Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, sur les efforts internationaux face à la pandémie de Covid-19, à Paris le 30 septembre 2020.

Prononcé le

Intervenant(s) :

  • Jean-Baptiste Lemoyne - Secrétaire d'État au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie

Circonstance : 75e Assemblée générale des Nations unies

Texte intégral

Nous avons accompli des progrès considérables depuis le début de cette pandémie. Les diagnostics se perfectionnent, les premiers traitements sauvent des vies et allègent le fardeau qui pèse sur nos systèmes de santé. Enfin nous approchons chaque jour de la mise au point d'un vaccin.

C'est grâce à notre mobilisation dans le cadre du multilatéralisme, le seul à même de répondre efficacement à cette crise, à ces innovations et à notre meilleure compréhension du virus que nous pourrons mettre fin à cette pandémie.

Mais il serait impensable que l'accès à ces innovations soit régi par les seules lois du marché, réservées au plus offrant.

Ces outils doivent être accessibles à tous ceux qui en ont besoin et constituer des biens publics mondiaux. ACT-A a réalisé un travail majeur en quelques mois, mais cet objectif n'est pas encore garanti. Or c'est une exigence, tant en termes de solidarité que d'efficacité, car il n'y aura de victoire contre le virus que mondiale.

C'est pourquoi la France souhaite que l'ensemble des parties prenantes d'ACT-A se dote de principes partagés autour de cet objectif de bien public mondial, qui pourrait prendre la forme d'une charte, articulée autour de plusieurs grandes orientations :

1/ La mise en commun des résultats de la recherche et des essais cliniques.

2/ Une stratégie d'allocation mondiale, portée par l'OMS afin de répondre équitablement aux besoins les plus pressants.

3/ Un prix juste, justifié par des pratiques de transparence susceptibles d'audit sur les coûts de recherche/développement et de production. Car si l'industrie pharmaceutique joue un rôle essentiel pour permettre ces innovations, et je veux ici saluer sa contribution, il serait inacceptable que certains s'enrichissent en profitant du désarroi des populations.

4 / Le partage sur une base volontaire de la propriété intellectuelle pour démultiplier les capacités de production et répondre aux besoins mondiaux.

Nous devons également nous assurer que les systèmes de santé des pays sont capables de recevoir et de mettre à disposition de leur population les produits COVID-19 de façon équitable et sûre. Pour préparer les pays et s'assurer que les professionnels de santé sont suffisamment protégés, que les données épidémiologiques sont disponibles, ou que les communautés soient engagées dans la réponse, le renforcement de fonctions clés des systèmes de santé est essentiel.

La France prend toute sa part aux efforts financiers indispensables pour assurer un accès des pays en développement aux vaccins et contribuera à hauteur de 100 millions d'euros à cet objectif lorsqu'un vaccin sera disponible.

Avec cette crise sanitaire, nous sommes à la croisée des chemins : l'égoïsme et l'échec assuré d'un côté, la solidarité, le multilatéralisme et le succès de l'autre. Soyons à la hauteur des enjeux et ne nous laissons pas prendre par des rivalités.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 2 octobre 2020