Interview de M. Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, à Sud Radio le 3 juin 2021, sur l'immunité collective, la vaccination pour les adolescents, les chèques psy pour les enfants et la loi sur la protection des mineurs.

Texte intégral

PATRICK ROGER
Bonjour Adrien TAQUET.

ADRIEN TAQUET
Bonjour.

PATRICK ROGER
Emmanuel MACRON a donc annoncé hier la vaccination pour les 12-18 ans à partir du 15 juin. Qu'est-ce qui pousse à cette vaccination pour les ados ?

ADRIEN TAQUET
Eh bien, écoutez, à mi-juin, comme ce qui était prévu, ce qui avait été annoncé, on sera à 30 millions de nos concitoyens vaccinés, aujourd'hui, c'est près de la moitié de la population des adultes qui ont été vaccinés, et donc il est temps d'ouvrir plus largement pour notamment atteindre cette fameuse immunité collective, voilà, on sait que plus nous serons tous vaccinés, moins il y aura de chances que se développent – que circule ce virus – et que se développent ces fameux variants, voilà, donc on a tous un intérêt collectif effectivement à être vaccinés.

PATRICK ROGER
Oui, mais alors, on parle beaucoup dans cette vaccination du bénéfice-risque, et là, concernant les ados, est-ce qu'il y a plus de bénéfices que de risques ?

ADRIEN TAQUET
Pour tous les médicaments, que ce soit les vaccins…

PATRICK ROGER
Oui, oui, bien sûr, bien sûr…

ADRIEN TAQUET
... La question du bénéfice-risque, alors, vous avez le bénéfice individuel, il y a aussi un bénéfice individuel pour certains ados qui ont pu développer par le passé des maladies graves, même si, c'est vrai, il faut le répéter, et moi, je l'ai répété depuis un an et demi, les enfants sont moins porteurs, sont moins victimes de formes graves, pas victimes de formes graves, d'ailleurs, de ce vaccin. Et puis, il y a un bénéfice collectif aussi, c'est ce qu'on appelle le bénéfice altruiste, et d'ailleurs, quand même, vous, vous vous êtes fait vacciner, je ne sais si vous êtes vacciné…

PATRICK ROGER
Oui, oui…

ADRIEN TAQUET
Vous l'avez fait pour vous, vous l'avez fait effectivement pour protéger le système de santé…

PATRICK ROGER
Moi, je ne suis pas ado, moi, je suis un peu plus à risque, moi…

ADRIEN TAQUET
Non, mais pour vous dire, pour vous dire que le bénéfice altruiste, il est, ce qu'on appelle le bénéfice altruiste, il est aussi, quel que soit l'âge donc, puisque ce vaccin permet aussi de réduire la circulation du virus, et donc c'est aussi pour ça qu'on le fait avec les adolescents.

PATRICK ROGER
Alors pourquoi seulement PFIZER pour les ados ?

ADRIEN TAQUET
Parce que PFIZER est le seul vaccin pour l'instant qui a obtenu l'autorisation, alors, d'une part, des autorités américaines, il y a déjà quelques semaines, des autorités canadiennes, et puis, la semaine dernière, de l'Autorité européenne. Il y a la Haute autorité de santé en France qui va rendre ou qui a rendu son avis ou qui est sur le point de le faire, donc sécurité, pas de souci de sécurité, il y a plus de 2,5 millions, je crois, d'adolescents aux Etats-Unis qui ont déjà été vaccinés. Et sauf erreur, il me semble que le vaccin MODERNA, sauf erreur, à vérifier, est en cours de validation. Donc ça pourra s'ouvrir à d'autres vaccins.

PATRICK ROGER
Ce ne sera pas obligatoire…

ADRIEN TAQUET
Ça ne sera pas obligatoire…

PATRICK ROGER
Mais il faudra l'autorisation obligatoire des parents ?

ADRIEN TAQUET
Il faudra l'autorisation de consentement des parents évidemment, puisque ce sont des mineurs, voilà, et ça se fera dans les centres de vaccination, comme pour les autres. Et on va lancer ça comme ça à la rentrée, à la rentrée, il y aura un certain nombre de nos adolescents qui seront vaccinés, et ça permettra probablement d'éviter quelques fermetures de classes, comme on l'a vu jusqu'à présent…

PATRICK ROGER
Et puis, peut-être aussi pour les grands rassemblements de cet été, ou sur le pass sanitaire, les concerts, non, c'est ça ?

ADRIEN TAQUET
Eh bien, ça leur permettra de bénéficier du pass sanitaire s'ils sont vaccinés, et de ne pas avoir à passer, parce que vous savez que c'est une des autres possibilités du pass sanitaire, par ces fameux tests que nous avons tous un peu endurés ces derniers mois.

PATRICK ROGER
Oui, beaucoup de difficultés aussi psychologiques chez des jeunes, Emmanuel MACRON avait annoncé un chèque psy pour les enfants, des forfaits de 10 séances, où est-ce qu'on en est ?

ADRIEN TAQUET
Un forfait psy, absolument, on a été alerté, surtout à partir de la rentrée dernière, octobre, novembre, on a été alerté par pas mal de pédopsychiatres, on les a rencontrés avec le président de la République, la situation à l'époque n'était pas encore homogène sur le territoire, c'était dans certains services de pédopsychiatrie, notamment à Robert-Debré, où il y avait une augmentation des tentatives de suicides, des enfants et des adolescents, augmentation de troubles de comportement alimentaire, etc, et puis, ça a eu tendance à s'homogénéiser, et on avait refait un point en tout début d'année, effectivement, le président a lancé ce forfait 100 % psy, et donc, ce sont 10 séances, si vous sentez que votre enfant a un mal-être, enfin, ne se sent pas bien, vous l'envoyez chez le médecin, alors, ça peut être le pédiatre, ça peut être le médecin scolaire, le médecin de PMI, quelques professionnels de santé…

PATRICK ROGER
Bon, eh bien, d'accord, mais il l'a annoncé, ce n'est pas encore effectif, Adrien TAQUET...

ADRIEN TAQUET
Ça va être effectif…

PATRICK ROGER
Mais pourquoi, c'était un effet d'annonce, c'était…

ADRIEN TAQUET
Ouh, là, loin de là, on ne fait pas d'effet d'annonce avec…

PATRICK ROGER
Eh bien, si…

ADRIEN TAQUET
On ne fait pas d'effet d'annonce avec des choses aussi importantes. Il sera effectif courant du mois de juin, mi-juin, il a fallu sélectionner les psychologues qui participent à cette opération, et d'ailleurs, je lance un appel pour dire aux psychologues de notre pays de continuer à venir prendre part à ce projet, à ce sujet important, il a fallu prévenir les professionnels de santé, et donc tout professionnel de santé peut prescrire 10 séances gratuites, il n'y a pas d'avance de frais, c'est remboursé par l'Assurance maladie, 10 séances gratuites à votre enfant…

PATRICK ROGER
Donc à partir du 15 juin ?

ADRIEN TAQUET
A partir du 15 juin…

PATRICK ROGER
C'est la date, parce qu'on attendait un petit peu, et on se disait : bon, il y a eu un effet d'annonce, mais…

ADRIEN TAQUET
A partir du 15 juin, non, non, non, le président avait tout de suite dit qu'il fallait un bon mois pour mettre les choses en place, et donc courant juin, ça sera le cas.

PATRICK ROGER
Adrien TAQUET, puisque vous parlez du président, vous le connaissez bien pour avoir démarré en 2016 la campagne en fait à ses côtés, est-ce que là, il est en campagne déjà pour 2022 avec son tour de France, là, Saint-Cirq-Lapopie hier, Martel, aujourd'hui ?

ADRIEN TAQUET
Vous savez, je pense que le président a toujours été au contact, je crois que c'est l'expression qu'il a utilisée hier, au contact des Français, il l'a dit, c'était important après cette phase où il l'a été un peu moins, comme nous tous, on s'est moins déplacé ces derniers temps, c'est le cas du ministre que je suis aussi, et c'est important d'aller au contact, parce que même si on a été, je crois, je pense, j'en suis même assez convaincu, à l'écoute et dans l'accompagnement des Français dans cette crise sanitaire, doublée d'une crise économique et sociale, qu'on a beaucoup accompagné les secteurs d'activité compliqués, les Français sur les dimensions psy, on parlait des enfants, mais il y a eu les étudiants, on le sait aussi, eh bien, quand on va sur le terrain, il y a quand même des choses qu'on entend et qu'on voit et qu'on ne peut pas voir…

PATRICK ROGER
Il faut aller sur le terrain…

ADRIEN TAQUET
Qu'on ne peut pas voir et ne pas entendre autrement, voilà, et je crois que c'est ce pouls-là, ce pouls de la France et des Français qu'il a été sentir…

PATRICK ROGER
Bon, Saint-Cirq-Lapopie, ce n'est pas non plus complètement la France, c'est un beau village où il fait bon vivre, ce n'est pas non plus…

ADRIEN TAQUET
Oui, mais c'est une étape effectivement d'un parcours qu'il va faire, il va se rendre dans d'autres endroits, il l'a dit hier, dans d'autres endroits où il va aller à la rencontre de Français qui ont vécu, qui vivent cette crise différemment et qui vont lui remonter, voilà, du fond de leur chair et de leur âme ce qu'ils ont ressenti, et comment ils vivent la situation actuelle.

PATRICK ROGER
Parlons de la protection de l'enfance, vous allez présenter une loi dans 10 jours, je crois, le 16 juin…

ADRIEN TAQUET
Présentée en Conseil des ministres, oui…

PATRICK ROGER
Qui sera débattue, voilà, c'est ça, et qui sera ensuite débattue à l'Assemblée nationale…

ADRIEN TAQUET
A l'Assemblée nationale, début juillet…

PATRICK ROGER
Quel est le principal problème, parce que, visiblement, il y a quand même des failles dans le système, il y a 300, près de 350.000 mineurs pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance, mais il y a beaucoup de bugs.

ADRIEN TAQUET
Oui, alors, il y a beaucoup de bugs, effectivement il y a beaucoup de bugs, je ne sais pas si on peut résumer les choses comme ça, mais il y a effectivement la nécessité d'améliorer le système, c'est-ce qu'on fait depuis deux ans, c'est-à-dire, la loi que vous évoquez, elle est en fait le dernier étage d'une réforme que l'on mène depuis deux ans, très brièvement, a consisté pour l'Etat à réinjecter beaucoup d'argent dans l'Aide sociale à l'enfance, plus de 600 millions d'euros en trois ans, parce que c'est une compétence, on ne va pas rentrer dans la technique, mais c'est une compétence des départements, l'Aide sociale à l'enfance, mais l'Etat a quand même remis de l'argent pour créer des places d'hébergement, pour que les départements puissent diversifier l'offre, c'est-à-dire par exemple avoir des villages d'enfants pour éviter de séparer les fratries, puisque souvent, les frères et soeurs sont séparés, pour améliorer l'accueil des enfants en situation de handicap de l'Aide sociale à l'enfance, près de 20 % des gamins de l'ASE…

PATRICK ROGER
Ou sont accueillis dans des hôtels d'ailleurs, c'est un peu problématique, ça…

ADRIEN TAQUET
Alors, donc, on a remis de l'argent, on a beaucoup travaillé sur ce qu'on appelle les sorties sèches, ça, c'est souvent un sujet qu'on pointe, et à raison, ces gamins qui, a 18 ans, ne sont plus pris en charge et se retrouvent à la rue, ils ont accès automatiquement à la Garantie Jeunes, au logement étudiant... Bref, et là, c'est la partie législative dont effectivement une des mesures importantes, pas la seule, est l'interdiction des enfants dans les hôtels, aujourd'hui, j'avais commandité un rapport à l'Inspection générale des Affaires sociales, il y a 7.500 à 10.000 enfants qui sont dans les hôtels, ce sont beaucoup des mineurs non accompagnés, c'est une situation qui n'est pas admissible, on ne met pas un enfant à l'hôtel. Donc on va interdire le principe, on va encadrer…

PATRICK ROGER
Mais il faut des places.

ADRIEN TAQUET
Il faut des places, donc c'est ce qu'on a commencé à faire, depuis deux ans, je vous l'ai dit, on va accompagner les départements sur cette démarche-là, mais on va interdire les enfants à l'hôtel, on va par ailleurs garantir une plus grande sécurité des enfants qui se trouvent dans les foyers ou dans les familles d'accueil, puisque, il ne vous a pas échappé que de temps en temps, il y a des reportages qui pointent des dysfonctionnements graves avec parfois la sécurité des enfants qui est menacée, alors que c'est la première chose qu'on leur doit, à ces enfants qui ont été victimes de maltraitance ou de carence…

PATRICK ROGER
Au sein de leur famille, c'est ça, bien sûr…

ADRIEN TAQUET
De leur famille, ce n'est pas que de la violence, ça peut être aussi de la carence éducative, pardon, je me rapproche du micro, c'est de la sécurité. Donc il y a un certain nombre de dispositions de cette loi qui va renforcer la sécurité, le contrôle des antécédents judiciaires des personnes qui y travaillent, des normes d'encadrement qui n'existent pas aujourd'hui, etc, voilà, ce genre de choses…

PATRICK ROGER
Et les mineurs isolés immigrés, parce que, là, ils ne sont pas concernés dans ce volet, dans ce que vous venez d'aborder, ces mineurs isolés immigrés, étrangers qui parfois errent dans les rues, sont pris plus ou moins en charge, quelle est la réponse…

ADRIEN TAQUET
Alors, il faut…

PATRICK ROGER
Non, mais parce que c'est un sujet extrêmement complexe.

ADRIEN TAQUET
C'est un sujet complexe, et il faut essayer d'éviter les amalgames, la première chose, c'est que, comme vous l'avez dit, mineurs isolés, en fait, ça commence par mineurs, donc ça veut dire qu'avant d'être isolés ou étrangers, ils sont mineurs, ce sont des enfants, et donc, dès lors, nous leur devons une protection, c'est un principe du droit international, c'est de la dignité de la France de l'appliquer…

PATRICK ROGER
Certains se disent mineurs et sont majeurs, mais ça…

ADRIEN TAQUET
Absolument, il y a toute une question, vous avez raison de le dire, et d'ailleurs, dans la loi, il y a toute une partie sur la question de l'évaluation de la minorité, parce que c'est effectivement une des difficultés, mais il est important de rappeler que ce sont des enfants, mais il y a un sujet autour de l'évaluation, il y a un certain nombre de choses donc dans la loi qui vont permettre d'améliorer ça, et puis, il y a effectivement, depuis quelques années, des phénomènes de délinquance qui se multiplient face auxquels nous avons des difficultés à les régler, il faut le dire, pour autant, ce sont les enfants qui sont victimes de traite, vraiment, et qui sont par ailleurs poly-toxicomanes, bon, donc il y a, dans cette loi-là, aussi des dispositifs qui vont permettre de mettre ces enfants dans un parcours judiciaire qui est nécessaire pour pouvoir mettre en place un parcours pénal éducatif et médico-social, parce qu'une fois encore, ce sont des enfants qui mettent leur santé en danger, ils sont poly-toxicomanes, et il faut qu'on les extraie de ce milieu criminogène…

PATRICK ROGER
Il faut taper sur les réseaux qui les exploitent…

ADRIEN TAQUET
Il faut les extraire de ce milieu criminogène et de leur dépendance, de leurs addictions, et puis, bien sûr, il faut travailler sur les réseaux, et taper sur les réseaux, comme vous dites, et ça, c'est tout le travail que fait le ministère de l'Intérieur évidemment.

PATRICK ROGER
Oui, mais enfin, il le fait, mais sauf que ça a explosé ces dernières années, attendez, il y en a énormément dans beaucoup de villes…

ADRIEN TAQUET
Une fois encore…

PATRICK ROGER
Sans faire d'amalgames ni quoi que ce soit…

ADRIEN TAQUET
Non, non, mais il ne faut pas faire d'amalgames, tous les mineurs non accompagnés, les MNA, ne sont pas tous des délinquants, il faut remettre les choses…

PATRICK ROGER
Non, non, mais bien sûr, oui, oui.

ADRIEN TAQUET
Non, mais que les choses soient très, très claires, quand vous discutez avec... allez sur le terrain, aussi, discutez avec les chefs d'entreprise, avec les travailleurs sociaux de l'Aide sociale à l'enfance, avec les présidents de département, ils vous diront que dans la grande majorité des cas, ce sont quand même des gamins qui se lèvent le matin, qui bossent, qui sont dans des parcours d'apprentissage, et qu'en fait, on est on est très content de pouvoir les…

PATRICK ROGER
Les recruter…

ADRIEN TAQUET
Les recruter dans les filières en tension. Et puis, il y a des mineurs délinquants, notamment à la Goutte d'Or, on en a beaucoup parlé, etc, et là, il faut traiter aussi le problème, je veux dire, moi, je n'ai aucun angélisme ni naïveté là-dessus, mais faisons bien la part des choses, et trouvons... enfin, il faut bien nommer les choses, il faut bien nommer les problèmes si on veut trouver des solutions.

PATRICK ROGER
Oui, dernière question avec Cécile DE MENIBUS, Adrien TAQUET.

CECILE DE MENIBUS
Oui, sur le congé paternité allongé, qui sera effectif le 1er juillet, est-ce que pour inciter les papas à s'occuper de leurs enfants, est-ce qu'il ne faudrait pas augmenter les indemnisations ?

ADRIEN TAQUET
Ah, eh bien, écoutez, l'indemnisation, elle est déjà... je ne suis pas sûr que ça soit le frein principal. Le frein principal, je pense qu'il est pas mal dans nos têtes à tous, je pense…

CECILE DE MENIBUS
Eh bien, généralement, c'est que le papa qui a un salaire plus important que la maman…

ADRIEN TAQUET
Vous avez raison, mais la rémunération, elle est la même... l'indemnisation est la même que le congé maternité. Non, mais je pense que ce n'est pas dans nos têtes, je pense que c'est un combat culturel tout simplement. Oui, c'est un combat culturel. Je pense que, et c'est pour ça que j'ai voulu d'ailleurs qu'il y ait une semaine obligatoire, puisque, effectivement, vous l'avez rappelé, on l'a passé en gros, schématiquement, de 14 à 28 jours, dont une semaine obligatoire. Moi, il y a un truc qui m'a vachement marqué, j'étais à Béclère, à l'hôpital à Clamart, à Béclère, je faisais une table ronde autour de la question de la parentalité, et au service de néonat', où il y avait des prématurés, il y avait un jeune couple qui venait d'avoir un petit enfant prématuré, et le père m'a dit, il y a quelques semaines avant, enfin, c'était quelques mois avant qu'on prenne cette décision-là, et il m'a dit : moi, je suis manutentionnaire, et en fait, quand j'ai dit que j'allais être papa, mon patron m'a dit : ce n'est pas toi qui est enceinte. Et en fait, je n'ai pas pris mon congé pat, voilà, à l'époque, il n'était que de 14 jours. Je ne fais pas de généralité, je dis simplement, quand vous regardez les chiffres, quand il y a deux tiers des pères qui prennent le congé paternité, c'est 80 % en CDI, et 40 % en CDD, il y a une inégalité face à ça, il y a encore une pression sociale par rapport à ça dans les entreprises. Et puis, je pense que nous, les hommes, voilà, nous devons aussi assurer une plus grande présence auprès de nos compagnes et auprès de notre enfant, car les neurosciences nous disent que la présence des parents en particulier dès la première année de la vie de l'enfant est importante. Donc je pense qu'il est question aussi d'exemplarité au sein de l'entreprise. Moi, j'ai été patron avant de faire de la politique, et je pense que les patrons doivent prendre leurs congés, parce que comme ça, l'autocensure qui peut exister avec les employés va sauter. Voilà, mais c'est un vrai combat culturel, et on est en train de mener des réflexions plus larges sur la réforme de tous les congés familiaux, congé parental, etc, on peut aller plus loin encore.

PATRICK ROGER
Merci Adrien TAQUET, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Solidarités et de la santé, en charge de l'Enfance et des familles, d'avoir été notre invité…

ADRIEN TAQUET
Merci à vous.

CECILE DE MENIBUS
A Soissons…

PATRICK ROGER
Puisqu'on évoquait justement la famille et tout, on sera tout à l'heure du côté de la Seyne-sur-Mer avec une maison qui vient d'ouvrir, qui a été inaugurée hier pour l'accueil des victimes de violences conjugales.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 4 juin 2021