Interview de Mme Sarah El Haïry, chargée de la jeunesse et de l'engagement, à Radio J le 21 octobre 2021, sur la situation de l'emploi en France.

Texte intégral

ROMAIN DESARBRES
Sarah EL HAÏRY, secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de l'Engagement et porte-parole du MoDem et Guillaume PERRAULT rédacteur en chef de FigaroVox. En démarrant cette tranche comme on dit à 7h, à la prise d'antenne, je parlais de la proposition d'Eric CIOTTI qui veut instaurer une priorité pour les Français et les Européens pour l'emploi, les allocations et le logement, comme ce qui se fait déjà alors pour certains emplois publics d'ailleurs. Est-ce que c'est une bonne idée, Madame la secrétaire d'Etat ?

SARAH EL HAÏRY
Vous savez, on est en plein congrès, on est en pleine campagne des primaires et donc du coup, les propositions se multiplient et se multiplient. Moi, ce que je vois, c'est qu'aujourd'hui, on a des emplois qui ne sont pas pourvus. La réalité, c'est que si vous allez dans n'importe quel territoire, vous avez des chefs d'entreprise qui vous disent « je n'arrive pas à recruter », « je ferme un jour par semaine. » Vous avez des gens du bâtiment, des artisans qui disent « je ne peux pas accepter de chantier parce que je n'ai pas de manoeuvre. » Là, ce que vient de faire Eric CIOTTI, c'est une proposition effectivement choc pour attirer l'attention, c'est malin mais c'est contraire, c'est contraire à notre vision de l'égalité. Aujourd'hui, au contraire, quand on est sur notre territoire, il y a ceux qui sont en situation régulière et ceux qui sont en situation irrégulière. Le plus important, c'est qu'on accompagne vers l'emploi tous ceux qui peuvent travailler ; le seul chemin de l'autonomie et de l'indépendance, c'est le travail. Donc franchement à part la bataille de l'attention …

ROMAIN DESARBRES
En augmentant les salaires, c'est ce qui se passe en Angleterre, Boris JOHNSON dit : c'est transitoire, les salaires vont augmenter et les Anglais occuperont les emplois non-pourvus. Ça ne peut pas se passer aujourd'hui en France ?

SARAH EL HAÏRY
Mais aujourd'hui, la bataille, c'est la bataille de l'emploi, c'est la bataille contre le chômage. Enfin, on a aujourd'hui … on a plus de 500 000 emplois dans notre pays qui ne sont pas pourvus. Moi, ma bataille, elle est là, c'est ce qui permet d'être libre, c'est ce qui permet de s'en sortir, c'est ce qui donne la dignité à chacun dans sa vie de tous les jours, c'est de travailler. Donc commencer à dire « toi plus que moi » alors que le seul sujet, c'est comment on remplit tous ces emplois parce que c'est ce qui donne la puissance à notre pays … Moi c'est …mon combat, il est là.

- Propos de Guillaume PERRAULT -

ROMAIN DESARBRES
Dans certains pays, je pense aux États-Unis ou le Canada, si on veut s'installer, il faut trouver un travail quand on n'est pas Canadien ou Américain, il faut que l'entreprise prouve qu'elle ne peut pas embaucher un Américain pour ce poste.

GUILLAUME PERRAULT
Ils sont extrêmement stricts !

ROMAIN DESARBRES
Ce ne sont pas de dangereuses dictatures !

SARAH EL HAÏRY
Non mais aujourd'hui, ce n'est pas le débat dans notre pays. Aujourd'hui, il n'est même pas là, le débat. Le débat est de : est-ce que oui ou non et c'est ça le sujet, est-ce que oui ou non on a le droit de travailler ? La question, c'est toutes les personnes qui sont sur notre territoire et qui ont le droit d'être sur notre territoire doivent travailler. Le sujet, il est là et c'est la grande différence entre aujourd'hui le débat de « tu as le droit avant ou pas », enfin franchement, à part attirer l'attention et se rapprocher encore un peu plus, je suis désolée, du bloc plus identitaire, Eric CIOTTI, sur ce coup-là n'a pas révolutionné une proposition qui changera la vie de tous les jours, la vie des entreprises.

- Propos de Guillaume PERRAULT -

ROMAIN DESARBRES
Alors, il propose de réserver les allocations comme le RSA ou les allocations familiales aux Français et aux étrangers qui peuvent justifier de 6 ans de présence sur le territoire. Ça stopperait ce que certains appellent « l'aspirateur à émigration », ce qu'on entend à droite.

SARAH EL HAÏRY
Eric CIOTTI est en train d'être aspiré par l'extrême-droite ! Enfin sincèrement, à part cette aspiration-là, je ne vois pas quel est le sujet aujourd'hui. Encore une fois, le combat d'aujourd'hui, c'est la dignité par le travail ; quand une personne n'a le droit d'être sur notre territoire, si elle a besoin, si elle a besoin d'aide, alors on y répond. Encore une fois, que ce soit les aides sociales, que ce soit l'accès à la santé, ce n'est pas la recherche, l'envie de chacun. Ça, c'est quand même aujourd'hui un focus qui est fait par Eric CIOTTI parce qu'on est dans une période de congrès, de vote et il essaye effectivement …

ROMAIN DESARBRES
Une période présidentielle !

SARAH EL HAÏRY
Effectivement de propositions et il assume sa ligne !

ROMAIN DESARBRES
On fait des propositions, c'est la politique, on fait des propositions et les Français votent après !

SARAH EL HAÏRY
Et il assume sa ligne ! Vous étiez sur le projet et la priorité des Français il y a à peine quelques instants, moi, je crois que la priorité des Français aujourd'hui à l'instant où on se parle, c'est leur pouvoir d'achat, c'est la capacité, eh bien, que les entreprises aillent bien, qu'elles ne se mettent pas en difficulté parce qu'il n'y a personne pour travailler. Notre job, il est là !

ROMAIN DESARBRES
Guillaume PERRAULT, vous qui êtes un fin observateur de la vie politique, le gouvernement et Emmanuel MACRON cherchent à déplacer le débat sur la question du pouvoir d'achat. Est-ce que c'est pour éviter d'avoir à parler des questions de sécurité ? Ca vous fait sourire, Madame la secrétaire d'Etat ?

SARAH EL HAÏRY
Oui mais vous savez pourquoi ? Parce que je n'ai aucun tabou à parler de sécurité, mais aucun !

ROMAIN DESARBRES
Je vois ça !

SARAH EL HAÏRY
Non mais vraiment ! Je pense qu'il faut absolument défendre nos forces de l'ordre et vous avez vu les violences qu'il y a eu encore hier, rappeler que quand ils portent un uniforme aujourd'hui, c'est l'honneur de la France et à chaque fois que quelqu'un ira les bousculer, eh bien, la condamnation doit être lourde et ferme, qu'on augmente le budget de la justice et le budget de la police, que la sécurité, c'est ce qui protège aussi les plus fragiles et que mine de rien, il faut quand même le rappeler, c'est un droit et ce droit, il est légitime et il doit être défendu à chaque instant . Donc non il n'y a pas de …

ROMAIN DESARBRES
Il n'y a pas de gêne ?

SARAH EL HAÏRY
Mais non mais que ce soit l'autorité à l'école ou l'autorité des parents, je veux dire, on n'a pas à rougir ni de l'augmentation des budgets ni du déploiement. Maintenant, il y a eu une déliquescence dans notre pays sur les sujets en réalité d'autorité à tous les niveaux, de la classe à la maison, de la maison aujourd'hui pour les pompiers qui portent aussi un uniforme qui fait la fierté de plus de millions de Français. Donc non on n'a aucun, enfin, je veux dire ça c'est peut-être une petite lubie !

- Propos de Guillaume PERRAULT -

ROMAIN DESARBRES
Et cette image d'Eric ZEMMOUR qui fait semblant de tirer avec un fusil au salon Milipol, on va revoir une image qui a fait tout un foin médiatique, vous êtes indignée, Sarah EL HAÏRY comme Marlène SCHIAPPA ou vous êtes sensible à l'humour d'Eric ZEMMOUR ? Il a dit que c'était pour rire, voilà.

SARAH EL HAÏRY
Très sincèrement, ça ne m'a pas fait pas rigoler pour être assez cash, ça ne m'a pas fait rigoler parce qu'il y a du symbole et le symbole d'une arme tournée vers des journalistes moi, ça ne me plaît pas parce que ça veut dire en tout cas dans l'image que ça donne, Éric ZEMMOUR est assez fin pour voir, pour aller voir qu'est-ce que ça signifie. Ça signifie quoi ? C'est l'image de POUTINE sur son cheval avec sa Kalachnikov ; c'est l'image de TRUMP avec également une arme lourde. Moi, cette image, je ne la veux pas dans notre pays, tournée vers des journalistes. Pourquoi ? Parce que j'ai en tête tout simplement qu'il y a dans plein de pays au monde des journalistes qui sont en prison, qui sont tués parce qu'ils défendent leurs idées et ça, c'est quand même la réalité. Alors, de l'humour oui mais il y a franchement des limites et à lui de clarifier la situation.

 - Propos de Guillaume PERRAULT -

GUILLAUME PERRAULT
Cette polémique prend des proportions absolument absurdes !

ROMAIN DESARBRES
Vous pensez que le gouvernement sur-joue l'indignation ?

GUILLAUME PERRAULT
Mais bien sûr mais bien sûr !

SARAH EL HAÏRY
Non, non !

GUILLAUME PERRAULT
Tout ça est ridicule, il y a un concert d'indignation et de posture autour de ces images. Imaginez que c'ait été, Madame, un candidat MoDem, imaginez que BAYROU l'ait fait, tout le monde aurait souri, personne ne se serait indigné et je trouve et je trouve incroyable que le débat public s'organise autour de ce concert d'indignation autour de cette image et les postures. Je vous trouvais plus convaincante, Madame, sur le fond au début de vos interventions …

SARAH EL HAÏRY
Je vais vous dire pourquoi.

GUILLAUME PERRAULT
... que là sur le registre moral que vous adoptez.

SARAH EL HAÏRY
Zéro registre moral. Par contre, il y a des …aujourd'hui, on parle d'autorité, de respect ou on en parlait il y a à peine quelques instants. Comment vous expliquez aux enfants, aux enfants qu'il faut respecter l'autorité, la famille les parents, les enseignants, les journalistes et choisir l'image de cibler un journaliste avec une arme ? Encore une fois …

GUILLAUME PERRAULT
Les Français, ils ne respectent pas particulièrement les journalistes, ils adorent leur taper dessus, qu'ils reçoivent des beignets ! Ca les fait rigoler. Il faut l'accepter, ça fait partie de notre métier !

SARAH EL HAÏRY
Vous savez, je crois que oui, un journaliste, peut-être ça peut faire rigoler une partie des Français moi, je ne veux pas, je ne souhaite pas en tout cas, c'est ma propre liberté, m'habituer à cette image d'autant plus que Eric ZEMMOUR jusqu'à la preuve du contraire est en train de se préparer pour une candidature à l'élection présidentielle. Eh bien, un dirigeant ça protège les libertés et là, il y avait du symbole et il est suffisamment, encore une fois, fin pour voir très bien le symbole. Et là …

GUILLAUME PERRAULT
Juste, Madame …

SARAH EL HAÏRY
Juste sur une phrase …

GUILLAUME PERRAULT
C'est très bien d'avoir de l'assurance mais il faut aussi tenir compte de certaines réalités. Le candidat qui aujourd'hui est menacé de mort et doit être protégé par la police à cause de déclarations qu'il a faites, c'est Éric ZEMMOUR !

SARAH EL HAÏRY
Mais ce n'est pas une raison pour cibler et il mérite la protection, bien sûr !

GUILLAUME PERRAULT
Donc s'il vous plaît, la personne qui aujourd'hui ne mérite pas de leçon de morale sur la question des libertés individuelles et de des menaces qu'on profère contre les autres, c'est ZEMMOUR …

SARAH EL HAÏRY
Il n'y a pas de hiérarchie, non, il n'y a pas de hiérarchie !

GUILLAUME PERRAULT
…parce que c'est lui qui est menacé de mort !

SARAH EL HAÏRY
Non, il n'y a pas de hiérarchie entre les menaces !

GUILLAUME PERRAULT
C'est lui qui est menacé de mort ! Donc il ne faut pas inverser les rôles !

SARAH EL HAÏRY
Non, non, il n'y a aucune hiérarchie. Qui aujourd'hui a cette image où il cible, il prend une arme et cible des journalistes, c'est monsieur ZEMMOUR. Est-ce que monsieur ZEMMOUR doit être protégé parce que dans notre pays toutes les idées doivent pouvoir être défendues et portées ? Bien sûr que oui et c'est la dignité de notre pays que de protéger monsieur ZEMMOUR et que toutes les personnes, même si on combat leurs idées, puissent les défendre ; ca, c'est la hauteur de notre pays. Par contre juste pour conclure, il y a un moment franchement, on aurait pu imaginer parce qu'on a vu les images où ses conseillers lui disent « non il ne faut pas toucher les armes », il y a un moment monsieur ZEMMOUR il aurait pu avoir l'humilité de dire « c'était peut-être maladroit », c'est tout, rien d'autre.

GUILLAUME PERRAULT
Vous voudriez qu'il s'excuse ? Ce n'est pas son genre !!!

SARAH EL HAÏRY
Non, je dis, je dis, eh bien peut-être et peut-être qu'un responsable, un responsable politique digne, eh bien, quand parfois, il y a un pas de côté, une maladresse, eh bien, simplement la reconnaître, ça ne fait pas tort. Monsieur ZEMMOUR, ce n'est pas son choix ; je n'ai pas à commenter ce qu'il a à faire ou pas faire sauf que moi j'ai le droit de m'indigner contre cette image !

ROMAIN DESARBRES
Merci beaucoup à tous les deux, Sarah EL HAÏRY, secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de l'Engagement et porte-parole du MoDem et Guillaume PERRAULT, rédacteur en chef du Figaro Vox. Qu'est-ce que ça passe vite ! On avait plein d'autres sujets, on aurait pu rester toute là toute la matinée ensemble. Vous reviendrez Madame la secrétaire d'Etat ? Très bien ! Merci beaucoup d'être venue nous voir ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 octobre 2021