Déclaration de Mme Roxana Maracineanu, ministre des sports, sur le lancement du Label d'Etat "Terrain d'égalité", Paris le 8 mars 2022.

Texte intégral

Madame la Présidente du CNOSF, chère Brigitte HENRIQUES,
Mesdames les Ministres, chère Elisabeth MORENO,
Chère Marie-George BUFFET et Chère Najat VALLAUD-BELKACEM,
Monsieur le Président de Paris 2024, cher Tony ESTANGUET,
Madame la Présidente Directrice Générale de La Française des Jeux, Chère Stéphane PALLEZ,
Mesdames et Messieurs, 


« N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. ». 

Ces mots de Simone DE BEAUVOIR résonnent encore plus particulièrement en nous ces derniers jours. 

Aussi, je tiens à adresser en cette journée internationale des droits des femmes toutes mes plus sincères pensées et mon soutien à toutes les femmes qui, où qu'elles soient dans le monde, sont opprimées, subissent des violences ou sont confrontées à la guerre.

Je vous remercie Madame la Présidente du CNOSF, chère Brigitte, pour l'organisation de cette matinée dédiée à la mixité.

Déclarée grande cause du quinquennat par le Président de la République, l'égalité entre les femmes et les hommes mobilise depuis 5 ans l'ensemble du Gouvernement et s'inscrit dans une stratégie forte et ambitieuse.

En tant que femme et sportive, ce sujet m'est cher. Il a été le fil d'Ariane de mon mandat. 

J'ai souhaité, en effet, renforcer la place et le rôle des femmes dans le monde sportif à tous les étages : 

1. En matière de visibilité

J'en suis convaincue : la médiatisation du sport féminin a une incidence mécanique sur son modèle économique, mais aussi sur l'évolution du statut des sportives, la pratique des jeunes filles. 

Au-delà de soutenir l'opération « Sport Féminin Toujours » organisée avec l'ARCOM, mon ministère promeut activement la visibilité des sportives dans les médias. Chaque année, l'Etat finance via notre opérateur, l'Agence nationale du Sport, la création audiovisuelle sur le sport au féminin à hauteur de 1,5M€.

En parallèle, avec Roselyne BACHELOT, nous avons souhaité revoir la liste des évènements qualifiés d'importance majeure pour y intégrer des compétitions féminines, en favoriser la diffusion en clair et l'accès par le plus grand nombre. 

2. Mesdames, Messieurs, j'en suis convaincue : Favoriser l'accès des femmes aux instances dirigeantes est une condition sine qua non de l'égalité femmes-hommes

Elisabeth tu as ardemment défendu l'accélération de l'égalité économique et professionnelle lors de l'examen de la loi du 24 décembre 2021. J'ai, dans le cadre de la loi Démocratiser le sport en France, promulguée le 2 mars dernier, défendu avec force et conviction le renforcement de la place des femmes dans les instances fédérales sportives. Merci aux rapporteurs de cette loi et notamment Pierre-Alain RAPHAN qui a porté avec nous ce titre 2 de la loi. 

Nous y sommes parvenus : la parité dans les instances dirigeantes des fédérations et des ligues s'appliquera dès 2024 au niveau national ; en 2028 au niveau régional. 

En parallèle, le nombre de mandats des Présidentes et Présidents de fédérations est désormais limité à trois pour favoriser le renouvellement démocratique – ainsi, celui des visages. 

Cette avancée est inédite et historique pour le sport !

Il s'agit pour moi d'une question de droits, évidemment, mais pas seulement. C'est aussi une manière de revitaliser le monde sportif qui doit se réinventer pour mieux prendre en compte la spécificité des femmes, notamment des sportives de haut niveau. C'est une opportunité de concevoir des offres nouvelles à destination des femmes pour leur faciliter l'accès au sport. Un accès que je considère comme un droit, un enjeu de bien-être, de santé publique mais aussi un puissant vecteur d'émancipation. 

Cette loi, je tiens à le souligner, est faite PAR et POUR le mouvement sportif. 

Ce texte, nous l'avons, en effet, construit en équipe :

• En premier lieu, avec les députés de la majorité, comme avec tous les parlementaires qui s'intéressent au sport et à ses valeurs de transmission et d'émancipation des citoyens.
Je pense particulièrement à vous, Chère Marie-George BUFFET, vous qui étiez MA ministre lorsque j'étais athlète. J'en conserve un souvenir ému et une admiration sincère. 
Nous avons construit ce texte avec Denis MASSEGLIA et Emmanuelle ASSMANN, qui avaient commencé à consulter le mouvement sportif dès 2019. 
• Puis, avec vous, Brigitte HENRIQUES, et avec Marie-Amélie LE FUR.
Vos contributions ont permis encore davantage l'amélioration de cette loi essentielle pour le sport. 

Le monde du sport a pris un retard certain sur le thème de la mixité et nous allons tous devoir nous retrousser les manches pour le combler. La loi va nous y aider mais nous ne devons pas attendre 2024. Je salue les fédérations qui ont déjà fait un pas vers la parité lors des récentes élections de leur présidents et présidentes. 

Au ministère des Sports aussi, nous veillons à féminiser nos cadres d'Etat, le corps des DTN et la représentation des femmes à la tête des établissements. 

Je suis heureuse que nous ayons, par exemple, choisi l'ancienne biathlète Marie Laure BRUNET comme Présidente du conseil d'administration de l'École nationale des sports de montagne (ENSM).

3. Mesdames, Messieurs, ancrer l'accès au sport dès le plus jeune âge et intervenir au moment du décrochage sportif est, j'en suis intimement convaincue, capital pour renforcer la place et le rôle des femmes dans le monde sportif

Aussi, avec Jean-Michel BLANQUER, nous travaillons à installer une routine sportive dès la petite enfance grâce, notamment, à l'apprentissage des Savoirs sportifs fondamentaux, le Savoir rouler à vélo et l'Aisance aquatique, désormais inscrits dans les programmes scolaires.

Toutefois, les occasions de décrochage sportif restent nombreuses. La maternité en est une. Pourtant, une activité adaptée est tout à fait compatible et même conseillée pendant la grossesse et après la naissance. 

Aussi, mon ministère a réalisé un guide pour les femmes enceintes et jeunes mamans avec l'expertise de gynécologues et sages-femmes pour les guider dans leur pratique. Une version dédiée à la maternité des sportives de haut niveau vient d'être rendue publique. Elle démontre que performance et maternité sont tout à fait compatibles, et que l'on peut même en revenir plus forte qu'avant, pour peu qu'on soit accompagnée. 

4. Enfin, Mesdames, Messieurs, favoriser la pratique des femmes, c'est d'abord et avant tout les protéger

Vous le savez, un mouvement de libération de la parole inédit dénonçant des violences, déferle depuis 2020 dans le sport. 98 % des signalements traités par mon ministère concernent des violences faites aux femmes. 

Aussi, mon combat depuis 3 ans vise la tolérance zéro pour les violences dans le sport sous toutes leurs formes : sexisme, violences sexuelles, physiques ou morales.

Madame VALLAUD-BELKACEM, je sais votre attention et sensibilité à ce sujet comme à la cause des femmes en général. 

En plaçant les enjeux d'éthique au coeur de mes priorités, j'ai ainsi tenu à ce que mon ministère se centre plus que jamais, sur ses prérogatives régaliennes autour de la promotion de l'intégrité et de la déontologie des organisations sportives, et de notre rôle éducatif. 

Nous tiendrons, ce 9 mars, à l'Assemblée nationale, la troisième convention nationale de prévention des violences dans le sport pour rendre compte de notre action. Un travail immense a été abattu et je remercie encore du fond du coeur les agents de mon ministère de leur mobilisation sans faille pour nous aider à bâtir un sport plus sûr. 

Pour conclure, Mesdames, Messieurs, en cette journée symbolique du 8 mars, je me réjouis de lancer le label d'État « Terrain d'Égalité », dont Elisabeth a détaillé à l'instant les objectifs.

Je me réjouis que la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques soit l'opportunité d'inscrire l'égalité femmes-hommes au coeur de l'Héritage de Paris 2024. Ensemble, nous contribuons à positionner le sport français en tête de file sur les questions d'éthique, de démocratie et d'intégrité. 

Les Jeux seront ainsi le meilleur reflet d'une France accueillante, d'une France moderne, d'une France responsable, d'une France qui inspire et trace une voie de progrès.

Et moi l'ancienne réfugiée roumaine adoptée par la France, je suis fière de l'image que donne mon pays. 


Je vous remercie. 


Source https://www.sports.gouv.fr, le 9 mars 2022