Interview de M. Olivier Dussopt, ministre des comptes publics, à France Bleu Sud Lorraine le 9 novembre 2020, sur les aides aux entreprises confrontées à l'épidémie de Covid-19.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Texte intégral

MATHIEU BARBIER
Notre invité ce matin est Olivier DUSSOPT, ministre délégué aux Comptes publics auprès du ministre de l'Economie. Il est à votre micro, Mohand CHIBANI.

MOHAND CHIBANI
Bonjour Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour.

MOHAND CHIBANI
Merci d'avoir accepté l'invitation de France Bleu ce matin. Olivier DUSSOPT, vous êtes en visite ce lundi dans le département de la Meurthe-et-Moselle, l'idée, c'est de vérifier si les aides d'Etat aux entreprises arrivent bien à leurs destinataires, est-ce que les dispositifs fonctionnent, Olivier DUSSOPT, ou bien, y a-t-il encore trop de contraintes administratives ?

OLIVIER DUSSOPT
L'Etat répond présent pour aider les entreprises face à la crise, ils ont mis en place des dispositifs extrêmement puissants sur lesquels je reviendrai si vous le voulez, nous voulons faire des dispositifs puissants, mais simples, avec un portail Internet unique et avec un numéro de téléphone unique : le 0806 000 245, ce numéro de téléphone est géré par la direction des Finances publiques, par les URSSAF, et il y a un centre d'appels à Nancy pour faire en sorte que les entreprises, les associations puissent avoir en un seul appel tous les renseignements sur les informations et les aides disponibles.

MOHAND CHIBANI
Une sorte de guichet unique.

OLIVIER DUSSOPT
C'est un guichet unique téléphonique, comme nous avons un portail unique sur Internet, le but est que, à la fois les agents des Finances publiques et ceux des URSSAF puissent donner aux entreprises les informations sur les aides, par exemple le programme de prêt garanti par l'Etat, sur le fonds de solidarité qui vise à aider les entreprises fermées ou qui perdent énormément de chiffre d'affaires du fait du confinement. Nous avions un fonds de solidarité qui était plafonné à 1.500 euros par mois, nous l'avons porté à 10.000 euros. Tous ces dispositifs sont au service des entreprises, et la plateforme téléphonique je visite à Nancy est composée, animée par des agents qui peuvent renseigner toutes les entreprises.

MOHAND CHIBANI
Oui, alors les aides du gouvernement, on l'entend, Olivier DUSSOPT, pour compenser les pertes liées au confinement sont nombreuses, des aides cruciales, on peut le dire, pour les TPE et PME, le gouvernement a débloqué une enveloppe supplémentaire de 20 milliards. Alors qu'en est-il pour la Lorraine ?

OLIVIER DUSSOPT
En, Lorraine, les entreprises bénéficient des aides de l'Etat comme toutes les entreprises françaises, nous avons au total, depuis le début de l'année, débloqué plus de 66 milliards d'euros, ainsi, par exemple, pour ce qui concerne le chômage partiel, ce sont plus de 115.000 entreprises de Lorraine qui ont été aidées, et cela représente une aide totale de presque 500 millions d'euros. De la même manière sur le fonds de solidarité, qui permet d'aider les entreprises de moins de 50 salariés aujourd'hui fermées du fait du confinement, ce sont plus de 40.000 entreprises qui ont été aidées pour plus de 135 millions d'euros qui ont été versés ; et c'est un chiffre qui a vocation à progresser puisque le fonds de solidarité du mois de novembre sera beaucoup plus important que celui que nous avons versé en avril, en mai ou encore en juin. Enfin, si on devait prendre un dernier exemple, j'ai parlé des prêts garantis par l'Etat, il s'agit de prêts octroyés par les banques, mais dont l'Etat garantit le remboursement, prend à sa charge finalement le risque pour permettre aux banques d'accéder à la trésorerie, dans une région comme la Lorraine, ce sont 15.000 dossiers qui ont été complétés, cela représente plus de 2,3 milliards d'euros de prêts attribués aux banques, avec une garantie de l'Etat.

MOHAND CHIBANI
Mais Olivier DUSSOPT, on l'entend souvent dans la bouche des chefs d'entreprise, ils se disent inquiets, parce qu'un jour ou l'autre, il va falloir rembourser toutes ces sommes, et pour eux, les caisses sont vides. Alors comment vont-ils pouvoir se renflouer ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous allons accompagner les entreprises dans le cadre du plan de relance, mais surtout, nous allons les aider à faire face aux dettes qui sont liées à cette période, pour ce qui concerne la question des cotisations sociales, nous avons mis en place des reports de cotisations, nous mettons aussi en place des exonérations pour les entreprises qui sont fermées par décision administrative, et les URSSAF savent, à la fois, calculer les plans d'étalement lorsqu'il y a une dette, et nous permettons l'étalement jusqu'à 36 mois, savent aussi calculer les exonérations dont peuvent bénéficier les entreprises.

MOHAND CHIBANI
Oui. Alors, on a bien retenu l'expression du quoiqu'il en coûte d'Emmanuel MACRON, mais est-ce que ça prévaut toujours dans la mesure où les finances de l'Etat, Olivier DUSSOPT, ne sont pas un puits sans fond ?

OLIVIER DUSSOPT
Les finances de l'Etat ne sont pas un puits sans fond, et nous avons accepté en 2020 de fortement dégrader les finances publiques de l'Etat pour faire face à la crise, je le disais, nous avons, pour la première phase de crise, engagé 66 milliards de dépenses pour financer les différents outils, comme le chômage partiel, comme le fonds de solidarité, ou encore les aides aux ménages les plus fragiles, nous ajoutons 20 milliard d'euros, et nous mettrons les moyens nécessaires pour faire face à la crise et accompagner les entreprises.

MOHAND CHIBANI
Une dernière question, si vous me le permettez, Olivier DUSSOPT, on l'entend, ce deuxième confinement est mal accepté, notamment pour les commerçants dits non essentiels, les messages en provenance des autorités sanitaires ne sont pas des plus rassurants, alors pourquoi le gouvernement ne dit pas dès à présent que ce confinement va se poursuivre au-delà de quatre semaines ?

OLIVIER DUSSOPT
Personne ne sait les décisions qui seront prises, et elles seront prises uniquement en fonction de considérations sanitaires. Notre priorité est la santé des Français, et le gouvernement, les autorités préfectorales ne prennent évidemment aucun plaisir à décider de la fermeture d'un bâtiment public, à décider de la fermeture d'un commerce ou à restreindre les possibilités de circulation. Tous les 15 jours, un point d'étape est fait pour voir les décisions qui doivent être prises, parfois, ce sont des décisions qui durcissent les règles dans lesquelles nous fonctionnons, parfois, ce sont des décisions qui permettent de les alléger, mais les commerçants font des efforts extrêmement importants, ils ont mis en place des protocoles sanitaires, ils font attention au nombre de clients dans leur magasin, dans leur boutique, et nous savons qu'ils n'ont qu'une aspiration, c'est vivre de leur travail, pouvoir ouvrir et accueillir leurs clients. Aujourd'hui, ça n'est pas possible, nous souhaitons toutes et tous que la situation sanitaire, les progrès, les mesures que l'on prend les uns et les autres permettent de revenir aussi vite que possible à une situation normale.

MOHAND CHIBANI
Olivier DUSSOPT, ministre délégué aux Comptes publics. Merci beaucoup d'avoir été l'invité de France Bleu ce matin, bonne journée.

OLIVIER DUSSOPT
Merci à vous. Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 novembre 2020