Communiqué conjoint à l'issue de la réunion à Paris des ministres des affaires étrangères en format 3 1 (Lituanie, Lettonie, Estonie et France), le 27 janvier 2021.

Texte intégral

Les ministres des affaires étrangères de Lettonie, M. Edgars Rinkevics, de Lituanie, M. Gabrielius Landsbergis, et le viceministre des affaires étrangères d'Estonie en charge des affaires européennes, M. Märt Volmer, se sont réunis à Paris, le 26 janvier 2021, à l'invitation du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, M. JeanYves Le Drian. Cette réunion, la première tenue dans ce format, a eu lieu à la date anniversaire du centenaire de la reconnaissance de jure des Etats baltes par la France, et dans la perspective de la commémoration cette année du trentième anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques de la France avec les Etats baltes.

Les ministres ont dressé le constat de la situation sanitaire en Europe et sont convenus de la nécessité de poursuivre une approche coordonnée entre Etats membres, en particulier s'agissant des stratégies de vaccination nationales et des contrôles aux frontières. Face à l'apparition de nouveaux variants et à l'impératif de protection des populations, ils ont appelé à accélérer la production de vaccins pour permettre un déploiement plus rapide des campagnes de vaccination.

Ils ont salué les progrès réalisés pour la mise en oeuvre du Plan de relance européen et ont rappelé leur volonté de ratifier rapidement la décision relative aux ressources propres au plan national. Ils ont souligné l'importance de l'accord de compromis auquel est parvenu le Conseil européen en juillet 2020 sur un paquet financier sans précédent et ont insisté sur la nécessité de respecter pleinement cet accord, entre autres dans les négociations en cours sur les propositions sectorielles.

Ils ont échangé sur la préparation et les priorités de la future Présidence française de l'Union européenne.

Les ministres ont réitéré avec force leur condamnation de l'arrestation illégale de M. Alexeï Navalny par les autorités russes pour des motifs politiques, au mépris des décisions de la Cour européenne des droits de l'Homme, et ils ont demandé sa libération immédiate et sans condition. La Russie doit traduire en justice les auteurs de l'empoisonnement de M. Navalny et respecter ses engagements en vertu de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. Les ministres ont appelé la Russie à respecter véritablement ses obligations dans le cadre de l'OSCE et du Conseil de l'Europe.

Ils ont exprimé leur vive préoccupation au sujet de la situation en Biélorussie, à la suite des élections présidentielles frauduleuses et dans le contexte de violences persistantes du régime contre des manifestants pacifiques ; ils ont réaffirmé le droit du peuple biélorusse à élire son Président au moyen d'élections libres et régulières dans le respect des normes internationales et en présence d'observateurs du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'Homme de l'OSCE.

Les ministres ont rappelé leur soutien et leur engagement indéfectibles en faveur de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues.

S'agissant de la crise dans le Haut-Karabagh, ils ont affirmé leur soutien à la médiation conduite par les co-Présidents du Groupe de Minsk de l'OSCE. Ils ont souligné qu'il était essentiel de parvenir à une solution durable sous l'égide de ces derniers et d'éviter toute nouvelle déstabilisation de la situation en matière de sécurité, dans le cadre des défis persistants dans la mise en oeuvre de l'accord de cessez-le-feu du 9 novembre.

Ils ont réaffirmé que le partenariat oriental revêtait une importance stratégique en tant que dimension régionale de la politique européenne de voisinage (PEV) et dans la perspective du prochain sommet du Partenariat oriental.

Suite à l'entrée en fonctions de la nouvelle Administration américaine, ils ont rappelé combien il était essentiel de disposer d'un partenariat stratégique transatlantique fort, fondé sur des intérêts communs et des valeurs partagées.

Ils ont noté avec satisfaction les progrès sans précédent réalisés par l'UE dans le domaine de la sécurité et de la défense et ont souligné la nécessité de maintenir cette dynamique, tout en rappelant que l'OTAN demeure le socle de la défense collective pour les Etats qui en sont membres.

Les ministres ont souligné le caractère essentiel des opérations menées dans la région du Sahel en matière de lutte contre le terrorisme et ont pris bonne note de leur engagement dans ce domaine.

Ils ont abordé la situation en Méditerranée orientale en appelant de leurs voeux un apaisement des tensions avec la Turquie dans la perspective du Conseil européen de mars.

Les ministres ont souligné la nécessité de poursuivre les efforts entrepris au niveau européen pour rééquilibrer les relations avec la Chine. L'objectif visé est d'amener la Chine à s'engager en faveur de priorités communes, telles que la défense du climat, le développement durable, la promotion du multilatéralisme et le respect des droits de l'Homme. En matière de droits de l'Homme, la France, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont réitéré leur préoccupation quant à l'évolution de la situation à Hong Kong ainsi que s'agissant du traitement réservé aux personnes appartenant aux minorités ethniques et religieuses, en particulier au Xinjiang et au Tibet.

Ils ont souligné qu'il était important de progresser dans la définition d'une stratégie européenne pour la région indopacifique.

Notant de nombreuses convergences dans leurs analyses et leurs positions ainsi que l'utilité de communiquer étroitement dans différents formats, les ministres sont convenus de la nécessité de tenir des consultations régulières sur les questions européennes et internationales d'intérêt commun.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 janvier 2021