Interview de Mme Roselyne Bachelot, ministre de la culture, à RTL le 6 juillet 2021, sur la 75e édition du festival d'Avignon et la mise en place du passe sanitaire.

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Roselyne BACHELOT.

ROSELYNE BACHELOT
Bonjour Alba VENTURA.

ALBA VENTURA
Et merci d'être en direct sur RTL ce matin, depuis effectivement le Festival d'Avignon, pour cette 75e édition, et d'ailleurs on fête vos un an au ministère de la Culture aujourd'hui.

ROSELYNE BACHELOT
Exactement, c'est un anniversaire pour moi.

ALBA VENTURA
C'est merveilleux. Qu'est-ce que ça vous fait, vraiment Roselyne BACHELOT, d'être là, dans cette ville d'art, de théâtre, à deux pas de ce majestueux Palais des Papes ?

ROSELYNE BACHELOT
Ce sont des retrouvailles d'une émotion intense, quand nous sommes rentrés dans la cour d'honneur du Palais des Papes, d'ailleurs entièrement rénové, pas le bâtiment historique mais les 1947 sièges qui offrent un confort supplémentaire aux spectateurs qui ont vu hier soir une magnifique « Cerisaie »

ALBA VENTURA
La pièce de TCHEKHOV.

ROSELYNE BACHELOT
La pièce de TCHEKHOV, mise en scène par Tiago RODRIGUES, dont j'ai annoncé la nomination à la succession d'Olivier PY à partir du 1er septembre 2022, c'était vraiment magique, la nuit provençale était là, mais tous les lieux de culture rouvrent et c'est un bonheur pour les spectateurs, que ce soit dans les arts visuels, comme aux Rencontres d'Arles, que ce soit dans le spectacle vivant, comme à Aix il y a deux jours, ou Avignon.

ALBA VENTURA
Mais, vous êtes 100 fois, et sans doute je suis loin du compte, dans cette cour d'honneur du Palais des Papes, l'émotion dont vous parlez c'est l'émotion parce que le théâtre ou c'est l'émotion parce qu'on est dans cette période tellement spéciale ? L'an dernier le festival était annulé.

ROSELYNE BACHELOT
Les deux ma Générale, si je puis dire, c'est à la fois l'émotion que j'ai toujours, que je ressens, que tous les spectateurs ressentent, quand ils rentrent dans un lieu de spectacle vivant, parce que voir des acteurs, des musiciens, des chanteurs sur scène, c'est quelque chose de magique. Et puis on a été privés, pendant presque 1 an, avec des périodes creux et de plats, on a été privés de spectacle vivant, et ces retrouvailles sont magiques. Maintenant il s'agit de voir, de tirer des leçons de cette crise, parce que ce que nous ne voulons pas c'est être à la fois victimes d'un reconfinement ou d'un retour à ce que nous avons connu, donc moi je le dis très fort et fortement, la situation n'est pas celle que nous avons rencontrée à la fin de l'été 2021, il faut être sur un triptyque de précautions, premièrement se faire vacciner, c'est comme ça qu'on arrête la crise pandémique…

ALBA VENTURA
Vous êtes pour la vaccination obligatoire ?

ROSELYNE BACHELOT
Ah non, attendez…

ALBA VENTURA
Allons-y.

ROSELYNE BACHELOT
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit…

ALBA VENTURA
Chaque chose en son temps.

ROSELYNE BACHELOT
Ne m'entraînez pas, Alba VENTURA, dans la forêt profonde. Nous posons la question, avec le gouvernement, de l'obligation de vaccination pour les soignants, aucune décision n'a été prise et, en tout cas, la question de la vaccination obligatoire pour l'ensemble des Français n'est pas posée. Alors, se faire vacciner - d'ailleurs le préfet du Vaucluse, puisque nous sommes ici à Avignon, avec la maire d'Avignon Cécile HELLE, a multiplié les lieux de vaccination sur l'ensemble de la ville d'Avignon, ou des centres de tests, pour pouvoir faire l'un ou l'autre - donc, alors un, se faire vacciner, le pass sanitaire, ce n'est pas un problème ce pass sanitaire, soit une vaccination, soit un test de moins de 48h, soit on a été touché par le Covid, ça se passe très bien contrairement à ce que…

ALBA VENTURA
Oui, c'est ce qui s'est passé hier pour tous les spectateurs, on a vu qu'ils présentaient leur téléphone portable avec l'application.

ROSELYNE BACHELOT
Et à Aix, le patron de Aix, Pierre AUDI, a dit « on a commencé le concert », enfin l'opéra, « exactement à l'heure qui avait été prévue », donc pas de difficulté.

ALBA VENTURA
Ça ne freine pas les réservations ce pass sanitaire ? Certains organisateurs disent « ah oui, mais nous on n'arrive pas à faire le plein. »

ROSELYNE BACHELOT
Oui, alors, il y a plusieurs raisons pour lesquelles on peut ne pas faire le plein, d'abord parce que peut-être aussi il faut dire aux Français qu'ils retrouvent la route des salles de spectacle, c'est vrai, quand on a interrogés les Français sur ce qu'ils comptaient faire à partir du 19 mai, de la levée du confinement, ils nous ont répondu « d'abord sortir au restaurant et dans les bars, deuxièmement faire du shopping, et troisièmement aller au cinéma, et quatrièmement aller voir un spectacle vivant », donc c'est vrai, des habitudes ont été prises pendant le confinement, donc allez dans les salles de spectacle, il n'y a rien de plus magique, le pass sanitaire c'est facile, ça garantit votre sécurité, et puis continuez à observer les mesures de précaution, c'est ça le triptyque qui va permettre de bâtir ce modèle résilient qui fera que peu, importe les aléas de la pandémie, nous serons dans un monde culturel ouvert.

ALBA VENTURA
Mais vous, vous avez trouvé la recette pour inciter ceux qui ne veulent pas se faire vacciner par exemple ?

ROSELYNE BACHELOT
De leur dire que c'est une solution de liberté, et que…

ALBA VENTURA
Une chance presque.

ROSELYNE BACHELOT
Voilà. Ce qui se joue ce n'est pas l'alternative entre les mesures de précaution et de lâcher entièrement les rênes, si je puis dire, j'allais dire lâcher les chiens, de n'avoir plus aucune contrainte, mais bien un certain nombre de disciplines faciles à observer, et puis le risque d'une refermeture ou d'un reconfinement, donc les Français, le monde de la culture, tiennent leur liberté entre leurs mains.

ALBA VENTURA
Les jauges à 100 % ne risquent pas d'être remises en cause avec cet variant Delta qui circule beaucoup ?

ROSELYNE BACHELOT
Si nous observons ce triptyque, que je viens de vous dresser, vaccination, pass sanitaire, mesures de précaution, il n'y a aucune raison que le variant Delta remette cela en cause.

ALBA VENTURA
Roselyne BACHELOT, ici, à Avignon, il y a le festival In, comme la pièce jouée hier soir dans la cour d'honneur du Palais des Papes, « La Cerisaie » avec Isabelle HUPPERT, et il y a le festival Off qui débute demain, est-ce que ça veut dire qu'il y a un festival théâtral pour les avertis, pour les connaisseurs, et puis un festival populaire, plus accessible ?

ROSELYNE BACHELOT
Certains l'ont pensé au départ, mais cette image vole en éclats, et au contraire, les partenariats entre le festival In et le festival Off se multiplient, et les deux choses correspondent à des logiques différentes, l'un se nourrit de l'autre, il faut arrêter ces idées absurdes d'un théâtre élitiste et d'un théâtre populaire, il y a d'ailleurs des pièces dites élitistes, dites difficiles, qui se jouent également au festival Off.

ALBA VENTURA
Mais tout le monde a droit à la culture dans notre pays, vraiment ?

ROSELYNE BACHELOT
Tout le monde a droit à la culture, mais ce droit certains ne l'utilisent pas, et c'est sans doute cette question de la démocratisation de la culture qui est toujours devant nous. Vous savez, il y a à peine 10 % des Français qui fréquentent régulièrement les lieux de spectacle vivant, donc cette question de la démocratisation de la culture nous y mettons des solutions très concrètes, le Pass culture par exemple, avec cette possibilité, ce crédit de 500 euros réparti sur, 300 euros après 18 ans, 200 euros avant 18 ans, déjà 540.000…

ALBA VENTURA
Ça marche.

ROSELYNE BACHELOT
Ça marche, 540.000 jeunes Français, sur une génération de 850.000, se sont abonnés au Pass culture. Quand nous faisons la politique de l'Eté culturel, où j'ai remis 20 millions d'euros cette année pour qu'un million de Français aillent dans des lieux de culture qui se déroulent dans des lieux qui ne sont pas habituels, une maison de retraite, un centre social, une maison de jeunes…

ALBA VENTURA
Ça ce sont des événements culturels, plus petits on peut dire, sans être péjoratif, mais…

ROSELYNE BACHELOT
Oui, plus petits, plus accessibles, et puis ça fait travailler les artistes, 10.000 artistes ont pu travailler, 20.000 emplois connexes, donc à la fois on amène des gens à la culture et on fait travailler les artistes.

ALBA VENTURA
Les festivals démarrent à peine, est-ce que ça marche, est-ce qu'il y a du monde, est-ce que vous avez des chiffres ?

ROSELYNE BACHELOT
Non, on n'a pas encore des chiffres, la saison des festivals elle va se terminer en septembre, elle a commencé déjà il y a un moment, mais on voit des billetteries entièrement remplies, il y a des endroits où c'est un petit peu plus mou évidemment, c'est assez normal.

ALBA VENTURA
On le disait tout à l'heure, vous avez assisté à « La Cerisaie » de TCHEKHOV avec Isabelle HUPPERT dans la cour d'honneur, une mise en scène signée Tiago RODRIGUES, cette pièce elle raconte la fin d'un monde et le début d'un autre, il faut y voir une analogie avec ce que l'on vit aujourd'hui ?

ROSELYNE BACHELOT
Il y a parfois, dans les dialogues de « La Cerisaie », des choses extrêmement actuelles et qui faisaient résonance à ce que nous vivons, mais, vous savez, il y a deux choses, d'abord, les évolutions que nous avons constatées pendant la crise ne sont pas nouvelles, elles étaient déjà en quelque sorte en stock, le choc entre la culture patrimoniale et la culture numérique, la consommation numérique de la culture, ce n'est pas quelque chose que le confinement a créé, c'est une accélération d'un certain nombre de phénomènes qui sont à l'oeuvre, et puis c'est l'occasion de se réinterroger justement sur un certain nombre de pratiques. Cette question de la démocratisation de la culture, qui est quelque chose qui a habité le débat public, eh bien il y a très longtemps que c'est posé aux pouvoirs publics. On a depuis 60 ans pratiqué une politique de l'offre, on a multiplié les lieux de culture. Vous savez, j'ai fait des états généraux des festivals pour faire - dont la première édition d'ailleurs a eu lieu à Avignon au mois d'octobre dernier - on se rend compte, effectivement, que là on est devant un phénomène qu'on avait même du mal à quantifier, qu'il nous faut réfléchir à un modèle qui fasse par exemple la part belle au développement durable, ce sont des questions qu'on ne s'était pas posées globalement dans le milieu de la culture, ou la question de la diversité.

ALBA VENTURA
Ça ce n'est pas dû seulement, donc ce que vous dites, à la crise épidémique…

ROSELYNE BACHELOT
Voilà.

ALBA VENTURA
Il y avait bouleversement à l'oeuvre…

ROSELYNE BACHELOT
Il y avait un bouleversement à l'oeuvre dans le monde de la culture et des interrogations que la crise nous a amenés à nous poser de façon beaucoup plus forte et à amener des solutions beaucoup plus rapidement.

ALBA VENTURA
Ici, dans les changements qui s'amorcent à Avignon il y a celui du directeur, Olivier PY, qui succède donc à Tiago RODRIGUES…

ROSELYNE BACHELOT
Non, c'est Tiago RODRIGUES qui succède à Olivier PY.

ALBA VENTURA
Oui, pardon… Tiago RODRIGUES, un portugais, c'est la première fois qu'un étranger va diriger un festival.

ROSELYNE BACHELOT
C'est la première fois effectivement, mais, je l'ai dit hier, moi je ne considère pas qu'un portugais est un étranger, Tiago RODRIGUES c'est d'ailleurs quelqu'un qui connaît très bien le Festival d'Avignon, il y a déjà donné, mis en scène deux pièces, « Antoine et Cléopâtre » et « Sopro », qui ont été des très grands succès, et je ne doute pas que « La Cerisaie » marche sur ces traces.

ALBA VENTURA
Roselyne BACHELOT, vous serez à Cannes aujourd'hui pour l'ouverture du Festival, c'est le film « Annette » de Leos CARAX qui sera présenté en ouverture avec l'actrice Marion COTILLARD, elle a eu des mots assez durs au micro de Stéphane BOUDSOCQ, elle dit « on s'est sentis abandonnés dans cette crise, pas seulement au début, c'est parce qu'on a réagi », dit-elle, « que le gouvernement a réagi, on était regardés comme pas totalement utiles », elle veut dire que vous ne les avez pas vraiment aidés, c'est injuste ?

ROSELYNE BACHELOT
Non, je réfute complètement cette analyse, au contraire, il suffit de se déplacer à l'étranger pour que chacun dise « mais c'est incroyable parce que la France a aidé ses artistes et en particulier le cinéma », 1,2 milliard d'aides directes au cinéma, le cinéma français a survécu, si je puis dire, mais au-delà, grâce à l'aide du gouvernement, et bien sûr nous avons écoutés les artistes, nous ne les avons jamais abandonnés, les tournages ont continué, 150 films ont été tournés pendant cette période, les techniciens, les artistes, ont été soutenus…

ALBA VENTURA
Les intermittents, avec une année blanche.

ROSELYNE BACHELOT
Les intermittents, qui sont nombreux dans le secteur du cinéma et de l'audiovisuel, non, je ne peux pas du tout laisser dire cela, c'est injuste, c'est faux.

ALBA VENTURA
C'est plus de 12 milliards ?

ROSELYNE BACHELOT
Nous en sommes à 12,4 milliards, il y a trois semaines nous étions à 12,4 milliards d'aides au monde de la culture, aucun pays n'a fait autant que la France pour le monde de la culture, et d'ailleurs les artistes qui se déploient, donc sur la scène internationale, qui comparent avec d'autres pays, le disent.

ALBA VENTURA
L'aide s'arrête là ou vous allez rajouter de l'argent ?

ROSELYNE BACHELOT
On continue, d'ailleurs 20 millions de crédits nouveaux ont été dégelés il y a deux jours pour permettre des aides supplémentaires, en particulier au spectacle vivant et aux arts visuels, nous continuons à soutenir, les aides continuent, par exemple…

ALBA VENTURA
20 millions, c'est nouveau ça ?

ROSELYNE BACHELOT
C'est nouveau, c'est 20 millions encore d'argent frais qui sont mis sur la table. Mais, vous savez, bien sûr que les aides continuent, nous avons prolongé… l'année blanche des intermittents s'arrêtait au 31 août, elle est prolongée jusqu'au 31 décembre, des mesures d'accompagnement suivent, c'est 16 mois de soutien supplémentaire aux intermittents du spectacle qui ont été décidés, les aides continuent.

ALBA VENTURA
Merci, c'est dit, merci beaucoup Roselyne BACHELOT, qui va reprendre sa tournée, donc direction Cannes…

ROSELYNE BACHELOT
Que du bonheur.

ALBA VENTURA
Que du bonheur, oui, vous avez beaucoup de chance, et encore bon anniversaire pour vos un an au ministère de la Culture aujourd'hui.

ROSELYNE BACHELOT
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 15 juillet 2021