Interview de Mme Roxana Maracineanu, ministre des sports, à France Info le 15 juin 2021, sur l'Euro 2021, la lutte contre le racisme dans le sport en général et les droits télé pour le football.

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Ça y est, nous y sommes presque, les Bleus entrent ce soir dans l'Euro, premier match face à l'Allemagne, premier choc également pour l'équipe de France de Didier DESCHAMPS, et ce matin ils sont donc deux sur le plateau de France Info, merci à tous les deux, et bonjour Roxana MARACINEANU.

ROXANA MARACINEANU
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Ministre des Sports. Vous serez ce soir à Munich pour soutenir les Bleus, évidemment, d'où la couleur de votre veste ce matin…

ROXANA MARACINEANU
On est tous les deux en bleu.

MARC FAUVELLE
… pour ceux qui nous suivent à la télévision. A vos côtés, en bleu également, je salue Marcel DESAILLY. Bonjour et bienvenu sur France Info.

MARCEL DESAILLY
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Champion du monde 98, champion d'Europe 2000, vous êtes aujourd'hui consultant pour Bein Sport, la chaine qui diffuse l'intégralité de cette compétition.

SALHIA BRAKHLIA
Et cette question d'emblée, Marcel DESAILLY, un France-Allemagne, c'est toujours un match particulier ?

(…)

MARC FAUVELLE
Marcel DESAILLY, Roxana MARACINEANU, Quand on dit France –Allemagne, pour les supporters de foot en tout cas, et bien au-delà sans doute, on a tous l'image de la soirée de Séville en 80, la blessure de BATTISTON, la sortie scandaleuse de SCHUMACHER, la défaite au bout de la soirée aux tirs au but, la victoire, des Allemands et la défaite des Bleus, vous aviez 7 ans à l'époque.

ROXANA MARACINEANU
Oui, et ne j'étais pas en France, j'étais en Roumanie à l'époque, donc je n'ai pas en moi cette frustration éternelle contre l'Allemagne, et c'est pour ça que moi je dis toujours, une compétition de ce niveau c'est un véritable Everest à gravir à chaque fois. Il faut commencer, bien commencer, et ce soir notre chance.

MARC FAUVELLE
15 000 spectateurs ce soir dans les tribunes du stade, qui peut en accueillir normalement évidemment beaucoup plus. Mais réentendre Marcel DESAILLY un stade qui chante sans doute au moment des hymnes, il y aura sans doute beaucoup plus, il y aura d'ailleurs beaucoup plus de supporters allemands que de Français, il y a 2 000 Français qui feront le déplacement, un stade qui siffle, un stade qui vibre, ça fait quoi ?

(…)

MARC FAUVELLE
Roxana MARACINEANU, l'équipe de France c'est la meilleure du monde, en ce moment, ou vous refusez de dire ça, ne serait-ce que pour ne pas porter la poisse aux Bleus ?

ROXANA MARACINEANU
Non, je crois que c'est une chance qu'ils rencontrent l'Allemagne, parce que ça va les mettre dans le sujet tout de suite. Le danger ça aurait été de rencontrer peut-être une équipe jugée plus faible. Là ils savent quel est l'enjeu et ça va marquer directement la patte de cette compétition. Ce sera une compétition difficile, où on a une place à défendre, et heureusement qu'on peut compter sur nos talents, sur la confiance que Didier DESCHAMPS saura insuffler dans cette équipe de France, avec des meneurs de cette équipe d'expérience, des jeunes aussi, pour certains d'entre eux qui sont nés en 98, donc une année symbolique de la naissance de cette nouvelle équipe.

(…)

SALHIA BRAKHLIA
Toujours avec la ministre aux Sports Roxana MARACINEANU et le champion du monde 98 et d'Europe en 2000 Marcel DESAILLY. Pas de dérogation au couvre-feu pour suivre dans un bar ou sur une terrasse les matchs de l'Euro, c'est ce que vous aviez dit. Hier, le ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN, a demandé aux forces de l'ordre de faire preuve d'une particulière mansuétude dans le contrôle des personnes qui rentreraient chez elles après le match. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'en fait il n'y aura pas de contrôles ? On pourra aller voir le match en terrasse tranquillement ?

ROXANA MARACINEANU
Ça veut dire une tolérance, une tolérance pour les personnes qui rentreraient chez eux après avoir suivi un match dans un café. Et je rappelle la règle, puisque c'est la règle qui prévaut, même s'il ne faut pas être borné, on l'a vu avec Roland Garros il y a quelques jours, voilà, quand l'enjeu sportif est là, il faut respecter la règle, à savoir être dans un café, avec des places assises, pour suivre le match, et puis rentrer à la maison après le match, une fois qu'on a été très heureux de cette victoire des Bleus ce soir.

MARC FAUVELLE
Ah ben vous êtes déjà dans la victoire. Si on suit le match en intérieur, dans un restaurant, Roxana MARACINEANU, on garde le masque pendant toute la rencontre, dans un restaurant ou dans un bar, évidemment.

ROXANA MARACINEANU
Oui, si on est dans un restaurant et qu'on boit une bière, évidemment on enlève le masque pour manger et pour boire, et puis après on le remet.

MARC FAUVELLE
Oui, il suffit de commander des bières et on a le droit d'enlever le masque, du coup tout est plus souple ces temps-ci. Est-ce que vous demandez aux Français de ne pas faire la fête ce soir ou en vue des prochaines victoires, puisque, évidemment on va tout gagner dans les mois qui viennent ?

ROXANA MARACINEANU
Bien sûr, je demande aux Français d'être responsables, parce que la vaccination n'est pas terminée, 30 millions de Français qui ont reçu seulement la 1ère dose aujourd'hui à ce jour, donc encore la moitié des Français qui doivent aller se faire vacciner, et j'insiste, avec la vaccination qui vient d'être ouverte aujourd'hui pour les adolescents, donc il faut continuer à être responsable. Une fois qu'il y aura une majorité de la population qui sera vaccinée, ce sera plus facile aussi, on l'espère, sans l'apparition de nouveaux variants ou d'une mauvaise nouvelle à venir. Tout va pour le mieux aujourd'hui, nous allons vers quelque chose de positif et ça sert le plaisir aussi de voir du sport et de faire du sport.

MARC FAUVELLE 
Kylian MBAPPE a posté récemment une photo de lui fraîchement vacciné, est-ce que vous souhaiteriez que l'ensemble des footballeurs qui ont une aura dans une partie de la jeunesse, le fassent pour promouvoir la vaccination des jeunes ?

ROXANA MARACINEANU
Bien sûr, ils le font déjà actuellement, ça fait un moment qu'ils nous le demandaient, même avant que ce soit leur tour, dans la campagne de vaccination, donc évidemment maintenant ils sont autorisés à le faire, ils le font tous parce qu'ils en ont marre aussi de faire des tests PCR 3 fois par semaine, et dès qu'il est possible de faire campagne, et j'allais dire de communication, pour promouvoir cette vaccination, nous le faisons et ils le font aussi eux-mêmes par leur propre réseau social.

SALHIA BRAKHLIA
Pour poursuivre cet Euro il va y avoir un nombre limité de fans zones, ce sont les villes qui décident si elles installent des fans zones sur leur territoire. Vous savez combien il y en aura ?

ROXANA MARACINEANU
Je pense qu'ils vont attendre de voir la progression de l'équipe de France avant de s'engager dans des fans zones, qui sont encore soumises à des restrictions d'ici le 30, la fin, encore pendant 15 jours, et puis après ce sera plus facile…

SALHIA BRAKHLIA
Avec le couvre-feu.

ROXANA MARACINEANU
… avec un nombre plus important, des places debout, enfin pas besoin d'avoir une place assise pour aller dans une fan zone après le 30 juin, donc je pense qu'on attend aussi de voir le parcours de l'équipe de France pour engager toute cette logistique et tous ces frais aujourd'hui pour les villes. Nous avons de notre côté publié les textes, discuté en amont avec les collectivités, les organisateurs des événements. Voilà, tout est sur la table et les collectivités, les organisateurs peuvent s'en saisir. Les équipements sportifs aussi français, découverts pour la plupart, sont aussi des lieux où on peut installer jusqu'au 30 juin des grands écrans, avec des places assises et un peu plus en sécurité j'allais dire, sanitaire, pour suivre ces beaux événements sportifs.

(…)

SALHIA BRAKHLIA
Madame la Ministre, vous, vous en parlez avec les instances, du problème de racisme ?

ROXANA MARACINEANU
Moi je trouve que c'est justement suffisamment rare pour être souligné, c'est vrai que là en plus dans un Euro, que plusieurs équipes et joueurs s'engagent de leur propre gré, personne ne les a utilisés ou les oblige à faire ça, c'est un engagement personnel, qu'ils souhaitent montrer aujourd'hui et affirmer contre ces causes, et on a besoin aujourd'hui de l'engagement des sportifs. Effectivement, ça peut aller, comme dit Marcel, au-delà de du simple genou à terre, mais prendre position, prendre la parole sur ces sujets, en dehors des matchs et en dehors des compétitions qui sont vus, parce que voilà, les joueurs sont des véritables médias aussi, et par eux passent aussi tous ces messages qui sont tellement importants dans le sport, parce qu'il faut éradiquer ce type de comportement dans le sport, mais surtout il faut l'éradiquer dans la société. Et le sport peut être un outil pour cela.

SALHIA BRAKHLIA
Après, Marcel DESAILLY met en avant le rôle des instances. Comment elles peuvent plus agir ?

ROXANA MARACINEANU
Maintenant, les instances s'engagent. Aujourd'hui nous avons carrément passé dans la loi, on vient d'inscrire dans la loi pour les principes de la République aujourd'hui, l'engagement du mouvement sportif aux côtés de l'Etat, pour lutter contre ce fléau. Jusqu'à maintenant c'est vrai que les instances sportives étaient un peu, voilà, se taisaient un peu sur toutes ces thématiques, pas seulement les discriminations, le racisme et les violences sexuelles dans le sport, les discriminations, et on a besoin du mouvement sportif et de son engagement, l'engagement des instances, des réglementations, des sanctions lorsque c'est nécessaire, et puis aussi de la sensibilisation, de la prévention, de la formation des éducateurs sportifs et des bénévoles qui sont aujourd'hui dans le sport. On agit, on n'a pas le temps-là que je vous explique tout le plan d'action qu'on met en place avec les fédés, mais sachez que c'est une de mes priorités aujourd'hui, que je travaille avec le mouvement sportif.

MARC FAUVELLE
A chaque acte raciste, à chaque insulte raciste sur un terrain de foot ou en dehors d'un terrain de foot, il faut que le match s'arrête, que ce soir en Ligue des champions, à l'Euro ou sur le terrain de Bures-sur-Yvette ?

ROXANA MARACINEANU
Bien sûr que c'est important de marquer le coup, bien sûr. Je l'ai dit…

MARC FAUVELLE
Partout ? Sur décision de l'arbitre ?

ROXANA MARACINEANU
Même sur des chants à connotation homophobe, c'est important de marquer le coup, et c'est important de ne pas revenir en arrière. Donc, après, tous ces phénomènes ne se passent pas que dans le sport et dans le football, mais justement l'outil du sport est un formidable outil pour en parler, pour parler de ce qui se passe dans la société et éduquer les jeunes enfants, les adultes également qui encadrent le sport, qui ont besoin d'entendre ces messages-là et prendre conscience qu'ils sont de véritables éducateurs qui participent de l'émancipation des individus qu'ils ont en face, des enfants qu'ils entraînent.

(…)

SALHIA BRAKHLIA
Toujours avec Roxana MARACINEANU, ministre déléguée aux sports, et Marcel DESAILLY, champion du monde 98 et…

MARC FAUVELLE
Qui discutent, on ne sait pas de quoi, pendant les titres.

ROXANA MARACINEANU 
D'ERICKSEN.

SALHIA BRAKHLIA
Ils bavardent. On continue de parler de foot puisque Canal+ a décidé de se retirer de la Ligue 1 après la décision de la Ligue de football professionnel de privilégier AMAZON pour la diffusion des matches. Vous demandez à Canal, Madame la Ministre, de revenir autour de la table ?

ROXANA MARACINEANU
Comme j'ai pu le dire à de trop nombreuses occasions jusqu'à maintenant, un contrat c'est fait pour être respecté. C'est un contrat, donc voilà, ils sont signé un contrat, même pas avec la Ligue mais avec Bein sport, donc voilà, ce serait bien aussi que tous ces acteurs pensent à la continuité de ce sport, parce que voilà, sans l'argent des diffuseurs, clairement, nous on a mis, l'Etat, 50 millions une première fois, on remettra 50 millions d'euros pour le football pour compenser les pertes dues au huis clos, mais on ne peut pas remplacer des diffuseurs et des droits télé, donc il faut qu'à un moment on arrête les guerres d'egos aussi je pense, entre les uns et les autres, parce que c'est comme ça aussi depuis…

SALHIA BRAKHLIA
C'est une guerre d'égos, qui se joue, là ?

ROXANA MARACINEANU
… le début entre tout le monde, et qu'on arrive à trouver une solution. Moi je serais satisfaite si la Ligue trouve une solution, mais j'espère aussi que les consommateurs de football s'y retrouveront, et pas seulement les dirigeants des clubs, mais que les clubs continueront à avoir quand même ce soutien indispensable de la part des diffuseurs pour continuer à proposer du football et être concurrentiels.

MARC FAUVELLE
Vous dites « consommateurs », c'est vraiment le mot, parce qu'il faut parfois payer très cher aujourd'hui pour s'abonner à plusieurs chaînes, payantes, mais dans la situation actuelle…

ROXANA MARACINEANU
Eh bien oui, c'est une réalité, que ce soit à Canal, ou à AMAZON ou à Bein Sport ou à Médiapro…

MARC FAUVELLE
Dans la situation actuelle, si un accord n'est pas trouvé, certains matches de Ligue 1 ne seront tout simplement plus diffusés à la rentrée, puisque Canal+ dit maintenant « c'est fini ». Vous imaginez qu'une partie de la Ligue 1 ne soit plus à la télé ?

ROXANA MARACINEANU
Moi j'étais bien intéressée par la solution qu'avait envisagé Médiapro à un moment, de diffuser par différents canaux de spécifiquement aux fans de telle équipe, tel match, c'est ce qui avait été envisagé à une époque, ça n'a pas abouti. Est-ce qu'avec AMAZON, c'est la solution qui sera trouvée ? On ne sait pas, on attend aujourd'hui de voir aussi quelles seront les modalités de diffusion proposées par AMAZON, est-ce que c'est une chaîne nouvelle, est-ce que c'est justement des canaux comme ça, un peu où chacun aura le droit de suivre, la possibilité de suivre son match, son équipe favorite ? Aujourd'hui peut-être que la technologie peut permettre ce genre de diffusion. En tout cas voilà, c'est sûr que pour le monde du football c'est un véritable drame d'être passé de un million, d'un milliard d'euros à la moitié aujourd'hui. C'est important aussi pour nous, parce qu'on avait une taxe Buffet qui nourrit le sport amateur, un manque à gagner au niveau de ces taxes de 30 millions d'euros que le gouvernement a déjà qu'on allait compenser pour le sport amateur aujourd'hui, dans le budget du ministère des Sports, mais à un moment il faut aussi qu'on pense aux interactions qu'il y a entre tout, quoi, s'il n'y a plus d'argent des diffuseurs…

SALHIA BRAKHLIA
Mais vous intervenez, vous, dans ce dossier, vous appelez les dirigeants de Canal, vous appelez la FFP ?

ROXANA MARACINEANU
Disons qu'on se tient au courant, quand on a l'occasion d'intervenir, de discuter avec les uns et les autres, moi j'affirme la solidarité nécessaire et importante aujourd'hui qu'il faut avoir avec aussi les dirigeants du football qui investissent aussi de leur côté, qui ont pâti beaucoup de cette crise sanitaire, je vous dis, malgré beaucoup d'aides de la part de l'Etat pour le football professionnel, aucun autre pays en Europe aujourd'hui n'a soutenu le football professionnel comme la France, mais il faut aussi que chacun mette du sien. L'Etat ne peut pas compenser toutes les pertes, et les investisseurs dans chaque club ne pourront pas compenser l'intégralité des méfaits de cette crise.

(…)

MARC FAUVELLE
Roxana MARACINEANU, vous serez au stade ce soir. Emmanuel MACRON aussi ou pas ?

ROXANA MARACINEANU
C'est moi qui vais, pour ce match d'ouverture aujourd'hui.

MARC FAUVELLE
Oui, il n'y sera pas. Il ne fait pas un détour après le sommet prévu aujourd'hui ?

ROXANA MARACINEANU
Pas à ma connaissance, mais on n'est pas à l'abri d'une surprise.

MARC FAUVELLE
Il ira voir les Bleus ensuite dans la compétition ?

ROXANA MARACINEANU
Il a promis, je crois partir de la demi-finale, donc il met la barre haut…

MARC FAUVELLE
Ah oui…

ROXANA MARACINEANU
Voilà, il met la barre très haut, comme à son habitude, mais je pense qu'il a pu le leur dire quand il est allé les voir à Clairefontaine. Et voilà, il m'en a fait part, c'est une vraiment une grande motivation qu'il arrive à lire dans cette équipe de France, c'est indispensable.

MARC FAUVELLE
Vous aurez échappé tous les deux à la question qu'on regrette généralement le lendemain, c'est-à-dire celle du pronostic pour ce soir. Merci infiniment Roxana MARACINEANU, la ministre des Sports.

ROXANA MARACINEANU
Merci.

MARC FAUVELLE
Marcel DESAILLY, champion d'Europe, champion du monde et consultant de la chaîne Bein Sport.

MARCEL DESAILLY
Merci.

MARC FAUVELLE
Merci infiniment, vive les Bleus, à ce soir pour le match.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 16 juin 2021