Interview de M. Olivier Véran, ministre délégué chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement, à France Inter le 5 juillet 2022, sur la nouvelle composition du Gouvernement.

Texte intégral

LEA SALAME
Bonjour Olivier VERAN.

OLIVIER VERAN
Bonjour.

LEA SALAME
Merci d'être avec nous sur Inter pour votre première interview comme porte-parole, vous avez été nommé à ce poste hier, j'ajoute que vous êtes aussi chargé du Renouveau démocratique, bon ! Mais, il y a deux mois vous étiez ministre de la Santé Olivier VERAN, il y a trois jours vous étiez ministre des Relations avec le Parlement, là vous êtes au porte-parolat, c'est fini les chaises musicales ou dans deux mois on va vous retrouver à l'Intérieur ?

OLIVIER VERAN
La Première ministre, Elisabeth BORNE, présentera demain devant le Parlement un discours de politique générale, ça a été dit par Thomas LEGRAND, c'est le moment important du début de quinquennat, puisque c'est l'annonce de la politique que nous voulons conduire, des réformes que nous voulons mener et donc c'est la véritable entrée en matière de ce quinquennat, la stabilisation de l'effectif gouvernemental, ce pack de 42 ministres et secrétaires d'Etat aux profils très variés, de la société civile, des experts, des pros, des représentants de tous les territoires…

LEA SALAME
On va en parler.

OLIVIER VERAN
Cette équipe-là elle est au complet…

LEA SALAME
Je parlais de vous là, vous êtes vraiment rentré dans le rôle.

OLIVIER VERAN
Vous connaissez le rôle du porte-parole ? C'est de parler en « nous » et pas en « je », donc je suis là pour défendre l'exécutif gouvernemental.

LEA SALAME
Vous êtes parti pour rester plus de deux mois à ce poste-là ? C'est ça que je posais comme question. Vous avez un peu la bougeotte quand même ces deux, trois dernières semaines !

OLIVIER VERAN
Ça a été deux mois utiles. D'abord je conserve une partie conséquente du portefeuille que j'avais, le Renouveau démocratique, c'est-à-dire le Conseil national de la refondation, les conventions citoyennes, on va pouvoir débattre des questions de fin de vie, de questions sociétales importantes pour les Français, c'est aussi lutter contre l'abstention, contre le désaveu de la classe politique permanent dans notre pays et qui va croissant depuis 10, 15, 20 ans, comment arriver à montrer que ce n'est pas parce qu'on a un costume de politique qu'on est forcément devenu une mauvaise personne mais qu'en fait on sert l'intérêt général, aller au contact des Français, voilà.

LEA SALAME
On y va, vous allez être encore plus difficile à couper. Ce nouveau gouvernement annoncé hier, 42 ministres, c'est beaucoup ça, on est loin du gouvernement resserré promis par Emmanuel MACRON, 42 ministres c'est pléthorique.

OLIVIER VERAN
Je n'ai pas entendu de promesse de gouvernement resserré, par contre j'ai entendu la promesse d'un gouvernement d'action. Lorsque vous avez près de cinq ministres et secrétaires d'Etat dédiés aux collectivités, aux territoires, que ce soit la ruralité ou les grandes urbanités, c'est justement pour être capable de se dire que le gouvernement doit refléter l'image du pays et que la politique qu'il va mener doit être efficace jusque dans le dernier kilomètre, comment la politique que nous mettons en place, au niveau national, se décline dans tous les territoires, elle est visible par tous les Français.

LEA SALAME
Cinq ministres dédiés aux territoires mais pas aux Outre-mer par contre, désormais les Outre-mer sont rattachés au ministère de l'Intérieur, ils n'ont pas un ministère, ils n'ont pas un portefeuille propre. Pourquoi vous êtes revenu sur ça ? Dans l'opposition on vous accuse d'avoir voulu punir les Outre-mer qui n'ont pas voté pour Emmanuel MACRON à la présidentielle, ni aux législatives. C'est une punition ?

OLIVIER VERAN
D'abord Jean-François CARENCO, qui est le ministre en charge des Outre-mer, est un très grand serviteur de l'Etat, qui a été préfet, préfet de région, qui a servi au plus haut niveau de l'Etat pendant bien des années, donc c'est quelqu'un de très grande qualité, donc je peux vous dire que c'est une marque de respect pour les territoires.

LEA SALAME
D'accord, mais pourquoi il est rattaché au ministère de l'Intérieur alors que jusque-là c'était un ministère plein et entier, c'était rattaché à personne ?

OLIVIER VERAN
Il y a dix ans vous m'auriez posé la question inverse, pourquoi est-ce que pour la première fois le ministère des Outre-mer est détaché du ministère de l'Intérieur, ils ont souvent cheminé ensemble.

LEA SALAME
Non mais là il y a un message oui ou non ?

OLIVIER VERAN
Non, le message c'est que le ministère de l'Intérieur est chargé aussi de la réforme des institutions et pour part de la question des collectivités, or ces deux enjeux-là concernent un certain nombre de territoires ultramarins, réforme des institutions et collectivités.

LEA SALAME
Gérald DARMANIN est confirmé à l'Intérieur, homme fort du gouvernement il élargit même le périmètre de son ministère en obtenant donc l'Outre-mer, pour le RN et les LR, après le fiasco du Stade de France Gérald DARMANIN est promu, « c'est incompréhensible » disent-ils.

OLIVIER VERAN
Qu'est-ce qui est incompréhensible, que les oppositions critiques le casting gouvernemental ? C'est une grande première.

LEA SALAME
Non, ils disent qu'après le fiasco du Stade de France, c'était encore il y a moins d'un mois, il soit ainsi promu, « c'est étonnant » disent-ils.

OLIVIER VERAN
Gérald DARMANIN a très bien effectué ses missions comme ministre de l'Intérieur, il voit son périmètre élargi, il voit aussi le collectif élargi, parce que c'est une équipe qui est au service de toutes les missions qu'il conduit. Enfin, encore une fois, trouvez-moi dans l'Histoire, pardon Léa SALAME, au cours des cinquante dernières années, une opposition qui a salué un casting gouvernemental, ça n'arrive pas, donc on attaque tout ce qu'on peut.

LEA SALAME
Comment vous qualifiez ce matin l'esprit de ce nouveau gouvernement ? Les alliés du président, François BAYROU et Edouard PHILIPPE, peuvent être contents, ils ont placé plusieurs de leurs adhérents, de leurs membres, dans ce gouvernement, mais malgré les résultats des législatives il n'y a pas d'ouverture à un autre parti, pas même de débauchage individuel, d'un LR, d'un PS, d'un Vert. Quel est le message, c'est la continuité pas la rupture, c'est on prend les mêmes et on recommence, c'est ça l'idée ?

OLIVIER VERAN
Plusieurs messages. D'abord, la main était tendue, elle continue d'être tendue aux oppositions, à savoir y a-t-il des oppositions républicaines qui souhaitent travailler avec nous dans un collectif ? De façon globale la réponse a plutôt été non de la part des oppositions. Est-ce que ça doit être texte par texte ? La réponse est plutôt oui, de la part des oppositions, donc nous allons travailler avec cette majorité relative, que la France a déjà connue, vous avez déjà cité Michel ROCARD, pour ne citer que lui, mais d'autres avant lui. Ensuite vous avez un gouvernement, encore une fois, de grands professionnels, dans toute leur diversité, vous avez des gens qui sont…

LEA SALAME
Vous avez essayé d'avoir des gens les Verts, des débauchages individuels…

OLIVIER VERAN
Mais ça ne sert à rien.

LEA SALAME
Vous avez appelé certaines personnalités ou personne n'a été appelé ?

OLIVIER VERAN
Un, l'objectif numéro un c'est de travailler au service de l'intérêt des Français et de ne pas bloquer le pays, donc d'avoir un collectif de parlementaires issus des oppositions qui vote avec nous. Deux, le débauchage individuel c'est fini, ça ne sert à rien, c'est démonétisé.

LEA SALAME
Donc vous n'avez pas essayé.

OLIVIER VERAN
Vous voyez bien que ça fait des années…

LEA SALAME
Vous n'avez pas essayé.

OLIVIER VERAN
Mais ça ne sert… à quoi ça sert ? Est-ce que vous croyez que si vous allez attraper un député écolo, ou un député communiste, ou un député les Républicains, tout d'un coup le groupe qui l'entourait va se dire « c'est super, il a pris le copain, on va venir bosser avec le gouvernement » ? Non, ils vont immédiatement ostraciser le député en question et vous aurez une prise – pardon pour l'expression – mais une prise de guerre, ça n'aura pas d'impact, ni sur la politique conduite, ni sur le cadre de la majorité.

LEA SALAME
Elisabeth BORNE prononcera son discours de politique générale tout à l'heure, mais pas vote, elle ne sollicitera pas la confiance des députés à l'issue de ce discours, elle n'y est pas obligée constitutionnellement parlant, mais pourquoi ne pas demander la confiance, ça assoit, ça donne plus de poids, non, d'avoir la confiance de l'Assemblée ?

OLIVIER VERAN
Pardon, le vote de confiance habituellement il est fait parce qu'il sert à montrer aux Français que la majorité absolue est une majorité absolue, c'est sûr que quand vous avez 350 députés qui votent la confiance, vous la sollicitez, vous savez que vous allez gagner, là en l'occurrence il y avait des écueils à éviter, des consultations ont été conduites, ce n'est pas nécessaire, vous l'avez dit, Pierre BEREGOVOY…

LEA SALAME
Vous avez fait vos calculs…

OLIVIER VERAN
Et sous BEREGOVOY, BARRE, ROCARD, la confiance n'a pas été demandée, généralement elle est demandée ultérieurement. Vous savez comment ? En montrant qu'on est capable, avec la majorité dont nous disposons, en construction et en co-construction avec les oppositions, de faire voter des lois au Parlement, c'est ça la confiance utile.

LEA SALAME
Il y a encore quelques semaines Emmanuel MACRON proclamait « mon deuxième mandat sera écologique ou ne sera pas », le premier gouvernement post-présidentielle avait voulu consacrer cela en mettant la transition écologique au cinquième rang protocolaire du gouvernement et là, hier, patatras, la glissade, le toboggan, la transition écologique descend au 11e rang protocolaire. Pourquoi ?

OLIVIER VERAN
Christophe BECHU est doté de cinq ministres délégués et secrétaires d'Etat, vous avez tout à l'heure parlé du nombre de ministres et de… ça sert aussi à ça d'augmenter un gouvernement, il a cinq ministres délégués et secrétaires d'Etat, il a une force de frappe jamais atteinte dans un effectif gouvernemental. Honnêtement le rang protocolaire, Léa SALAME, je vais vous dire, quand j'étais ministre de la Santé et des Solidarités, sous Edouard PHILIPPE, j'étais cinquième, et quand c'est Jean CASTEX j'étais 12e, est-ce que vous croyez que la crise sanitaire…

LEA SALAME
Et là vous êtes où là ?

OLIVIER VERAN
Non mais attendez, est-ce que vous croyez que la crise sanitaire avait moins d'importance et que j'étais empêché d'agir ? Pardon, c'est juste du décorum. Donc, ne regardez pas ça, regardez l'équipe…

LEA SALAME
C'est symbolique, vous connaissez les symboles, vous savez que la politique c'est aussi des symboles.

OLIVIER VERAN
Pas vraiment, je vais vous dire, la politique c'est tout le contraire…

LEA SALAME
Eh ben si ! Pardonnez-moi, il y a deux mois, vous l'affichiez, vous affichiez le fait que la transition écologique soit au cinquième rang protocolaire comme une fierté, aujourd'hui c'est au 11e, il faudrait ne pas s'intéresser à ça ?

OLIVIER VERAN
Vous savez ce qui est symbolique, mais pas que symbolique, qui est efficace, c'est de nommer à cette mission-là un maire, parce que les politiques de transition écologique elles se déclinent dans les territoires, et nommer quelqu'un qui fait, qui agit, qui connaît les difficultés, les blocages, les modifications qu'il peut y avoir, des lois, au moment où elles arrivent sur le territoire et sur le terrain, de manière concrète, ça c'est utile.

LEA SALAME
Damien ABAD, visé par une enquête pour tentative de viol quitte le gouvernement, en revanche Chrysoula ZACHAROPOULOU ou Eric DUPOND-MORETTI, eux aussi visés par la justice, restent au gouvernement. Quelle est la règle en fait, il y a un deux poids deux mesures pour Damien ABAD ?

OLIVIER VERAN
Il y a la volonté de ne pas comparer ce qui n'est pas comparable. Dans la situation de Damien ABAD beaucoup de choses ont été dites, la justice effectivement a été saisie, la Première ministre Elisabeth BORNE avait alerté…

LEA SALAME
Même chose pour les deux autres.

OLIVIER VERAN
Avait alerté que dans sa situation si la justice était saisie ça pourrait changer la donne, clairement il ne pouvait plus travailler dans des conditions sereines, les politiques de solidarité sont trop importantes, il aurait mis un pied dans l'hémicycle il n'aurait pas pu s'exprimer, et donc il n'y avait pas de portage politique possible…

LEA SALAME
Garde des sceaux ce n'est pas important ?

OLIVIER VERAN
Il pourra se défendre, il aura le temps pour le faire, il reste parlementaire. Le Garde des sceaux, vous le savez très bien, il n'est pas du tout visé dans le même cadre d'action, et sa démission n'a pas été d'ailleurs demandée par les uns et par les autres, quant à Chrysoula ZACHAROPOULOU elle est gynécologue, une experte de l'endométriose, amenée à exercer des examens cliniques qui sont complexes, particulièrement complexes – je remets deux secondes la blouse pour vous le dire – ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas besoin de transparence et de clarté, mais on ne peut pas comparer ces situations-là.

LEA SALAME
Damien COQUEREL (sic), du coup, visé pour une plainte pour harcèlement sexuel, peut rester à la Commission des… Eric COQUEREL peut rester à la présidence de la Commission des finances dans ce cas-là, non, quel est votre avis ?

OLIVIER VERAN
En tout cas nous avons une constance, et la même ligne, lorsqu'il y a des plaintes, une plainte pour viol ou pour agression sexuelle, vous avez vu que les décisions ont été prises. J'ai entendu la France insoumise qui était radicalement à l'attaque lorsqu'il s'agissait de parlementaires ou de ministres de la majorité, qui désormais me semblent être radicalement en défense, mais ça ne veut pas dire que j'ai un avis à donner sur la question parce que quand je dis que notre position est la même, c'est que nous ne sommes pas justiciers.

LEA SALAME
Deux questions d'actualité très rapides, en 10 secondes. Plusieurs membres de la majorité ont appelé, après la décision de la Cour suprême des Etats-Unis, à constitutionnaliser le droit des femmes à disposer de leur corps et à constitutionnaliser le droit à l'IVG, est-ce que vous allez le faire vraiment pendant ce quinquennat ?

OLIVIER VERAN
Il faut nous donner les moyens de faire en sorte que certains droits ne puissent jamais, jamais, être remis en cause, et c'est un droit fragile, aux Etats-Unis et dans certains Etats européens.

LEA SALAME
Vous allez le mettre dans la Constitution ou pas ?

OLIVIER VERAN
Il faut identifier les voies et moyens les plus utiles, et les plus adaptés, pour faire en sorte que jamais un chef d'Etat, ou un gouvernement, dans 5, dans 10, dans 15, dans 20 ans, ne puisse arriver à considérer que le droit des femmes peut être bafoué.

LEA SALAME
D'accord, mais vous ne nous assurez pas ce matin que ça sera constitutionnaliser ?

OLIVIER VERAN
En tant que porte-parole du gouvernement je ne peux pas vous affirmer qu'il y aurait un projet de loi constitutionnel qui serait présenté et défendu, je peux vous dire que notre position elle est extrêmement claire et que je pense, comme l'a proposé le groupe majoritaire à l'Assemblée nationale, qu'il nous faut identifier une voie, fut-elle constitutionnelle, c'est à discuter, pour faire en sorte qu'on ne puisse pas remettre ce droit en cause.

LEA SALAME
Donc ce n'est pas sûr ce matin. Dernière question, pardon, le temps presse. Pourquoi vous ne rendez pas les masques obligatoires alors que le Covid explose à nouveau, beaucoup de médecins, même Alain FISCHER qui était à ce micro, disait « on rentre dans la période des vacances, rendez le masque obligatoire dans les transports », pourquoi vous ne le faites pas ?

OLIVIER VERAN
D'abord les Français ont parfaitement intégré l'idée que le masque les protège, il y a certaines situations qui sont plus à risque que d'autres. Dans les transports en commun ou dans les lieux bondés on voit les masques qui réapparaissent sur les visages, et je pense que c'est raisonnable de le faire lorsque vous avez des journées à plus de 150.000 cas diagnostiqués…

LEA SALAME
Pas d'obligation.

OLIVIER VERAN
Pas d'obligation en l'état et le projet de loi sanitaire va juste prolonger les systèmes d'information pour pouvoir continuer à tester et à vacciner.

LEA SALAME
Merci Olivier VERAN.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 11 juillet 2022