Déclaration de M. Jean Castex, Premier ministre, en réponse à une question sur l'intervention de la France et de l'Union européenne en vue de la résolution de la crise au Proche-Orient, au Sénat le 19 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au Gouvernement posée par Mme Éliane Assassi, sénatrice (présidente du groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste) de Seine-Saint-Denis, au Sénat le 19 mai 2021

Prononcé le

Temps de lecture 4 minutes

Texte intégral

Madame la Présidente,


Comme je l'ai dit hier à l'Assemblée nationale, la situation au Proche-Orient est effectivement extrêmement grave et préoccupante. Elle est, vous le savez toutes et tous, la conséquence d'une absence de perspective politique qui n'a que trop duré, et qui continuera à produire de la violence si la volonté n'est pas là pour avancer résolument vers l'établissement de deux Etats dans le cadre du droit international, des résolutions du Conseil de sécurité et des paramètres agréés.

Aujourd'hui, vous l'avez dit, la priorité absolue, l'urgence vitale, c'est l'arrêt de l'escalade en cours. Depuis le 10 mai, le bilan humain est très lourd : des familles entières, palestiniennes et israéliennes, endeuillées ; des images de destruction terribles ; une population israélienne qui vit sous la menace des roquettes. Rien de tout cela ne peut nous laisser indifférents.

Je veux, comme hier, redire ici l'attachement indéfectible de la France à la sécurité d'Israël. Le Hamas a cherché à récupérer, à instrumentaliser une situation de tension à Jérusalem, au prix de souffrances insupportables pour les populations civiles. La France condamne donc une nouvelle fois par ma voix, avec la plus grande fermeté, les tirs de roquettes par le Hamas et d'autres groupes terroristes depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien. Ils sont inacceptables et, le Président de la République l'a rappelé, ils doivent cesser immédiatement.

Dans leur réponse militaire, les autorités israéliennes doivent agir de façon proportionnée et dans le strict respect du droit international. Nous sommes inquiets de la situation humanitaire des populations civiles à Gaza, auxquelles l'aide doit parvenir rapidement et sans entrave. Des premières mesures ont été prises en ce sens, et nous agissons, Madame la Présidente, puisque telle était votre question, pour qu'elles se concrétisent très rapidement et qu'elles puissent s'amplifier.

Enfin, comme je le précisais également hier aux députés, la sécurité du personnel humanitaire et médical, d'une part, et des journalistes, d'autre part, doit absolument être préservée.

Le cycle de violence en cours, malheureusement, ne se limite pas à Gaza. Dans plusieurs villes, des heurts entre communautés ont atteint un niveau inédit. En Cisjordanie et à Jérusalem, les affrontements entre Palestiniens, colons et forces de sécurité israéliennes se multiplient. La France appelle solennellement l'ensemble des acteurs à mettre un terme immédiat à toutes les violences, à toutes les provocations et à toute incitation à la haine pour permettre le retour au calme.

À Jérusalem, en particulier, la France a exprimé très tôt sa préoccupation à l'égard des tensions, apparues dès le mois d'avril et qui se sont renforcées tout au long du mois de ramadan. Elle n'a cessé de souligner les risques liés à la poursuite de la politique de colonisation. Elle a enfin appelé à la stricte préservation du statu quo historique sur les lieux saints de la ville.

Mesdames, Messieurs les Sénateurs, la France ne ménage aucun effort pour parvenir le plus vite possible à une cessation des hostilités.

Comme vous le savez, le Président de la République s'est entretenu au cours des derniers jours avec le Premier ministre Netanyahou et le Président Abbas. Il a rencontré le Président Sissi, dont nous soutenons pleinement les efforts de médiation. Il s'est encore réuni hier en visioconférence avec le roi de Jordanie et le même président égyptien pour organiser la convergence de nos efforts. Il s'agit de permettre un accès humanitaire complet à Gaza, la mise en place rapide d'un cessez-le-feu effectif et l'adoption à cet effet d'une résolution du Conseil de sécurité.

Ne doutez pas, Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs les Sénateurs, de la ferme volonté de la France de peser de tout son poids dans cette région du monde, où se déroulent des événements extrêmement graves.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 mai 2021