Interview de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, à BFM TV le 3 novembre 2020, sur l'Union européenne face au terrorisme.

Texte intégral

ADELINE FRANCOIS
Clément BEAUNE, vous êtes le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes. L'Europe fait corps ce matin avec l'Autriche ?

CLEMENT BEAUNE
Oui, totalement. Le président de la République a exprimé le premier la solidarité de la France, nous sommes évidemment, après les attentats que nous avons nous-mêmes connus encore ces derniers jours, face au terrorisme islamiste, extrêmement touchés et concernés par cette tragédie autrichienne, mais c'est toute l'Europe, vous l'avez dit, qui dès hier soir a réagi, de la manière la plus ferme, nette possible, dans la condamnation de cette horreur. Et puis maintenant il faut l'action européenne, pas seulement la solidarité, sur différents plans.

CHRISTOPHE DELAY
Laquelle ? Alors allons-y, parce que c'est ce que tout le monde dit, "on est très fort pour réagir", c'est ce qu'on dit, je ne dis pas… "mais, pour réagir… enfin, ça n'empêche pas les terroristes d'agir." Quels sont les outils qui manquent, impératifs ?

CLEMENT BEAUNE
Alors, d'abord cette prise de conscience, elle ne suffit pas, mais elle est essentielle et elle est nouvelle, elle est nouvelle, cette solidarité très forte…

CHRISTOPHE DELAY
Depuis 2015 elle n'est pas nouvelle.

CLEMENT BEAUNE
Bien sûr, mais là je crois qu'elle s'est exprimée de manière très forte. Mais, vous avez raison, il faut de l'action, ça vaut sur tous les terrains sur lesquels nous sommes engagés, de l'amont, c'est-à-dire les opérations extérieures que l'on fait, y compris loin, au Sahel, en Afrique, pour lutter contre le terrorisme islamiste, nous avons été longtemps très seul, nous Français, dans ces opérations, c'est moins le cas aujourd'hui, nous avons plusieurs pays européens, y compris des pays de l'Est, du Nord de l'Europe, qui sont avec nous, sur le terrain, il faut encore renforcer cette action, mais on voit bien que c'est essentiel, ça concerne tout le monde.

CHRISTOPHE DELAY
Essentiel, mais pas suffisant.

CLEMENT BEAUNE
Pas suffisant.

ADELINE FRANCOIS
Sur ce sujet on a l'impression que c'est la souveraineté qui s'impose à chaque fois, des Etats.

CLEMENT BEAUNE
Bien sûr. Vous savez, c'est un sujet qui a longtemps été considéré comme le fait de quelques pays. Tous ceux qui nous ont dit, ces derniers jours, que c'était le problème de la laïcité française, voient bien que ça n'a rien à voir, c'est des valeurs européennes qui sont attaquées, donc la prise de conscience maintenant elle est claire. Donc, on doit agir en amont, pas tout seul, sur ces terrains terroristes…

CHRISTOPHE DELAY
Comment ?

CLEMENT BEAUNE
Militairement, militairement bien sûr.

CHRISTOPHE DELAY
Militairement, alors que les terroristes sont parfois des locaux ?

CLEMENT BEAUNE
Alors, j'y viens, ça ne suffit pas, bien sûr, ça ne suffit pas, mais on voit bien qu'il y a une continuité entre l'action extérieure et ce qu'on fait à l'intérieur. Ça veut dire aussi le renseignement, bien sûr, nos polices coopèrent beaucoup mieux, le président de la République avait lancé une initiative pour coordonner les services de renseignement il y a 3 ans, ça existe maintenant depuis quelques mois, c'est le Collège européen du renseignement. Ça veut dire aussi être plus sérieux à nos frontières, pour analyser, pour protéger, on a désormais des gardes-frontières Européens, il faut encore le développer. Et puis ça veut dire aussi des actions judiciaires européennes qui sont communes. On a créé cette année un Parquet européen, mais il ne s'occupe pas encore de terrorisme, dans les propositions que nous faisons c'est que ce soit le cas dans les mois qui viennent. Et puis il y a un sujet, on verra si c'est le cas aujourd'hui, mais vous l'avez évoqué à travers la diffusion de contenus qui parfois incitent à la radicalisation, au terrorisme, en ligne, c'est une action européenne qu'il nous faut aussi sur ce point et je crois que là, dans les prochaines semaines, sinon les prochains jours, nous aurons une législation européenne pour interdire ces contenus qui poussent à la radicalisation.

CHRISTOPHE DELAY
Est-ce que cette attaque terroriste de Vienne nous pousse, ou va pousser la France, à rehausser, ou à changer quelque chose dans le dispositif antiterroriste qui a été déployé depuis la semaine dernière après l'attaque de la basilique de Nice ?

CLEMENT BEAUNE
Ecoutez, ce sera décidé en Conseil de défense s'il doit y avoir des mesures supplémentaires, mais nous n'avons pas attendu, malheureusement, l'attaque de Vienne pour prendre des mesures, rehausser nos actions et notre niveau d'alerte, c'est ce qu'a annoncé le Premier ministre ces derniers jours, donc je crois que l'attentat de Vienne, malheureusement, confirme la gravité de l'alerte et, s'il doit y avoir des mesures supplémentaires, bien sûr nous les prendrons, mais ça confirme avant tout, malheureusement, la nécessité de notre combat, et la justesse notre combat, qui n'est pas seulement français.

(…) Entretien avec Jérôme SEGAL, correspondant BFM TV à Vienne.

CHRISTOPHE DELAY
Merci beaucoup, merci Jérôme SEGAL d'avoir été en direct avec nous, merci à vous Clément BEAUNE.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 4 novembre 2020