Conseil des ministres du 13 juillet 2021. La promotion de l'engagement citoyen de la jeunesse.

Texte intégral

Le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, ont présenté une communication relative à la promotion de l’engagement citoyen de la jeunesse.

L’engagement citoyen est une condition nécessaire au renforcement de la cohésion nationale. Alors que les jeunes se montrent particulièrement sensibles à l’idée de dédier une partie de leur temps au service des autres, en innovant dans leur manière de s’engager, l’État met en œuvre des mesures pour les accompagner dans ce parcours citoyen.

1. Service national universel (SNU)
La préfiguration du SNU repose sur cette ambition de développer l’engagement dans la société. En effet, le séjour de cohésion des 15 000 jeunes volontaires de 15 à 17 ans qui s’est tenu du 21 juin au 2 juillet 2021 dans l’ensemble des départements a été l’occasion pour les volontaires de rencontrer de nombreux acteurs engagés oeuvrant à l’intérêt général, dans des secteurs variés : services de l’État, sécurité civile, corps en uniforme, collectivités et structures associatives. Ces séjours ont également été l’occasion de présenter aux jeunes volontaires les dispositifs d’engagement qui existent : bénévolat associatif, réserves des corps en uniforme, jeunes sapeurs-pompiers, service civique, volontariats. Ils disposent ainsi des clés d’une entrée active dans la citoyenneté et la découverte d’engagements incarnés pendant le séjour suscite des aspirations nouvelles.

La phase 2 du SNU permettra aux jeunes volontaires de s’investir dans une mission d’intérêt général de deux semaines dans le domaine de leur choix, sur leur territoire : un service public, une collectivité, un établissement médico-social, un corps de cadets de la gendarmerie ou de la police, une préparation militaire, une association engagée dans les champs de la solidarité, de la protection de l’environnement, de la culture, du sport, etc.

La phase 3 du SNU vise l’engagement volontaire sur une période plus longue, d’au moins 3 mois et avant 25 ans.

À la suite de la tenue des séjours de cohésion du 21 juin au 2 juillet, un travail de retour d’expérience est en cours pour tirer les enseignements de la session 2021.

2. Service civique
Le service civique, dispositif d’engagement dans des missions d’intérêt général de 6 à 12 mois proposé aux jeunes entre 16 et 25 ans (30 ans s’ils sont en situation de handicap), sans condition de formation, est aussi un outil de renforcement de la cohésion nationale et permet une expérience enrichissante aux jeunes volontaires. Les missions s’effectuent au sein d’organismes publics de tous types (ministères, opérateurs publics, collectivités territoriales) ou d’associations.

Le service civique s’est imposé comme l’un des dispositifs-clés du plan "1 jeune, 1 solution". Malgré un contexte difficile pour de nombreux organismes d’accueil, la dynamique d’agrément d’organismes en capacité de proposer des missions de service civique a atteint un niveau sans précédent depuis la rentrée 2020. Depuis la rentrée 2020, environ 90 000 missions ont commencé et environ 195 000 missions ont été agréées entre septembre 2020 et décembre 2021.

Pour atteindre l’objectif fixé de 100 000 missions supplémentaires, le Gouvernement a pris de multiples initiatives.

Dans les services publics et au sein des opérateurs publics, le nombre des jeunes volontaires accueillis augmente significativement : 34 000 missions nouvelles sont prévues en 2021, dont 10 000 au sein du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports pour venir en appui des équipes éducatives partout sur le territoire. Des volontaires sont également mobilisés sur des missions prioritaires liées à la lutte contre l’épidémie de covid-19 (3 000 missions) ou encore dans le champ de la solidarité intergénérationnelle pour participer à l’animation, au lien avec les familles et à la lutte contre la solitude, en particulier dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) (10 000 missions).

Une impulsion particulière est donnée vis-à-vis des collectivités territoriales, grâce notamment à l’appui des associations d’élus dans la démarche de diffusion de l’information sur le service civique. Par ailleurs, une expérimentation est lancée pour créer des fonctions de "promotion et développement du service civique" en territoires ruraux, dans 30 communautés de communes et communautés d’agglomération. Toutes les mairies ont été destinataires d’une communication ciblée pour les conseiller et faciliter leurs démarches. Ce travail commence à porter ses fruits avec une hausse de 50% du nombre d’agréments au sein des collectivités depuis le début de l’année.

Enfin, parce que le service civique doit être au service de l’insertion et de l’envie d’engagement de tous les jeunes, le Gouvernement a décidé d’assouplir la durée hebdomadaire minimum du service civique pour les étudiants. Parallèlement, la majoration de l’indemnité de service civique, qui était appliquée aux volontaires boursiers (échelons 5, 6 et 7), a été étendue pour l’année 2021 à tous les étudiants boursiers (échelons 0 à 7).

3. Réserve civique
Depuis la création de la plateforme de la réserve civique "jeveuxaider.gouv.fr" l’an dernier, plus de 42% des 340 000 personnes qui se sont inscrites pour proposer leur aide à plus de 5 000 organismes s’étant enregistrés sur la plateforme (services publics, collectivités, associations) ont moins de 30 ans. L’État travaille par ailleurs à renforcer la visibilité des offres de missions bénévoles de toutes les structures qui le souhaitent grâce à l’API Engagement. L’API Engagement permet à l’usager d’une des plateformes conventionnées avec l’API d’accéder à toutes les offres de mission bénévole près de chez lui.