Entretien de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, au Français de l'étranger et à la francophonie, à LCI le 5 août 2021, sur les restaurateurs confrontés au passe sanitaire et les chiffres du tourisme en France.

Texte intégral

Q - Est-ce que vous comprenez ces revendications des restaurateurs ?

R - Je suis conscient que c'est une contrainte supplémentaire, mais c'est aussi une contrainte qui va permettre de rester ouverts, parce que, souvenez-vous, avec des taux d'incidence tels que nous les connaissons en ce moment, dans certains territoires du pays, il y a quelques mois, on aurait été obligé de fermer. Et aujourd'hui, grâce au passe sanitaire étendu, on va pouvoir maintenir ouvertes les activités, justement, qui ont pu reprendre, après plusieurs mois de fermeture. Donc, il n'y a pas à tortiller : le vaccin, c'est la solution, et lorsqu'on n'est pas encore vacciné, ou son schéma vaccinal n'est pas complet, eh bien, il y a la possibilité de se tester, tests antigéniques, tests PCR qui sont gratuits, je le rappelle. C'est la condition aussi pour réussir l'été. Et pour cela, on a besoin de tout le monde. On a besoin individuellement que les Français continuent les gestes barrières, continuent à faire attention, et puis, s'inscrivent dans ce passe sanitaire. On a besoin des professionnels et moi, je leur rends hommage, parce que, justement, ils se sont préparés avec des protocoles, ils sont également des grands professionnels de la régulation des flux et j'ai pu le voir dans des visites, la semaine dernière, dans le département de l'Yonne, auprès du chantier médiéval de Guédelon, du domaine de Roncemay, les professionnels se sont préparés et ils sont prêts à accueillir les clients dans les meilleures conditions. Donc, j'ai bon espoir que cela se fasse en bon ordre, encore une fois, c'est la clé pour réussir l'été.

Q - Ils craignent aussi une fuite des touristes, parfois, en particulier une fuite des touristes étrangers qui ne peuvent pas forcément venir en France, cet été. Est-ce que vous pensez que cela peut avoir un impact sur la situation touristique ?

R- Deux choses : d'une part, les touristes européens de proximité sont bel et bien de retour. Je vous le confirme, on voit, par exemple, un accroissement même de la présence de nos amis et voisins belges, néerlandais, par rapport à 2019 qui elle-même était une année record. Donc la campagne d'Atout France pour promouvoir la France a porté ses fruits. C'est une bonne chose. Et surtout, nous avons mis en place, au niveau européen, justement, le certificat sanitaire européen qui permet à cette clientèle européenne qui fait les trois quarts de la clientèle internationale française, eh bien, de pouvoir avoir accès à toutes les activités, finalement, au passe sanitaire, à travers leur QR code. Et pour les clientèles qui ne sont pas européennes, les clientèles qui viennent parfois justement d'Amérique, des Etats-Unis, ou par exemple, de zones Proche et Moyen-Orient, eh bien, nous mettons en place un dispositif visant à prendre en compte les vaccinations internationales dès lors qu'elles sont homologuées par l'Union européenne et ainsi nous pourrons émettre des QR codes pour ces touristes internationaux. Donc, vous le voyez, on se prépare à faire en sorte que tout le monde puisse profiter de son été, dans les meilleures conditions, soit par la vaccination, soit par les tests qui sont également disponibles.

Q - De bons chiffres, en tous les cas, pour le mois de juillet, sur un bilan touristique. Concernant le transport aérien, les premiers résultats de l'été sont supérieurs aux plus optimistes des scénarios. Comment expliquez-vous cela ?

R - Ecoutez, il y a une envie, c'est clair, de s'aérer, de s'oxygéner après les semaines et les mois compliqués que nous avons connus, avec les deuxième et troisième vagues, les fermetures, les restrictions qui ont eu lieu ; et donc, les Français ont envie de souffler, c'est légitime. Moi, j'ai appelé à ce que cet été soit bleu-blanc-rouge, et c'est vrai que beaucoup de Français ont fait le choix de la France, parce que, on l'a vu aussi, la pandémie repart, partout dans le monde, avec parfois des problèmes de mobilité, parfois des complications, et par exemple, on a vu le cas de ce groupe de Français qui était, pour certains, au début de l'été, à Malte, là maintenant, en Sicile, eh bien, je veux assurer d'ailleurs toutes ces familles que nous suivons la situation de près. Tout cela montre aussi que voyager aujourd'hui est un peu plus compliqué, mais que, pour autant, il y a cette envie de bouger qui est là. En tous les cas, je le dis aux Européens : vous pouvez passer un été en toute sécurité sanitaire en France. Il y a, certes, ce variant Delta, mais on s'organise, aussi, pour le combattre, grâce au passe sanitaire, et puis à une vaccination qui, vous l'avez vu, continue à monter en puissance. Les 40 millions de vaccinés, c'était il y a quelques jours. Et on continue, on continue, on continue.

Q - Avec un objectif de 50 millions d'ici à la fin août par l'exécutif. Merci beaucoup, Jean-Baptiste Lemoyne, d'avoir été en direct avec nous.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 6 août 2021