Déclaration de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, sur la politique commerciale européenne, à Bruxelles le 20 mai 2021.

Intervenant(s) :

  • Franck Riester - Ministre du commerce extérieur et de l'attractivité

Circonstance : Conseil des ministres des affaires étrangères de l'Union européenne en format commerce

Prononcé le

Texte intégral

M. Franck Riester : "Nous avons une journée de travail très importante avec un ordre du jour bien chargé. Je veux d'abord remercier la présidence portugaise pour les travaux menés depuis plusieurs mois maintenant avec aujourd'hui la réunion du conseil en physique où nous allons aborder la révision de la stratégie de la politique commerciale, préparer la politique commerciale européenne du 21ème siècle. Nous la voulons plus en ligne avec notre volonté de défendre nos entreprises, défendre celles et ceux qui travaillent dans nos entreprises, nous voulons bâtir cette autonomie stratégique européenne, faire en sorte donc que notre politique commerciale soit moins naïve, prenne en compte davantage les préoccupations environnementales, les préoccupations de droits sociaux et droits humains dans les relations avec nos partenaires européens donc nous soutenons la communication de la Commission en la matière.

Ensuite, nous aurons l'occasion d'évoquer la question du Mercosur : vous connaissez la position française, nous pensons que nous ne pouvons pas signer en l'état cet accord de libre-échange. Nous voulons des garanties, des garanties très claires, quantifiables, vérifiables, en matière de lutte contre le réchauffement climatique, en matière de lutte contre la déforestation et en matière de respect des normes sanitaires et phytosanitaires.

Nous aurons aussi un échange avec la nouvelle ministre du Commerce l'américaine, Katherine Tai, avec de nombreux sujets d'échanges, avec des signaux qui ont été envoyés très positifs par les États-Unis ces dernières semaines : je pense par exemple à la levée de veto de la désignation de Madame Okonjo-Iweala, le fait que nous puissions discuter avec les États-Unis à la table de l'OCDE pour la fiscalité sur les services numériques, le fait que les États-Unis soient revenus dans l'accord de Paris. Donc nous aurons à évoquer la question du contentieux Boeing-Airbus qui va dans le bon sens puisque nous travaillons avec la Commission et la Commission travaille bien avec les services de Madame Tai pour sortir par le haut de ce contentieux, avec notamment le moratoire de 4 mois qui a été obtenu ces dernières semaines.

Nous aurons l'occasion de parler du contentieux sur l'acier et sur l'aluminium et parler bien évidemment des grands enjeux d'avenir notamment la réforme de l'OMC. Cela tombe bien puisque nous aurons l'occasion de rencontrer la directrice générale de l'OMC Madame Okonjo-Iweala et nous aurons l'opportunité de parler avec elle de la réforme de l'OMC qu'elle souhaite entreprendre, la redynamisation de l'OMC notamment du règlement des différends puis parler aussi de ces grands enjeux de négociations sur la pêche, sur la pollution par les plastiques ou encore de regarder comment nous allons pouvoir travailler dans les années à venir, dans les mois qui viennent, sur la lutte contre la concurrence déloyale dans le commerce international. Donc comme vous pouvez le constater, un programme chargé pour cette réunion du conseil des ministres du commerce".


Source https://ue.delegfrance.org, le 26 mai 2021