Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur les Forges de Tarbes et l'industrie d'armement, à Tarbes le 11 octobre 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Visite des Forges de Tarbes

Prononcé le

Temps de lecture 5 minutes

Texte intégral

Monsieur le préfet,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le contrôleur général des armées,
Monsieur le commissaire,
Monsieur le président,
Mesdames et messieurs, chers amis des Forges de Tarbes,


C'est un plaisir d'être parmi vous aujourd'hui et d'avoir le privilège de visiter une des dernières forges de France. Le ministère des Armées a une histoire tout à fait particulière avec les Forges de Tarbes. C'est ici que sont notamment forgés et usinés les corps d'obus des chars Leclerc et des canons Caesar. C'est un véritable atout d'avoir la capacité de fabriquer ces pièces en France, d'autant plus dans une entreprise historique, qui cultive un savoir-faire unique de forgeage, de traitement thermique et d'usinage des métaux.

Nos armées recherchent sans cesse à conserver et à assurer leur supériorité opérationnelle, c'est-à-dire la capacité à garder l'avantage sur le terrain et à dominer son adversaire. Le fait est que notre supériorité opérationnelle dépend étroitement de notre souveraineté économique et de notre capacité à maintenir des filières de compétences en France. Ne dépendre d'aucun autre pays pour concevoir, produire et entretenir ses équipements, c'est vital pour nos forces armées. C'est vital pour notre liberté d'action.

Je suis donc venue aujourd'hui pour saluer l'action de toutes celles et ceux qui se sont mobilisés avec ardeur pour sauver Les Forges de Tarbes d'une disparition qui a été annoncée à plusieurs reprises depuis 2019. Sans cela, peut-être qu'une partie de nos munitions de gros calibre serait aujourd'hui fabriquée ailleurs qu'en France.

Je tiens donc à saluer votre mobilisation : en tant que salariés, vous avez créé un élan autour de votre entreprise, un élan qui témoigne de votre passion et de votre engagement pour notre industrie de défense.

Je tiens à saluer les syndicats et les élus qui ont attiré l'attention sur votre situation, qui se sont battus pour vous et ont travaillé main dans la main avec les pouvoirs publics pour trouver des solutions.

Et je salue enfin et évidemment l'action des services de l'Etat et des acteurs privés qui nous permet d'être ici aujourd'hui pour regarder l'avenir avec confiance.

Le ministère des Armées a pris ses responsabilités et s'est pleinement impliqué pour permettre l'émergence d'un nouveau projet industriel pour les Forges de Tarbes. En 2019, nous avons donc pris commande de près de 10 ans de nos besoins en corps d'obus, afin de maintenir une activité industrielle pendant au moins 3 ans, le temps que l'entreprise investisse et diversifie ses activités. C'est cet engagement de l'Etat qui a permis aux Forges de Tarbes de subsister dans un premier temps.

Près d'un an plus tard, à la fin de l'année 2020, nous n'étions pas certains que cette commande importante serait suffisante pour pérenniser l'avenir de la société et des dizaines d'employés qu'elle fait vivre. Nous avons donc cherché activement, avec le ministère de l'économie, avec les acteurs locaux, avec les représentants des salariés et les dirigeants, un repreneur pérenne avec un projet industriel crédible et solide.

Et c'est ainsi que s'est distinguée Europlasma, une entreprise experte de la dépollution, dont le savoir-faire s'appuie sur sa maîtrise de la technologie de la torche à plasma. Grâce à l'engagement d'Europlasma, les Forges de Tarbes vont continuer à produire, à fabriquer et à cultiver leur savoir-faire. 9 millions d'euros seront investis ici pour les trois prochaines années.

Monsieur Ganarche-Creuillot, merci d'avoir eu le courage de vous lancer dans cette aventure industrielle et entrepreneuriale. Avec les employés du site, vous vous apprêtez à écrire un nouveau chapitre de l'histoire des Forges de Tarbes. Toute l'histoire est devant vous.

L'enjeu est donc maintenant de réussir à développer l'entreprise, en diversifiant son activité, car les seuls besoins de notre défense ne pourront assurer pleinement son avenir. Il faut marcher sur deux jambes. Nous avons une confiance entière en vous pour développer un outil industriel compétitif, pour être capable de produire des équipements de qualité dans les coûts et les délais voulus par les clients.

Une base industrielle et technologique de défense compétitive, c'est la clé de notre souveraineté. C'est un combat de chaque instant, et c'est un combat collectif, que nous menons ensemble. Et l'arme décisive pour mener ce combat, c'est la loi de programmation militaire historique voulue par le président de la République et mise en oeuvre, à l'euro près, depuis le départ, ce qui inédit. Véritable plan de relance à elle toute seule, elle bénéficie avant tout à nos emplois, à nos entreprises et à nos territoires.

La BITD, c'est bien plus qu'un réseau d'entreprises qui permettent aux armées de conduire leurs opérations. Ce n'est pas un secteur où l'on arrive par hasard. Ce sont des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs passionnés. Ce sont des salariés qui croient en ce qu'ils font et qui donnent le meilleur pour notre industrie, pour notre défense, pour notre pays.

Je sais que vous êtes de ceux-là. Et c'est ce qui me donne confiance en l'avenir des Forges de Tarbes. Ces défis qui se dressent aujourd'hui devant vous, vous allez les relever.


Vive la République !
Vive la France !


Source https://www.defense.gouv.fr, le 13 octobre 2021