Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, en réponse à une question sur le conflit armé en Afghanistan, au Sénat le 9 juin 2021.

Texte intégral

Monsieur le Sénateur, comme vous l'avez rappelé, la France a été engagée en Afghanistan entre 2001 et 2014, sous des mandats successifs de l'ONU. Au cours de cet engagement, 90 militaires français sont morts au combat ; permettez-moi de leur rendre hommage, mes pensées vont vers leurs familles.

Comme la plupart des autres nations qui se sont engagées en Afghanistan, nous avons eu recours à des civils recrutés localement pour aider la force dans sa mission au profit de la population afghane. Environ 1000 personnes ont ainsi constitué le personnel civil de recrutement local (PCRL) ; parmi eux, une majorité d'interprètes, qui ont oeuvré au profit de leur pays, aux côtés des forces françaises.

Entre 2013 et 2015, lorsque la France s'est désengagée de ce conflit, nous avons organisé en deux vagues le rapatriement de 171 d'entre eux et de leurs familles, soit 550 personnes au total.

En 2017, le Président de la République a considéré, au vu de la dégradation des conditions sécuritaires, en particulier à Kaboul, qu'il était nécessaire de rapatrier d'anciens PCRL qui en émettraient le souhait. C'est la raison pour laquelle un nouveau dispositif d'accueil a été mis en place ; entre 2018 et 2019, nous avons rapatrié 51 ex-PCRL supplémentaires ainsi que leurs familles, soit 218 personnes. Au total, ce sont donc 222 ex-PCRL et leurs familles qui ont été rapatriés, soit près de 800 personnes.

Comme vous l'avez rappelé, Monsieur le Sénateur, de nouveaux événements sont récemment venus marquer ce pays. Avant de les évoquer, je voudrais vous rappeler que le ministère de l'Europe et des affaires étrangères avait organisé, dans le cadre des procédures de droit commun, les éventuelles demandes de retour exprimées par les ex-PCRL. Toutefois, du fait du retrait organisé par les Etats-Unis et les troupes de l'OTAN, ce ministère a mis en place un nouveau dispositif au profit des agents de droit local : 500 bénéficiaires ont d'ores et déjà été identifiés, parmi lesquels 400 ont déjà été rapatriés à ce jour ; une centaine d'autres devraient l'être d'ici à la fin de ce mois.

Je crois donc, Monsieur le Sénateur, que la France a su assumer ses responsabilités et exprimer sa solidarité vis-à-vis de ces personnes qui l'ont accompagnée durant toutes ces années d'engagement.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 15 juin 2021
 

Thématiques :