvre universelle de cet accord.
La France est heureuse de participer, avec l'appui de l'Agence française de développement et la participation de nos entreprises, aux grands chantiers du Maroc. Les instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables, les nouveaux modes de mobilité urbaine et les grands réseaux d'énergie solaire : voilà la réalité de la transition écologique dans laquelle nous sommes engagés.
J'aimerais enfin dire un mot de la décision historique de Sa Majesté le Roi de reprendre sa place au sein de l'Union africaine. Ce choix courageux permettra au Maroc d'oeuvrer toujours plus efficacement à l'unité et à la stabilité du continent ainsi qu'à son développement économique et humain. La coopération et les projets de nos deux pays, qui ont en Afrique une vocation naturelle à agir ensemble, s'en trouveront renforcés.
En ces heures sombres où nous sommes confrontés au terrorisme et au repli identitaire, chacun, avec nos traditions et nos cultures, nous sommes unis pour promouvoir des valeurs de tolérance, de respect mutuel et d'attachement à la paix, telles que réaffirmées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans son discours du 20 août 2016.
Ne nous y trompons pas : ces combats que nous menons contre le terrorisme ou pour un développement respectueux de l'avenir de la planète ne sont pas des sujets techniques pour spécialistes. Ce sont des questions de société capitales pour notre avenir que nous ne pouvons aborder qu'en puisant dans les ressources de nos cultures et de notre histoire, en rappelant la profondeur des liens qui nous unissent. Cette exposition, qui nous réunit, y contribue.
Je vous souhaite une excellente visite. Vive le Maroc, Vive la France, et Vive l'amitié franco-marocaine !
Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 18 octobre 2016