Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la Biélorussie, au Sénat le 26 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

Monsieur le Sénateur,
Mesdames les Sénatrices,
Messieurs les Sénateurs,


Le Gouvernement partage votre indignation. C'est vrai, c'est un acte de piraterie d'Etat. C'est vrai que c'est une prise d'otages par l'air, et c'est vrai que les régimes autoritaires, et singulièrement celui de M. Loukachenko, n'ont plus aucune limite dans leurs comportements déstabilisateurs et répressifs. Vous avez souligné avec raison que le Conseil européen de lundi soir a réagi avec une très grande fermeté et une très grande unité. Les mesures prises lundi soir sont applicables dès aujourd'hui. Je pense en particulier aux mesures prises dans le domaine aérien, avec l'interdiction d'utiliser l'espace aérien européen et de se poser dans les aéroports européens pour toutes les compagnies biélorusses. Je pense aussi à l'interdiction pour les compagnies européennes de survoler la Biélorussie.

Vous me dites ensuite : est-ce qu'on ira plus loin ? Oui, nous irons plus loin, puisque dans les décisions du Conseil de lundi soir il a été demandé à la Commission de préparer une panoplie de sanctions supplémentaires, - supplémentaires par rapport aux 88 sanctions déjà prises au moment des élections truquées d'août dernier.

Je me suis entretenu à ce sujet avec Mme Tikhanovskaïa, avant-hier soir. Nous allons prendre des sanctions supplémentaires, non seulement sur des personnes, il y a déjà le cas de M. Loukachenko lui-même, de sa famille, c'était déjà fait. Nous allons largement ouvrir l'ensemble des sanctions, y compris avec des sanctions envers les entités étatiques proches du pouvoir, pour les empêcher de bouger en Europe, de venir en Europe, de commercer avec l'Europe.

Il faut s'appuyer sur la force que représentent les 450 millions d'habitants du marché intérieur européen pour agir.

Et puis, vous me proposez de réunir l'Organisation de l'aviation civile internationale, ce sera fait demain, puisque la réunion aura lieu à Montréal et que nous serons amenés, avec d'autres Européens, à faire en sorte qu'il y ait une enquête de cette organisation sur la manière dont tout cela s'est déroulé. J'espère qu'elle sera autorisée, mais en tout cas, soyez-en sûr, nous serons très fermes par rapport à Loukachenko et en aucun cas nous ne reconnaîtrons ni son élection irrégulière, ni sa politique aveugle de répression.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 mai 2021

Thématiques :