Interview de M. Michel Sapin, ministre de l'économie et des finances au quotidien iranien "Donya-e Eqtesad", le 4 mars 2017, sur l'évolution des relations économiques franco-iraniennes depuis la signature de l'accord de Vienne de 2015.

Texte intégral

Q : A quel point les accords entre l'Iran et la France sont devenus effectifs après le déplacement en Iran de trois délégations françaises et le déplacement en France d'une délégation iranienne ?
R : Le 28 janvier 2016, le président Hassan Rohani s'est rendu en France pour un voyage historique. A cette occasion, les chefs d'Etat français et iraniens ont acté la volonté de nos deux pays d'engager une nouvelle phase de notre relation bilatérale, en donnant à l'économie une place particulière. L'Iran attend légitimement les bénéfices économiques issus de l'accord de Vienne. Les entreprises françaises sont également désireuses de revenir en Iran. Cette approche gagnant-gagnant est le fondement de la nouvelle phase de notre relation.
Je salue la rapidité avec laquelle les partenaires iraniens et français ont travaillé pour mettre en oeuvre les annonces issues de la visite du président Rohani en France. Bien sûr, ces échanges sont le fruit de contacts intenses entre parties iraniennes et françaises depuis plus de trois ans. En effet, c'est en février 2014 que s'était rendue en Iran une première délégation d'entreprises françaises, la plus importante mission d'entrepreneurs étrangers à cette date. Les discussions se sont accélérées depuis, et, ces douze derniers mois, les premiers résultats sont d'ores et déjà remarquables.
Je veux citer quelques exemples. Le domaine de l'aviation est emblématique. En moins d'un an, Iran Air a négocié puis conclu avec Airbus un contrat portant sur 100 appareils et un autre portant sur 40 avions régionaux avec ATR est en négociation. Le premier Airbus est livré et les autres vont suivre.
Le secteur de l'automobile a donné lieu à des succès très importants, que je souhaite également saluer. Les constructeurs français Peugeot et Citroën ont conclu en 2016 des accords de co-entreprises avec leurs homologues iraniens Iran Khodro et Saipa. Ces contrats sont en train d'être mis en oeuvre et les voitures devraient sortir prochainement des usines. Renault devrait aussi, j'en forme le voeu, consolider sa présence en Iran par un accord similaire avec IDRO.
Q : A quel point la partie française est-elle satisfaite du volume et des modalités des dernières coopérations ?
En 2016, les échanges commerciaux entre la France et l'Iran ont augmenté de 235 %. C'est considérable. Ce chiffre reflète à la fois l'augmentation des exportations pétrolières de l'Iran vers la France qui, avec la levée des sanctions, ont retrouvé un niveau comparable à celui d'avant les sanctions. Il traduit aussi l'augmentation des exportations françaises vers l'Iran.
En tant que ministre de l'Economie et des Finances, je ne peux que me satisfaire de ces résultats.
Les dirigeants d'entreprises françaises me font aussi part de leur satisfaction. Ils trouvent en Iran des partenaires qualifiés et compétents et des consommateurs qui apprécient la qualité des produits français. Cela ne vaut pas que pour les grandes entreprises. De nombreuses petites et moyennes entreprises viennent en Iran pour nouer des partenariats dans la durée, et certains commencent à porter leurs fruits. C'est un début, et nos entreprises travaillent ardemment avec leurs partenaires iraniens pour retrouver leurs niveaux d'échanges d'avant les sanctions. Ce processus prendra du temps mais la dynamique est bien engagée.
Ces acteurs économiques nous disent également qu'ils souhaitent que l'Iran poursuive ses efforts pour une plus grande lisibilité et stabilité du cadre juridique et de l'environnement des affaires, notamment en matière de gouvernance financière.
Q : En quoi les relations entre les deux pays ont évolué depuis la première réunion de la commission économique mixte et le déplacement en Iran de M. Jean-Marc Ayrault.
Le déplacement de mon collègue ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a eu lieu il y a tout juste un mois pour la première réunion de la commission mixte économique. Depuis cette date, les efforts des deux pays se poursuivent. Très concrètement, nous attendons par exemple avec impatience la sortie prochaine des usines des nouvelles voitures Peugeot franco-iraniennes, mais aussi l'arrivée dans la flotte d'Iran Air de nouveaux Airbus et ATR.
Bien sûr, il ne s'agit pas d'être naïf et de nier les difficultés qui subsistent. Nos entreprises se rendent compte par exemple que les relations bancaires ne sont pas encore complètement rétablies. Les autorités françaises poursuivent leurs efforts pour résoudre ces obstacles. En lien avec les autres pays européens, nous encourageons les Etats-Unis à faire leur part du travail en la matière. Je sais aussi que, dans le quotidien des Iraniens, l'effet de ces réalisations économiques commence seulement à se faire sentir.
Q : Comment voyez-vous l'évolution des relations économiques entre l'Iran et la France sous Trump ?
La France a démontré qu'elle ne ménageait aucun effort pour une mise en oeuvre complète de l'accord de Vienne. Notre conviction est que cet accord est au bénéfice de tous. Il est le fruit de durs efforts et nous devons en préserver les résultats. C'est ce que nous disons à tous nos partenaires, y compris aux Etats-Unis.
Nous constatons que les entreprises françaises poursuivent leurs activités en Iran ainsi que la préparation de leurs investissements dans le pays.
Q : Pouvez-vous nous donner plus de détails sur la coopération en matière de résolution du problème des ressources humaines depuis la signature de 17 contrats de coopération universitaire. Ce problème avait été évoqué par le ministre français des Affaires étrangères.
La relance des relations économiques entre la France et l'Iran implique une réelle mobilisation pour que les entreprises françaises et iraniennes réussissent à développer des coopérations de premier plan. Dans ce contexte, la question de la formation est déterminante et c'est aussi le sens du message passé par le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur lors de sa venue en décembre 2016. Nous avons ainsi proposé de créer un centre d'excellence pour la formation professionnelle dans un domaine technique lié au développement économique de l'Iran (ingénierie, mécanique par exemple). Des formations conjointes sont mises en place, c'est en cours, en plus des formations existantes par exemple entre les Arts et Métiers et l'Université de Téhéran.
Par ailleurs, tout doit être fait pour développer la mobilité des chercheurs et étudiants entre nos deux pays. En ce sens, le programme Gundishapur est exemplaire et, en lien avec le ministère iranien de la Science, nous y consacrons davantage de moyens en 2017. Les efforts que nous fournissons pour améliorer l'accueil des étudiants iraniens en France et les conditions de délivrance de visas (notamment en externalisant prochainement les prises de rendez-vous et les dépôts de dossiers) devraient aussi grandement faciliter ces mobilités.
Q : Compte tenu des problèmes précédemment apparus dans l'ancien canal en matière d'industrie automobile, à quel point la France pense-t-elle que le canal de vente d'avions sera utilisable et capable de se développer ?
Le secteur de l'aéronautique est emblématique. La levée des sanctions a permis à l'Iran, pour la première fois depuis plusieurs décennies, d'acquérir des avions neufs. Nous sommes fiers que l'entreprise européenne Airbus, implantée en grande partie à Toulouse en France, soit désormais un partenaire de l'Iran. Ce secteur ne se résume toutefois pas à la vente d'avions. L'Iran a fait part de besoins pour la modernisation de ses aéroports. Nos entreprises sont prêtes à faire des investissements de long terme dans ce secteur.
Le dynamisme du secteur aéronautique ne signifie pas que celui de l'automobile est en reste. Dans ce domaine, les constructeurs français et iraniens ont signé des accords de co-entreprises. Il s'agit d'accords industriels importants qui impliquent des investissements de long terme, des transferts de technologie et de savoir-faire, des exportations à partir d'Iran.
Peugeot comme Renault ont des objectifs ambitieux en Iran et nous souhaitons que les Iraniens continuent d'accorder leur confiance à ces marques.
Q : Comment voyez-vous la coopération entre les deux pays après la prochaine présidentielle française ?
Il ne m'appartient pas de commenter la politique que conduira le prochain président français après les élections d'avril-mai 2017. Je peux toutefois affirmer que la France, lorsqu'elle est partie à un accord, tient sa parole. Elle continuera donc sa politique d'engagement économique en Iran conformément à l'accord de Vienne.
Q : Quelles sont les propositions françaises à la partie iranienne pour lutter contre le déficit budgétaire, le chômage, la pyramide d'âge et la crise des caisses de retraite ?
Comme de nombreux pays européens, la France connaît des difficultés économiques face auxquelles elle s'efforce de trouver les politiques publiques les plus adaptées. Elle n'a pas de conseils à donner à l'Iran, qui fait face à des difficultés qui lui sont propres et qui dispose de toutes les ressources pour y répondre.
Source http://www.ambafrance-ir.org, le 9 mars 2017