Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur la lecture comme grande cause nationale de l'été 2021 à l'été 2022, à Château-Thierry le 17 juin 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Déplacement consacré à l'éducation, à la lecture et à la langue française

Prononcé le

Texte intégral

Heureux de vous retrouver. On était ce matin à Poix-de-Picardie dans une école, et on se retrouve à Château-Thierry après avoir passé quelques instants au Musée La Fontaine, dans cette médiathèque, parce que nous lançons aujourd'hui la lecture comme grande cause nationale de l'été 2021 à l'été 2022, avec une volonté qui est d'abord de consolider et de renforcer ce que nous avons fait depuis le début du quinquennat pour la lecture.

Je le dis, parce que c'est pour moi un sujet extrêmement important qu'on a mis au coeur de l'Éducation nationale, mais au-delà - et je veux vraiment remercier ici nos instituteurs, nos professeurs, mais aussi les associations et tous les personnels qui les aident à former notre jeunesse - la bataille pour pouvoir savoir lire, écrire, mais aussi savoir compter et se comporter est essentiel. C'est celle qui nous a conduits à réduire le nombre d'élèves par classe en CP-CE1 dans les zones les plus défavorisées dès la rentrée 2017-2018, continuer de le faire sur les maternelles, grandes sections. C'est ce qui nous a ensuite conduits à lancer un plan bibliothèques pour aider dans de nombreuses communes de France à ouvrir plus tard, aux bonnes heures, aussi le week-end, les bibliothèques pour que tous nos enfants, nos adolescents puissent avoir accès aux livres, à la lecture. C'est ce qui nous a conduits aussi à lancer ce projet de Microfolies pour développer à travers tout le territoire l'accès évidemment, pas seulement aux livres, mais aussi aux oeuvres d'art et aux plus grands opéras comme au théâtre.

Nous avons résisté durant le Covid pour continuer à « faire les passeurs » à l'égard de nos enfants. La France doit s'enorgueillir d'être l'une des nations d'Europe qui a le moins fermé ses écoles pendant la crise Covid : 11 semaines de fermeture, 2 à 3 fois moins que la plupart de nos homologues qui ont été autant touchés que nous, et je veux encore une fois remercier nos enseignants, remercier les parents d'élèves, parce que ça a été une mobilisation collective. Néanmoins, au moment où nous nous trouvons, je souhaite qu'on puisse relancer les choses encore plus fort. C'est pour ça qu'en rouvrant les activités culturelles qui avaient été fermées, nous avons décidé de lancer le Pass culture il y a quelques semaines. Ce Pass va permettre d'accompagner les plus jeunes, dès la quatrième jusqu'à la terminale, puis à 18 ans, avec le complément des 300 euros pour tous les jeunes qui veulent accéder à la culture, acheter un livre en particulier.

En lançant aujourd'hui cette grande cause nationale qu'est la lecture, ce que nous voulons faire, c'est véritablement mobiliser les enseignants, toutes les associations qui, depuis tant d'années, se battent sur ce sujet. Évidemment aussi nos bibliothécaires, nos libraires, nos éditeurs, nos écrivains, nos acteurs, nos diseurs, parce que lire, et en particulier lire à voix haute, doit être remis au coeur de l'engagement de toute la Nation. D'abord, c'est essentiel pour pouvoir se former, apprendre et trouver sa place dans la vie. Si on ne sait pas lire et écrire, si on ne sait pas bien le faire, on ne trouve pas sa place. Je parle ici dans un territoire que nous connaissons, le président du département me le rappelait tout à l'heure ; on était tout à l'heure aussi dans la Somme où les défis sont comparables : la lutte contre l'illettrisme est véritablement un défi du quotidien. Ensuite, parce que lire à voix haute, c'est faire cette rencontre amoureuse avec la langue française, c'est-à-dire découvrir des idées, des histoires, mais aussi découvrir que quelqu'un peut nommer ce que je ressens, le partager avec moi, c'est la découverte de la beauté littéraire. Mais c'est aussi découvrir le rythme, la musique, la vérité de la langue française. Elle se dit à voix haute et elle s'entend.

Donc, nous allons lancer toute une série d'initiatives. Il y a ce soir ce que Monsieur BUSNEL va d'ailleurs parachever [la finale du concours de lecture à voix haute sur France 5] qui est une cause qu'il défend depuis longtemps et je veux vraiment d'ailleurs ici lui rendre hommage, ainsi qu'à Erik ORSENNA, qui ont beaucoup fait pour que la lecture à voix haute soit absolument mise au coeur de ces combats. Je veux remercier Fabrice LUCHINI qui a admirablement démontré aujourd'hui, devant ces élèves, comme il le fait chaque jour et depuis tant d'années, l'importance de ce qu'est la lecture à voix haute. Ce que c'est que dire un texte, voyager parmi des auteurs. Cette grande cause nationale va nous permettre de nous mobiliser à travers des initiatives dans nos écoles pour la rentrée scolaire - vous savez que depuis maintenant près de 4 ans, nous distribuons les Fables de La Fontaine -, de prendre des initiatives, des concours de lecture à voix haute, des défis aussi. La Fontaine, avec le 8 juillet les 400 ans, sera au coeur de ces initiatives. Flaubert sera aussi au coeur de plusieurs initiatives pour la lecture à voix haute, puisque c'est aussi une année anniversaire. Nous allons, entre l'été 2021 et 2022, nous mobiliser tous et toutes pour mettre au coeur de la Nation ce beau travail, cette belle mobilisation pour la lecture.

Dans quelques instants, ensuite, nous nous rendrons à Villers-Cotterêts. Et tout ça se tient sur un fil. Je salue notre député M. KRABAL qui a beaucoup oeuvré, en particulier sur ce projet, parce qu'à Villers-Cotterêts, nous avons entrepris de pas simplement rénover mais au fond, réinventer collectivement ce que fut le château qui avait été laissé à l'abandon après avoir été largement transformé, et que nous allons véritablement transformer en lieu de la langue française ; pas simplement en musée, mais en voyage, au fond, en odyssée autour du Français. Et je dis à dessein parce que la langue française est un voyage et donc c'est de comprendre d'où vient le français, comment il s'est transformé, comment il s'est mâtiné, comment il s'est créolisé, comment il s'est consolidé à travers l'époque classique et comment il continue aujourd'hui de vivre à travers tous les continents. Nous y serons tout à l'heure, puisque les mois qui viennent sont décisifs pour pouvoir ouvrir ce lieu de Villers-Cotterêts. Voilà cette journée dédiée à la fois à la langue française, la lecture, l'éducation. Au fond, c'est ce qui tient très profondément notre nation unie, ce rapport à la langue et la lecture. Et donc, cette grande cause est pour moi très importante.