Déclaration de M. Jean Castex, Premier ministre, en réponse à une question sur la position de la France à propos de l'évolution de la situation à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem, à l'Assemblée nationale le 18 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement posée par M. André Chassaigne, député (président du groupe Gauche démocrate et républicaine) du Puy-de-Dôme, à l'Assemblée nationale le 18 mai 2021

Prononcé le

Texte intégral

Proche-Orient 

Réponse de M. Jean Castex, 
Premier ministre, 

à une question au gouvernement, à l'Assemblée nationale 

(Paris, 18/05/2021)

Monsieur le Président,


La situation est en effet extrêmement grave et préoccupante, et la France, sa diplomatie, au premier chef le Président de la République, sont à l'action face à ces événements dont le bilan humain, vous l'avez rappelé, est très lourd. Nous sommes inquiets du sort des populations civiles à Gaza, territoire déjà éprouvé par près de quinze années de blocus. Cette spirale de violence ne se limite d'ailleurs pas à Gaza puisque, dans plusieurs villes israéliennes, les tensions entre populations ont atteint un niveau de violence inédit ; en Cisjordanie et à Jérusalem, les affrontements entre Palestiniens, colons et forces de sécurité israéliennes se multiplient.

Face à cette situation, la France appelle avant tout, de façon extrêmement ferme, l'ensemble des acteurs à mettre un terme immédiat à toutes les violences, à toutes les provocations et à toute incitation à la haine pour permettre un retour au calme.

Nous appelons tous les acteurs à garantir l'accès rapide et sans entrave de l'aide à Gaza. Un convoi humanitaire a été, vous le savez, autorisé aujourd'hui et ce mouvement doit se poursuivre. Nous demandons également à tous de protéger le personnel humanitaire et médical. Enfin, la sécurité des journalistes et de tous ceux dont l'expression concourt à la libre information et au débat public, et leur protection en temps de conflit, relève d'un esprit de responsabilité essentiel.

Mais, nous le savons toutes et tous ici, il faut une solution politique de long terme à ce conflit ! La France, à Jérusalem en particulier, a exprimé très tôt sa préoccupation à l'égard des tensions apparues dès avril, elle n'a cessé de souligner les risques liés à la poursuite de la politique de colonisation, notamment les évictions à Jérusalem-Est, elle a rappelé la nécessité de la stricte préservation du statu quo historique dans les lieux saints de la ville, et elle réitère devant la représentation nationale son attachement indéfectible à la sécurité d'Israël !

Le Président de la République vient de s'entretenir avec le roi de Jordanie et le président égyptien pour organiser la convergence de nos efforts. Il a reçu hier ce dernier après s'être entretenu, au cours des jours précédents, avec le Premier ministre Netanyahou et avec le Président Abbas. La France soutient sans réserve les efforts de médiation égyptiens avec lesquels nos démarches sont étroitement coordonnées.

Vous le voyez, Monsieur le président, Mesdames, Messieurs les Députés, la France ne ménagera aucun effort pour parvenir à une cessation des hostilités et à une solution politique, celle d'une paix durable.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 21 mai 2021