Déclaration de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, en réponse à une question sur la présidence française du Conseil de sécurité des Nations unies, à l'Assemblée nationale le 13 juillet 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Madame la Députée,


Je profite de votre question et de la référence que vous avez faite au drame qui s'est produit, en août 2020, pour à nouveau rendre hommage à nos compatriotes qui ont été assassinés dans le cadre de leurs activités humanitaires au Niger, et auxquels le Premier ministre avait eu l'occasion de rendre hommage à l'époque.

Vous l'avez dit, depuis le 1er juillet, la France préside de nouveau le Conseil de sécurité des Nations unies qui se réunit en effet de manière présentielle, à nouveau. Et d'ailleurs, Jean-Yves Le Drian est en ce moment-même en train de se rendre aux Etats-Unis, à Washington, puis à New York, où il assurera cette présidence.

Cette présidence sera consacrée à deux priorités principalement : d'abord la question libyenne, dont je dis un mot car elle est si importante, - et les efforts que nous menons pour en assurer de nouveau la stabilité -, elle est essentielle pour la sécurité de tout l'environnement régional ; bien sûr, le Sahel où nos forces sont engagées ; bien sûr, le Maghreb, la Méditerranée et puis, directement, l'Europe et la France puisque les menaces sécuritaires ou migratoires sont directement liées à la situation libyenne, en large partie.

Nous devons utiliser cette présidence pour progresser sur deux points : maintenir la pression sur deux priorités qui sont le respect du processus électoral et du calendrier des élections, fin décembre, et la mise en oeuvre de l'accord de cessez-le-feu d'octobre 2020.

La deuxième priorité de cette présidence du Conseil de sécurité, c'est précisément la préservation de l'espace humanitaire. Partout les crises ont accentué la pression sur les travailleurs humanitaires. Jean-Yves Le Drian aura, à l'occasion de son déplacement, précisément la possibilité de présider une réunion ministérielle sur la question, avec deux axes de travail principalement : appeler et chercher les voies et moyens du respect effectif du droit international humanitaire, et renforcer aussi, surtout, la capacité d'action des travailleurs humanitaires par la formation, par la recherche de solutions pratiques pour l'acheminement de l'aide humanitaire.

C'est sur ces deux axes que travaille le ministère de l'Europe et des affaires étrangères et que Jean-Yves Le Drian défendra à l'occasion de cette réunion physique du Conseil de sécurité.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 19 juillet 2021