Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, à RTL le 25 novembre 2021, sur le naufrage d'une embarcation de migrants dans la Manche, la question des passeurs et la politique d'immigration.

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

ALBA VENTURA
Vous vous êtes rendu à Calais hier soir, quelques heures après le naufrage d'une embarcation de migrants. Le bilan est inédit : 27 morts, dont 3 enfants, 7 femmes, dont 1 était enceinte. Il y a 2 rescapés. D'abord, Gérald DARMANIN, est-ce que vous en savez plus sur les circonstances du naufrage, comment ça s'est passé ?

GERALD DARMANIN
Non, il est encore trop tôt pour le dire, mais malheureusement, nous ne savons que trop comment les choses se passent en général. Des migrants par dizaines, parfois par centaines, prennent d'assaut une plage pour pourvoir partir très vite, souvent à marée haute, et aller en Angleterre, dans des embarcations de fortune, par des passeurs, qui sont des criminels, des gens qui exploitent la misère des gens, des femmes, des enfants. Il y a des femmes enceintes, des enfants qui sont morts hier, dans cette embarcation de fortune, et pour quelques milliers d'euros, on exploite ces personnes pour leur promettre l'Eldorado en Angleterre, et malheureusement, ceci est répété tous les jours depuis plus de 20 ans.

ALBA VENTURA
Les victimes étaient de quelles nationalités ? Ça, vous avez pu le répertorier ?

GERALD DARMANIN
Je ne le sais pas tous encore, mais les deux survivants, il y a un Irakien et un Somalien.

ALBA VENTURA
Ils ont pu parler ?

GERALD DARMANIN
Ils étaient en grave hypothermie hier, je pense que les choses vont un tout petit peu mieux cette nuit, grâce au travail que fait la Marine nationale, qu'a fait la Marine nationale, et désormais les soignants de l'hôpital de Calais. On les a d'abord soignés avant de les interroger, bien évidemment, mais une enquête a été ouverte par le Parquet de Lille, et très certainement, très rapidement, nous aurons des informations. Nous avions arrêté hier 4 passeurs, dont nous soupçonnons qu'ils sont en lien avec ce départ de migrants, et un 5e a été arrêté cette nuit.

ALBA VENTURA
D'accord. " La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière ", c'est ce qu'a dit le président MACRON hier. 27 morts, c'est déjà un cimetière.

GERALD DARMANIN
Alors, évidemment, les 27 morts que nous comptons, sont une tragédie absolue, mais je veux quand même dire que depuis le 1er janvier, les policiers et les gendarmes ou les marins de la Marine nationale, ou les sauveteurs de la SNSM, ont sauvé, au péril de leur propre vie, 7 800 personnes dans la Manche, c'est-à-dire qu'il y a eu 7 800 policiers, gendarmes, marins, qui sont intervenus dans l'eau, dans la Manche, dans des conditions extrêmement difficiles, parce qu'il fait évidemment froid, ensuite parce que la mer est souvent démontée, enfin parce que c'est l'autoroute où il y a le plus de paquebots, de containers qui passe évidemment pour les mers du Nord…

ALBA VENTURA
Et qui peuvent faire chavirer les…

GERALD DARMANIN
Voilà, pour sauver 7 800 migrants dans les eaux françaises.

ALBA VENTURA
Mais, Gérald DARMANIN, depuis le temps que ces migrants traversent la Manche, parce que ça ne date pas d'hier, ça n'était pas évitable un drame pareil ?

GERALD DARMANIN
Eh bien d'abord, je veux dire que nous avons tous collectivement et quels que soient les gouvernements, celui de Nicolas SARKOZY, celui de François HOLLANDE, celui d'Emmanuel MACRON, travaillé et réussi un certain nombre de choses, notamment le fait qu'il y a 15 fois moins, 15 fois moins de migrants aujourd'hui qu'il y en avait lorsque nous avons constaté tous l'arrivée très nombreux des migrants à Calais, c'est-à-dire il y a à peu près une quinzaine d'années. Donc il y a 15 fois moins de migrants. Il y a aujourd'hui un millier de migrants à Calais, et il y a à peu près un millier de migrants à Dunkerque Grande-Synthe. Ces migrants, ils viennent en grande partie d'ailleurs, et ils viennent à 60 à 70% de Belgique. Ils passent par l'Allemagne très souvent, ils passent par les Pays-Bas, ils vont en Belgique et les passeurs les récupèrent et essaient en quelques heures, en quelques jours, de les amener vers la plage, parce qu'on sait malheureusement depuis très longtemps, depuis Jules CESAR, que c'est par la France et par Calais Boulogne, qu'on va plus facilement en Angleterre. C'est un problème international, qui parfois s'agrandit à force de déstabilisation des pays, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, chacun écoute vos journaux télévisés ,et c'est aussi l'attractivité de la Grande-Bretagne qui est en cause, notamment de son marché du travail, puisque chacun sait qu'il y a un million, plus d'un million,1,2 million, on dit, d'immigrés clandestins en Grande-Bretagne, et que le patronat anglais utilise cette main-d'oeuvre pour faire fabriquer des choses que les Anglais fabriquent et consomment.

ALBA VENTURA
Vous avez évoqué la Libye. On sait qu'il y a des milliers de migrants qui sont stationnés, qui viennent d'Afrique, qui sont stationnés, et leur rêve c'est de venir en Europe, et ensuite d'aller en Angleterre. La Libye, on le voit, ne peut pas faire grand-chose, mais nous, l'Etat français, qu'est-ce qu'on peut faire ?

GERALD DARMANIN
Non, mais il y a de très nombreux choses que l'on fait et que l'on peut faire encore. D'abord, la stabilisation de la Libye cette un grand investissement pour l'avenir, et c'est ce qu'est en train de faire de la diplomatie française, c'est une très bonne chose. Deuxièmement, en Tunisie et en Libye, de tenir les frontières, de tenir la mer en Méditerranée, puisque quand on tient la mer en Méditerranée, on a moins de migrants à Calais.

ALBA VENTURA
Et alors, ça comment on fait ?

GERALD DARMANIN
Eh bien nous formons, nous allons en Italie cet après-midi, avec le président de la République. Je revois mon homologue italienne, l'Italie a une part incroyable et importante en Libye et en Tunisie, elle doit continuer à faire ce qu'elle fait aujourd'hui au nom de l'Europe, c'est-à-dire former les gardes-côtes libyens, former les garde-côtes tunisiens, et nous avons de très bonnes améliorations, puisque ça devient une route de moins en moins fréquentée par les migrants. Mais je veux dire que l'essentiel de cette situation, c'est la responsabilité des passeurs de migrants.

ALBA VENTURA
Mais ça fait 10 ans qu'on entend dire que c'est la faute des passeurs !

GERALD DARMANIN
Mais oui, mais vous savez, depuis le 1er janvier, nous avons arrêté 1 500 passeurs. Alors, il y a sans doute des choses qu'on peut faire mieux. Par exemple les passeurs achètent en Allemagne des bateaux, des zodiacs, c'est en Allemagne qu'ils les achètent, avec de l'argent liquide. Le passeur qu'on a arrêté cette nuit, il a une plaque d'immatriculation allemande, il a acheté ces zodiacs en Allemagne.

ALBA VENTURA
Mais vous les avez identifiés ces passeurs, vous connaissez ces organisations mafieuses ?

GERALD DARMANIN
Nous connaissons ces organisations mafieuses, malheureusement elles sont internationales, malheureusement il y a beaucoup d'argent…

ALBA VENTURA
Il y en a en France ?

GERALD DARMANIN
Malheureusement elles utilisent des téléphones cryptés, malheureusement cela relève du grand banditisme et parfois de la façon dont les terroristes fonctionnent, donc c'est extrêmement difficile. Il y en a sans doute en France.

ALBA VENTURA
Sur RTL, Franck DHERSIN, qui est le vice-président de la région des Hauts-de-France, disait : c'est aux chefs des passeurs qu'il faut s'en prendre, ces chefs qui vivent tranquillement en Angleterre, à la tête de leur pizzeria ou de leur boîte de nuit comme couverture.

GERALD DARMANIN
Il y a évidemment, Franck DHERSIN a raison, des associations de malfaiteurs, il n'y a pas d'autres mots, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, et le travail de la France c'est d'expliquer à tous nos pays autour de nous, qu'en dehors du Renseignement judiciaire, qu'ils doivent répondre à nos interrogations judiciaires. Ils ne le font pas tout à fait, je l'ai déjà dit plusieurs fois à la ministre britannique.

ALBA VENTURA
Et l'Angleterre ?

GERALD DARMANIN
Oui, exactement, c'est ce que je dis…

ALBA VENTURA
Vous leur dites : prenez vos responsabilités, faites des contrôles fiscaux sur ces gens-là ?

GERALD DARMANIN
Alors, oui, on a des échanges quotidiens si j'ose dire avec la Grande-Bretagne et avec mon homologue britannique. Mais au moment où il y a 27 morts dans la Manche, je ne vais pas faire de la politique politicienne. Ce qui est certain…

ALBA VENTURA
Eh bien si, si, justement.

GERALD DARMANIN
Non. Non, parce que j'ai une forme de dignité de ma fonction, je l'espère…

ALBA VENTURA
Mais pas après tant de temps Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Mais justement, nous travaillons tous les jours, et il y a aujourd'hui une situation où la Grande-Bretagne…

ALBA VENTURA
On ne tord pas le bras de Boris JOHNSON, là, aujourd'hui ?

GERALD DARMANIN
La Grande-Bretagne et la France doivent travailler ensemble. Nous devons arrêter d'être effectivement les seuls à pouvoir lutter contre les passeurs. Nous disons à nos amis Belges, c'est pour ça que l'on est allé en Belgique avec le Premier ministre lundi, nous disons à nos amis allemands, on attend un gouvernement et on espère qu'il arrive très bientôt, et nous disons à nos amis anglais, qu'ils doivent nous aider à lutter contre des passeurs qui sont eux internationaux, et qui se jouent des frontières.

ALBA VENTURA
Parce que, ces migrants rêvent d'Angleterre, et ça date-là aussi depuis la fin des années 90, c'est la situation du marché du travail qui est plus accessible et qui les attire, c'est ça, il y a moins de contrôles également.

GERALD DARMANIN
Alors, il y a deux choses…

ALBA VENTURA
Donc ça, ça va être compliqué à arrêter.

GERALD DARMANIN
Il y a deux choses en Angleterre. Il y a leur façon de gérer l'immigration. Vous savez, on dit souvent que les français ils n'expulsent pas assez, mais nous on expulse 20 000, à peu près, personnes clandestines par an. L'Angleterre c'est 6 000, quatre fois moins que la France alors qu'ils sont plus nombreux, et qu'ils ont deux fois plus d'immigrés clandestins. Donc, il y a une mauvaise gestion de l'immigration en Grande-Bretagne manifestement, et puis deuxièmement, vous avez raison, un marché du travail qui joue, qui travaille, avec ce que Karl MARX appelait l'armée de réserve, des personnes exploitées, des clandestins…

ALBA VENTURA
Donc vous dites aux Anglais : prenez vos responsabilités ?

GERALD DARMANIN
On leur dit : réformez votre marché du travail, dites au patronat anglais qu'on a besoin, qu'ils sont eux aussi patriotes, que le gouvernement conservateur qui manifestement est au pouvoir.

ALBA VENTURA
Les associations disent qu'il faut décider de voies légales de navigation pour protéger. Est-ce que ça c'est une idée par exemple, des voies légales de navigation ?

GERALD DARMANIN
Non mais, encore faut-il que la Grande-Bretagne accepte de les recevoir. Elle ne veut pas les recevoir. Bon. Ce qu'il faut comprendre, c'est que la France elle essaie aussi d'être humaine dans cette histoire, et ce n'est pas facile pour les populations de Calais, de Dunkerque, de Grande-Synthe, qui sont calmes, qui sont citoyens, et moi je veux vraiment remercier cette population qui depuis plus de 20 ans vit avec ça. La France, elle distribue 2 200 repas par jour, 4 millions d'euros dépensés chaque année pour donner des repas, et c'est bien normal, à des migrants. Elle a relogé 12 000 personnes depuis le 1er janvier, c'est l'Etat français qui l'a fait. Donc, on ne peut pas non plus à accepter l'idée que nous ne faisons rien humainement…

ALBA VENTURA
En tant que ministre, vous vous sentez responsable ?

GERALD DARMANIN
Mais bien évidemment, on est tous responsables. Vous savez, si on fait de la politique, c'est parfois difficile de faire de la politique, c'est parce qu'on a envie de changer les choses, de les améliorer.

ALBA VENTURA
Gérald DARMANIN, pardon, pour terminer, Nicolas HULOT a décidé de se retirer de la vie publique à la veille d'un documentaire qui l'accuse d'agression sexuelle. Est-ce que vous trouvez que c'est une sage décision ?

GERALD DARMANIN
Moi, je n'ai pas de commentaire à faire. Je n'ai pas de commentaire à faire, parce que je considère que c'est à la justice d'enquêter et de condamner ou d'innocenter, donc je n'ai pas de commentaire à faire.

ALBA VENTURA
Vous, Gérald DARMANIN, vous attendez la fin de la décision de la nouvelle juge sur l'enquête qui vous vise. Il y a déjà eu deux classements sans suite, est-ce que vous vous attendez à un non-lieu ?

GERALD DARMANIN
Je n'ai toujours pas de commentaire à faire. Voilà.

ALBA VENTURA
Non ?

GERALD DARMANIN
Non non, les violences conjugales, sexuelles, sont des vrais problèmes pour la société, pour le reste, je laisse la justice et non pas les commentaires, ceux qui veulent commenter, commentent, mais je laisse la justice décider.

ALBA VENTURA
Merci beaucoup Monsieur le Ministre.

GERALD DARMANIN
Merci à vous.

YVES CALVI
Je rappelle les trois chiffres clés cités par le ministre de l'Intérieur : 1 500 passeurs arrêtés depuis le début de l'année, 5 personnes arrêtées dans l'enquête après les 27 victimes hier, et il faut le rappeler, 7 800 migrants sauvés par la SNCM ces derniers mois. Merci beaucoup Monsieur le Ministre.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 26 novembre 2021