Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, en réponse à une question sur la Journée défense et citoyenneté et les jeunes Français résidant à l'étranger, au Sénat le 29 septembre 2021.

Intervenant(s) :

  • Jean-Baptiste Lemoyne - Secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie

Circonstance : Question orale au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Madame la Sénatrice,


L'ancien rapporteur pour avis de la mission "Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation" que je suis ne peut qu'être sensible à cette dimension de la journée défense et citoyenneté.

On regrette régulièrement une forme de délitement du lien social et un individualisme croissant ; la JDC fait partie, à mon sens, des remèdes qui doivent être absolument préservés. On ne peut pas à la fois verser des larmes de crocodile sur le constat d'un relatif délitement de la cohésion nationale et dédaigner d'y apporter des solutions. Or la JDC est justement un élément de prise de conscience de l'appartenance à la communauté nationale, au-delà du fait qu'elle est, comme vous l'avez rappelé, indispensable pour accéder à certaines fonctions ou passer certains examens : elle est créatrice de droits.

Il est vrai que, dans le contexte exceptionnel qu'on a connu, de nouvelles pistes ont émergé. Je vous confirme que nous travaillons activement à la mise en place de la solution en ligne que vous avez évoquée ; dans les toutes prochaines semaines, nous serons en mesure de proposer ce dispositif aux jeunes Français de l'étranger, comme cela a été fait en France métropolitaine.

Outre cette réponse, il est important de continuer à proposer une version présentielle de la JDC là où les plus grosses communautés françaises sont présentes, que ce soit à Londres, à Bruxelles, ou encore à Genève. C'est important de pouvoir le faire : comptez sur moi pour le redire avec insistance à nos postes diplomatiques et consulaires dans ces pays.

Au-delà de la JDC, il importe que les jeunes Français établis hors de France bénéficient d'autres dispositifs d'engagement citoyen. Ainsi du service national universel (SNU) récemment mis en place : il me paraît également représenter une très belle formule, qui permet d'activer cet engagement solidaire. Je ne verrais que des avantages à ce qu'il soit accessible aux jeunes Français de l'étranger. J'ai donc demandé qu'on y travaille, de manière que, par exemple, les séjours de cohésion d'une durée de quinze jours qui ont été mis en place en France puissent être ouverts aux jeunes Français établis hors de France. De telles propositions ont été émises dans le débat public ; je les reprends bien volontiers à mon compte.

De la même façon, il est essentiel qu'un jeune Français établi hors de France ait les mêmes droits qu'un jeune établi en France. Madame la Sénatrice, nous allons poursuivre dans cette voie !


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 18 octobre 2021