Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, à RCF Radio le 26 janvier 2022, sur la sensibilisation à la pratique sportive, la scolarisation des enfants handicapés et le regard sur le handicap.

Texte intégral

SIMON MARTY
Il est l'heure de notre Grand invité du matin. Bienvenue à vous qui venez de nous rejoindre. L'école inclusive, s'est invitée dans la présidentielle après les déclarations explosives d'Eric ZEMMOUR. Un droit qui revient donc dans notre société, qui se pose en question, au milieu de ces questions politiques qui émaillent cette campagne de la présidentielle. Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

SIMON MARTY
Merci d'être avec nous, vous êtes secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. Peut-être, pour commencer, deux éléments d'actualité avant de revenir sur votre ouvrage "La force des différents, changer de regard sur le handicap". Commençons par la Semaine olympique et paralympique. Est-ce que l'objectif de cette semaine, qui là pour le coup vous toucher, Sophie CLUZEL, c'est de sensibiliser les élèves à ces valeurs de l'olympisme ?

SOPHIE CLUZEL
Exactement, les valeurs de l'olympisme et du paralympisme, c'est partager du sport ensemble, c'est pouvoir aussi faire connaître tous les parasports qui sont mal connus. C'est pratiquer aussi les 30 minutes de sport, c'est une grande semaine, c'est la fête du sport, vraiment, dans les écoles, dans les collèges et lycées. Je serai également, moi, demain, en établissement médico-social et en école, qui partagent justement ce plaisir et cette importance de faire du sport ensemble. Donc c'est une occasion de faire de la pédagogie et aussi de pouvoir pratiquer ces parasports, qui sont toujours très intéressants pour les enfants.

SIMON MARTY
Le sport, d'une manière générale, c'est une pratique qui se perd aujourd'hui ?

SOPHIE CLUZEL
Alors oui, c'est aussi Sport Santé, parce que vous avez raison, il y a une perte de pratique de sport, aggravée par la pandémie, bien sûr, et surtout aussi pour les jeunes en situation de handicap. Donc il en va aussi de leur propre santé, éviter les surhandicaps, et pour tous les enfants de la République, 30 minutes de sport à l'école, avec notre parrain Thomas PESQUET, qui circule avec Tony ESTANGUET et moi-même, et Roxana MARACINEANU, dans toutes les écoles.

SIMON MARTY
Alors, Sophie CLUZEL, ça ne concerne pas directement votre portefeuille, mais cet ouvrage qui est arrivé pour moi ce matin en studio, "Les fossoyeurs", l'enquête de Victor CASTANET, défraye la chronique, quand on voit un petit peu le sort qui est réservé à certaines des personnes âgées qui sont présentes dans des centres d'accueil, quel regard, vous, vous portez sur cette situation, qui interpelle quand même ?

SOPHIE CLUZEL
Eh bien, bien sûr d'abord c'est un très grand regard de colère face à ces maltraitances. Ce sont des maltraitances et si elles s'avèrent. Là, le ministre de la Santé et diligente, va diligenter certainement une inspection après avoir reçu, puisqu'il a convoqué immédiatement la Direction de ces établissements. Mais évidemment que le gouvernement est totalement mobilisé. Je tiens quand même à rappeler ce qui a été fait depuis 2017, puisqu'il y a eu beaucoup de milliards investis, jusqu'en 2024, plus de 2 milliards investis pour rénover justement les EHPAD qui en avaient besoin, et surtout, 10 000 personnes de plus dans les EHPAD, avec un recrutement massif en septembre, avec une grande campagne de recrutement, qui a permis justement d'avoir des professionnels en plus, parce qu'en effet, avec notamment la pandémie, il y avait une aggravation de l'accompagnement. Donc, nous sommes totalement mobilisés pour faire cesser ces maltraitances qui sont insupportables, et qui sont indignes de notre pays, indignes de toute façon de quelque vulnérabilité qui est accompagnée. Donc il faut réagir vite et fort. Maintenant nous saurons ce qu'il en est, très exactement, dans les prochains jours.

SIMON MARTY
Revenons à votre portefeuille, je rappelle que vous êtes chargée des Personnes handicapées, portefeuille que vous portez depuis le début de la mandature d'Emmanuel MACRON, et que pour le coup vous connaissez bien, c'est quelque chose dans laquelle vous étiez déjà largement investie, avant même d'arriver au gouvernement.

SOPHIE CLUZEL
Oui oui, j'étais du côté associatif, enfin j'ai eu plusieurs vies, et chef d'entreprise, et puis à la naissance, c'est vrai, de mon 4e enfant, Julia qui est porteuse de trisomie 21, qui a 25 ans maintenant, comme beaucoup de parents je me suis lancée dans l'association, et je pense que c'est très important. Et donc depuis 2017 je porte ce portefeuille. Je pense qu'il faut le rappeler aussi, c'est qu'il y a un grand changement, c'est qu'il est rattaché auprès du Premier ministre. Et l'objectif c'était : handicap priorité du quinquennat, faire sortir justement les personnes handicapées en tant qu'objet de soins, qu'elles deviennent sujet de droit, et qu'en fait tout le gouvernement est impliqué pour changer la vie au quotidien, dans tous les pans des politiques publiques, que ça soit l'accès à l'école, on pourra en reparler, l'accès à l'emploi, à la culture, au sport, et donc c'est vraiment une mobilisation de tout le gouvernement, avec des très beaux, de très belles réalisations, notamment les droits à vie pour les personnes handicapées, notamment la simplification de leur parcours, notamment l'ouverture massive des entreprises, avec justement un taux de chômage qui baisse, enfin, avec une mobilisation générale je pense qu'on peut faire bouger les lignes, et surtout je dirais avec l'implication de tous les citoyens, donc les médias, et merci d'en parler, parce que c'est en en parlant plus que l'on fait prendre conscience qu'en fait les personnes handicapées sont au milieu de nous, dans la société, et qu'il faut tout simplement les écouter, les entendre et les considérer comme des citoyens à part entière.

SIMON MARTY
Je le disais en introduction, les propos d'Eric ZEMMOUR ont été ressentis comme un séisme, alors j'imagine que pour la ministre chargée du portefeuille, mais aussi pour la mère que vous êtes, ça a dû vous interpeller.

SOPHIE CLUZEL
Et pour la citoyenne aussi, que je suis. Parce que comme le dit très bien Charles GARDOU, "il n'y a pas de vies minuscules, il n'y a pas des capables et des incapables, des légitimes et des illégitimes au savoir". Le droit à la scolarisation est inscrit depuis longtemps dans la loi de 2005, dans la grande loi refondatrice vraiment de la pleine citoyenneté. Cette scolarisation ça devient une réalité dans notre pays, à l'école de la République. Bien sûr le chemin est encore long, mais c'est justement en réaffirmant haut et fort, c'est pas du tout une obsession de l'inclusion, c'est tout simplement que ce droit il faut qu'il se déploie massivement. Et je tiens à saluer les enseignants qui ont pris à bras-le-corps justement à cette scolarisation des enfants handicapés. Bien sûr que c'est compliqué de devoir s'adapter à des situations extrêmement différentes, parce que ça ne veut rien dire le handicap. C'est 12 millions de personnes, c'est des situations extrêmement variées, et donc forcément ça requestionne les modalités d'apprentissage, ça requestionne la coopération avec des adultes qui ne sont pas forcément de l'Education nationale, qui rentrent dans l'école de la République et qui travaillent ensemble. Et c'est ça que l'on veut, c'est ce travailler ensemble et surtout grandir, apprendre ensemble, pour après vivre ensemble.

SIMON MARTY
Justement, le fait que vous, de par votre parcours, par Julia qui a été pour vous une façon de mettre les 2 pieds dans cette réalité, comment ça a changé, comment ça a impacté la façon que vous avez eue de gouverner sur ces questions-là ?

SOPHIE CLUZEL
Eh bien je pense que c'est le "jamais rien pour nous, sans nous", qui a guidé ma politique. Tout de suite j'ai voulu à travailler avec le Conseil national consultatif des personnes handicapées, parce qu'avec l'expertise d'usage des personnes, on va beaucoup plus vite. Donc entendre justement leur projet de vie, ce qu'on dit souvent, projet de vie, mais c'est quoi ? C'est tout simplement pousser la porte de l'école, la porte de la crèche déjà, et puis pousser les portes de l'école. Et quand on a des besoins très complexes, avoir cet accompagnement de qualité, avoir ce regard, cette attention, et puis je voudrais aussi saluer les 8 millions d'aidants, qui sont aux côtés des personnes en situation de handicap, qui sont un vrai pilier de notre société, et c'est pour ça aussi qu'avec le ministre de la Santé on a fait une vraie stratégie nationale des aidants. Et je travaille également beaucoup avec Brigitte BOURGUIGNON, en charge justement des personnes âgées, parce qu'on voit bien que c'est cette attention à l'autre qui va nous permettre de changer un peu la donne dans notre société. Et ça c'est important, parce que c'est ça la société inclusive, comment vous l'environnement s'adapte aux spécificités de chacun, pour que chacun puisse vivre et apporter sa pierre à l'édifice.

SIMON MARTY
Sophie CLUZEL, je rappelle que vous êtes secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. Vous parliez à l'instant des aidants, des aidants qui sont mobilisés à la fois pour les personnes âgées, comme pour les personnes handicapées. On vient de vivre 2 ans de pandémie très particulière, qui les ont ébranlés aussi ces aidants.

SOPHIE CLUZEL
Oui mais justement, c'est pour ça qu'ils ont besoin de répit ces aidants, c'est pour ça qu'on travaille justement à leur offrir des places de répit, à faire du relayage à leurs côtés. Ils font, ils sont l'objet de toute notre attention, on a fait aussi le congé professionnel pour les aidants qui sont salariés en entreprise, parce qu'il faut pouvoir concilier sa vie personnelle et sa vie professionnelle, et ça je me permets de le redire, parce qu'il n'est pas assez utilisé, c'est 30 jours possibles, c'est sous-financé par l'État, et ça ne vous permet justement du dialogue avec votre entreprise, pour pouvoir concilier, parce qu'à un moment donné de sa vie eh bien on a besoin de prendre des jours pour aller accompagner son enfant, cette personnes âgée, et donc l'État est à leurs côtés pour les accompagner.

SIMON MARTY
Vous parliez il y a quelques minutes de la diversité des handicaps, parce que l'on dit "personnes handicapées", mais ça relève plein de réalités extrêmement différentes, et dans l'ouvrage que vous publiez "La force des différents, ou le regard sur le handicap", eh bien c'est des entretiens avec des personnes radicalement différentes, ça va de la fille de Jacques CHIRAC jusque par exemple à Gilbert MONTAGNE, donc on se rend compte de suite qu'il y a des réalités qui sont, qui n'ont rien à voir les unes avec les autres.

SOPHIE CLUZEL
Exactement. Des réalités très diverses. Et puis, ce que j'ai voulu à travers ce livre de dialogues, avec en effet des personnalités qui sont, ou elles-mêmes handicapées, touchées par le handicap ou pas du tout, parce que j'ai aussi un entretien un peu punché avec Marc-Olivier FOGIEL pour la représentation des personnes handicapées dans les médias, mais pas que, avec le philosophe Alexandre JOLLIEN, avec aussi des athlètes parathlètes, comme Damien SEGUIN, qui a qui a fini 6e au Vendée Globe, et qui se revendique justement d'aller jusqu'au bout de ses rêves. Donc, tous ces entretiens c'était pour éclairer en fait le ressenti des personnes sur le handicap, et puis faire réfléchir justement ceux qui vont le lire, et sur le fait de dire que, eh bien oui, en effet, en effet je n'avais pas réalisé, mais peut-être que mon collègue de travail, mon voisin, cette famille qui a un enfant handicapé, comment je peux justement faire toute sa place. Je redis souvent des choses très simples, inviter à un goûter d'anniversaire l'enfant handicapé qui est dans sa classe, eh bien ça repositionne la famille comme une famille d'enfants, avant d'être une famille avec un enfant handicapé. Et c'est ça qu'on veut, normaliser le rythme, ne pas nier les différences, s'adapter et faire toute sa place à tout un chacun. C'est un petit peu ça ce livre "La force des différents", c'est de montrer que mon entretien par exemple avec Eléonore LALOUX, qui est une jeune femme trisomique, conseillère municipale dans la ville d'Arras, en charge de l'inclusion et du bonheur, et qui a fait justement de sa différence une force, tout simplement au service et au bien commun de tous. Et ça c'est très intéressant.

SIMON MARTY
Dans une société qui devient de plus en plus égoïste par bien des aspects, qui s'écoute beaucoup parler, mais qui a tendance…

SOPHIE CLUZEL
Individualiste.

SIMON MARTY
Voilà, à ne plus trop écouter les autres, ça peut être une façon de devenir secouer un petit peu les citoyens ?

SOPHIE CLUZEL
C'est ça, c'est que nous sommes tous très très différents, très diverses, et c'est la richesse de notre société. Apprendre à aller chercher la personnalité, avant de s'arrêter au handicap, Alexandre JOLLIEN le dit très bien, faire place à toutes les singularités dans notre pays, dans notre société. Ce vivre ensemble c'est ça, apprendre à se connaître, et puis de tendre la main et faire en sorte que cette participation soit possible. Donc on a un enjeu aussi, une obligation collective de s'améliorer sur l'environnement, s'adapter en permanence, et puis je tiens quand même à dire aussi que toutes les recettes du livre iront à la Fondation de France, au programme justement dédié à l'amélioration de la participation des personnes handicapées.

SIMON MARTY
Sophie CLUZEL, dans la minute qui nous reste, on est sur une radio chrétienne, ce matin, est-ce que la foi peut être aussi une façon de trouver une inspiration et de toujours relever la tête et continuer à avancer ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, parce que je pense que c'est ce qui permet aussi d'avoir un regard très optimiste, surtout en ces temps un peu compliqués, en ces temps d'exclusion, en ces temps de défiance de l'autre, eh bien je pense que ça nous permet de rebondir, d'être plus optimiste dans la relation à l'autre, et d'aller chercher la singularité telle qu'elle est, avec, en faisant justement tomber ces préjugés, pour cette rencontre avec l'autre.

SIMON MARTY
Merci beaucoup Sophie CLUZEL d'avoir été avec nous ce matin. Je rappelle que vous êtes la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. Le titre de l'ouvrage que je recommande ce matin à la lecture de nos auditeurs "La force des différents ou le regard sur le handicap".


source : Service d'information du gouvernement, le 27 janvier 2022