Déclaration de Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées, sur des projets pédagogiques sur le thème de la mémoire, à Paris le 23 mai 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Introduction cérémonie de remise des trophées « Héritiers de mémoire », à Paris le 23 mai 2019

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur l'administrateur du Panthéon,
Madame la directrice de l'ONAC-VG,
Monsieur le directeur des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives,
Monsieur le directeur de l'Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense,
Monsieur le directeur du musée national de la Marine,
Monsieur l'adjoint au directeur général de l'enseignement scolaire,
Mesdames et messieurs les inspecteurs,
Mesdames et messieurs les chefs d'établissement et professeurs,
Officiers, sous-officiers,
Chers élèves, collégiens, lycéens,
Mesdames et Messieurs,


Que dire après cette belle interprétation de l'hymne européen ? Que vous dire chers lycéens de Bordeaux à part « merci » ?

« L'hymne à la joie » qui a résonné ici est un symbole profond. Il a un sens particulier en cette semaine résolument européenne.

Il a aussi un écho puissant en ce Panthéon qui a accueilli Simone VEIL il y a un an. Femme de tant de combats, elle repose désormais ici même, auprès de celles et ceux qui ont marqué l'histoire de notre pays.

Dans quelques mois, après cette Grande Femme, c'est un Grand Homme qui investira ce temple républicain. Maurice GENEVOIX au nom de « tous ceux de 14 » trouvera ici la place qui l'attend.

Aujourd'hui, le Panthéon ouvre ses portes à une jeune génération dont le travail de mémoire mérite d'être récompensé. Chers jeunes, vous incarnez la continuité mémorielle de notre pays. Vous êtes des « héritiers de mémoire ».

Monsieur l'administrateur du Panthéon, je vous remercie de nous accueillir en ces lieux si prestigieux. Ici, une part majeure de notre mémoire nationale est réunie. Cette cérémonie est un moment de transmission auquel je suis particulièrement attachée. Jean JAURES, Victor SCHoeLCHER, Jean MOULIN, Pierre BROSSOLETTE, Geneviève DE GAULLE-ANTHONIOZ, Germaine TILLION, nous trouvons ici des modèles d'engagement incarnant des valeurs chères à notre République, chères à la France.

Ce sont des exemples.

Et que dire de René CASSIN mis à l'honneur cette année. Soldat de la Grande Guerre, compagnon du général DE GAULLE dès juin 1940, juriste émérite, rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, voilà un homme d'engagement.

Bravo aux jeunes qui se sont consacrés à cette figure magistrale de notre mémoire.

Félicitations à tous les lauréats, du primaire au lycée. Je dois vous dire ma grande satisfaction de vous voir tous rassemblés ici. Votre travail témoigne de votre enthousiasme et de votre réussite pédagogique.

L'action « Héritiers de mémoire » est un « coup de projecteur » sur sept projets pédagogiques. L'ECPAD en a valorisé certains et nous découvrirons ces films avec plaisir dans quelques instants. Il ne faut pas ignorer les centaines d'autres initiatives qui naissent chaque année dans nos écoles, nos collèges et nos lycées. A ce titre, je salue l'ensemble des élèves de France qui ont participé à ce concours.

Plus de 700 établissements ont bénéficié d'un soutien financier de la part du ministère des Armées dont les établissements d'enseignement agricole. C'est une manière de donner une traduction concrète au partenariat qui existe entre les Armées, l'Education nationale et l'enseignement agricole. Ce partenariat se renforce année après année, je m'en réjouis. Il est un pan important du lien armées-jeunesse, indispensable à notre cohésion sociale.

Je salue bien évidemment tous les chefs d'établissement et tous les professeurs dont je sais et loue le dynamisme comme le sens de l'innovation.

Je veux remercier aussi tous ceux qui ont participé à ces projets : personnels de l'Education nationale, civils et militaires de la défense, anciens combattants.

Monsieur le Directeur des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives, je tiens à saluer le travail de vos services et de vos équipes. Par l'action de la DPMA, des milliers d'élèves ont pu s'investir dans des projets pédagogiques. Ainsi, vous transformez en actes nos ambitions et je vous en remercie. La DPMA est un acteur essentiel de la transmission de notre mémoire combattante et un rouage majeur de la diffusion de l'esprit de défense auprès des jeunes générations.

« Héritiers de mémoire » permet la rencontre de différentes générations combattantes. Dans ces projets et dans ces films, des destins individuels s'entremêlent : ceux de femmes et d'hommes illustres, ceux d'anonymes, ceux de poilus, ceux de résistants.

Les élèves ont parfois découvert ou redécouvert tout un patrimoine de pierre, parfois à quelques kilomètres à peine de leur établissement.

Des projets portent leur attention sur nos soldats d'aujourd'hui. Soldats dont les reporters de guerre nous rapportent, au péril de leur vie, des images. S'intéresser aux soldats d'aujourd'hui, c'est aussi se confronter au deuil lorsqu'un de nos soldats meurt en opération extérieure. Et nous venons de vivre un épisode particulièrement douloureux.

Je pense aussi aux jeunes élèves français de l'étranger, et en particulier aux lycéens de Casablanca présents aujourd'hui.

Ils nous rappellent que la mémoire est quelque chose qui se partage, par-delà les frontières. Cette mémoire partagée a été au coeur du centenaire de la Grande Guerre. Elle est encore au coeur du 75ème anniversaire de la Libération.

Mesdames et messieurs, quel plus beau symbole d'avenir que cette jeunesse réunie dans le temple des Grands Hommes qui ont mérité de la patrie ?

Chers élèves de Casablanca, de Grenoble, de Dunkerque, de Castres, de Bretagne, de Gironde, de Provence, les femmes et les hommes que vous mettez en valeur dans vos projets sont des leçons vivantes pour chacun d'entre nous et pour notre époque.

Félicitations, vous êtes de brillants héritiers de notre mémoire commune.

Pour introduire cette cérémonie, je souhaite vous faire part de la belle phrase de Léo, lycéen lauréat de l'année dernière, qui résumait ainsi son expérience des Héritiers de Mémoire : « les meilleures choses ont une fin mais ce sont celles qui restent dans nos mémoires. »


Encore bravo à tous.


Source https://www.defense.gouv.fr, le 3 juin 2019