Interview de M. Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État en charge des retraites, à Europe 1 le 29 juillet 2021, sur l'objectif de réforme du système des retraites.

Texte intégral

THÉO MANEVAL
C'est l'invité politique. Bonjour Laurent PIETRASZEWSKI.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Bonjour Théo MANEVAL.

THEO MANEVAL
Secrétaire d'Etat chargé des Retraites et de la Santé au travail. A quelle échéance êtes-vous prêt à réenclencher cette réforme des retraites ? Est-ce que ce sera le chantier qui va enflammer la rentrée ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Le président de la République s'est exprimé le 12 juillet assez clairement, là-dessus je le crois. D'abord, redire qu'il y a besoin de transformer notre système de retraites, d'abord parce qu'il est très compliqué, on le dit, il y a 42 systèmes de retraite, il y a 13 dispositifs de réversion différents, il y a de profondes inégalités dans ce système de retraite. Il y a besoin de le transformer. Pour tout cela, certes, mais aussi moi je pense à toutes ces femmes qui sont obligées de parfois s'arrêter dans leur carrière professionnelle, qui ont des ruptures de carrières professionnelles, et qui sont les principales victimes du système actuel.

THEO MANEVAL
On entend le besoin de réformer, mais est-ce qu'hier, lors du dernier Conseil des ministres avant les vacances, le Président vous a redonné un calendrier ? C'est toujours concertation à la rentrée entre vous, Matignon, les partenaires sociaux ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Vous avez bien écouté l'intervention du 12 juillet, c'est effectivement la concertation à la rentrée, c'est ce que nous préparons avec Elisabeth BORNE et le Premier ministre Jean CASTEX, de manière à avoir les meilleures conditions pour échanger avec les partenaires sociaux. Mais vous savez, aujourd'hui le président de la République l'a dit aussi, nous sommes à la tâche pour protéger la santé de nos concitoyens, et protéger leur emploi. Ce sont les deux actions qui mobilisent le Gouvernement, aujourd'hui, et qui continueront à nous mobiliser pendant les vacances ?

THEO MANEVAL
Effectivement, et tout le monde a bien écouté cette allocution du 12 juillet, et ces deux conditions posées par le président à la réforme, que la situation sanitaire soit – je cite – sous contrôle et la reprise économique assurée, ce qui de l'avis général, Laurent PIETRASZEWSKI, revient à enterrer cette réforme pour la fin du quinquennat. Qu'est-ce que vous devenez alors pour les 10 mois qui restent ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Eh bien, j'ai beaucoup d'occupations, d'abord sachez que je suis en charge de la transformation du système de retraites, mais aussi d'accompagner la réalité du quotidien. C'est près de 17 millions de retraités dans notre pays qui, tous les mois…

THEO MANEVAL
Ce sera ça l'essentiel de votre tâche, alors, pour les 10 mois qui restent.

LAURENT PIETRASZEWSKI
… attendent de percevoir leurs pensions. Il y a un grand nombre de caisses de retraite, je l'ai évoqué aussi tout-à-l'heure, qu'il faut accompagner, et puis il y a toute une partie peut-être que nous allons évoquer ensemble, c'est la santé au travail. Vous savez, dans notre pays, la santé au travail c'est évidemment quelque chose qui bouge et il y a récemment eu un projet de loi, qui a été porté par deux députés Charlotte LECOCQ et Carole GRANDJEAN, issu d'un accord national interprofessionnel, une démocratie sociale qui est bien vivante dans notre pays, et on va pouvoir en parler si vous le souhaitez.

THEO MANEVAL
Et c'est donc ça votre job à temps plein d'ici la fin du quinquennat, la santé au travail plus que les retraites ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Ecoutez, mon job à temps plein, c'est d'être à disposition du Gouvernement, sur l'ensemble des sujets que vous évoquez, mais également celui des retraites.

THEO MANEVAL
On va venir à la santé au travail, mais d'abord l'argument principal pour cette réforme, outre la suppression des régimes spéciaux, c'est l'équilibre financier, si jamais elle voit le jour ; mais les dernières projections du COR, Laurent PIETRASZEWSKI, le Conseil d'Orientation des Retraites, bat en brèche finalement l'idée d'un déficit massif et qui se creuserait de plus en plus. Je suis désolé d'être un petit peu technique, mais il faut que nos auditeurs l'aient en tête. Oui, le régime perd aujourd'hui 13 milliards d'euros cette année. Il était pratiquement à l'équilibre en 2019, avant la crise, rappelle le COR, et surtout la part des dépenses liées aux retraites dans notre PIB, devrait rester stable dans les années qui viennent, ça va même diminuer après 2030, sans même que l'on ait besoin de faire une réforme.

LAURENT PIETRASZEWSKI
On pourrait, juste préciser, vous l'avez fait en partie, rappeler le déficit prévu…

THEO MANEVAL
13 milliards.

LAURENT PIETRASZEWSKI
13 milliards, et dire que ce déficit est tendanciel, sur une dizaine d'années, que ça représentera donc 100 milliards. On n'est pas en train de parler de petits montants, une centaine de milliards de déficit. Vous savez, si nous voulons…

THEO MANEVAL
Mais la part des retraites dans notre budget, va diminuer dans les années qui viennent, déjà, quoi qu'il arrive ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Alors, si nous voulons – on va y revenir si vous voulez – mais si nous voulons avoir un système, qui s'appelle dans notre pays « par répartition », ce sont les actifs qui par leurs cotisations paient les pensions des aînés ; si nous voulons que ce système fonctionne et qu'il soit un système de confiance entre les générations, il faut qu'il soit tendanciellement à l'équilibre. Et donc, ce que vous avez souligné, le déficit de cette année, mais le déficit tendanciel sur les 10 prochaines années, qui est significatif, nous interroge et doit nous amener aussi à transformer ce système de retraites, parce que la confiance, c'est fondamental entre les générations.

THEO MANEVAL
A partir de quelle génération vous souhaitez la faire cette réforme, si elle a lieu, quand vous transmettrez vos pistes aux partenaires sociaux à l'automne, 1961?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Ecoutez, là-dessus il y a des concertations qui s'ouvriront. Nous l'avons dit tout à l'heure, nous n'en sommes pas au point de dire à quelle génération s'appliquera une évolution…

THEO MANEVAL
On avait cru comprendre, on avait cru entendre cette date, 1961.

LAURENT PIETRASZEWSKI
… à quelle génération s'appliquera une évolution de l'âge d'ouverture des droits si tel doit être le cas.

THEO MANEVAL
Donc ce n'est plus le cas.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Je crois que ce qu'il faut pouvoir dire, c'est qu'il faut transformer ce système de retraite, nous pouvons le faire, dans un contexte apaisé, parce que vous savez, le transformer c'est une chance pour nous tous, c'est assurer à nos enfants qu'ils auront aussi une retraite et assurer à ceux qui sont en retraite aujourd'hui, qu'ils continueront à en percevoir une de bon niveau.

THEO MANEVAL
On a compris malgré tout dans ce que vous nous disiez, que vous serez surtout à la tâche en tant que secrétaire d'Etat chargé de la Santé au travail dans les 10 mois viennent. Face à la diffusion toujours plus rapide du variant Delta, est-ce que vous comptez accélérer, Laurent PIETRASZEWSKI, la vaccination en entreprise à la rentrée ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Oui, j'étais hier dans le Calvados, à Vire, dans l'entreprise Guy Degrenne, où nous avions l'unité mobile de premiers secours qui organisait, dans l'entreprise Guy Degrenne, bien sûr, avec l'accord de l'employeur, une séance de vaccination qui était ouverte aux salariés, mais aussi aux enfants, aux conjoints des salariés. C'était très intéressant de voir comment l'entreprise là, a assumé toute sa responsabilité, aussi sociétale, en accueillant les familles des salariés, et j'ai pu discuter avec…

THEO MANEVAL
La cadence, jusqu'ici, à ce sujet, n'a pas été très élevée.

LAURENT PIETRASZEWSKI
… une maman et son enfant, qui était là, de plus de 12 ans, qui était très heureux d'accompagner sa maman au travail et bénéficier de la vaccination. Donc…

THEO MANEVAL
Est-ce qu'on a suffisamment vacciné en entreprise jusqu'ici Laurent PIETRASZEWSKI ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Ecoutez, on a plus de 4 000 professionnels de santé qui se sont mobilisés en entreprises, et nous avons près de 1,4 million injections qui ont été réalisées par ces professionnels de santé, plus de 300 000…

THEO MANEVAL
Sur plus de 50 millions en France, au total.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Mais, plus de 300 000 dans les services de santé au travail, très spécifiquement. Mais disons les choses…

THEO MANEVAL
C'est une goutte d'eau.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Disons les choses, les médecins du travail, ils ont eu une réalité qui continue, notamment des visites de reprise, des visites d'aptitude, des aménagements de postes, tout cela n'a pas disparu, et donc ils sont un des éléments, un des maillons de cette chaîne d'action vaccinale, ce ne sont pas les seuls.

THEO MANEVAL
Le Pass sanitaire, on l'a dit dans le journal de 08h00, entrera en vigueur le 9 août, l'annonce a été faite hier après le vote de la loi en début de semaine. Concernant la possibilité de licencier certains employés qui refuseraient sur plusieurs mois de s'y soumettre, certains élus à droite accusent la ministre du Travail d'avoir menti aux Français, Laurent PIETRASZEWSKI, la mesure avait été supprimée du texte voté au Parlement, mais dans les faits, oui ou non, si un blocage s'éternise, est-ce qu'un salarié est susceptible d'être viré ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Vous avez raison de rappeler qu'il y a eu un écart entre le texte qu'avait présenté le Gouvernement et celui qui a été adopté, ce qu'on appelle – pardon pour le jargon – en Commission mixte paritaire, entre les députés et les sénateurs.

THEO MANEVAL
Est-ce que ce texte permet aujourd'hui le licenciement d'un salarié qui refuserait ce Pass sanitaire ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Maintenant, ce texte, il a ramené les sanctions, dans ce qu'on appelle les règles de droit commun. Moi, vous savez, le Gouvernement est à la tâche pour que nous soyons dans un dispositif qui soit incitatif et protecteur. Le Pass sanitaire, c'est la possibilité de faire, ou un test où tous les 2 jours, ou de se faire vacciné, ou si l'on a eu le Covid, de pouvoir établir qu'on est rétabli. Donc…

THEO MANEVAL
Mais, est-ce qu'au-delà de la retenue de salaire, si le blocage persiste plusieurs mois, comme l'a dit la ministre du Travail Elisabeth BORNE, un salarié peut toujours être licencié ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
L'objectif du Gouvernement, c'est de tout faire pour qu'il n'y ait pas de licenciements, et c'est ce qu'a rappelé Elisabeth BORNE…

THEO MANEVAL
Est-ce que c'est possible aujourd'hui dans le droit ? Je comprends l'objectif, je vous pose une question de droit : est-ce que c'est possible ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Mais, vous savez, en droit commun aujourd'hui il est possible de licencier, mais le sujet…

THEO MANEVAL
Donc c'est possible.

LAURENT PIETRASZEWSKI
… n'est pas de dire à nos concitoyens : nous allons vous licencier, il est de dire : nous avons créé les conditions d'un entretien préalable, d'une réaffectation dans l'entreprise à un endroit où il n'est pas nécessaire d'avoir un Pass sanitaire, de prendre des jours de congés, des RTT, de discuter. Parce que vous savez, moi je crois beaucoup que sur le sujet, quand on discute, et c'est ce que j'ai vu à Vire hier encore, avec les médecins et les salariés qui étaient là, quand on discute, les inquiétudes tombent.

THEO MANEVAL
On entend tout à fait l'objectif et ce que vous avez voulu faire avec les retenues de salaires inscrites dans la loi, mais c'est important de bien comprendre qu'un licenciement est toujours possible aujourd'hui, et on le retient. Le Conseil constitutionnel, Laurent PIETRASZEWSKI, doit se prononcer sur ce projet de loi dans une semaine exactement. Est-ce que vous craignez le retoquage de certains points ou pas du tout ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Eh bien, écoutez, le Conseil constitutionnel va s'exprimer, le 5 du mois d'août. Nous avons établi que la loi pourrait être promulguée à partir du 9. Nous sommes sereins sur les dispositions qui ont été adoptées par la CMP, qui seront présentés au Conseil constitutionnel, mais nous allons le laisser faire son travail.

THEO MANEVAL
En attendant, ce sont donc les vacances gouvernementales qui débutent, prochain Conseil des ministres le 25 août. Coupure ou pas pour vous Laurent PIETRASZEWSKI ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Ah, il y a quelques jours de coupure, ils sont prévus sur la côte du Pas-de-Calais, dans ma région des Hauts-de-France, et puis quelques jours dans les Alpilles. Mais vous savez, au final, quand on a la chance d'être au Gouvernement, on est disponible pour les français 365 jours par an, et c'est ce que je ferai, y compris pendant ces quelques jours de coupure.

THEO MANEVAL
Parce qu'à la rentrée, le dossier explosif des retraites vous attend, peut-être. Merci Laurent PIETRASZEWSKI, secrétaire d'Etat aux Retraites et à la santé au travail. Merci d'avoir été ce matin notre invité sur Europe 1.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Bonne journée à vous tous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 juillet 2021