Interview de Mme Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat à l'économie sociale, solidaire et responsable, à LCI le 28 mai 2021, sur le lancement de la plateforme "impact.gouv.fr", le report de la taxe concernant le prix du gazole lourd routier et l'élection présidentielle de 2022.

Texte intégral

JEAN-MICHEL APHATIE
Bonjour Olivia GREGOIRE.

OLIVIA GREGOIRE
Bonjour Jean-Michel APHATIE.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous êtes secrétaire d'Etat chargée de l'Economie sociale, solidaire et responsable, on ne sait pas toujours ce que c'est, ce sont des entreprises, les mutuelles, les associations, les fondations.

OLIVIA GREGOIRE
Alors l'ESS c'est ça, c'est…

JEAN-MICHEL APHATIE
Et j'en oublie une, les coopératives.

OLIVIA GREGOIRE
Les coopératives, les associations, mutuelles, fondations et ESUS, entreprises solidaires d'utilité sociale.

JEAN-MICHEL APHATIE
2,5 millions, à peu près, de personnes qui travaillent dans ce secteur.

OLIVIA GREGOIRE
Et un peu plus de 10% du Produit Intérieur Brut.

JEAN-MICHEL APHATIE
Donc c'est important. Vous présentez, vous allez nous expliquer ça de manière très pédagogique, une plateforme qui concerne ces entreprises, qui s'appelle Impact.

OLIVIA GREGOIRE
Alors, je présente, j'ai présenté hier effectivement, une plateforme qui se nomme Impact, qui est disponible sur impact.gouv.fr. Ce serait plutôt en fait le petit " r " de mon secrétariat d'Etat qui est incarné ici, c'est-à-dire l'économie responsable, un mot qui est un concept et qui n'est pas toujours facile de comprendre, raison de plus pour ouvrir cette plateforme. En deux mots. Sur cette plateforme les entreprises vont pouvoir améliorer leurs connaissances, améliorer leurs savoir-faire, et aussi faire savoir ce qu'elles font en matière environnementale, sociale et de gouvernance. Je ne vais pas vous parler de normes de bon matin…

JEAN-MICHEL APHATIE
Merci.

OLIVIA GREGOIRE
Mais vous dire juste que le monde entier, des Etats-Unis à la Chine, en passant par l'Europe, est en train de travaille sur ce qu'on appelle, au-delà du financier, l'extra-financier. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'une entreprise aujourd'hui elle a un bilan, quand elle va voir sa banque, son investisseur, avec des chiffres qui portent son bénéfice, qui portent son résultat, qui portent son capital aussi, etc., des chiffres qui représentent une réalité comptable. On s'est rendu compte depuis plusieurs années que, la valeur ajoutée, comme le disent nombre d'économistes, de l'entreprise, n'est pas uniquement cette empreinte financière, il y a aussi une empreinte au-delà de la finance, qui est appelée extra-financière, et qui concerne l'impact de l'entreprise sur la planète, sur les ressources, est-ce qu'elle se décarbone, et l'impact, notamment de l'entreprise, sur la cohésion sociale, est-ce qu'elle partage avec ses salariés, est-ce qu'elle forme ses salariés, est-ce qu'elle intègre des femmes, des personnes handicapées…

JEAN-MICHEL APHATIE
D'autres critères que des critères financiers.

OLIVIA GREGOIRE
Exactement, et c'est à l'aune de tout ça que la performance de demain sera comptabilisée, c'est un sujet de compétitivité.

JEAN-MICHEL APHATIE
Cette plateforme, ça a un intérêt pour des gens qui ne sont pas dans les entreprises, pour regarder… ?

OLIVIA GREGOIRE
C'est tout l'objectif, cette plateforme c'est une plateforme miroir, je dis aux entreprises…

JEAN-MICHEL APHATIE
Elle est ouverte à tout le monde.

OLIVIA GREGOIRE
Je dis aux entreprises, " venez y apprendre, pour améliorer votre pratique, et venez y publier vos données autour de 47 indicateurs, vous n'avez pas les 47 indicateurs, ce n'est pas grave, prenez le temps d'avancer et d'apprendre ", c'est une démarche volontaire, il n'y a aucune obligation.

JEAN-MICHEL APHATIE
Quel est l'intérêt ?

OLIVIA GREGOIRE
L'intérêt c'est que cette réglementation, cette empreinte environnementale, sociale, va devenir obligatoire dans les années qui viennent, l'Europe est en train de travailler, d'ici 2024 les entreprises de plus de 250 salariés, c'est-à-dire toutes nos entreprises de taille intermédiaire aussi, vont devoir, de façon obligatoire, donner à voir ces données.

JEAN-MICHEL APHATIE
Communiquer…

OLIVIA GREGOIRE
Communiquer et les faire connaître.

JEAN-MICHEL APHATIE
Donc les entreprises, au-delà de votre secteur ?

OLIVIA GREGOIRE
Les entreprises, toutes les entreprises de plus de 250 salariés ; vous dire aujourd'hui que ces obligations elles concernent les entreprises de plus de 500 salariés en Europe, 6000 entreprises, ça va concerner, dans 3 ans 50.000 entreprises. Alors moi j'ai un parti pris assez concret et de bon sens, plutôt que de laisser les entreprises se débattre avec ces nouvelles obligations qui vont arriver, je crée un centre d'entraînement pour qu'elles viennent s'échauffer, apprendre, s'améliorer, en vue de la régulation qui va arriver.

JEAN-MICHEL APHATIE
Et donc si on savoir ce que fait en matière environnementale ou sociale une entreprise que l'on connaît, une mutuelle, une association…

OLIVIA GREGOIRE
Alors là on démarre, il y a une centaine de pionniers, de la TPE, la plus petite, à quatre salariés, il s'agit d'une entreprise qui fait des détergents bio et qui s'appelle MUTYNE, et vous avez aussi la plus grosse capitalisation du CAC40 avec LVMH, vous avez TRANSDEV, vous avez VALLOUREC, vous avez BACK MARKET, vous avez LE BOIN COIN, des entreprises en ligne, des entreprises classiques.

JEAN-MICHEL APHATIE
LVMH ce n'est pas dans le secteur social, solidaire et responsable.

OLIVIA GREGOIRE
Non, mais ce n'est pas une plateforme pour les acteurs de l'ESS, c'est une plateforme pour toutes les entreprises, ce sont toutes les entreprises de France, de Navarre, mais aussi de l'Europe, qui vont devoir, dès 2024, se conformer et mettre en oeuvre ces nouvelles obligations. Je crois que le rôle de l'Etat, en tout cas ayant été entrepreneure dans mon passé proche avant d'être élue, je pense que c'est le rôle de l'Etat que de créer les conditions et de dire aux entreprises " voilà, ce changement va arriver, entraînons-nous, préparons-nous, on créé les conditions pour se faire ", et l'ensemble du grand public, les chercheurs aussi, les ONG, les médias, ont accès à cette plateforme, qui offre des données brutes, en Open Data, pour qu'elles soient réutilisées justement par les acteurs, médias, ONG, chercheurs.

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est intéressant d'avoir des données sur les entreprises, en même temps, quand on est chef d'entreprise on doit se dire " encore des contraintes, encore de la paperasse, encore un travail supplémentaire. "

OLIVIA GREGOIRE
C'est en train de changer, je vais vous dire. Il y a une chose que les entreprises ont compris, c'est que la réalité financière ne fait pas tout et ne représente pas toute leur valeur ajoutée. A l'inverse, Jean-Michel APHATIE, vous qui connaissez les territoires, moi je me déplace dans tous les territoires, et chaque semaine j'ai des entrepreneurs de PME qui me disent, par exemple, " moi je fais beaucoup de choses en matière d'achat responsable ", " moi je partage, j'ai 100% d'actionnaires salariés ", " moi j'ai des primes de participation ", " moi je suis paritaire dans mon Comex ", « mais vous savez, Madame GREGOIRE, j'ai 50 salariés, 100 salariés, 30 salariés, il n'y a pas un endroit où je peux faire savoir ce que je fais de bien. » Il y a beaucoup d'entrepreneurs qui ont enclenché des démarches, qui ont compris que quelque part c'était le sens de l'histoire, tout l'objet c'est de les aider à s'améliorer et de permettre de donner à voir aux citoyens ce qu'ils font. Vous avez, vous, ou dans vos entourages, vous avez des applications qui permettent aujourd'hui, comme on dit, de " screener " des produits, est-ce que ce démaquillant, est-ce que ce chocolat, il est transparent dans sa provenance, dans sa traçabilité, ça c'est en train d'atteindre les entreprises, et les entreprises elles ont compris une chose, soit elles prennent ce tournant, soit ce tournant va s'imposer à elles.

JEAN-MICHEL APHATIE
Et donc il vaut mieux s'entraîner sur impact.gouv.fr.

OLIVIA GREGOIRE
Impact.gouv.fr, et ce qu'elles ont aussi compris c'est que ce n'est pas une énième obligation de reporting et de com., on est là sur un sujet qui sera au coeur de leur compétitivité, et de leur financement dans les années qui viennent, puisque les investisseurs et les banques sont parties prenantes de cette évolution, donc autant s'y préparer.

JEAN-MICHEL APHATIE
Parmi d'autres soucis dans ces indicateurs, vous l'avez dit, donc il y a les facteurs environnementaux…

OLIVIA GREGOIRE
Oui.

JEAN-MICHEL APHATIE
Il y a une information peu commentée, le gouvernement a décidé de reporter la taxe sur le prix du gazole lourd routier, qui devait intervenir au 1er juillet, donc augmenter le prix pour en diminuer l'usage, c'est comme ça que se passe la lutte pour l'écologie, et puis subrepticement, si on peut dire, ça a été reporté à 2023, on n'en parle pas beaucoup…

OLIVIA GREGOIRE
Vous parlez ici du GNR, comme on dit, gazole non routier.

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est ça, gazole non routier.

OLIVIA GREGOIRE
Il n'y a pas un projet de loi de finances, j'étais aux Finances avant d'être ministre, où ce sujet n'est pas abordé, où on n'y passe pas deux jours, c'est un sujet qui est important et c'est un sujet…

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, mais c'était prévu au 1er juillet et c'est reporté !

OLIVIA GREGOIRE
Oui, on s'est fixé une trajectoire, pour moi ce qui compte c'est qu'on atteigne la trajectoire. On a un objectif 2030, ils ont décalé, ça a été décalé, ça ne remet pas à cette heure en cause la trajectoire et l'objectif.

JEAN-MICHEL APHATIE
Depuis 10 ans on a des projets de taxe, parce qu'on dit il faut préserver l'environnement, et quand les échéances arrivent…

OLIVIA GREGOIRE
Oui, depuis 4 ans il y en a qui essayent de faire pour le coup, et qui font bouger les lignes énormément. Le GNR, c'est toujours plus facile, et ce n'est pas à votre endroit, mais d'en parler dans un studio et un plateau télé parisien, plutôt que d'en parler avec des routiers ou avec des gens dans la montagne qui utilisent cette énergie, je dis ça parce que…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous avez raison, mais…

OLIVIA GREGOIRE
Aussi pour les parlementaires, qui souvent sont haro contre le GNR, ce n'est pas si facile la transition GNR, il faut atteindre la trajectoire.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous avez raison, mais ce n'est pas les journalistes qui ont décidé à un moment de l'augmentation de la taxe…

OLIVIA GREGOIRE
Non, je vous l'accorde…

JEAN-MICHEL APHATIE
Nous on regarde.

OLIVIA GREGOIRE
Mais, un, c'est un sujet qu'on regrette - ça n'a pas été le cas de toutes les majorités – deux, Jean-Marc ZULESI, qui travaille sur ces sujets au Parlement, qui est le député qui était sur Climat et résilience, qui a porté ces sujets, est très clair dessus, Barbara POMPILI aussi, 2030, on a un objectif, moi ce qui m'importe c'est que, on a peut-être décalé, là, de quelques mois, la mise en oeuvre, ce qui m'importe c'est que…

JEAN-MICHEL APHATIE
Un an et demi, oui.

OLIVIA GREGOIRE
Ça fait 18 mois, mais ce qui m'importe c'est que 2030 l'objectif soit temps, et ça peut paraître… la critique est aisée, mais l'arrêt est assez difficile sur le GNR, qui est quand même un sujet lourdement industriel, notre ambition est intacte, il faut attendre la trajectoire.

JEAN-MICHEL APHATIE
On se donne rendez-vous tous les deux en 2030.

OLIVIA GREGOIRE
Avec joie, bonheur et réjouissance.

JEAN-MICHEL APHATIE
On verra où on en sera en 2030.

OLIVIA GREGOIRE
Aucun problème, moi ce qui compte c'est les clauses de revoyure comme on dit, qu'on fasse attention sur le chemin, qu'on atteigne bien l'objectif, l'inverse de ce qui a pu être fait sur d'autres sujets environnementaux.

JEAN-MICHEL APHATIE
J'espère que ça va marcher, parce que quand on fait appel à la technique on ne sait jamais si ça marche, mais nous devrions voir sur nos écrans, dont celui qui est devant vous, et sur les écrans en général, un sondage que LCI a réalisé, Emmanuel MACRON d'un côté, McFly et Carlito de l'autre, 79% des Français ont entendu parler de la vidéo, donc voyez la com., ça marche, 50% ne l'ont pas regardée, donc ça veut dire que 50% l'ont regardée j'imagine, et 29% ont regardé la vidéo au moins en partie, donc… est-ce que c'est bien qu'un président – il y avait un livre, vous savez, " Un président ne devrait pas dire ça " - un président devrait-il fait ça ?

OLIVIA GREGOIRE
Vous savez, moi je ne suis pas toute jeune, je suis née juste après GISCARD d'ESTAING, le président GISCARD d'ESTAING, et à l'arrivée de François MITTERRAND, dans ces années-là. En regardant McFly et Carlito il y a une image qui m'est revenue en tête, ça ne va pas nous rajeunir, je vous l'accorde, mais je me suis souvenue de Nounours et VGE…

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui…

OLIVIA GREGOIRE
Je me suis souvenue de la photo de Nounours, qui avait été invité, de " Bonne nuit les petits ", le copain de Pimprenelle, qui avait invité dans les années, fin des années 70, par Valéry GISCARD d'ESTAING à l'Elysée, je me suis rappelé aussi des images top de Jacques CHIRAC avec Madonna, dans une période où Madonna était quand même assez subversive.

JEAN-MICHEL APHATIE
Il n'était pas président.

OLIVIA GREGOIRE
Non, mais ce que je veux dire c'est que…

JEAN-MICHEL APHATIE
Il était maire de Paris.

OLIVIA GREGOIRE
Je pense que c'est bien, je pense que le président a bien fait de le faire, que les esprits grincheux grinchent, rien de neuf sous le soleil, je fais toujours attention, en revanche, sur les sondages, parce que c'est une matière que j'ai travaillée, il y a toujours une différence entre l'audience et l'affinité, vous le savez. 79% ont entendu parler, c'est de l'audience, c'est-à-dire que c'est un chiffre, mais ça ne veut pas dire que ça a été compris, regardé jusqu'au bout, et d'ailleurs le dernier chiffre le prouve. Moi ce que je pense aussi c'est que, deux petites choses vite, un, on sort quand même d'une période terrible, qui n'a pas été légère, où on a parlé de morts tous les jours, où on a parlé d'hôpital, bon, un peu de légèreté, pardonnez-moi, j'assume, ça ne fait pas de mal, c'est la suite d'une émission, ce n'est pas un feuilleton, mais c'était une réponse à une première prise de parole avec McFly et Carlito, il y a une raison, ça ne tombe pas du ciel. Et je trouvais intéressant aussi de rappeler que, même si on peut voir si ça a été voulu, prémédité ou pas, le lendemain, ou la veille, pardonnez-moi, j'ai vu aussi cette intervention dans le magazine Zadig, où là vous avez énormément de profondeur, et moi ce que je salue, et ce que j'apprécie, faut-il le dire, c'est aussi la capacité de ce président à faire un jour une vidéo très à destination des plus jeunes avec McFly et Carlito, et le lendemain faire Zadig, en profondeur sur la France.

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est le début de la campagne électorale, présidentielle ?

OLIVIA GREGOIRE
C'est ce qu'est Emmanuel MACRON, je trouve ça bien qu'il l'assume.

JEAN-MICHEL APHATIE
Non, non, mais… il y a des gens qui disent " bon, voilà… "

OLIVIA GREGOIRE
Ce n'est pas à moi de le décréter.

JEAN-MICHEL APHATIE
" Il est en campagne. "

OLIVIA GREGOIRE
Je ne suis pas si sûre…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ça serait bien qu'il soit candidat ?

OLIVIA GREGOIRE
Je ne crois pas que la transgression chez le président, que moi j'apprécie, et cette façon un peu d'être pas forcément là où on l'attend, soit au coeur de la campagne, ce qui sera au coeur de la campagne c'est ce qu'il a fait pour la France et ce qu'on a l'intention, du moins on espère, pouvoir continuer à faire, mais je trouve ça plutôt sain.

JEAN-MICHEL APHATIE
Ce qui sera au coeur de la campagne, ça veut dire que vous ne doutez pas qu'il soit candidat.

OLIVIA GREGOIRE
Je l'espère de toutes mes forces.

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais vous n'en doutez pas ?

OLIVIA GREGOIRE
Je n'ai pas de doutes à cette heure, non, et je l'espère très profondément.

JEAN-MICHEL APHATIE
Je vais vous proposer d'écouter Audrey PULVAR qui était invitée ici mardi, et je lui ai posé la question parce que, on sait bien que ça risque d'être un débat, s'il y a un second tour Marine LE PEN/ Emmanuel MACRON qu'est-ce que vous faites ? Réponse d'Audrey PULVAR.

AUDREY PULVAR
Aux prochaines présidentielles, évidemment ce n'est pas la configuration que je souhaite, mais si Emmanuel MACRON est face à Marine LE PEN, je voterai, difficilement, mais je voterai Emmanuel MACRON sans hésiter.

JEAN-MICHEL APHATIE
Alors ?

OLIVIA GREGOIRE
On a beau parfois ne pas faire partie des mêmes choix en politique, c'est mon cas avec Audrey PULVAR, et on peut avoir énormément de respect pour des personnalités qui ne pensent pas toujours pareil, c'est mon cas…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous avez du respect pour Audrey PULVAR ?

OLIVIA GREGOIRE
C'est mon cas…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous avez même dit énormément de respect, d'accord.

OLIVIA GREGOIRE
C'est mon cas à l'endroit d'Audrey PULVAR, qui est une femme qui a pris des positions, parfois polémiques, et que je ne partage pas souvent, je vous l'accorde, pour autant je trouve que sa réponse est à la hauteur de la responsabilité et je suis contente de l'entendre, je crois que tout le monde ne le dit pas à gauche et je trouve ça bien de le dire.

JEAN-MICHEL APHATIE
Je n'ai pas mis cet extrait par hasard, c'est qu'Audrey PULVAR est sous la menace d'une plainte du ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN.

OLIVIA GREGOIRE
Oui, alors j'ai cru comprendre que c'était en train d'évoluer, ils sont censés se voir…

JEAN-MICHEL APHATIE
Gérald DARMANIN n'a pas dit qu'il retirait son projet de plainte.

OLIVIA GREGOIRE
Non, mais Gérald DARMANIN… plainte de Gérald DARMANIN qui a été suivie d'une plainte d'Audrey PULVAR, à la suite de la plainte de Gérald DARMANIN, il est prévu qu'ils se voient, je formule le voeu, à mon niveau, même si ce n'est pas mon périmètre, qu'on trouve une solution par le haut. Je crois que dans la période qui est la nôtre c'est plus intéressant de se focaliser sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous sépare, et je dois dire qu'on n'a pas besoin de mettre d'allume-feu aujourd'hui, je trouverais ça bien qu'on sorte par le haut.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous faisiez référence tout à l'heure à des souvenirs, j'en ai plus que vous, je pense…

OLIVIA GREGOIRE
Pas beaucoup plus, mais un peu…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ce n'est pas de la forfanterie, mais je pense que j'en ai plus que vous. Je n'ai pas le souvenir, vraiment, d'un ministre de l'Intérieur qui porte plainte contre un opposant.

OLIVIA GREGOIRE
Non, non, je ne veux pas refaire l'Histoire, mais je crois que vos souvenirs sont bons. Moi ce que je crois c'est que…

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est terrible de constater ça, une plainte contre un opposant.

OLIVIA GREGOIRE
Je crois que c'est aussi, d'après ce que j'ai cru comprendre, je crois que c'est aussi le fruit de différentes sorties et ce n'est pas accroché qu'à la sortie médiatique sur la marche des policiers, je crois que ça fait aussi appel à des expressions qui ont…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ah euh…

OLIVIA GREGOIRE
C'est au coeur de la plainte, ça a été dit, des expressions qui ont été tenues en 2020 sur le racisme dans la police…

JEAN-MICHEL APHATIE
Le premier tweet de Gérald DARMANIN c'est « Les propos qu'Audrey PULVAR a tenu sur France Info samedi : plainte. »

OLIVIA GREGOIRE
Mais là je ne suis pas sur Twitter, là je suis sur le contenu précis de la plainte, et le contenu ne s'accroche pas, en l'occurrence, qu'à cette déclaration, le contenu s'accroche aux déclarations de 2020.

JEAN-MICHEL APHATIE
Même, on combat politiquement…

OLIVIA GREGOIRE
Je vous ai dit un truc, et je le maintiens, concentrons-nous sur ce qui nous rassemble.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous n'êtes pas choquée qu'un ministre de l'Intérieur porte plainte contre un opposant ?

OLIVIA GREGOIRE
Ecoutez, moi je suis membre du gouvernement, et je bosse en équipe, ce n'est pas moi qui irai taper sur l'initiative de Gérald DARMANIN, Gérald DARMANIN est un homme, qu'on peut facilement critiquer, mais qui est corps et âme dévoué aujourd'hui à sa mission au ministère de l'Intérieur…

JEAN-MICHEL APHATIE
Et ça autorise tout ?

OLIVIA GREGOIRE
Ça n'autorise pas tout, mais c'est aussi un homme intelligent, qui sait reconnaître ses erreurs parfois, et je pense que… j'aurai plaisir à en reparler dans les prochaines semaines, je pense que cette histoire va se calmer, en tout cas je l'appelle de mes voeux.

JEAN-MICHEL APHATIE
Il a fait une erreur ?

OLIVIA GREGOIRE
J'ai dit ce que j'ai dit, j'ai surtout dit aussi que c'était un homme intelligent. Vous savez, l'intelligence c'est la capacité d'adaptation, on l'oublie souvent, ce n'est pas un truc livresque, c'est « intelleguere », « intellous », comprendre la voie lactée, à la base, c'est un homme intelligent, il sait s'adapter.

JEAN-MICHEL APHATIE
Et l'intelligence, vous l'avez dit, c'est aussi reconnaître ses erreurs…

OLIVIA GREGOIRE
Je n'ai pas d'inquiétude à l'endroit de Gérald DARMANIN, dont l'engagement est absolu, total, sur sa mission aujourd'hui.

JEAN-MICHEL APHATIE
La manifestation des policiers mercredi a joué un jeu de rôles, un des policiers avec une salopette grise tue des policiers, joue un rôle de voyou, tue des policiers – c'est fictif – qui sont en salopettes bleues, la justice arrive, elle balaie, elle protège celui qui a tué. Eric DUPOND-MORETTI a dit « c'est indigne », est-ce que vous partagez l'indignation d'Eric DUPOND-MORETTI ?

OLIVIA GREGOIRE
Je suis une femme solidaire, dans un gouvernement qui est solidaire, on est en équipe, je n'ai rien à retirer aux mots d'Eric DUPOND-MORETTI, c'est vrai que c'est allé trop loin, il l'a redit hier de façon extrêmement claire et calme. Après, je vous dis, moi je trouve qu'on parle beaucoup des écumes…

JEAN-MICHEL APHATIE
Excusez-moi ; au fond c'était ce que disait Audrey PULVAR, elle disait « ce qu'on a vu mercredi est glaçant », c'est ce qu'elle disait.

OLIVIA GREGOIRE
Vous savez, je sais que c'est difficile, mais moi je ne mets pas ma fonction, avec tout le respect que j'ai pour les médias, dans le commentaire permanent, moi ce que je vois, et qu'on a plus de mal à faire savoir, c'est ce qui rassemble Eric DUPOND-MORETTI et Gérald DARMANIN, tous les deux sont corps et âme engagés…

JEAN-MICHEL APHATIE


OLIVIA GREGOIRE
Oui, mais on parle assez peu par exemple du fait qu'Eric DUPOND-MORETTI a réussi à augmenter, ce qu'on n'avait pas réussi à faire depuis 35 ans, le budget de la Justice, on explique assez peu que Gérald DARMANIN, jour et nuit, se met en oeuvre pour que les 10.000 policiers soient effectivement recrutés en 2022, mieux protégés, 10 millions d'euros pour la sécurité dans les commissariats, ce sont deux grands ministres, engagés, il n'y a que les gens qui ne font rien, qui ne font pas, parfois, d'écueils, de fautes de carre ou d'erreurs, moi je leur dis chapeau bas. Gérald DARMANIN a eu un mot hier, que je reprends, et je vous jure que ça se passe comme ça en Conseil des ministres, c'est plus un duo, qu'un duel, restons sur cette ligne, sur ce qui nous rassemble, plutôt que sur ce qui nous sépare, je crois c'est ce dont la France a besoin et surtout que les Français attendent dans la période.

JEAN-MICHEL APHATIE
Merci Olivia GREGOIRE d'avoir accepté l'invitation de LCI.

OLIVIA GREGOIRE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 31 mai 2021