Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le numérique au sein du ministère des armées, à Bordeaux le 29 avril 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Inauguration du datacenter " Sous-Lieutenant Marie-Louise Cloarec " au sein de la Direction interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information

Prononcé le

Texte intégral

Madame la ministre, chère Geneviève,
Monsieur le préfet,
Mesdames et messieurs les élus,
Messieurs les officiers généraux,
Monsieur le directeur général du numérique et des systèmes d'information et de communication,
Monsieur le " futur " directeur de l'Agence du numérique de la défense,
Mesdames et messieurs,


Je suis très heureuse d'être avec vous à Bordeaux au coeur d'un des hauts lieux du numérique du ministère des Armées. Parler de « lieu du numérique », cela pourrait paraître contradictoire tant aujourd'hui le numérique est partout, à portée de main au quotidien, toujours dans nos poches, même au milieu du désert, en opérations, autour de nos soldats.

Mais au contraire, c'est bien grâce à des infrastructures physiques, qui nous permettent de sécuriser le stockage et la transmission de données dont le volume se compte en Péta Octets, que nous pouvons aujourd'hui garantir le fonctionnement du ministère et de nos armées, en métropole comme en opérations extérieures.

Preuve s'il en fallait qu'aujourd'hui, la guerre est aussi numérique. Et j'ai eu l'occasion de le rappeler de nombreuses fois : au ministère des Armées, le numérique est un combat permanent. Car nous savons que maîtriser le numérique, c'est la clé de la supériorité technologique et que c'est ce qui nous permettra de garder l'avantage sur le terrain.

J'ai donc souhaité dès 2017 accélérer la transformation numérique du ministère et en faire un levier majeur de la modernisation. Aujourd'hui marque une nouvelle étape dans notre combat pour le numérique.

Tout d'abord, je suis fière d'inaugurer un datacenter, entièrement rénové au sein de la direction locale de la DIRISI à Bordeaux. Il complète les trois autres principaux centres de données du ministère situés à Suresnes, à Toulon et à Rennes. Fédérées par plusieurs réseaux sécurisés, ces infrastructures protégées et surveillées, sont indispensables à la continuité des activités des personnels civils et militaires du ministère des Armées. Les données qui y sont stockées sont très variées : cela va des systèmes d'information de logistique, au données de ressources humaines en passant par des informations portant sur les théâtres d'opérations extérieures et relayées par nos satellites de télécommunications militaires.

Evidemment, au regard de l'importance cruciale des données qui sont hébergées au sein de nos datacenters, les enjeux de résilience de nos systèmes et de sécurité de nos informations sont au coeur de nos préoccupations. C'est pourquoi nos datacenters sont des bunkers qui fonctionnent en vase clos, et que nous veillons toujours à doubler et stocker les données dans plusieurs lieux différents. Ces forteresses de l'information sont surveillées vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jour sur sept, afin de ne connaître aucune interruption et aucune baisse de régime.

S'agissant du datacenter de Bordeaux, la totalité des équipements a été changée à l'occasion de sa rénovation et sa capacité de stockage a été doublée. Il héberge notamment le service de mobilité des agents du ministère, ou encore notre système de maintien en condition opérationnelle aéronautique, qui sera bientôt remplacé par Brasidas. Si nos avions peuvent s'envoler, c'est aussi grâce au travail accompli ici.

J'ai aussi la fierté de vous annoncer que ce nouveau datacenter sera baptisé « Sous-Lieutenant Marie-Louise Cloarec », en hommage à une spécialiste des transmissions, parmi les premières femmes de l'armée de Terre, valeureuse résistante morte pour la France en 1945.

Cette inauguration me permet de saluer à la mémoire de l'ensemble des Françaises et des Français engagés dans les transmissions qui, par leur action, ont permis aux forces libres de se rassembler, de se coordonner et s'organiser pour vaincre en 1945.

Dans le sillage de la stratégie énergétique du ministère des Armées que j'ai présentée en septembre dernier, le datacenter Sous-Lieutenant Marie-Louise Cloarec, a été conçu avec une volonté éco-responsable. Car nous savons que maîtriser notre facture énergétique, c'est aussi assurer notre souveraineté. Ainsi, ce datacenter est équipé de solutions de refroidissement utilisant en partie l'air extérieur pour ne pas avoir recours de façon systématique à la climatisation. Cela représente une diminution de 15% à 20% de consommation d'énergie. Quant à la chaleur dégagée, elle sera réutilisée pour chauffer d'autres bâtiments. C'est une technologie que nous utilisons déjà avec le datacenter de Toulon ou encore à Paris : plus de la moitié du chauffage de la parcelle ouest à Balard est fournie par la récupération de la chaleur des salles informatiques sur le site.

Si aujourd'hui nous avons une pleine maîtrise des actifs stratégiques que sont nos datacenters, c'est grâce à l'ensemble du personnel extrêmement compétent qui assure leur fonctionnement. Je salue en particulier la DIRISI, souvent dans l'ombre mais absolument partout, dont le travail est essentiel pour notre ministère, qu'il s'agisse de garantir l'exercice du commandement opérationnel, d'appuyer la transformation numérique du ministère ou encore d'assurer le fonctionnement de nos systèmes numériques. Derrière chaque ordinateur, chaque satellite de télécommunication, chaque radio de nos armées, il y a la DIRISI.

Votre action a été déterminante durant la crise sanitaire : grâce à vous, des milliers d'agents ont pu continuer de travailler à distance. Vous avez également appuyé le déploiement de l'hôpital de campagne à Mulhouse en assurant la sécurité informatique du matériel sur place.

Je veux aussi féliciter vos talentueux développeurs de la Fabrique Numérique et du centre de développement des applications de la défense qui font preuve d'agilité, de créativité et de réactivité pour concevoir des applications numériques au service des besoins de nos personnels.

Je suis très fière que nous ayons célébré ensemble votre nouvelle organisation par la remise de 5 fanions, qui symbolisent les 5 pôles opérationnels de la DIRISI : l'hébergement, le développement, l'espace numérique de travail, les réseaux et enfin la sécurité.

C'est une nouvelle organisation qui donne une meilleure visibilité aux métiers, qui permet de gagner en efficacité et qui s'inscrit également dans l'ambition interministérielle d'allègement des administrations centrales, que le Premier ministre a réaffirmé lors du dernier comité interministériel de la transformation publique. En effet, cette nouvelle organisation a permis de redéployer plus de 200 postes en région. Je salue l'implication personnelle du général Latapy et de ses équipes.

Aujourd'hui marque également une nouvelle étape dans notre combat pour le numérique car j'ai le plaisir de vous annoncer la création de l'Agence du numérique, après une phase de préfiguration.

L'Agence du numérique de défense sera un service à compétence nationale rattaché au Délégué général pour l'armement et qui aura pour mission d'assurer la conduite des projets numériques complexes et à forts enjeux. Par ailleurs, l'Agence du numérique de défense jouera un rôle clé de conseil et d'accompagnement au profit de l'ensemble des entités du ministère sur la définition de leurs besoins numériques et l'optimisation des ressources humaines et financières qu'elle leur consacre. Enfin, elle mettra en oeuvre une politique industrielle dans le domaine des technologies numériques.

Nous savons qu'en la matière, nous pouvons et nous devons mieux faire. Et je fais entièrement confiance à l'ingénieur général Dominique Luzeaux qui prend la direction de cette agence pour en faire un atout au service du ministère et d'une souveraineté numérique plus forte.

Notre prochain grand défi sera de basculer vers les technologies du Cloud en réponse à l'évolutivité permanente des logiciels qui se confronte souvent à un déploiement plus progressif des capacités matérielles.

Pour répondre à ces enjeux, j'ai décidé de lancer un chantier ministériel Hébergement-Cloud qui coordonnera les investissements sur nos capacités de stockage des données afin de les adapter en permanence à l'état de l'art des technologies Cloud. Ce chantier devra aussi anticiper l'adaptation des compétences et penser la formation des personnels de la DIRISI et de l'Agence du numérique de défense à ces nouveaux défis.

C'est donc avec grand plaisir et confiance en l'avenir que je vois aujourd'hui réunis les acteurs clés du numérique. Vous êtes très nombreux à oeuvrer au quotidien – au sein de la DIRISI, de la DGNUM, du Comcyber et bientôt de l'agence du numérique de la défense – pour bâtir des systèmes d'information, de transmission et de communication dignes des armées du XXIe siècle. J'aimerais saluer l'engagement indéfectible de l'ensemble des acteurs qui travaillent dur et qui se mobilisent pour être au rendez-vous du succès de nos ambitions numériques.

J'ai aujourd'hui une pensée particulière et émue pour le Général Olivier Serra qui a consacré toute sa vie avec passion aux transmissions, « l'arme qui unit les armes ». Il a accompli jusqu'au bout cette mission avec talent au sein de la direction générale du numérique et des systèmes d'information et de communication. Je veux dire tout mon soutien à sa famille, à ses collègues, ainsi qu'à celles et ceux qui ont eu la chance de servir sous ses ordres.

En sa mémoire, et en hommage à toutes celles et ceux qui, à l'image de Marie-Louise Cloarec, ont fait progresser les transmissions et les systèmes d'information et de communication dans nos armées, je sais que vous leur ferez honneur. Je compte sur vous.


Vive la République ! Vive la France !


Source https://www.defense.gouv.fr, le 3 mai 2021