Interview de Mme Roxana Maracineanu, ministre des sports, à France 2 le 4 juin 2021, sur la mise en place des fan-zones pour l’Euro de football, les Jeux olympiques 2021 et la réouverture des équipements sportifs.

Texte intégral

Nous recevons ce matin Roxana MARACINEANU.

JEFF WITTENBERG
Roxana MARACINEANU, qui est la Ministre déléguée aux Sports, est donc effectivement notre invitée ce matin. Bonjour Roxana MARACINEANU.

ROXANA MARACINEANU
Bonjour.

JEFF WITTENBERG
Beaucoup de sujets autour du sport, de la pratique du sport et du sport professionnel. On va commencer par cela et par cette information qui n'est pas très gaie pour le sport français : plus aucun joueur français en lice encore au 3ème tour du tournoi de Roland Garros diffusé sur France Télévisions - il faut le rappeler. C'est du jamais vu depuis que ce tournoi existe. Comment vous l'expliquez, vous, en tant que ministre ?

ROXANA MARACINEANU
Oui. Des joueurs français en difficulté, je ne vais pas commenter leurs performances, mais des joueurs internationaux aussi en difficulté. On en a vu avec la Japonaise Naomi…

JEFF WITTENBERG
Oui, mais là c'est, si j'ose dire entre beaucoup de guillemets, une hécatombe.

ROXANA MARACINEANU
C'est vrai que c'était une année difficile, compliquée pour nos sportifs mais aussi, encore une fois, pour tous les sportifs du monde entier. C'est pour ça que c'est important de faire ces événements et ces compétitions, qu'elles se tiennent et qu'elles leur permettent de faire leur métier et d'exprimer leur passion parce qu'une carrière de sportif, c'est quelque chose de très fragile.

JEFF WITTENBERG
Mais pour le tennis français, il y a une génération qui doit éclore, vous pensez ? Il y a une page qui doit se tourner qui expliquerait donc ces très mauvais résultats ?

ROXANA MARACINEANU
On a vu l'an dernier avec Hugo Gaston quand même des grands espoirs aujourd'hui dans le tennis français, avec d'autres jeunes. Aujourd'hui on en a un certain nombre mais encore une fois, il faut de l'expérience, des compétitions qui s'enchaînent pour qu'ils puissent se révéler, et c'est vrai que ce n'était pas une période facile.

JEFF WITTENBERG
Dans une semaine exactement commence l'Euro de football, un autre grand événement sportif. La France va jouer son premier match le 15 juin prochain face à l'Allemagne. Y aura-t-il comme lors de la dernière Coupe du monde des fanzones installées en France, en dépit de la crise sanitaire ? Est-ce que vous avez prévu un tel dispositif ?

ROXANA MARACINEANU
Pour cette compétition, on doit mettre toutes les chances de notre côté. Vous l'avez dit, c'est compliqué pour les sportifs, pour les organisateurs aussi et les collectivités nous ont sollicités pour qu'on puisse mettre en place du soutien, du public, un engouement autour de ces événements sportifs. Aujourd'hui, ce matin même, je vais publier un protocole qui a été travaillé avec les organisateurs et les collectivités pour que chacun puisse s'en saisir et mettre en place ces fanzones. Avec quelques contraintes encore jusqu'au 30 juin, avec la possibilité uniquement d'avoir des fanzones avec des personnes assises à l'intérieur, donc c'est vrai que ce n'est pas les fanzones de d'habitude.

JEFF WITTENBERG
Et une jauge. Combien de personnes seront autorisées ?

ROXANA MARACINEANU
Aujourd'hui, il y aura 5 000 personnes autorisées à l'extérieur, dans les fanzones en extérieur. Maintenant, voilà, à partir du 30 juin on reviendra à peu près à la normalité, mais il y a des personnes qui veulent déjà faire des fanzones dès maintenant.

JEFF WITTENBERG
C'est-à-dire à partir du 30 juin, puisque le Championnat d'Europe des nations de football doit durer un mois, on retrouvera des fanzones illimitées, si j'ose dire ?

ROXANA MARACINEANU
A 5 000 personnes, limitées à 5 000 personnes.

JEFF WITTENBERG
Jusqu'au 30 juin. Et ensuite ?

ROXANA MARACINEANU
Voilà. Maintenant, c'est important que tout le monde puisse retrouver cet engouement et cette joie.

JEFF WITTENBERG
Comme pour certains événements culturels ou sportifs, il faudra un pass sanitaire pour rentrer dans ces fanzones que vous allez pouvoir faire installer dans différentes villes ?

ROXANA MARACINEANU
Les textes seront publiés là, tout début de semaine prochaine, d'ailleurs avec un premier match destiné justement aux soignants et aux pompiers et à la sécurité civile qui sera celui du 8. Du 8 juin, un petit peu en avance de phase, quelques heures avant la deuxième délimitation.

JEFF WITTENBERG
Et donc un pass sanitaire ?

ROXANA MARACINEANU
On va voir. Les spectateurs ont été informés qu'il faudrait peut-être le pass sanitaire. Si tout va bien, si lundi-mardi on publie les bons tests, ils pourront présenter et on pourra, en tout cas, faire valoir ce pass sanitaire. Ensuite, sur tous les autres événements, une fois que les tests seront publiés, tous les organisateurs d'événements pourront venir valider ces pass sanitaires pour que la jauge puisse augmenter en toute sécurité dans les stades.

JEFF WITTENBERG
Autre événement sportif ô combien important cet été, les Jeux olympiques. Etes-vous sûre à 100 % à ce jour - ils doivent débuter le 23 juillet - qu'ils auront lieu, tout simplement ? La présidente du Comité olympique japonais s'est voulue un peu rassurante hier mais on sait qu'il y a beaucoup d'inquiétude là-bas sur une reprise éventuelle du virus. Quelle est la situation et quelles sont vos inquiétudes aujourd'hui ?

ROXANA MARACINEANU
Nous, on fait tout comme si ces Jeux auront lieu. Nos sportifs sont prêts, notre staff est prêt, tout le monde s'est fait vacciner dernièrement et donc tout le monde est prêt à partir, à performer. Nous allons nous conformer à ce qui nous a été demandé par nos hôtes japonais, c'est-à-dire être là pour les épreuves, repartir tout de suite, limiter les délégations au maximum. On n'est jamais sûr à 100 % jusqu'à la dernière minute, mais je pense maintenant qu'il est un peu tard pour dire que ça va être annulé. Même si, c'est vrai, ces Jeux aujourd'hui ne recueillent pas l'assentiment du grand public au Japon. Le comité d'organisation, la ville de Tokyo, le Japon…

JEFF WITTENBERG
Au-delà même de l'assentiment, il y a même une inquiétude et même un courant d'opinion qui demande leur interdiction en fait, leur annulation plus exactement.

ROXANA MARACINEANU
C'est vrai. On connaît ça dans beaucoup d'événements sportifs en ce moment avec la crise sanitaire, avec tous les enjeux aussi de développement durable. L'acceptabilité des événements sportifs ne va pas de soi. Mais c'est vrai que ces Jeux au Japon, dans la période qu'ils vivent, soulèvent des questionnements. En tout cas, ça se passera à huis clos aux dernières nouvelles. Ça se passera avec des sportifs dans une bulle sanitaire très contrainte. En tout cas, ça se passera.

JEFF WITTENBERG
On a parlé du sport en compétition, des sportifs professionnels. Tous les pratiquants sportifs, eux, attendent une date avec impatience. C'est le 9 juin, dans quelques jours, puisque les salles de sport, les piscines vont rouvrir. Est-ce que d'ailleurs tous les équipements sportifs vont rouvrir ou est-ce qu'il y aura des exceptions mercredi prochain ?

ROXANA MARACINEANU
Tous les équipements sportifs, bien sûr qu'ils restent à la main des collectivités. Si les collectivités ne désirent pas ouvrir, elles n'ouvrent pas mais moi, j'encourage tout le monde à ouvrir.

JEFF WITTENBERG
C'est sans exception ?

ROXANA MARACINEANU
Jusqu'à maintenant avec les mineurs, les enfants ont été autorisés depuis le 19 mai, les protocoles ont pu être testés justement et mis en place par ces collectivités et par les associations sportives. A partir du 9 juin, tout rouvrira. Les piscines en intérieur, les dojos, toutes les salles de sports pour un mois.

JEFF WITTENBERG
Les sports de contact seront à nouveau autorisés en intérieur ?

ROXANA MARACINEANU
Pas à l'intérieur.

JEFF WITTENBERG
Pas à l'intérieur, d'accord.

ROXANA MARACINEANU
Il faudra attendre le 30 juin.

JEFF WITTENBERG
Il y a quand même cette précision encore.

ROXANA MARACINEANU
Mais les associations pourront reprendre leurs activités et reproposer des choses à leurs adhérents, et puis surtout les salles de sport parce que les salles de fitness attendent ce moment avec grande impatience. On a travaillé un protocole à 50 % de la jauge.

JEFF WITTENBERG
Il est finalisé ce protocole ?

ROXANA MARACINEANU
Oui. 50 % de la jauge. Il y aura suffisamment d'espace pour que les abonnés et les adhérents puissent retourner en toute sécurité dans ces endroits, et on espère que tout le monde va se remettre au sport rapidement. C'est un enjeu de santé publique aujourd'hui.

JEFF WITTENBERG
Les piscines vont donc rouvrir. Elles sont été fermées pendant de longs mois, ce qui a entraîné, on le sait, du retard dans l'apprentissage de la natation. Et ce n'est pas un sujet anecdotique puisque vous craignez, vous au ministère des Sports, que cela provoque un surcroît de noyades. C'est un combat que vous menez depuis que vous êtes en poste. Il y a, je crois, près de 1 000 personnes qui se noient chaque année. C'est la première cause de mortalité chez les moins de 25 ans. Accidentelle.

ROXANA MARACINEANU
Effectivement, un véritable fléau en France. Ce pays où il y a beaucoup de littoral, beaucoup de cours d'eau et puis aussi beaucoup de piscines privées dans les familles. On est le deuxième pays après les Etats-Unis, 3 millions de piscines familiales, en nette augmentation en plus en ce moment grâce au confinement. Donc nous devons tous être extrêmement vigilants. Les cours de natation ont déjà repris depuis le 3 mai pour les scolaires, et puis tous les cours aujourd'hui accompagnés des parents doivent reprendre impérativement.

JEFF WITTENBERG
Et vous lancez un appel à la prudence.

ROXANA MARACINEANU
Bien sûr, c'est un appel à la vigilance. Nous avons organisé hier à Lacanau la journée nationale contre les noyades en France. Donc voilà, un appel à la vigilance, à la surveillance des parents dans les piscines privées à domicile. Et puis surtout se baigner uniquement dans les piscines et les cours d'eau, les endroits qui sont surveillés. Et éviter d'aller, malgré les chaleurs qui s'annoncent très fortes, si on ne sait pas nager, sans la surveillance d'un proche ou d'un adulte quand on est un jeune enfant.

JEFF WITTENBERG
Il y a quelques jours Emmanuel MACRON a lancé ce qu'on appelle le pass sport, à l'image du pass culture. 50 euros pour tous les foyers, ceux qui bénéficient de l'allocation rentrée scolaire. Ça va amener des jeunes à s'inscrire dans des clubs. On dit que c'est surtout pour les garçons : football, basket. Les filles sont moins concernées, moins incitées à faire du sport. C'est ce qu'on vous a reproché.

ROXANA MARACINEANU
Alors justement, elles sont incitées à faire du sport. On ne veut surtout pas qu'il y ait une barrière financière. 50 euros de réduction de la part de l'Etat pour un enfant sur deux. Evidemment des filles seront fortement concernées. Ça concerne les 6-18 ans et on espère que beaucoup de collectivités et beaucoup de fédérations vont venir abonder, y compris des partenaires privés, pour qu'on arrive à une inscription la moins chère possible dès la rentrée, pour que tous les enfants puissent bénéficier du sport.

JEFF WITTENBERG
Bien sûr.

ROXANA MARACINEANU
C'est important pour la santé.

JEFF WITTENBERG
On vous a entendu. Merci beaucoup Roxana MARACINEANU.

ROXANA MARACINEANU
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 7 juin 2021