Interview de Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre de l'industrie, à France Info le 11 février 2022, sur la politique du gouvernement en faveur de l'énergie nucléaire et des énergies renouvelables.

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Et à deux mois du premier tour France Info ouvre le débat donc, comme nous ferons régulièrement dans les jours et dans les semaines qui viennent, deux personnalités vont débattre de ce qui est déjà l'un des grands thèmes de cette campagne présidentielle, aujourd'hui l'énergie.

NEÏLA LATROUS
Oui, le nucléaire, les énergies renouvelables, quel choix faut-il faire pour payer moins cher, assurer notre indépendance énergétique, tout en ménageant la planète.

MARC FAUVELLE
Pour en débattre ce matin la ministre de l'Industrie, bonjour Agnès PANNIER-RUNACHER.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Bonjour Marc FAUVELLE, bonjour Neïla LATROUS.

MARC FAUVELLE
Et face à vous, Eric PIOLLE, maire Europe Ecologie de Grenoble et conseiller spécial du candidat écologiste à l'Elysée Yannick JADOT, bonjour Eric PIOLLE, bienvenue également.

ERIC PIOLLE
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Agnès PANNIER-RUNACHER, vous étiez hier à Belfort aux côtés d'Emmanuel MACRON qui a dévoilé sa feuille de route sur le nucléaire, on va parler du détail des annonces, mais est-ce que ce n'est pas un peu étrange pour un candidat de commencer un quinquennat en fermant une centrale, celle de Fessenheim en l'occurrence, et à deux mois de la fin de ce même quinquennat, d'annoncer qu'il faut tout miser sur le nucléaire ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Alors justement, on ne mise pas tout sur le nucléaire. le président de la République il veut faire de la France le premier grand pays qui sort de la dépendance aux énergies fossiles, et pour ça il y a trois axes, et ils sont très clairs dans son discours, l'efficacité énergétique, certains parleraient de sobriété énergétique, -40% dans notre consommation d'électricité, le développement à marche forcée du renouvelable, et en particulier il annonce 50 parcs d'éolien marin, qui est un objectif considérable, et également un objectif en matière de solaire, et du nucléaire, la construction de six nouveaux EPR, et l'étude de la construction de 8 EPR additionnels, donc c'est un mix équilibré, avec une triple protection, une protection sur le prix, une protection sur notre souveraineté, notre indépendance, par rapport à des pays comme le Moyen-Orient, la Russie, on voit pourquoi c'est intéressant, et une protection pour l'environnement. (…)

NEÏLA LATROUS
Zigzags, incohérence, dit Eric PIOLLE.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, parce que très exactement notre approche elle est totalement pragmatique et elle est fondée sur des faits, sur de la science, c'est-à-dire sur le rapport que nous avons commandé, il y a maintenant 3 ans…

ERIC PIOLLE
En le bridant, à RTE, en bridant sur la sobriété énergétique, il faut le rappeler.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Pas du tout à fait. Je vous renvoie, parce que j'ai entendu vos déclarations qui disaient que le scénario n'existait pas, allez lire par exemple la page 16 du rapport où il est parfaitement présenté, le scénario de sobriété énergétique, et il est repris par le président. Lorsque le président parle de réduire de 40% notre consommation d'énergie…

NEÏLA LATROUS
En trois décennies, c'est 40 % en 30 ans.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Tout à fait, 40 %...

ERIC PIOLLE
Madame la ministre, c'est dans la loi depuis 2015.

AGNES PANNIER-RUNACHER
40%...

ERIC PIOLLE
C'est la loi de 2015, qui a dit qu'on devait diviser par deux notre consommation d'énergie finale, la loi de 2015.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Sans doute, mais, il le fait, et c'est peut-être ce qui est nouveau.

ERIC PIOLLE
Non, il ne le fait pas, il le fait quand il est candidat.

AGNES PANNIER-RUNACHER
La rénovation thermique c'est aujourd'hui plus d'un million de logements qui sont accompagnés, qui ont fait une demande de rénovation thermique…

ERIC PIOLLE
Non, 80.000 par an, c'est un fiasco colossal dans ce mandat, 80.000 réhabilitations par an, c'est un fiasco.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Ce n'est pas tout à fait exact. Je vous donne les derniers chiffres de la Prime Rénov', c'est un million de logements, aujourd'hui, en deux ans, un million de logements. Maintenant on parle de Belfort, pourquoi c'est symbolique Belfort ? Parce que c'est justement la représentation de la transformation énergétique. Belfort ça a été un des grands lieux de la production pour le gaz, qui est une énergie fossile, c'est également le nucléaire, c'est demain l'hydrogène bas carbone, donc on voit cette transformation, on passe d'énergie fossile à une énergie décarbonée. Et pourquoi c'est important de le faire maintenant ? Parce que nous avons, avec la taxonomie, un cadre européen qui nous permet d'investir…

MARC FAUVELLE
La taxonomie, je rappelle pour ceux qui ne sont pas spécialistes de l'énergie…

AGNES PANNIER-RUNACHER
C'est un texte européen.

ERIC PIOLLE
C'est intéressant…

MARC FAUVELLE
Attendez, je vais vous donner la parole dans un instant, c'est promis, la taxonomie c'est Bruxelles qui a accepté, après des mois de bras de fer, d'estimer que le gaz, tout comme le nucléaire, étaient des énergies qualifiées d'avenir, c'est-à-dire celles pour lesquelles les d'investissement devaient être facilités…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Et donc nous avons un cadre européen qui dit…

MARC FAUVELLE
Je vous rends la parole Agnès PANNIER-RUNACHER, et je vais vous la donner Eric PIOLLE, ne trépignait pas.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Nous avons un cadre européen…

ERIC PIOLLE
Le sujet est emblématique.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Pardon, si je peux essayer d'arriver jusqu'au bout de ma phrase ; et nous avons un cadre européen qui nous permet, et qui reconnaît aujourd'hui, qu'effectivement toute énergie qui va nous permettre de nous désengager du carburant, qui va nous permettre de nous désengager du charbon, et qui a un contenu carbone moins fort que le pétrole et le charbon, est bonne à prendre, ça ne veut pas dire qu'on va faire du gaz naturel, et ça c'est d'autres pays qui le font, nous ne faisons pas ce choix, nous sommes le premier pays à faire le choix du zéro énergies fossiles. Vous parlez aussi des énergies renouvelables où on est en retard…

MARC FAUVELLE
La réponse d'Eric PIOLLE…. (…)

AGNES PANNIER-RUNACHER
Monsieur PIOLLE, si je puis me permettre, si la taxonomie a été adoptée au niveau européen c'est que probablement une majorité de pays européens soutenaient cette position…

ERIC PIOLLE
Un lobbying de la France pour réhabiliter le gaz, bravo.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Puisque c'est une position qui a été adoptée par les pays européens, et moi je voudrais revenir sur deux choses.

NEÏLA LATROUS
Il y a l'argument qui est soulevé… sur lequel j'aimerais bien entendre Eric PIOLLE, si vous le permettez Agnès PANNIER-RUNACHER, de l'énergie décarbonée, de dire le nucléaire c'est ce qui va nous permettre aussi de réduire nos émissions de gaz à effet de serre.
(…)

MARC FAUVELLE
Sur ce qui dit Eric PIOLLE, c'est trop lent, c'est trop cher, l'EPR on n'en n'a qu'un aujourd'hui en France, c'est Flamanville, 10 ans de retard et un devis initial qui a été multiplié par cinq.

AGNES PANNIER-RUNACHER
D'abord il y a deux EPR qui fonctionnent en Chine, un EPR…

ERIC PIOLLE
Arrêté depuis six mois.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Un EPR qui est en train de démarrer en Finlande…

ERIC PIOLLE
Non.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Et les deux EPR qui sont en train d'être construits au Royaume-Uni, qui avancent à un rythme tout à fait soutenu, donc il est vrai de dire que Flamanville est en retard, mais, encore une fois, vous avez déjà trois EPR qui ont été lancés, et deux qui sont en…

MARC FAUVELLE
Et, je ne dis pas de bêtises, un seul réacteur, en ce moment, qui fonctionne en Chine, c'est un des deux réacteurs chinois, c'est ça.

ERIC PIOLLE
Il a été arrêté, parce qu'il y a des problèmes de corrosion.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, non, il n'est pas arrêté, il n'y a pas de problème de corrosion…

ERIC PIOLLE
Depuis juillet dernier.

AGNES PANNIER-RUNACHER
C'est un autre problème, mais, ce n'est pas grave, et celui qui est en Finlande est en train d'être branché sur le réseau.

MARC FAUVELLE
On est sûr de notre coup cette fois-ci, on est sûr que les futurs EPR, si on en construit six, ou 14…

ERIC PIOLLE
Non.

MARC FAUVELLE
Attendez Eric PIOLLE, je pose la question à Madame PANNIER-RUNACHER, on est sûr de notre coup ou pas ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
On est d'autant plus sûr de notre coup que, un, on ne met pas tous nos oeufs dans le même panier, et qu'on développe les énergies renouvelables, je veux dire, je veux lutter contre cette idée qu'on ne miserait que sur le nucléaire.

MARC FAUVELLE
C'est un peu inquiétant ce que vous dites.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, non, pas du tout.

MARC FAUVELLE
On ne met pas tous nos oeufs, donc au pire, si ça ne marche pas une deuxième fois l'EPR…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, ce n'est pas ça que je dis, je dis juste qu'on a un mix-énergétique équilibré, et qu'on n'est pas dans le dogmatisme du zéro éolien et du zéro nucléaire, parce qu'on a besoin de toutes ses énergies, et le nucléaire, on l'attend effectivement au-delà de 2030, mais ce qui est en train de se passer en Finlande, ce qui se passe aujourd'hui en Chine, et le bon déroulement du chantier au Royaume-Uni, ne peut nous donner que des éléments de confort, et pardon mais, les centrales nucléaires on en a quand même construit pendant des années, avec un succès, c'est ça qui explique qu'aujourd'hui nous sommes le seul pays d'Europe qui est capable de garantir un niveau de prix de l'électricité beaucoup plus bas, beaucoup plus bas que nos voisins, c'est le bouclier nucléaire qui nous le donne, et c'est le bouclier nucléaire qui nous le donnera demain. De même, le nucléaire, c'est de l'énergie en permanence. L'éolien, le solaire, c'est de l'énergie à intermittence, c'est très bien, nous allons le développer, mais si vous devez compter que sur une énergie, où lorsque vous appuyez sur le bouton vous n'êtes pas sûr de l'avoir, votre voiture électrique vous la chargez le soir, vous ne la chargez pas en milieu de journée, donc c'est ça aussi qu'il faut prendre en compte. Nous sommes pragmatiques et nous ne sommes pas dans l'idéologie.

ERIC PIOLLE
…Dire un mot là-dessus, c'est symptomatique, on se retrouve là avec le discours des technocrates des années, d'il y a 50 ans quoi, c'est le retour au magnétoscope, le Concorde et le nucléaire, voilà, et je pense que la France a besoin en fait d'une vision…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Ce n'est pas un tout petit peu idéologique comme punchline ?

ERIC PIOLLE
Non, c'est vraiment l'impression que ça me fait…où c'est qu'on va mettre ces centrales nucléaires, dans la vallée du Rhône, qui est la vallée la plus nucléaire de France aujourd'hui, on annonce une baisse des débits d'eau entre 10 et 40 % dans les 30 prochaines années, donc on ne pourra plus mettre de centrale là, nous n'aurons pas l'eau pour la refroidir, donc on va mettre ces centrales sur la côte, à qui vous allez aller distribuer des pastilles d'iode, dites-le-nous, où c'est que vous les mettez, vous annoncez des trucs, dites-le-nous…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Eric PIOLLE, d'abord, vous savez parfaitement que nous allons avoir…

ERIC PIOLLE
Excusez-moi, sur la partie…

MARC FAUVELLE
Attendez, vous l'avez interrogée sur le où, de la construction…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je vais vous répondre.

MARC FAUVELLE
On va essayer de faire dans l'ordre… où est-ce qu'on les construit ces centrales, est-ce que vous avez déjà une liste aujourd'hui avec les six lieux…

ERIC PIOLLE
C'est intéressant, un président en campagne, qu'il dise aux Français où c'est qu'il met les centrales.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Vous savez pertinemment qu'il y a des réserves foncières aujourd'hui sur les centrales nucléaires, vous savez également pertinemment que les réacteurs nucléaires ne sont pas éternels…

ERIC PIOLLE
Où ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je peux vous citer Penly, je peux vous citer Gravelines, par exemple.

MARC FAUVELLE
Ce sont des centrales existantes qu'on pourrait agrandir pour y ajouter des EPR ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Mais tout à fait. Les réserves foncières sont d'ores et déjà prévues, j'étais moi-même il y a deux semaines à Gravelines, je peux vous dire que l'ensemble de la population sont demandeurs d'avoir de l'énergie nucléaire. Pourquoi ils sont demandeurs ? Parce que c'est un élément de réussite et de sécurité d'approvisionnement pour la population en électricité, parce que ce qu'on ne dit pas aujourd'hui c'est que même si on fait de la sobriété électrique, il va falloir changer nos chauffages à gaz naturel pour de l'électricité, il va falloir changer nos voitures à essence pour de l'électricité, et que c'est ça qui explique qu'on a besoin de plus de production d'électricité. Et pourquoi on est en retard sur les énergies renouvelables ? parce que, en France, avec le débat public, qui est parfaitement légitime, on met beaucoup plus de temps pour construire un parc éolien ou pour construire un parc photovoltaïque, et moi j'aimerais, parce que je suis beaucoup sur le terrain justement, j'aimerais entendre des élus écologistes se mobiliser pour un parc éolien dans le Cotentin, j'aimerais les entendre, quand Hervé MORIN explique très doctement qu'on ne peut pas appuyer notre énergie sur de l'éolien parce que c'est sur le terrain, c'est ces contestations qui expliquent qu'on n'arrive pas à construire. Pourquoi avez-vous voté…

ERIC PIOLLE
Non.

MARC FAUVELLE
On va en parler dans un instant…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Attendez, pourquoi avez-vous voté contre la loi qui permet d'accélérer le traitement des contentieux sur l'éolien marin, pourquoi avez-vous voté contre, pourquoi avez-vous-même déposé des amendements pour supprimer ces éléments-là ?

MARC FAUVELLE
Agnès PANNIER-RUNACHER, la réponse d'Eric PIOLLE dans un instant…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Ça c'est concret.

AGNES PANNIER-RUNACHER
En même temps, les 5 parcs que vous annoncez, c'est les 5 que l'on a lancés, c'est juste aussi pour mettre les choses…

MARC FAUVELLE
C'est vrai ça, Eric PIOLLE ?

ERIC PIOLE
Non.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Si.

MARC FAUVELLE
C'est les 5 parcs…

ERIC PIOLE
Je vais continuer à parler, puisque vous avez dit vous-même que j'avais un déficit de temps de parole.

MARC FAUVELLE
Le principe du débat, c'est aussi que l'on puisse…

ERIC PIOLLE
… 3 000 de plus sur terre, et en disant aussi que le modèle énergétique que nous proposons c'est un modèle qui est ancrée dans les territoires, c'est-à-dire que si c'est TotalEnergies, avec leurs 15 milliards de profits qui vient et qui dit tiens je vais vous mettre des petites éoliennes et repartir avec l'argent, en fait ça ne marchera pas. (...)

MARC FAUVELLE
Je vais tenter de résumer vos arguments Eric PIOLLE. Agnès PANNIER-RUNACHER, Eric PIOLLE nous dit : un, Emmanuel MACRON n'a pas fait grand-chose pour l'éolien pendant son quinquennat. Deux, il nous promet des centaines et des centaines d'éoliennes en mer, mais dans 30 ans, sauf s'il fait 6 mandats de suite, ce qui n'est pas possible au vu de la Constitution, c'est une promesse qu'il n'arrivera pas tenir. Trop peu, trop tard.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Alors, déjà les 5 parcs éoliens en mer qui sont évoqués, ce sont nous qui les avons lancés, voire la mandature précédente. Et je reviens à mon point de tout à l'heure, c'est que s'ils n'ont pas encore démarré, c'est parce qu'ils ont pour fait l'objet de contentieux à répétition. Donc ce problème d'acceptabilité, et je vais peut être tuer un fantasme, c'est qu'aujourd'hui le contenu local de ces constructions, soit entre 60 et 80 % pour les territoires, parce qu'évidemment on s'en est sûre, et ceux qui les construisent ont bien compris que ça fait partie de l'élément d'acceptabilité sociale. Et je vous renvoie à nouveau la question : pourquoi votre groupe s'est opposé à la loi qui permettait d'accélérer la construction d'éolien en mer ? Parce que ça c'est très concret. Ça c'est extraordinairement concret et c'est notre approche pragmatique.

ERIC PIOLLE
Non, l'approche pragmatique, ça n'est pas de ne rien faire pendant 5 ans, et après d'essayer d'écraser la démocratie à la fin. Donc c'est vrai qu'il y a une vocation centralisatrice de tout chez Emmanuel MACRON…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, certains projets, ça fait 10 ans qu'ils sont lancés. 10 ans, je pense que le temps de la démocratie s'est fait…

ERIC PIOLLE
… et en fait ça ne peut pas fonctionner comme ça, et on retrouve…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Pourquoi avez-vous voté contre ?

ERIC PIOLLE
On retrouve, si je peux m'exprimer, on retrouve là les mêmes contradictions qu'il y a eu avec la vente d'ALSTOM à GENERAL ELECTRIC. Donc en fait il ne se passe rien et il y avait bradage du patrimoine national, et maintenant, à 2 mois de la présidentielle, eh bien il y a un revirement complet…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Donc vous ne répondez pas à ma question.

ERIC PIOLLE
Si, parce qu'en fait il faut du débat public. Parce que oui il faut travailler avec les pêcheurs, parce que oui il faut travailler que les habitants, parce que oui, en fait on ne peut pas écraser…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Mais nous ne disons pas le contraire, je vous pose la question de projets qui sont lancés depuis 10 ans, et qui sont bloqués…

ERIC PIOLLE
… balayer comme ça, on ne peut pas soutenir un modèle de multinationale qui viennent, et qui vont capter ENR. Ça ne peut pas fonctionner comme ça, il faut que ce soit ancré dans le territoire. Je rappelle que TOTAL, soutenu par … fait un pipeline en Ouganda et en Tanzanie, à qui est en train de détruire l'environnement. Grenoble est capitale verte de l'Europe pour 2022, nous avons accueilli pour la cérémonie d'ouverture où Emmanuel MACRON a déclaré forfait au dernier moment, nous avons accueilli des jeunes militants du climat tanzanien et ougandais, qui venaient dire à la France…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Mais monsieur PIOLLE…

ERIC PIOLLE
… « Vous ne pouvez pas continuer à laisser vos entreprises venir détruire votre environnement ». Il faut un peu de cohérence là-dessus. (…)

AGNES PANNIER-RUNACHER
Moi je voudrais vous parler de territoire, monsieur PIOLLE.

ERIC PIOLLE
Sortez un peu dans les territoires. Les technocrates en fait, il faut sortir du bocal.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Ça, c'est vos éléments de langage. Le Cotentin c'est très concret, Saint-Brieuc c'est très concret, Saint-Nazaire c'est très concret. Ce sont des parcs éoliens sur lequel on n'entend pas le soutien de votre parti. Et puis j'aimerais qu'on parle aussi … Vous parlez de l'Ouganda, c'est très intéressant. Où allez-vous vous fournir en métaux critiques pour accompagner le déploiement de l'éolien ? Pour accompagner le déploiement du solaire ? Pour accompagner le déploiement des batteries électriques ? Parce que ces métaux critiques, ils sont produits dans des mines et nous en sommes aujourd'hui totalement dépendants.

ERIC PIOLLE
Toutes et tous dépendants pour l'éolien offshore.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Quel est votre programme sur ça ?

ERIC PIOLLE
Là-dessus clairement comme le programme de tout le monde. Aujourd'hui les métaux rares sont effectivement dans très peu de pays et ils sont très nécessaires pour l'éolien offshore. Ils sont beaucoup moins nécessaires pour le photovoltaïque.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Et le silicium, vous le faites comment ? C'est 90 % en Chine.

ERIC PIOLLE
Il n'y a pas de souci sur les approvisionnements de silicium.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Sur le raffinage sur le silicium ?

ERIC PIOLLE
Oui. Là, on est bien placé à Grenoble.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Sur la fourniture du photovoltaïque ?

ERIC PIOLLE
On a des grosses usines. On a ST, on a SOITEC, on a d'énormes usines de silicium.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, là c'est des semi-conducteurs, monsieur PIOLLE. Pourtant, c'est votre territoire.

ERIC PIOLLE
…SOITEC, c'est silicium sur un isolant. Je maîtrise un petit peu, j'ai travaillé 18 ans dans l'industrie…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Exactement. Mais ce n'est pas la première et le…

ERIC PIOLLE
Si vous pouvez éviter d'avoir ce genre de phrase méprisante…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, pas du tout. Je pose une question, monsieur PIOLLE ! Franchement ! (…)

MARC FAUVELLE
Mais vous les mettez où ces fermes aujourd'hui ? Vous les mettez loin des villes ? Vous les mettez en ville ? Vous sacrifiez les territoires ?

ERIC PIOLLE
Non mais il faut d'abord couvrir également les toits. C'est ça que nous voulons faire. Couvrir les toits de nos centres commerciaux, couvrir les toits de nos parkings, c'est là-dessus qu'il y a un énorme travail à faire.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Mais ça ne suffira pas, vous le savez. (…)

NEILA LATROUS
Est-ce qu'un scénario 100 % renouvelables à terme c'est envisageable ?

ERIC PIOLLE
Ça passe, ç'a été dit par l'ADEME, dit par RTE.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Donc le scénario 100% renouvelables, c'est 21 milliards d'euros de coût en plus. C'est 350 euros par Français par an, et donc on parlait de l'accessibilité sociale : pourquoi un scénario mix avec des énergies renouvelables et du nucléaire, mais c'est aussi une question de pouvoir d'achat. C'est aussi une question de pouvoir d'achat.

MARC FAUVELLE
Donc c'est non pour l'instant et à terme ? Est-ce qu'il y a un horizon fixé pour le 100 % renouvelables ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je vais vous faire une déclaration : les réacteurs ne sont pas éternels. C'est-à-dire que dans notre plan, il y a aussi le remplacement des réacteurs. Ça personne n'en parle. Vous avez un mix énergétique qui va être rééquilibré avec un peu moins, en pourcentage, un peu moins de nucléaire, un peu plus d'énergies renouvelables parce qu'il faut remplacer des réacteurs. Et donc notre souci, il est triple. C'est le pouvoir d'achat et très clairement l'enjeu social fait qu'on choisit ce scénario-là et pas celui de 100% renouvelables. C'est aussi la permanence de l'électricité, c'est le fait que quand vous appuyez sur l'électricité il y a de l'électricité, il n'y a pas de black-out. Or avec l'industrie, avec la décarbonation, avec les voitures électriques, on va avoir besoin d'une masse énorme d'électricité. Et c'est l'indépendance vis-à-vis de pays comme la Russie, comme le Moyen-Orient, et je pense qu'aujourd'hui on a tous mesuré pourquoi c'était important. Et ça, seul le nucléaire permet de l'avoir.

MARC FAUVELLE
Merci Agnès PANNIER-RUNACHER, merci Eric PIOLLE


source : Service d'information du Gouvernement, le 16 février 2022